Sécurité des systèmes informatiques/Sécurité informatique/Le domaine SSI

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sécurité des systèmes informatiques
Ce modèle

Fonctions du RSSI[modifier | modifier le wikicode]

Les fiches de définition de poste du Cigref identifient les grandes missions suivantes pour la fonction de « Responsable de la Sécurité du Système d'Information », fréquemment abrégée « RSSI » : Définition de la politique de sécurité : construire le référentiel normatif de l'organisation vis à vis de la sécurité informatique, en accord avec les objectifs de la direction générale et les contraintes de mise en place ou les risques identifiés.

  • Analyse de risques : identifier et évaluer les risques liés au système d'information (et notamment son informatisation).
  • Sensibilisation et formation aux enjeux de la sécurité : accompagner les utilisateurs et les informaticiens de l'organisation pour mettre en lumière les enjeux liés à la sécurité et les moyens d'y répondre.
  • Étude des moyens et préconisations : être une force de proposition de moyens techniques permettant d'atteindre les objectifs de sécurité de l'organisation ou de pallier aux risques inacceptables, notamment par le biais d'études techniques.
  • Audit et contrôle : contrôler la mise en place des règles de sécurité, vérifier le niveau de vulnérabilité réel du système d'information, et éventuellement effectuer (du point de vue technique) des enquêtes ou des audits internes si besoin.
  • Veille technologique et prospective : effectuer un suivi général des offres du marché de la sécurité, mais aussi des évolutions théoriques de ce secteur, et assurer un suivi des vulnérabilités et des alertes de sécurité concernant les systèmes informatiques auprès des entités agissant sur ce thème (constructeurs, CERT, etc.).

Ces missions conduisent donc à donner au RSSI des rôles de conseil, d’assistance, d’information, de formation et d’alerte. Il s'agit de rôles demandant à la fois des capacités d'intervention variées et des compétences multi-disciplinaires ; ce qui rend la fonction assez difficile à remplir dans son ensemble. Dans la mesure du possible, ces missions doivent être accomplies dans une structure indépendante de la direction informatique. [1]

Organisation[modifier | modifier le wikicode]

Les principaux composants de l'organisation d'une entreprise pour la gestion de la SSI sont les suivants :

  • Un « responsable » (RSSI) : qui assure seul la coordination sur ce thème, ou qui gère éventuellement une équipe technique chargée des systèmes de sécurité informatiques dédiés à ce domaine.
  • Comité de sécurité informatique : un comité regroupant les acteurs décisionnaires sur le domaine de la SSI (direction générale, direction informatique, RSSI notamment) et faisant autorité pour les questions de politique générale et de moyens matériels affectés à la SSI.
  • Groupes de travail : des groupes de travail opérationnels sont généralement nécessaires, notamment par thèmes, pour faire progresser les différents sujets impliqués dans l'atteinte des objectifs de sécurité (réseau, poste de travail, systèmes, etc.)
  • Veille technologique : la veille technologique des alertes de sécurité (vulnérabilités, menaces, etc.) demande généralement une structure identifiée qui peut être directement réalisée par une équipe technique SSI (ou le RSSI) mais qui peut également bénéficier du filtre de documentalistes professionnelles ou de prestataires extérieurs.
  • Suivi de la sécurité opérationnelle : la gestion quotidienne de la sécurité peut impliquer un travail d'exploitation et de suivi (notamment des équipements de sécurité).
  • Surveillance et contrôle : la surveillance continue du système informatique, sous l'angle par exemple de la détection d'intrusion ou du contrôle de la conformité des systèmes aux règles de sécurité définies sont une autre facette du travail technique quotidien consacré à la sécurité du système informatique.
  • Sensibilisation des utilisateurs : la sensibilisation des utilisateurs aux problèmes et aux efforts de sécurité est une action importante dans la pratique, à mener en général avec le service ou les actions de communication interne.
  • Autorisation et gestion des habilitations : la délivrance des autorisations aux différents employés et la gestion (éventuellement manuelle) des habilitations associées peut constituer une activité déterminante dans le domaine de la sécurité, cette fois-ci au sens large en incluant les droits d'accès et les fonctions des personnes dans l'organisation (souvent en coordination avec la gestion des ressources humaines).
  • projet X : pour les différents projets, des équipes spécifiquement chargées de la prise en compte des exigences de sécurité, ou des réalisations techniques associées peuvent être identifiées ; en règle générale, seul les projets d'envergure, les projets risqués, ou les projets spécifiques à la sécurité nécessitent (ou font l'effort de constituer) une équipe spécifique sur ce thème.
  • Gestion de crise : une cellule de crise peut éventuellement être constituée en prévision de réaction à des situations exceptionnelles du point de vue de la sécurité informatique, suivant le niveau de risque et les enjeux associés au système d'information de l'organisation.

