Cynologie/Ankylostome

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher
Cynologie
Cynologie
Introduction
Entretien et soins médicaux
Chirurgies
Maladies
Voir aussi

Consultez également ces pages dans d’autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.
Article encyclopédique sur Wikipédia.
Inventaire de l’espèce sur Wikispecies.
Définition sur Wiktionnaire.
Citations sur Wikiquote.
Article d’actualité sur Wikinews.
Modifier ce modèle

Les ankylostomoses sont des parasitoses intestinales provoquées par deux nématodes (petits vers ronds très voisins) qui entraînent par leur présence dans le duodéno-jéjunum de l'animal, une seule et même maladie à savoir l'ankylostomose :

  • Ancylostoma duodenale
  • Necator americanus

Parasite[modifier | modifier le wikicode]

L’ankylostome est un ver parasite (de la classe des nématodes) qui vit dans le duodénum de son hôte, qui peut être un mammifère comme un chien, un chat, ou un humain. Les espèces de A. braziliense et A. tubaeforme infectent les chats, alors que A. caninum infecte les chiens. Uncinaria stenocephala infecte les chiens et les chats.

Les ankylostomes sont beaucoup plus petits que le plus grand des vers ronds ascaris lumbricoïdes, et les complications de la migration dans les tissus et de l'obstruction mécanique si fréquemment observées avec l'infestation d'ascaris lumbricoïdes sont plus rares dans l'infestation par l'ankylostome. Le risque le plus caractéristique de l'infection par l'ankylostome est l’anémie, consécutive à la perte de fer (et de protéines) dans l'intestin. Les vers sucent le sang avec voracité et endommagent la muqueuse. Cependant, la perte de sang dans les selles est une perte occulte (qui n’est pas visiblement apparente).

L’ankylostome est une des causes prédominantes de morbidité chez les animaux dans les pays en voie de développement dans les régions tropicales et subtropicales. Chez les chiots les plus fragiles l’ankylostome est responsable d’un retard cognitif et d’un retard de croissance. Il entraîne un retard de croissance intra-utérine, un risque de prématurité, un bas poids de naissance chez les fœtus ou chiots nés de femelles infectées. L'infection par l'ankylostome est rarement mortelle, mais l'anémie peut être significative chez l'animal fortement infesté. Les larves peuvent survivre six mois dans le sol humide et les eaux boueuses à température tempérée.

Ankylostomes fixés à la muqueuse intestinale

Pathologie[modifier | modifier le wikicode]

Du point de vue clinique, on distingue les manifestations aiguës dues à la pénétration et la migration des larves :

  • dermatite d'invasion : érythème prurigineux de quelques jours aux extrémités des membres.
  • lésions cutanées (urticaires, plaques prurigineuses, pustules) plus ou moins surinfectées, dues à l'hypersensibilité créée par les infestations multiples.
  • manifestations d'irritation des voies respiratoires supérieures (toux, dysphonie, pharyngite, sialorrhée...).
  • duodénite : douleurs épigastriques et diarrhées des manifestations chroniques représentées essentiellement par une anémie.

La plupart des animaux infectés par l'ankylostome sont asymptomatiques (sans symptômes). Généralement, des charges très élevées en parasite associées à une nutrition carencée (apports insuffisants en protéines et en fer) provoquent par la suite une anémie. La maladie a été attribuée aux nématodes (Ankylostoma duodenalis) vers d'un tiers de pouce à un demi pouce de long dans l'intestin.

Les symptômes peuvent être liés à l'inflammation de l'intestin irrité par les lésions provoquées par les ankylostomes qui se nourrissent, tels que nausée, douleur abdominale et diarrhée intermittente, ainsi que l'anémie progressive dans la maladie prolongée : appétit capricieux, pica, constipation persistante entrecoupée de diarrhée, palpitations, pâleur de la peau et des muqueuses, fatigue et asthénie, essoufflement et dans certains cas évolution vers une issue mortelle, dysenterie, hémorragies et œdème. Les analyses de sang dans l'infection montrent souvent très tôt une augmentation du nombre de polynucléaires éosinophiles dans le sang, un type de globules blancs qui est préférentiellement stimulé par la présence de vers dans les tissus (un grand nombre d'éosinophiles sont également présents dans la réaction inflammatoire locale). Une baisse du taux d'hémoglobine dans le sang apparaîtra dans les cas d'infection prolongée en relation avec l'anémie.

