Sécurité des systèmes informatiques/Sécurité informatique/La veille technologique sécurité/Scénarios

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sécurité des systèmes informatiques
Ce modèle

Les alertes et les avis de sécurité correspondent à la communication de l'information. Mais ils ne permettent pas nécessairement seuls (surtout s'ils sont mal formulés) de comprendre la chronologie et l'impact des problèmes de sécurité sous-jacents. Il est nécessaire de prendre du recul par rapport à l'information qu'ils fournissent pour comprendre comment les utiliser au mieux. Pour cela, nous allons nous intéresser à certains évènements de sécurité ayant eu lieu dans les années précédentes pour retrouver leur trace dans les différents avis de sécurité parus à l'époque. Bien évidemment, a posteriori, la tâche est relativement facile. Il est beaucoup plus utile d'essayer d'anticiper, et d'identifier les avis qui vont avoir un impact important au plus tôt au fur et à mesure de leur arrivée. C'est aussi nettement plus difficile et plus aléatoire même si une vision rétrospective montre bien qu'avec un peu d'exercice, les possibilités d'anticipation existent.

Blaster (été 2003)[modifier | modifier le wikicode]

Durant l'été 2003, un ver, heureusement non-destructif, s'est rendu célèbre sous le nom de Blaster. Du point de vue du CERT-CC (qui, à notre avis, a eu un comportement irréprochable lors de cet événement), les éléments suivants sont à mettre en liaison avec l'histoire de ce problème de sécurité : Une vulnérabilité référencée par l'avis CERT VU#568148 publié le 16 juillet 2003, signale l'existence d'une faille grave dans le service RPC de la plupart des systèmes d'exploitation de la famille Microsoft Windows.

Compte tenu de la gravité de la vulnérabilité, le CERT émet une alerte de sécurité sous la référence CA-2003-16 le 17 juillet 2003. Cette alerte référence le bulletin de sécurité Microsoft MS03-026, daté du 16 juillet 2003, qui indique notamment les correctifs à appliquer.

Le 31 juillet 2003, le CERT émet une nouvelle alerte référencée CA-2003-19 indiquant qu'il reçoit des rapports concernant des scans variés de recherche de la vulnérabilité référencée précédemment et recense au moins deux techniques d'exploitation de cette vulnérabilité utilisées pour l'exploiter. Le 11 août 2003, le CERT émet une alerte référencée CA-2003-20 pour signaler les premières apparitions d'un ver se propageant rapidement en utilisant la vulnérabilité référencée précédemment. Dans les 3 jours suivant, le CERT précisera l'alerte en question pour indiquer les détails techniques permettant de retirer le ver d'une machine affectée, et de bloquer sa propagation au niveau réseau (en l'absence d'application des correctifs sur les systèmes vulnérables).

Le ver Blaster restera pendant plusieurs mois sur la page du CERT indiquant les menaces actives.

On notera bien évidemment que la prise en compte des informations du CERT de manière préventive pouvait offrir un délai de 4 semaines (ou de 12 jours pour ceux qui ne comprennent pas à la première alerte) pour la mise en place des correctifs de l'éditeur avant l'apparition du ver lui-même. Celui-ci, par contre, utilisant des techniques de propagation relativement efficaces (en tout cas par rapport à ses prédécesseurs) ne laissait guère plus de quelques jours pour réagir une fois sa dissémination entamée. Il est heureux que ce ver n'ait pas eu un caractère destructif.

Netsky (hiver 2004)[modifier | modifier le wikicode]

Un autre ver, nommé Netsky, particulièrement virulent marqua le début de l'année 2004. Il s'agit en fait d'une série de vers, plusieurs variantes (parfois nommées différemment) ayant été identifiées successivement.

Ce ver est particulièrement représentatif d'une autre catégorie de menaces, utilisant un vecteur de propagation différent : la messagerie électronique. L'exploitation de la négligence des utilisateurs (rendue plus facile par la grande facilité d'activation de programmes dans les interfaces de messagerie) et d'éventuelles failles des clients de messagerie courants permet en effet d'espérer déclencher avec une probabilité assez importante les programmes envoyés via un email d'apparence inoffensif. Pour sa propagation ultérieure, le ver exploite ensuite les informations figurant dans le carnet d'adresse du compte attaqué afin de fabriquer et d'envoyer de nouveaux messages électroniques (généralement falsifiés) contenant des copies du ver. Inauguré par le ver Iloveyou qui consistait en un simple script VisualBasic en 2000, ce type de ver s'est progressivement perfectionné pour améliorer la propagation et rendre la détection plus difficile, tout en incorporant parfois des fonctions plus avancées exploitant aussi des vulnérabilités du système d'exploitation de la machine sur laquelle il s'exécute (scan, installation de services privilégiés, etc.). On a même assisté à une certaine compétition entre les auteurs de différents vers de ce type (Netsky éliminant ainsi un de ses prédécesseurs, nommé Sasser, pour prendre sa place).

