Cynologie/Gale

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher
Cynologie
Cynologie
Introduction
Entretien et soins médicaux
Chirurgies
Maladies
Voir aussi

Consultez également ces pages dans d’autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.
Article encyclopédique sur Wikipédia.
Inventaire de l’espèce sur Wikispecies.
Définition sur Wiktionnaire.
Citations sur Wikiquote.
Article d’actualité sur Wikinews.
Modifier ce modèle
Chien avec démodécie

La démodécie ou gale folliculaire est une maladie de peau touchant le chien, due à l’infestation des follicules pileux par un acarien microscopique de forme allongée (vermiforme), appelé Demodex. Couramment nommée « gale démodécique », elle ne doit pour autant pas être confondue avec la gale sarcoptique, qui est une maladie provoquée par un acarien différent.

Ils sont transmis de la mère aux petits vers l'âge de 2-3 jours. Les chiens atteints de démodécie ont un nombre accru de ces acariens dans leurs follicules pileux. Cette maladie n'est pas contagieuse pour l'homme mais elle peut l'être pour les autres chiens, notamment s'il s'agit de chiots ou si leur système immunitaire est fragilisé.

La démodécie est due à une prédisposition héréditaire de ces animaux, causant une déficience temporaire et réversible de leur système immunitaire. Cette maladie touche surtout les jeunes chiens (entre 3 et 12 mois). Il arrive toutefois que des chiens âgés expriment la maladie soit à la suite d’une immunodéficience, soit secondairement à une autre maladie (dysendocrinie, atteinte tumorale).

Symptômes[modifier | modifier le wikicode]

Les lésions dermatologiques principales lors de démodécie sont des pertes de poils circonscrites ou étendues. On observe aussi souvent des squames (pellicules). Parfois la démodécie est compliquée par l’apparition d’une surinfection bactérienne de la peau (on parle alors de pyodémodécie) ou par une réaction inflammatoire cutanée importante.

Ses formes[modifier | modifier le wikicode]

Il existe plusieurs formes de démodécie :

  • La démodécie sèche ou démodécie localisée, qui se voit chez les chiots de trois à douze mois. Celle-ci se divise elle-même en une forme localisée (lésions sur les membres, au niveau des espaces inter-digités notamment, et sur la face, principalement autour des yeux) et une forme disséminée (dépilations diffuses, séborrhée, forte odeur cutanée...). En général, on n’observe pas de démangeaisons. Les chiens atteints de cette démodécie guériront, dans 90 % des cas, sans séquelle.
  • La démodécie généralisée, démodécie suppurée ou pyodémodécie. Cette forme grave survient lorsque la démodécie sèche se complique d’une infection cutanée bactérienne très importante. On note alors la présence d’une pyodermite profonde, ayant pour origine principale une infection par des staphylocoques. La peau devient suintante et se couvre de croûtes. On observe aussi des démangeaisons importantes et une hyperkératose. Il arrive que la maladie soit tellement grave qu’elle se répercute sur l’état général de l’animal. Le chien devient alors abattu, amaigri et déshydraté. Parfois, la mort survient.

Diagnostic[modifier | modifier le wikicode]

Le diagnostic de la démodécie se fait à partir de l’examen microscopique de prélèvements obtenus suite à des raclages (grattages) cutanés.

Traitement[modifier | modifier le wikicode]

Après identification du parasite, le traitement peut être soit oral (molécule spécialement orientée vers le Demodex) ou externe (bains d'acaricide). Dans un cas comme dans l'autre, le traitement est toujours assez long, allant de plusieurs semaines à plusieurs mois. Un contrôle régulier devra être réalisé en effectuant des raclages cutanés. Le traitement pourra être arrêté si on n’observe plus de parasites sur deux raclages réalisés à une semaine d’intervalle. Notons que les récidives sont peu fréquentes (10 % des cas).

On recommande également de faire stériliser les chiennes atteintes de démodécie généralisée, car les changements hormonaux reliés à la chaleur ou à la gestation peuvent favoriser une rechute. De plus, le fait que cette maladie soit reliée à un problème héréditaire apporte une raison supplémentaire pour stériliser l'animal infecté.

Gale auriculaire[modifier | modifier le wikicode]

La gale des oreilles, ou octacariose, ou otite auriculaire, est une maladie de peau animale d'origine parasitaire causée par un acarien : chez le chien et le chat elle est due à Octodectes cynotis, un acarien parasite de la famille des épidermoptidés vivant sur la peau et se nourrissant de déchets épidermiques et de cérumen. Il est localisé dans le conduit auditif et provoque une lésion de la peau. Chez le lapin, la gale auriculaire est due à Psoroptes cuniculi.

Contamination[modifier | modifier le wikicode]

Cette parasitose est très répandue parmi les chiens vivant dans des lieux fréquentés par d’autres chiens, et chez les chats qui vivent en groupe. Elle peut aussi être simplement transmise par la mère à ses petits. Elle se transmet par contact direct d’animal malade à animal sain. Elle est très contagieuse, mais non-transmissible à l’homme. C'est l'une des principales causes d'otite externe chez le chien.

Symptômes[modifier | modifier le wikicode]

Le chien se gratte souvent les oreilles. L'intérieur de l'oreille peut être rouge et enflammé, ou brunâtre. Le cérumen est noirâtre et malodorant, riche en parasites. Si le chien secoue constamment sa tête, il peut y avoir rupture d'un vaisseau, avec apparition d'un othématome (écoulement de sang entre la couche cutanée de la face interne et le cartilage du pavillon). L'oreille est alors pendante et gonfle. Le chien peut aussi se griffer et se lacérer la peau à force de se gratter.

La maladie peut être plus discrète à observer, mais l'intérieur de l'oreille brunâtre est caractéristique : on peut vérifier la présence de gale auriculaire en introduisant un coton-tige à l'entrée. Cela provoque des mouvements de la patte postérieure correspondant à une réaction réflexe due au prurit engendré par le nettoyage de l’oreille atteinte. La maladie peut provoquer une otite prurigineuse avec d’épaisses croûtes rouge brunâtre mélangées à du cérumen. Non traitée, elle endommage l'oreille interne, et l'animal peut se mettre à tituber.

Diagnostic[modifier | modifier le wikicode]

Le vétérinaire pourra pratiquer un prélèvement afin d'identifier Octodectes cynotis au microscope. En effet, il est important de bien le différencier d'autres acariens (sarcoptes, demodex, aoûtats) qui peuvent donner aussi une otite prurigineuse. Le cérumen étant un milieu favorable au développement de nombreux organismes, il peut y avoir plusieurs infestations, ou une surinfection par des bactéries ou des levures. Il est aussi important de vérifier l'absence de corps étranger dans l'oreille, qui pourrait être la cause première de l'otite.

Traitement[modifier | modifier le wikicode]

Nettoyage des conduits auditifs avec des produits otologiques acaricides qui dissolvent en même temps le cérumen, puis l'application dans le conduit auditif d'antiparasitaire en gouttes ou en pommade. La molécule la plus utilisée est l'hexachlorocyclohexane, puissant acaricide communément appelée lindane sous sa forme d'isomère gamma. Le traitement devra se poursuivre pendant 10 jours, afin de couvrir tout le cycle de reproduction de l'acarien. Il faut traiter tous les animaux en même temps. Il existe aussi un produit en pipette : 2 gouttes par oreille en une seule fois, à renouveler éventuellement un mois plus tard.