Contrairement à la plupart des helminthiases intestinales où les charges parasitaires les plus élevées se retrouvent chez les chiots, la prévalence et l'intensité de l'ankylostome peuvent être plus élevées parmi les adultes. Cependant, dans la plupart des secteurs endémiques, les femelles sont les plus sévèrement affectées par l'anémie, principalement parce qu'elles ont des besoins physiologiques beaucoup plus élevés en fer (menstruations, grossesses répétées).

Une conséquence intéressante de ce fait dans le cas de l'infection par Ankylostoma duodenale est la transmission de l'infection par le lait maternel : les larves invasives par voie transcutanée de ces espèces ne passent pas toutes immédiatement par les poumons et vers l'intestin, mais se répandent dans tout l’organisme par transport sanguin, pour devenir des larves dormantes à l’intérieur des fibres musculaires. Chez la femelle enceinte, après l'accouchement quelques-unes ou la totalité de ces larves sont stimulées pour être remises en circulation dans le sang (vraisemblablement par les changements hormonaux soudains), puis pour passer dans les glandes mammaires, de sorte que les chiots nouveau-né peut recevoir une dose élevée de larves contagieuses par le lait maternel. Ceci explique des cas autrement inexplicables d'infections par l'ankylostome très lourdes, voire mortelles, chez des chiots âgés de quelques mois.

Cycle parasitaire[modifier | modifier le wikicode]

Cycle parasitaire de l'ankylostome

L’ankylostome prospère dans la terre chaude où la température dépasse 18 °C. Il vit principalement dans le sable ou les sols de terre grasse et ne peut pas vivre dans l’argile ou le fumier. Le niveau moyen des précipitations doit dépasser 1 000 mm par an. C’est seulement si ces conditions sont réunies que les œufs peuvent éclore. Les larves infestantes de Necator américanus peuvent survivre à des températures élevées, tandis que celles d’Ankylostoma duodenale sont mieux adaptées à des climats plus frais. Généralement, elles ne survivent que durant quelques semaines, tout au plus dans des conditions normales, et meurent presque immédiatement au contact de la lumière directe du soleil ou sous l’effet de la dessiccation. Une fois dans l'intestin de l’hôte, Necator américanus tend à provoquer une infection prolongée. D'une part, les adultes d’Ankylostoma duodenale ont une durée de vie plus courte, puisqu’ils survivent en moyenne seulement pendant six mois environ. Cependant, l'infection peut être prolongée parce que des larves dormantes peuvent « être recrutées » séquentiellement à partir du tissu « de stockage » pendant de nombreuses années, pour remplacer les vers adultes morts. Ceci peut provoquer des fluctuations saisonnières dans la prévalence et l'intensité de l'infection (indépendamment des variations saisonnières de transmission habituelles).

Service public civil : des ouvriers construisent et installent 2 065 sanitaires pour l'éradication de l'ankylostome au Mississippi et en Floride de 1943 à 1947.

Puisqu’il faut environ 5 à 7 semaines pour que les vers adultes deviennent matures, pour qu’ils s’accouplent et produisent des œufs, dans les premiers stades d’une infection massive, des symptômes aigus pourraient se manifester sans qu’aucun œuf ne soit détecté dans les selles de l'animal. Ceci peut rendre le diagnostic très difficile.

Diagnostic[modifier | modifier le wikicode]

Les larves infestantes se développent et survivent dans un environnement souillé et humide, un sol particulièrement sableux et gras. Ils ne peuvent pas survivre dans l’argile ou le fumier. Les axes principaux de la prévention sont ceux édictés par les règles sanitaires

Œufs d'ankylostomes

Il n'y a aucun symptôme ou signe spécifique de l'infection par l'ankylostome. Comme mentionné ci-dessus, ils résultent d'une combinaison de signes d'inflammation intestinale et d'anémie progressive par carence en fer. La pénétration de la larve à travers la peau peut provoquer des démangeaisons locales intenses, habituellement sur les pattes, qui peut être suivie de lésions qui ressemblent aux piqûres d'insecte, avec des boursouflures, et durent une semaine ou plus. La toux, la douleur thoracique, la dyspnée laryngée, et fièvre seront parfois présentes chez les animaux qui ont été infestées par un très grand nombre de larves. Les douleurs épigastriques, indigestion, nausées vomissements, constipation, et diarrhée peuvent survenir à l’étape initiale aussi bien que plus tardivement, bien que les symptômes gastro-intestinaux tendent à s'atténuer avec le temps. Les signes de l'infection grave évoluée sont ceux de l'anémie et de la déficience en protéines, y compris l'amaigrissement, la défaillance cardiaque et la distension abdominale avec de l'ascite.