La variante Netsky.D dont la propagation a été la plus rapide a illustré un des problèmes lié à la prévention de cette menace via des outils de type logiciels antivirus (de messagerie ou du poste de travail). Entre la détection des premières instances du virus, l'analyse par les équipes des éditeurs de logiciels antivirus, la diffusion d'une signature adaptée, et son déploiement sur des postes de travail dans un réseau d'entreprise de grande taille, il a pu s'écouler environ 8 heures. À notre sens c'est un bon résultat. Le temps de traitement d'un tel événement par cette approche nous semble désormais assez incompressible. Mais pourtant, ce laps de temps a suffit à cette variante d'un virus déjà largement répertorié pour pénétrer dans des réseaux d'entreprises dont les postes étaient pourtant systématiquement équipés de logiciel antivirus. Netsky a donc montré concrètement que la protection offerte par les solutions antivirales agissant sur le principe d'une détection d'attaques connues n'était pas parfaite, même quand les antivirus sont d'une grande qualité technique. C'est bien entendu évident, mais surtout depuis Netsky [1].

ISS/Witty (hiver 2004)[modifier | modifier le wikicode]

Le mois de mars 2004 a vu également l'apparition d'un ver, baptisé Witty, exploitant une vulnérabilité référencée VU#947254 par le CERT et spécifique au système d'authentification des logiciels de l'éditeur de logiciels de sécurité ISS (Internet Security Systems). Le principe de fonctionnement de ce ver est relativement usuel par rapport aux menaces de ce type qui sont survenues à cette période. La portée de Witty est même plus limitée puisqu'il a ciblé les systèmes fournis par un éditeur particulier. C'est sans doute pour cela que Witty n'a pas reçu l'attention large que d'autres vers comme ceux que nous avons mentionnés précédemment ont pu attirer. Malgré tout, Witty marque une rupture dans les menaces observées sur Internet[2].

En effet, ce ver est probablement le premier des codes malveillants à avoir non seulement été conçu pour réussir sa propagation et son exécution à grande échelle ; mais aussi pour effectuer la destruction des systèmes visés. Selon la plupart des informations disponibles, Witty a bien réussi sa mission, en rendant inutilisables les systèmes qu'il a attaqués, parmi lesquels un nombre important de firewall et d'équipements de sécurité (chiffré à une dizaine de milliers). A notre connaissance, le concepteur du ver ou ses motivations n'ont toujours pas été identifiés.

Par contre, ce cas a illustré concrètement les pires scénarios envisageables vis à vis de l'apparition de vers efficaces et destructifs. Witty a visiblement été conçu avec soin et efficacité : il est apparu très peu de temps après la première diffusion publique de la vulnérabilité qu'il exploite (il a donc été préparé avant), sa propagation a été ultra-rapide (estimée à 45 minutes), il a certainement utilisé des techniques de propagation avancées (utilisant un certain nombre de systèmes compromis préalablement pour amorcer plus rapidement la propagation à grande échelle[3]), le code de destruction était simple mais suffisamment sophistiqué pour endommager durablement le système sans pour autant le bloquer immédiatement, le ver était extrêmement compact (700 octets), etc. A notre sens, Witty présente plus de points communs avec une arme efficace qu'avec un programme génial, y compris dans la délimitation de sa cible. Dans tous les cas, Witty est clairement l'œuvre d'un agresseur compétent et déterminé. Celui-ci n'a pas recommencé, mais un ver de ce type utilisant comme vecteur une vulnérabilité affectant des systèmes plus répandus pourrait probablement mettre en danger la majeure partie des systèmes informatiques mondiaux. En tout cas, c'est ce que certains scénarios catastrophes envisagent déjà depuis plusieurs années[4].

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Lequel ne faisait pourtant que reprendre le principe d'Iloveyou, menace face à laquelle en 2000 beaucoup d'entreprises avaient justement réagi en généralisant les antivirus de messagerie. Pour l'instant, peu d'entreprises semblent s'intéresser à renforcer sérieusement la sécurité de leur client de messagerie au lieu de jouer au gendarme et au voleur.
  2. Voir http://www.schneier.com/crypto-gram-0406.html#9 et http://www.icsi.berkeley.edu/~nweaver/login_witty.txt pour des analyses plus détaillées.
  3. Technique dite de pre-seeding (pré-amorçage).
  4. http://www.icir.org/vern/papers/cdc-usenix-sec02/