Sécurité des systèmes informatiques/Sécurité informatique/La veille technologique sécurité

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sécurité des systèmes informatiques
Ce modèle

La veille technologique, dans le domaine de la sécurité, peut concerner le suivi des nouvelles technologies disponibles sur le marché, mais concerne également le suivi des alertes de sécurité ou plus précisément des nouvelles vulnérabilités découvertes sur les systèmes informatiques. Cette dernière activité de veille est assez particulière au domaine de la SSI, c'est elle sur laquelle nous nous focalisons dans cette section.

Le CERT : un moyen de veille incontournable[modifier | modifier le wikicode]

Les CERT (Computer Emergency Response Team) sont un des principaux moyens utilisables pour assurer efficacement la veille en sécurité informatique, notamment par le biais du CERT originel, hébergé à l'université américaine de Carnegie Mellon, mais dont les activités opérationnelles ont été transférées début 2004 dans le CERT des États-Unis (US-CERT). Le réseau des CERT a été créé en 1988 en réaction à l'apparition du premier ver majeur sévissant sur Internet. Il s'agit d'un ensemble d'organismes indépendants d'alerte et de consolidation des informations concernant la sécurité des systèmes et des logiciels et les menaces sévissant à un instant donné sur l'ensemble du réseau Internet. La racine de cette organisation est constituée par « le » CERT - en fait le centre de coordination des CERT, le CERT-CC - localisé à Carnegie Mellon et dont le site Web, accessible à l'adresse [www.cert.org], est une des principales sources d'information officielle concernant la sécurité informatique au quotidien. Chaque pays et même chaque entreprise est ensuite en mesure de créer ses propres organismes de ce type. Les principaux CERT sont organisés au sein d'un réseau d'échange nommé FIRST et le réseau accrédite les nouvelles structures souhaitant y contribuer (lesquelles ne sont pas exclusivement des CERT). En France, trois principaux CERT ont vu le jour, avec des succès et des durées de vie variées. Le CERT-RENATER associé au réseau d'enseignement et de recherche (RENATER), le CERTA concernant essentiellement les administrations et les services gouvernementaux et le CERT-IST dédié à la communauté industrie, services et tertiaire française. Toutefois, dans cette section, nous nous intéresserons avant tout à l'information fournie originellement par le CERT-CC de Carnegie Mellon. Il faut noter que la vision que nous en présentons est probablement désormais obsolète même si l'esprit du fonctionnement d'un CERT quelconque est (ou devrait être) proche de celui du CERT-CC, ne serait-ce que par la généalogie. En effet, l'activité de suivi des vulnérabilités et d'émission d'alertes du CERT-CC a été reprise à compter du début 2004 par l'US-CERT, structure du DHS (Department of Homeland Security) ministère créé par les États-Unis en 2002 en réaction aux attaques terroristes du 11 septembre de l'année précédente et pour prévenir de nouveaux attentats. Toutefois, l'US-CERT suit le schéma de fonctionnement initial du CERT-CC, et celui-ci continue jusqu'à ce jour à maintenir sa diffusion d'information en s'appuyant sur les données de l'US-CERT.

Vue générale[modifier | modifier le wikicode]

Page d'accueil du CERT-CC lorsqu'il était en activité

L'activité du jour est résumée dans la synthèse du CERT concernant l'activité quotidienne (voir l'illustration 3). On y fait la distinction entre les alertes de sécurité, les avis de vulnérabilités et le tableau de bord instantanée des principales menaces actives. Les alertes de sécurité sont des documents émis par le CERT concernant des évènements notables du point de vue de la sécurité informatique : vulnérabilité grave et moyen d'y remédier, menace et vulnérabilité associées, etc. L'objectif de ces fiches d'alerte et de fournir un support d'information déjà synthétique et dont le volume reste maîtrisé : le nombre annuel reste de l'ordre de quelques dizaines. Les avis de vulnérabilité sont des fiches d'information technique orientées vers le recensement de toutes les vulnérabilités connues sur les systèmes informatiques à titre de référence. La procédure de diffusion de ces avis est contrôlée : un laps de temps est généralement accordé au constructeur pour proposer un correctif avant la publication de l'avis ou l'avis lui-même est censuré si possible des détails techniques permettant d'exploiter la faille ; toutefois, la politique affichée est de mettre in fine l'information à disposition du public. Enfin, les CERT essaient de recenser le niveau de gravité des différentes menaces actives à un instant donné sur Internet. En effet, les CERT peuvent être destinataires de rapports concernant des intrusions ou des défaillances de sécurité intervenues dans les organismes avec lesquels ils sont en contact (entreprises, administration). Les différents CERT disposent également de moyens d'observation du réseau IP mondial leur permettant d'identifier les principales attaques utilisées ou les vulnérabilités les plus répandues. En général, une publicité très restreinte est effectuée sur ces éléments techniques. (On peut supposer que cette information est seulement disponible au sein du FIRST.) Mais les CERT peuvent en retirer une vision générale des menaces actives, qu'ils rendent publique.