Le diagnostic dépend de la découverte d’œufs d’ankylostomes caractéristiques à l'examen au microscope des selles, bien que ce ne soit pas possible au début de l'infection. Comme les œufs d’Ankylostome et de Necator (et de la plupart des autres espèces d'ankylostomes) sont impossibles à distinguer les uns des autres, pour identifier le genre, ils doivent être cultivés en laboratoire pour permettre à des larves d’éclore. Si l'échantillon de selles est laissé pendant un jour ou plus dans des conditions tropicales, les larves peuvent avoir éclos, aussi les œufs peuvent ne plus être détectables. En ce cas, il est essentiel de distinguer les ankylostomes des larves de Strongyloides, car l'infection avec ses dernières a des conséquences plus sérieuses et exige une gestion différente. Les larves des deux espèces d'ankylostomes peuvent également être distinguées au microscope, bien que ceci ne soit pas fait d’habitude, mais seulement pour des recherches. Les vers d'adulte sont rarement décelables (excepté par le biais de l'endoscopie, de la chirurgie ou l'autopsie), mais leur découverte permettrait l'identification définitive des espèces.

Traitement[modifier | modifier le wikicode]

L'ankylostome peut être traité localement par cryothérapie quand il est toujours dans la peau. L’Albendazole est efficace à l'étape intestinale et pendant l'étape où le parasite migre toujours sous la peau. En cas d'anémie, la supplémentation en fer peut atténuer les symptômes de l’anémie ferriprive. Cependant, lorsque le taux de globules rouges revient à la normale, le manque d'autres substances comme l’acide folique ou la vitamine B12 peut apparaître qui peuvent également nécessiter une supplémentation.

Quick Facts[modifier | modifier le wikicode]

Genus and Species Necator americanus Ancylostoma duodenale
Common Name New world hookworm, American murderer Old world hookworm
Etiologic Agent of: Necatoriasis, Uncinariasis Ancylostomiasis, Wakana disease
Infective stage Filariform larva Filariform larva
Definitive Host Man Man
Portal of Entry Usually via skin penetration rather than ingestion Usually via ingestion rather than skin penetration
Mode of Transmission Skin > Mouth Mouth > Skin
Habitat Small Intestine Small Intestine
Pathogenic Stage Adult Larva Adult Larva
Mode of Attachment Oral attachment to mucosa by sucking Same
Mode of Nutrition Sucking and Ingesting of blood Same
Pathogenesis Larva – ground / dew itch, creeping eruption Adult – IDA Microcytic, Hypochromic Anemia Same
Laboratory diagnosis Concentration methods and Direct Fecal Smear Same
Treatment Albendazole, Mébendazole, or Pyrantel Pamoate Same
Diagnostic Feature - Adult Semi-lunar cutting plate; Bipartite dorsal ray Male – Tripartite dorsal ray
Diagnostic Feature - Egg In Morula In Morula

Erreur d’expression : caractère de ponctuation « [ » non reconnu.

Aide à la lecture d'une taxobox Ancylostoma duodenale
Ancylostoma duodenale
Ancylostoma duodenale
Classification
Règne Animalia
Embranchement Nematoda
Classe Secernentea
Ordre Strongylida
Famille Ancylostomidae
Genre Ancylostoma
Nom binominal
Ancylostoma duodenale
(Dubini, 1843)

Ankylostoma duodenale est une espèce de nématodes (les nématodes sont un embranchement de vers non segmentés, recouverts d'une épaisse cuticule et menant une vie libre ou parasitaire). Deux petits vers ronds très voisins, Ancylostoma duodenale et Necator americanus, sont désignés couramment par le même nom d'ankylostome car ils entraînent, par leur présence dans le duodéno-jéjunum de l'animal, une seule et même maladie : l'ankylostomose.

Morphologie[modifier | modifier le wikicode]

Très petits vers ronds d'une teinte blanchâtre ou rosée, plus effilés vers l'avant, les ankylostomes mesurent seulement 1 cm pour le mâle et 1,5 cm pour la femelle ; une capsule buccale fortement armée garnit leur tête. Le dimorphisme sexuel est net, la femelle se terminant en pointe (mousse?) alors que l'extrémité postérieure du mâle s'évase en une bourse copulatrice.

Biologie[modifier | modifier le wikicode]

Les adultes vivent dans le duodéno-jéjunum (partie de l'intestin grêle qui fait suite au duodénum) ; fixés par leurs crochets buccaux à la muqueuse qu'ils "broutent", ils peuvent vivre des années, 5 et plus, et leur nombre peut être considérable chez un même animal, 500 à 3 000. Ils se nourrissent de sang dont ils assimilent le plasma.

