LaTeX/Dessiner des échiquiers

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

Initialement, LaTeX disposait d'une police chess représentant les pièces d'échec ; le dessin de l'échiquier et le placement des pièces était à la charge de l'auteur du document. Puis est venu l'extension skak, amélioré par les fontes SkakNew, et enfin chessboard.

Par convention, sur le dessin, les blancs sont placés en bas au début du jeu. Les coordonnées des cases se composent

  • de la colonne, qui est une lettre bas de casse (minuscule), de a pour la case la plus à gauche à h pour l'extrême droite ;
  • et du numéro de ligne, de 1 pour la ligne du bas à 8 pour la ligne du haut.

Notations d'échecs[modifier | modifier le wikicode]

Aux échecs, on utilise plusieurs notations. Dans LaTeX, on en retient deux :

Voici quelques notions rapides.

Notation algébrique[modifier | modifier le wikicode]

La notation algébrique décrit les tours. Un tour se décompose en :

  • le numéro du tour, suivi d'un point ;
  • les deux mouvements, celui des blancs puis celui des noirs.

Si l'on veut juste indiquer le mouvement des noirs, on fait suivre le numéro de tour par trois points. Un mouvement se décompose en :

  • de la nature de la pièce, par une lettre capitale (initiale du nom anglais) ou rien pour un pion ;
  • des coordonnées de la case de départ ;
  • d'un tiret « - » s'il s'agit d'un déplacement ou d'un « x » s'il s'agit d'une prise ;
  • des coordonnées de la case d'arrivée.
Nature de la pièce
Nom français Nom anglais Abréviation
Roi King K
Dame Queen Q
Tour Rook R
Fou Bishop B
Cavalier Knight N
Pion Pawn rien

Par exemple

1. e2-e4 e7-e5
premier tour, le pion blanc situé en e2 avance de deux case et vient en e4 ; le pion noir qui lui fait face fait le même mouvement, il passe e7 à e5
2. Ng1-f3 Nb8-c6
deuxième tour : le cavalier blanc en g1 passe en f3, et le cavalier noir en b8 passe en c6.

En notation abrégée, on n'indique pas la case de départ : la connaissance de la nature de la pièce et de la case d'arrivée suffit. Par exemple, le mouvement Qd5xb7 (la reine en d5 prend la pièce en b7) devient Qxb7.

L'exemple précédent en notation abrégée donne
1. e4 e5 2. Nf3 Nc6

Notation Forsyth-Edwards[modifier | modifier le wikicode]

La notation Forsyth-Edwards, ou FEN, permet de décrire un échiquier en place. Ceci est utile lorsque l'on est à une étape avancée d'une partie.

Cela consiste à noter ligne par ligne les pièces, et à indiquer le nombre de cases vides. La notation suit les règles suivantes :

  • la description suit le sens de lecture : par ligne, on progresse de la case a à la case h (de la gauche vers la droite), en commençant par la ligne 8 (celle du haut) ;
  • les lignes sont séparées par une barre de fraction « / » ;
  • un chiffre n indique n cases vides ;
  • les pièces son indiquées par une lettre, identique à la notation algébrique, mais le pion est noté p ; on utilise des lettres bas de casse pour les noirs, et capitales pour les blancs.

Par exemple, un échiquier au départ est décrit par :

rnbqkbnr/pppppppp/8/8/8/8/PPPPPPPP/RNBQKBNR

Puis, on indique

  • qui joue le prochain tour : « w » pour les blancs (white) et « b » pour les noirs (black) ;
  • les possibilités de roquer : un tiret « - » si ce n'est pas possible, sinon, la pièce pouvant roquer ;
  • case d'une prise en passant, ou un tiret « - » s'il n'y en a pas ;
  • le nombre de demi-coups depuis qu'un pion a été capturé ;
  • le nombre de coups depuis le début de la partie.

La notation complète de l'échiquier de départ est donc

rnbqkbnr/pppppppp/8/8/8/8/PPPPPPPP/RNBQKBNR w KQkq - 0 1

Avec skak[modifier | modifier le wikicode]

Échiquier obtenu avec skak

Skak ne se contente pas de l'affichage, il vérifie aussi la conformité des parties.

Comme toutes les extensions, il s'appelle dans le préambule par

\usepackage{skak}

La création d'un échiquier se passe en trois étapes :

  • la commande \newgame définit un échiquier vide ;
  • la commande \mainline{mouvements} définit les mouvements effectués en notation algébrique abrégée, affiche la ligne tapée et met à jour l'échiquier ;
  • la commande \showboard affiche l'échiquier.

La commande \variation{mouvements} provoque l'affichage de mouvements mais pas la mise à jour de l'échiquier.

Si l'on veut que l'échiquier soit mis à jour mais que les mouvements ne s'affichent pas dans la lige descriptive, on utilise \hidemove{mouvements}. Cela peut permettre, par exemple, de montrer l'échiquier après quelques mouvements.

On peut utiliser la notation complète pour l'affichage en mettant la commande \longmove après le \newgame : on écrit en notation abrégée, mais skak affiche la notation complète. On peut revenir à la notation abrégée avec \shortmove. Par exemple, on écrit

\longmove
1. e4 c5

et le résultat est 1. e2-e4 c7-c5.

Skak permet aussi d'utiliser la notation Forsyth-Edwards, ou FEN, avec la commande \fenboard{…}.

On peut faire varier la taille de l'échiquier :

\smallboard\showboard
\normalboard\showboard
\largeboard\showboard

Notons que skak permet d'enregistrer une partie en mémoire, avec la commande \storegame{nom de partie}. On peut la rappeler avec \restoregame{nom de partie}. Il peut même enregistrer la partie dans un fichier avec \savegame{nom de fichier}, et la recharger avec \loadgame{nom de partie}.

Avec chessboard[modifier | modifier le wikicode]

L'extension chessboard est une amélioration de skak. La syntaxe de skak est compatible avec chessboard.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Généralités
CTAN
Wikipédia

Table des matières - Généralités - Premiers pas - Structure du document - Gestion de la bibliographie - Tableaux - Images - Éléments flottants et figures - Mise en forme du texte - Choix de la police - Mise en page - Mathématiques - Gestion des gros documents - Faire des présentations - Arts et loisirs - Dessiner avec LaTeX - Créer une extension ou une classe - Programmer avec LaTeX - Annexes - Vade mecum - Conversion - Glossaire de typographie - Index - Commandes - Liens externes