Documents SSI[modifier | modifier le wikicode]

On peut identifier un certains nombre de documents entourant la gestion de la sécurité :

  • Politique de sécurité (PSSI) : C'est le document de plus haut niveau fixant notamment les objectifs de sécurité détaillés de l'entreprise (et donc les décisions politiques de protection de ses actifs par rapport aux risques identifiés ou éventuels) et les règles de sécurité à mettre en place pour les atteindre. Validé par la direction générale, ce document permet d'organiser et de légitimer la mise en place de l'organisation relative à la SSI et des recommandations plus spécifiques qui découlent de la politique de sécurité.
  • Spécifications de sécurité : Dans un certain nombre de domaines, il est en effet utile de décliner les règles de haut niveau adoptées dans la PSSI pour les adapter à un contexte particulier. Par exemple, dans le domaine contractuel, la PSSI peut se trouver décliner dans un modèle de clause de sécurité pour les marchés établis par l'entreprise avec ses sous-traitants (notamment s'il s'agit de marchés publics) rédigé en concertation avec le service juridique de l'entreprise. Dans le domaine de la surveillance interne, la PSSI peut devoir être précisée pour clarifier les modalités de surveillance des salariés via des moyens informatiques, en liaison avec les instances représentatives du personnel et la DRH en conformité avec les prescriptions diffusées notamment par la CNIL (dans le domaine de la « cyber-surveillance »). D'un point de vue plus technique, la PSSI peut également se trouver déclinée dans les principaux domaines du système d'information pour détailler les règles de protection : du réseau, des systèmes d'exploitation, d'un SGBD, des serveurs HTTP, etc.
  • Guides de configuration ou de recette sécurité : Pour une mise en place efficace, ces règles de protection doivent par contre pouvoir être précisément décrites dans le cas de certains systèmes d'exploitation, certains équipements réseaux ou certains logiciels. C'est alors le rôle des documents opérationnels. Ceux-ci peuvent prendre la forme de guides de configuration ou de cahiers de recette SSI. La principale distinction entre les deux documents tient avant tout à leur mode de mise en œuvre : dans une logique de coopération avec la SSI il peut s'agir d'aider les administrateurs à mettre en place les mesures de sécurité décidées dans l'entreprise, dans une logique de validation et de contrôle il peut s'agir d'une procédure de recette (tests) permettant d'autoriser formellement l'ouverture d'un service ou d'un système agréé du point de vue de sa sécurité.
  • Analyse des risques : En complément des documents de mise en place, la PSSI peut être accompagnée par un document d'analyse des risques qui permet de mieux comprendre la réalité des principaux biens, des menaces identifiées et des risques recensés dans l'entreprise.
  • Synthèse/Suivi : Du point de vue du suivi de la sécurité, il est également important de prévoir l'existence de documents permettant de suivre la mise en place des règles de sécurité (et d'éventuelles violations repérées par des audits par exemple), de consolider les alertes de sécurité identifiées par exemple par certains équipements de sécurité et enfin d'offrir une vue synthétique de la configuration effective des règles de sécurité (telle qu'elle est mise en œuvre dans les équipements de filtrage par exemple).
  • Tableau de bord : Enfin, on peut envisager de rassembler un certain nombre d'indicateurs de sécurité au sein d'un tableau de bord de la sécurité. L'objectif de ce tableau de bord est d'offrir à la direction un état de la situation générale de la SSI, dans l'objectif de présenter les effets de la mise en place de la politique de sécurité de l'entreprise ou éventuellement pour susciter cette mise en place.

Ces différents documents sont présentés plus en détail dans la section correspondante.

La SSI des projets informatiques[modifier | modifier le wikicode]

Vision idéalisée[modifier | modifier le wikicode]

L'illustration 1 positionne certaines actions relevant de la SSI par rapport à des étapes classiques du cycle de vie d'un projet de développement logiciel. Ces activités viennent compléter les activités naturelles du déroulement du projet. On peut également distinguer plusieurs types de positionnement par rapport aux projets informatiques vis à vis desquels la gestion pratique de la sécurité informatique pourra être très différente.

  • Projets SSI
    • Associés à l’infrastructure de sécurité elle-même
    • Jonction avec les autres projets d’infrastructure
  • Assistance aux projets
    • Apporter des compétences
    • Intégrer les projets à la démarche sécurité (et vice versa)
    • Clauses contractuelles
  • Validation et contrôle des projets
    • Identifier des vulnérabilités et des risques résiduels
    • Accorder des autorisations d’ouverture

Activités concrètes d’un RSSI[modifier | modifier le wikicode]

Dans la pratique, les activités suivantes dominent largement le quotidien :

  • La veille régulière sur les vulnérabilités, notamment par le biais des CERT (www.cert.org).
  • Certains activités opérationnelles : paramétrage du firewall, suivi des IDS.
  • Les activités de gestion de la SSI dans l'entreprise : animation du comité de sécurité et des groupes de travail SSI.
  • Une activité de production de documentation (PSSI, guides, etc.).
  • La gestion des échanges avec les organismes extérieurs (mise à disposition de données pour des partenaires, d'applications, déclarations CNIL, etc.).
  • La prise en charge ou le suivi des procédures de l'organisation relatives à la SSI : suivi des tests d’intrusion, gestion des autorisations et des habilitations.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Cela pourrait même être obligatoire pour profiter des dernières évolutions de la loi « Informatique et libertés », et notamment des facilités offertes par la nomination d'un « correspondant à la protection des données à caractère personnel » (les détails restant à préciser).