Après fécondation, la femelle se met à pondre, dans la lumière intestinale, une moyenne de 10 000 œufs par jour ; ces œufs, émis avec les selles, ont, à ce moment, un aspect caractéristique (indifférenciable pour A. duodénale et N. americanus) : ellipsoïdes, à coque mince, ils mesurent 60 microns sur 40 microns et contiennent 4 à 8 blastomères.

Le cycle évolutif est à un seul hôte, mais avec stade de vie obligatoire, avec stade libre et migration. Arrivés dans un milieu favorable (terre humide) avec la selle qui les contient, les œufs terminent leur évolution et laissent sortir une larve qui, après deux mues, devient la larve strongyloïde enkystée infectieuse. Fuyant la terre, cette larve grimpe sur les herbes humides, jusqu'à 30 cm, et y attend le passage de son hôte définitif qui arrive à son contact, elle s'y fixe, la traverse et, par voie sanguine ou lymphatique, gagne le cœur droit et le poumon ; passant dans un alvéole, elle remonte les voies aériennes, atteint le carrefour aéro-digestif, est déglutie, descend jusqu'au duodénum où elle se fixe à la muqueuse et devient adulte. Entre la pénétration transcutanée et la première ponte de la femelle, 5 à 6 semaines s'écoulent.

Il faut savoir que certaines conditions sont nécessaires à l'obtention du cycle libre : apport d'œufs par défécation au grand air; terre humide, riche, chaude et ombragée, celle des bourbiers des sous-bois. Ainsi s'explique la distribution géographique : énormes foyers endémiques des régions tropicales et subtropicales, foyers localisés ou sporadiques des climats tempérés.

Clinique[modifier | modifier le wikicode]

Paradoxalement, les aspects cliniques de l'ankylostomose ont été, tout d'abord, décrits en Europe, a pratiquement disparu grâce à des mesures de surveillance draconiennes ; pourtant les bouffées sporadiques apparaissant, montrent la nécessité du maintien de ces mesures. Trois tableaux cliniques se succèdent dans l'ankylostomose, les deux premiers traduisant l'action des stades larvaires, le dernier, celle des adultes :

La période d'infestation 

La période d'infestation, lors de la pénétration trans-cutanée des larves, a un tableau de dermatose : la gale de terre ; aux pattes surtout, dans les espaces interdigitaux, au pli du coude, ce sont des piqûres suivies de chatouillements, puis apparaissent des maculopapules, des placards érythémateux, durant de quelques heures à quelques jours ; les réinoculations constantes et les lésions de grattage en font une dermatose chronique avec eczématisation, lichénification aboutissant, aux nodules rouges sous les tropiques, aux suppurations et au phagédénisme.

La période d'invasion 

La période d'invasion, pendant le transit des larves à travers l'appareil respiratoire, avec un tableau d'affection broncho-pulmonaire, se ramène à un syndrome de Löffler atypique : pseudo-bronchite avec toux quinteuse et voix rauque, sans signes d'auscultation ; absence d'infiltrats pulmonaires labiles à la radiographie, sauf dans quelques infestations très massives ; crises urticariennes ; hyperleucocytose avec éosinophilie élevée à 40 % et plus. Cette période débute vers le 8e jour après le contage.

La période d'état 

Le période d'état, 8 à 15 jours plus tard, est celle du parasitisme intestinal par les vers adultes ; c'est l'ankylostomose proprement dite dont le tableau traduit 4 ordres de troubles : digestifs, anémiques, nerveux et généraux.

