Sécurité des systèmes informatiques/Sécurité informatique/Configuration des traces et mots de passe Windows

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sécurité des systèmes informatiques
Ce modèle

Configuration des traces Windows 2000 (et ultérieurs)[modifier | modifier le wikicode]

Parmi les différentes traces disponibles dans un système informatique, celles que l'on peut collecter sur les systèmes d'exploitation de la famille de Microsoft Windows 2000 ou XP sont particulièrement communes. On peut en effet généralement disposer de ces traces sur la majorité des postes de travail et une large part des serveurs d'un système informatique d'entreprise usuel. De plus, en y regardant de plus près, ces traces sont assez riches et relativement faciles à activer via les facilités d'administration offertes par l'annuaire centralisé Active Directory de Microsoft.

Pourtant, ces traces sont certainement sous-exploitées dans la majeure partie des configurations. En effet, leur disponibilité n'est pas toujours connu, leur analyse n'est pas évidente (elles sont très nombreuses) et leur centralisation n'est pas immédiatement réalisable via les seules fonctionnalités du système d'exploitation Microsoft. Pour rester dans un univers logiciel homogène, il est nécessaire d'acquérir d'autres solutions de l'éditeur (Microsoft Operations Manager ou MOM) pour la centralisation des traces. Toutefois, des solutions alternatives existent, en s'appuyant sur des logiciels plus spécifiques (et notamment le protocole et les serveurs syslog et le logiciel libre Ntsyslog).

Avant de réaliser leur centralisation, il faut identifier les principaux paramètres de configuration des traces sur le système d'exploitation. Ceux-ci figurent globalement dans la « stratégie d'audit » du système d'exploitation, parmi les « stratégies locales » de sécurité. La figure suivante présente les différents paramètres disponibles ainsi que leur valeur par défaut (dans le contexte graphique de Windows XP). On note que par défaut cet audit est désactivé.

Configuration par défaut de l'audit Windows (XP)

Dans la figure suivante, nous présentons un exemple de configuration recommandée pour l'audit Windows de notre point de vue. Il s'agit là d'une configuration assez exhaustive, susceptible d'être restreinte en cas de problèmes de performance, mais qui donne satisfaction dans la plupart des cas. La configuration optimale dépend du système informatique concerné.

Configuration souhaitable de l'audit Windows (XP)

D'autres paramètres à prendre en compte pour la configuration de l'audit Windows concernent les fichiers journaux utilisés pour le stockage des traces. Ils sont présentés ci-aprés. Il faut notamment indiquer la taille maximale des fichiers journaux ainsi que la stratégie de remplacement à utiliser quand les journaux sont pleins. Les deux paramètres sont en fait étroitement liés.

Default xp obs.png Default xp obs parms.png

Si une taille importante (de l'ordre de la dizaine de MiB) est utilisable ; le fichier journal pourra certainement contenir l'ensemble des traces normalement générées pendant la période de rétention désirée. Dans ce cas, une stratégie de remplacement basée sur l'âge des traces est à notre sens préférable. En effet, elle évite de laisser à un attaquant l'opportunité de masquer ses traces en saturant le fichier journal par un événement anodin répété suffisamment pour entraîner une rotation rapide. Ceci correspond globalement à une politique consistant à conserver les traces sur la machine sur laquelle elles sont collectées.

Si on préfère réserver une taille limitée pour le fichier journal sécurité et si celui-ci n'est utilisé que comme tampon intermédiaire avant déport des traces vers un serveur de centralisation, il est alors préférable d'utiliser une taille très réduite pour le journal (quelques dizaines de KiB) et d'adopter une stratégie de remplacement au besoin pour éviter qu'un pic d'activité (normal) de la machine ne conduise à une perte des traces. Enfin, il faut penser que, dans la plupart des cas, l'activation des traces ne doit pas se faire à l'aveuglette. La génération, le stockage et la destruction de ces journaux doit être maîtrisée. D'abord parce que, par exemple, un serveur syslog mal configuré est un des meilleurs moyens de remplir rapidement un disque dur (intentionnellement ou non). Ensuite parce que, en France, la protection des données personnelles inclut une obligation de protéger ces données et l'utilisation qui en est faite de manière effective ainsi qu'un droit à l'oubli dont l'esprit est de prononcer la destruction systématique de données personnelles après leur péremption (surtout si elles ne sont pas utilisées). Une bonne maîtrise du cycle de vie des journaux est donc nécessaire avant de s'engager dans leur activation.

Par ailleurs, la collecte et même la centralisation des journaux ne sont qu'une première étape, qui fournit avant tout un garde-fou en cas d'enquête approfondie. C'est l'exploitation de ces traces qui permet de progresser dans la gestion de la sécurité.

Gestion des mots de passe sous Windows[modifier | modifier le wikicode]

Paramètres de gestion des mots de passe sous MS/Windows

La figure précédente présente les différents paramètres disponibles sous MS/Windows pour imposer des contraintes supplémentaires aux utilisateurs en ce qui concerne le choix et la durée de vie de leurs mots de passe. Certains de ces paramètres peuvent aider à la mise en place effective d'une politique de sécurité. Toutefois, compte tenu de la difficulté d'amener les utilisateurs à utiliser des mots de passe solides ces paramètres doivent être utilisés avec précaution.