Sécurité des systèmes informatiques/Sécurité informatique/Antivirus

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sécurité des systèmes informatiques
Ce modèle

Les systèmes antivirus font partie des systèmes les plus répandus dans le domaine de la sécurité informatique. De manière générale, il s'agit de systèmes de détection de codes malveillants basés sur la détection de signatures. Ces signatures de détection sont identifiées par les éditeurs d'antivirus qui les mettent à disposition de leurs clients, généralement via des systèmes automatiques de téléchargement. On trouve des logiciels antivirus utilisant ces signatures à plusieurs endroits dans le système informatique, notamment sur les postes de travail et sur les principales passerelles applicatives (messagerie, relais HTTP).

Poste de travail[modifier | modifier le wikicode]

Initialement, les antivirus ont été déployés sur les postes de travail. Ils permettent ainsi de réaliser une analyse complète des éléments du système de fichiers afin de détecter d'éventuels virus présents dans les fichiers et de les éliminer soit en corrigeant, soit en détruisant le fichier concerné. Associés à des composants du système d'exploitation, ils permettent d'effectuer une analyse plus dynamique, souvent dite « en temps réel », des différents fichiers ouverts par les applications, de manière à détecter les virus au plus tôt, notamment dans le cas de leur diffusion au sein de documents. Les analyses complètes programmées (nocturnes) sont généralement utilisées sur les serveurs (pour lesquels une analyse dynamique poserait des problèmes de performance en raison du grand nombre de fichiers accédés) tandis qu'une analyse temps réel est généralement préférable sur les postes de travail.

Sur le poste de travail de l'utilisateur final, l'interface de l'antivirus permet d'afficher un certain nombre d'informations générales sur les détections éventuelles effectuées par l'antivirus (voir figure suivante) ainsi que de lancer manuellement des analyses complètes du système de fichiers à la demande. En général, l'utilisateur a peu de contrôle sur les paramètres de fonctionnement de l'antivirus qui restent réservés aux administrateurs et sont diffusés par le serveur de l'entreprise. Notamment, il est important qu'un utilisateur peu averti ne puisse pas désactiver facilement l'antivirus1. Dans le logiciel présenté en exemple, on note aussi la présence d'un système de quarantaine permettant d'isoler les fichiers contaminés par des virus pour des analyses ultérieures plus détaillées.

Fonctions de l'antivirus accessibles à l'utilisateur final

La figure suivante présente les principaux paramètres de l'antivirus du poste de travail. On y trouve d'abord identifié le serveur parent du poste de travail du point de vue de l'antivirus : c'est ce serveur qui distribue à ce poste les mises à jour de signatures permettant de détecter de nouveaux virus, ainsi que d'éventuelles évolutions du moteur d'analyse lui-même. Sont ensuite listés les différentes versions du programme, du moteur d'analyse, et surtout du fichier de signatures (nommé fichier de définitions virales dans l'exemple présenté). Afin de pouvoir détecter efficacement tous les virus connus et surtout les plus récents, ce fichier de signatures doit bien évidemment être aussi récent et aussi complet que possible.

Interface principal de l'antivirus

La figure suivante donne un exemple de la liste des virus détectés correspondant au fichier de signatures de l'antivirus. On voit que, même en 2003, le nombre de signatures prises en compte était très important.

Liste des signatures de virus

Enfin, la figure suivante présente un exemple d'alerte émis en direction de l'utilisateur en cas de détection de virus. Il s'agit dans ce cas du virus de test présenté au §4.1.3. Parmi les informations affichées, on note l'action effectuée par l'antivirus : il s'agit en général soit d'une opération de correction du fichier (nettoyage), soit d'une suppression du fichier concerné, soit éventuellement d'une mise en quarantaine.

Exemple de message d'alerte

Il est possible de désactiver ces messages d'alerte (surtout s'ils sont aussi collectés par d'autres moyens). D'après notre expérience, le fait de les désactiver ou non est une question assez difficile à trancher.

En général, en cas d'infection virale, la plupart des utilisateurs même avertis, ont une vision très peu fiable de la réalité de l'infection de tel ou tel poste de travail. Ainsi, la présence d'une alerte de l'antivirus est en fait certainement le signe que le poste de travail n'a pas été infecté ; tandis que son voisin qui, lui, n'a vu aucune alerte, peut très bien avoir été corrompu (notamment s'il disposait d'un fichier de définitions virales un peu plus ancien). Dans un cas comme dans l'autre, caractériser précisément la présence ou l'absence d'un virus particulier demande une connaissance précise de ses caractéristiques techniques (les paramètres systèmes qu'il altère par exemple). L'alternative (notamment pour des informaticiens peu familier des problèmes de sécurité) est d'effectuer une analyse complète du système de fichiers après avoir vérifié la mise à jour des signatures utilisées par l'antivirus ; mais cette alternative n'est pas toujours aussi fiable qu'une étude manuelle, notamment du fait que certains virus récents commencent à essayer d'altérer le fonctionnement des antivirus courants.

Dans cette situation, le déclenchement des alertes conduit généralement les utilisateurs à compliquer la gestion d'une infection virale en occupant l'attention des administrateurs. Ceci tendrait à favoriser leur désactivation. Toutefois, en cas de détection d'un virus, il peut aussi sembler normal d'avertir l'utilisateur direct du poste de travail, qui est le premier concerné par les données mises en danger et qui peut ainsi comprendre le travail que réalise en permanence l'antivirus sur son poste.