  • Les troubles digestifs consistent en gêne épigastrique, douleurs épigastriques irradiant vers l'épaule gauche ou la fosse iliaque gauche, calmées ou exacerbées par la prise d'aliments ; troubles dyspeptiques constants, avec modification de l'appétit, inappétence et faims nerveuses amenant aux perversions du goût et au géophagisme ; régurgitations, nausées, aérogastrie ; puis, plus tard, troubles intestinaux : météorisme abdominal, alternance de diarrhées et de constipation, puis de selles pâteuses et de diarrhée séreuse, enfin melaena dû à la fois au sang provenant des lésions et aux hématies rejetées par les vers.
  • Les troubles anémiques, constants, s'installent insidieusement : sécheresse de la peau ; décoloration des muqueuses ; œdème péri-malléolaire remontant le long du membre inférieur ; accélération du pouls, palpitations, dyspnée d'effort, bourdonnements d'oreille, vertiges et épistaxis. L'auscultation permet d'entendre, dans un cœur dilaté, des souffles anémiques. L'exament du sang montre : une chute du taux des hématies à 1 million ou moins, avec polychromatophilie, anisocytose, microcytose, réticulocytes et anneaux de Cabot ; une hypochromie avec taux d'hémoglobine inférieur à 25 % ; une leucocytose modérée, mais une éosinophilie revenue vers 10 à 20 %. Cette anémie peut aboutir à des cardiopathies diverses.
  • Les troubles nerveux sont fréquents : céphalées et insomnie ; troubles paresthésiques, engourdissements, fourmillements, refroidissement des membres ; troubles moteurs, hypotonie musculaire, troubles de la marche avec ébauche d'incoordination motrice, puis abolition des réflexes ; amyotrophie importante qui, masquée par l'œdème, doit être recherchée soigneusement. Parfois on arrive au type polynévritique et à des paraplégies.
  • Les troubles généraux consistent en poussées fébriles à 38 - 38,5 °C, crises polyuriques avec légère albuminurie, aménorrhée, arrêt de la croissance et de l'évolution psychique chez les chiots, diminution intellectuelle avec amnésie, aboulie et dépression mentale chez l'adulte.

Évolution[modifier | modifier le wikicode]

L'évolution dépend de l'intensité du parasitisme et du mode de vie du malade : les sujets avec moins de 25 vers sont des porteurs sains, les malades hébergeant de 25 à 500 vers sont améliorables par le traitement, ceux qui dépassent ce chiffre et arrivent à des taux de 3 000 et plus font une forme dite maligne, à pronostic très sombre, amenant à la cachexie et la mort par affection intercurrente. De même, alors qu'un autre chien, infecté accidentellement à son passage en zone d'endémie, sera spontanément déparasité à 80 % en un an dès son retour en région saine d'un foyer important, dont la faune parasitaire va augmenter régulièrement de 50 vers par an sous l'influence des réinfestations constantes, s'achemine inéluctablement vers une forme maligne aboutissant à la cachexie et à la mort.

Diagnostic[modifier | modifier le wikicode]

Le diagnostic des deux premières périodes se fait rarement sans la notion de contage possible, dans une zone d'endémie ; à la période d'état, le diagnostic clinique est surtout celui des anémies. La constatation d'une éosinophilie élevée, atteignant 60 à 70 % au cours du premier mois, doit faire rechercher une parasitose ; le diagnostic de certitude sera donné par la découverte des œufs caractéristiques dans les selles (par examen direct ou après enrichissement) et surtout par celles des larves après coproculture qu'il faut demander expressément au laboratoire.

Traitement[modifier | modifier le wikicode]

L'ankylostome peut être traité localement par cryothérapie quand il est toujours dans la peau. Le Mébendazole (100 mg 2 fois par jour pendant 3 jours) est efficace à l'étape intestinale et pendant l'étape où le parasite migre toujours sous la peau. En cas d'anémie, la supplémentation en fer peut atténuer les symptômes de l'anémie ferriprive. Cependant, lorsque le taux de globules rouges revient à la normale, le manque d'autres substances comme l'acide folique ou la vitamine B12 peut apparaître qui peuvent également nécessiter une supplémentation. Chez les chiots, après le déparasitage, une amélioration de l'état de santé est constatée dans les deux mois, et après un an, les formules sanguines sont redevenues normales.

Prévention, prophylaxie individuelle et hygiène[modifier | modifier le wikicode]

La médication a progressé, et certains succès ont été obtenus, avec la proposition de moyens de suivi et de prévention, notamment chez les chiots. Nettoyage et séchage immédiat et vigoureux de la peau en cas de contact avec la boue. Des cartes de risques peuvent être faites et diffusées. Cependant, après les campagnes de médication, le risque de réinfection est toujours élevé en zone d'endémie. On a montré que l'éducation à l'hygiène était nécessaire, de même que la prise en compte su contexte socioéconomique des propriétaires et groupes concernés. Les campagnes massives même sur 10 ans de vermifugeage sont suivies d'une reprise des infestations sans mesures strictes d'hygiène.

Aspects zoonotiques[modifier | modifier le wikicode]

Une étude récente (2012) a utilisé en Malaisie des moyens d'analyse classiques et moléculaires permettant de discriminer les différentes espèces d'ankylostome, ce que ne permet pas l'examen microscopique classique des selles. Des outils épidémiologiques ont été associés pour déterminer le rôle possible des animaux domestiques. L'étude a confirmé que l'infection par Ancylostoma ceylanicum est fréquente chez les populations humaines en Malaisie et que les chiens et chats contribuent à la propagation et transmission de l'ankylostome dans les communautés pauvres.