Système politique du Royaume-Uni/Le monarque

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
< La constitution Le parlement >


Le monarque


La succession[modifier | modifier le wikicode]

Au Royaume-Uni, la succession à la couronne est déterminée par la loi et par la common law. Selon l'Acte d'établissement de 1701, l' « héritier du corps » du monarque est l'héritier du trône. Le sens précis de cette expression est fixé par la common law, dont on estime qu'elle stipule qu'un héritier d'un individu est son fils aîné ou, en l'absence de fils, sa fille aînée. Les fils et filles décédés sont représentés par leurs héritiers. Si un monarque n'a pas de descendant, l'héritier du trône est l'héritier du précédent monarque. Ce système, par lequel, dans la ligne de succession, les hommes ont la préférence sur les femmes et les individus morts sont représentés par leurs héritiers, est appelé succession par ordre de primogéniture mâle.

Selon l'Acte d'établissement, les descendants protestants de Sophie, électrice et duchesse douairière de Hanovre (1630 - 1714) peuvent accéder au trône. En outre, l'individu doit être un enfant légitime d'un mariage légal. Selon l'Acte des mariages royaux de 1772, tous les descendants du roi George II doivent obtenir le consentement du monarque pour se marier (à l'exception du souverain lui-même et des descendants de princesses s'étant mariées dans des familles étrangères). Si le consentement n'est pas accordé, l'individu peut faire une déclaration d'intention de se marier en tout cas et peut contracter le mariage sauf si les deux chambres du Parlement en décident autrement.

Il y a ausi plusieurs restrictions d'ordre religieux : toute personne ne les remplissant pas est considérée comme « naturellement morte ». Seuls les protestants ne s'étant jamais mariés à un(e) « papiste » (c'est-à-dire à un(e) catholique) peuvent accéder au trône (il n'y a aucune interdiction de mariage avec des personnes d'autres religions). Le monarque doit être en communion complète avec l'Église d'Angleterre. Les serments de préserver les Églises d'Angleterre et d'Écosse, ainsi que la succession protestante, doivent être prêtés. Cependant, ces restrictions sont personnelles : un individu n'est pas écarté de la succession si l'un de ses ancètres n'a pas rempli ces conditions.

Le rôle international[modifier | modifier le wikicode]

Le monarque britannique est aussi le souverain de quinze royaumes du Commonwealth (Commonwealth realms) : Antigua-et-Barbuda, l’Australie, les Bahamas, la Barbade, le Belize, le Canada, la Grenade, la Jamaïque, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, les îles Salomon et les Tuvalu. Chacune de ces nations est une monarchie à part : le monarque détient par conséquent seize couronnes différentes. Dans chaque nation, le monarque est représenté par un gouverneur général, qui est tenu par des conventions de la même manière que le monarque. Le gouverneur général, cependant, se borne à suivre les conseils des ministres. C'est le gouvernement local, et non le gouvernement britannique, qui conseille le gouverneur général.

De plus, le monarque est aussi le chef d'État de certaines dépendances de la couronne : les îles Anglo-Normandes et l'île de Man. Le gouvernement britannique est compétent sur ces territoires dans les domaines de la guerre et de la politique étrangère. Cependant, ils ne font pas partie du Royaume-Uni, ce sont plutôt des dépendances de la couronne britannique.

Enfin, le monarque sert aussi de Chef du Commonwealth. Le Commonwealth est une associations de nations qui inclut les anciennes colonies britanniques ; toutefois, dans certains cas, des nations qui n'avaient jamais été sous la domination britannique furent admises. Le rôle de Chef du Commonwealth est un rôle personnel du monarque actuel, Elizabeth II, et n'est pas attaché à la monarchie. Ce rôle est purement cérémonial et n'implique pas de pouvoir.


La famille royale[modifier | modifier le wikicode]

La famille du souverain n'a pas de rôle explicite dans le gouvernement, bien qu'elle exerce des fonctions cérémoniales. Si le monarque est un homme, son épouse est une reine, mais il n'y a pas de titre précis pour le mari d'une femme monarque (puisque le monarque est la source des honneurs, elle peut toutefois anoblir son mari en prince). Le fils aîné et héritier du monarque est automatiquement duc de Cornwall ; il est normalement anobli prince de Galles et comte de Chester avant d'atteindre sa majorité. Le titre de prince ou princesse s'étend aux enfants du monarque, aux enfants des fils du monarques et au fils aîné du fils aîné du Prince de Galles. En outre, les épouses des princes sont souvent nommées princesses, bien que les époux des princesses puissent ne pas être princes. Par convention, les fils du monarque reçoivent aussi une pairie soit à leurs vingt-et-un ans, soit à leur mariage.


Système politique du Royaume-Uni
Sommaire
Histoire politique Les Normands - Les Plantagenêt - Les maisons de Lancastre et d'York - La maison Tudor - La maison de Stuart et le Commonwealth - La maison de Hanovre - Les maisons de Saxe-Cobourg-Gotha et de Windsor
Système actuel La constitution - Le monarque - Le parlement - Le gouvernement - Le système judiciaire - Les entités décentralisées - Les élections
Annexes Liste des monarques britanniques - Liste des principaux textes législatifs - Liste des nations citées - Bibliographie - Glossaire