Console de gestion[modifier | modifier le wikicode]

Du point de vue de l'administrateur, les différents moyens de gestion de l'antivirus sont généralement centralisés autour d'une console de gestion (souvent associée au serveur de distribution du fichier des signatures). La figure suivante montre un exemple de la console de gestion du produit présenté précédemment (Symantec Antivirus). On y voit les différents serveurs utilisés pour la distribution du fichier des signatures, ainsi que les évènements correspondant aux connexions des postes de travail. On peut également y trouver identifiés individuellement les serveurs du système informatique pour lesquels on gère une configuration individualisée (fréquence et horaires des analyses programmées notamment).

Console centralisée de gestion de l'antivirus

La console de gestion centralise également l'ensemble des alertes de détection de virus déclenchées dans l'entreprise. La figure suivante présente un exemple de cet historique coïncidant avec quelques tentatives de ré-infection du virus Blaster au moment du retour sur le réseau d'entreprise de postes de travail nomades infectés. (En temps normal, l'historique est beaucoup moins riche et, normalement, ne montre des détections de virus que de manière épisodique.)

Historique des virus détectés

Enfin, la dernière figure présente l'historique des évènements de gestion de l'antivirus, également proposé au niveau de la console de gestion. Cet historique identifie notamment tous les évènements de mise à jour des signatures pour les antivirus. Il faut garder à l'esprit le fait qu'un poste de travail peut prendre un certain retard par rapport à la dernière version disponible (par exemple si son utilisateur normal est absent pendant un certain temps). Par contre, il peut être utile d'identifier les postes de travail dont les mises à jour ne se font pas de manière normale, c'est à dire ceux qui sont absents de cet historique ou ceux dont les mises à jour échouent. (Suivant les produits, ces informations-là sont parfois assez difficiles à consolider; la dernière version du produit antivirus utilisé comme support à cette présentation fournissant notamment un outil de reporting dédié à cette consolidation.)

Evènements de gestion de l'antivirus

Tester un antivirus[modifier | modifier le wikicode]

Le test du bon fonctionnement d'un logiciel antivirus est un sujet plus délicat qu'il n'y paraît.

D'abord c'est un point important : un logiciel antivirus n'a d'intérêt que s'il est réellement en mesure de stopper des virus. Tout dysfonctionnement devrait être détecté.

Ensuite, il est absolument hors de question de tester le bon fonctionnement d'un antivirus en introduisant des virus réels dans un système informatique ! D'abord, il n'est pas forcément facile d'obtenir un virus réel, la préoccupation courante en sécurité informatique étant plutôt de les éradiquer que de les conserver. Par ailleurs, même si ce type de test était effectué sur un système isolé en salle blanche, totalement déconnecté de tout autre système, le risque resterait important de déclencher une propagation réelle (fut-ce par une erreur de manipulation). Par ailleurs, dans ce cas, l'intérêt du test lui-même serait assez limité car un système isolé ne permet pas de tester l'environnement d'exploitation réel (et notamment par exemple la remontée des alertes vers une console de gestion).

Pour pallier à ces difficultés de test du déploiement, la plupart des constructeurs d'antivirus ont implémenté une signature de détection d'un virus factice, nommé EICAR. La définition de référence de ce virus est accessible à l'URL suivante : http://www.eicar.org/anti_virus_test_file.htm. Ce virus est sans danger car il correspond tout simplement à un fichier texte contenant les 68 caractères suivants et ayant une longueur d'exactement 68 octets :

X5O!P%@AP[4\PZX54(P^)7CC)7}$EICAR-STANDARD-ANTIVIRUS-TEST-FILE!$H+H*

Ce fichier est par ailleurs un programme DOS exécutable valide dont le seul effet inoffensif est d'imprimer le message suivant : « EICAR-STANDARD-ANTIVIRUS-TEST-FILE! ».

Créer ou copier un tel fichier dans un espace de test sur le disque dur d'un système est donc un excellent moyen de tester le bon fonctionnement du logiciel antivirus. Par contre, il faut noter qu'en règle générale ce fichier sera immédiatement traité par le logiciel antivirus, c'est à dire soit effacé, soit verrouillé (et donc difficile à détruire une fois le test effectué).

Antivirus de flux : messagerie, flux HTTP (entrant)[modifier | modifier le wikicode]

Les virus utilisant d'autres moyens de propagation, notamment les messages électroniques et les flux HTTP (via les possibilités de téléchargement ou d'exécution de code offertes par les clients de messagerie et les navigateurs) de nouveaux besoins d'analyse antivirale sont apparus. Au niveau des passerelles de messagerie ou des relais HTTP, ces antivirus fonctionnent de manière assez similaire à ceux présents sur les postes de travail en s'appuyant sur des définitions de signatures. Le fonctionnement de l'antivirus est surtout différent en ce sens qu'il traite un flux de communication qu'il doit essayer de ne pas perturber, notamment du point de vue de ses performances.

En ce qui concerne les flux de messagerie, l'antivirus doit analyser les pièces jointes aux messages électroniques. Celles-ci pouvant être incluses dans des fichiers compressés, le travail d'analyse est conséquent et le dimensionnement des plate-formes matérielles réalisant ces analyses est assez délicat. En ce qui concerne les flux HTTP, la principale difficulté consiste à réaliser une analyse à la volée sans bloquer le flux de communication. Plusieurs stratégies sont envisageables et certaines peuvent modifier assez sensiblement le ressenti des utilisateurs finaux (notamment dans le cas où les fichiers sont stockés transitoirement par l'antivirus).

Enfin, tenter de télécharger depuis l'URL de référence un des fichiers disponibles contenant le virus factice EICAR est un bon moyen de tester la présence et le bon fonctionnement d'un antivirus HTTP s'il existe. Le test d'un antivirus de messagerie peut être effectué en envoyant le fichier dans un message électronique.