1) Peut-être même plus particulièrement entre les partenaires américains du FIRST...

Fiches d'alerte[modifier | modifier le wikicode]

Les principaux éléments d'une fiche d'alerte CERT sont les suivants :

  • Title / Overview : Titre de l'alerte de sécurité et présentation générale du type d'information fourni par l'alerte (vulnérabilités, menace, etc.).
  • Systems affected : Identification la plus précise possible des systèmes informatiques concernés par l'alerte (en général, les systèmes d'exploitation).
  • Description : Une description technique plus détaillée de la ou des vulnérabilités à l'origine de l'émission de l'alerte, orientée vers la protection des systèmes affectés ou la détection d'une tentative d'exploitation.
  • Impact : L'impact de l'exploitation réussie de la vulnérabilité (prise de contrôle du système, exécution d'un programme avec les privilèges d'un utilisateur normal, déni de service, destruction de fichiers, etc.).
  • Solution : Les correctifs utilisables sont indiqués dans cette section quand ils sont disponibles, éventuellement accompagnés ou remplacés par des moyens de contournement ou à défaut de détection.
  • References : Origine de l'alerte, références des avis de vulnérabilités associés et des numéro d'identification de la vulnérabilité (CVE), références des alertes émises par les constructeurs s'il y a lieu.
  • Credit / Vendor Info. / Other Info. : Informations additionnelles (personnes ayant découvert la vulnérabilité par exemple, remerciements, etc.).

Une fiche de l'US-CERT suit généralement ce schéma. Toutefois, une alerte reste rédigée dans un format relativement libre. C'est surtout l'usage qui a conduit à la structure présentée précédemment, laquelle reste d'ailleurs relativement peu contraignante et permet des niveaux de rédaction assez différents. Il ne faut donc pas voir dans les alertes une base de données au sens strict (pas plus que pour les avis de vulnérabilité d'ailleurs). Il s'agit avant tout d'un moyen de communication, dont le format le plus efficace a été dicté par les usages depuis la création des CERT en 1988 et l'expérience acquise par les équipes de ces organismes. (C'est aussi ce qui peut expliquer pourquoi les CERT les plus anciens sont ceux dont les avis sont généralement de la meilleure qualité.)

Exemples d'avis[modifier | modifier le wikicode]

  • CERT Advisory CA-2003-28 : Cette alerte référence l'existence d'une faille de sécurité appuyée sur un problème classique de débordement de buffer (buffer overflow) dans le service Workstation Service de Microsoft Windows. (Cette vulnérabilité a été suivie séparément par le CERT sous l'avis VU#567620 et a aussi reçu le numéro de référence CVE CAN-2003-0812.) Les systèmes d'exploitation affectés sont Microsoft Windows 2000 (SP2, SP3, SP4), Windows XP (seul, SP1 et édition 64 bits). L'alerte fait référence au bulletin du constructeur MS03-049 et aux différents correctifs disponibles chez le constructeur. Outre l'application des correctifs, les contournements proposés incluent la désactivation du service ou le filtrage des accès réseau utilisés par ce service. L'impact possible est décrit comme permettant d'exécuter des programmes avec les privilèges du système d'exploitation ou des dénis de service ; avec la possibilité que cette faille soit exploitée par un ver. Datée du 11 novembre 2003, l'alerte a été révisée le 20 novembre 2003.
  • CERT Advisory CA-2003-26 : Cette alerte référence plusieurs vulnérabilités (six) découvertes dans des implémentations du protocole SSL/TLS (utilisé pour mettre en œuvre HTTPS) et notamment une des implémentations populaires : OpenSSL. Dans la plupart des cas, les vulnérabilités concernées conduisent à des dénis de service, mais dans un cas au moins l'exécution à distance de programme semble possible. Les systèmes affectés sont très nombreux. Les versions minimales à utiliser des librairies OpenSSL pour se prémunir de ces problèmes sont indiquées.
  • Nous présentons dans une page séparée des séquences d'évènements qui nous ont paru particulièrement intéressantes pour illustrer l'utilisation des avis des CERT.

Bases de vulnérabilités[modifier | modifier le wikicode]

Les différentes alertes de sécurité générées par un CERT sont complétées par la liste, beaucoup plus détaillée, des avis de vulnérabilités émis pour les différentes failles de sécurité identifiées dans les systèmes informatiques. Toutes les vulnérabilités ne donnent en effet pas lieu à l'émission d'une alerte. Ainsi, par exemple :

  • La vulnérabilité CERT VU#567620 est référencée dans l'alerte CA-2003-28 que nous avons déjà mentionnée.
  • L'alerte CA-2003-26 est, elle, associée à 6 vulnérabilités différentes.
  • L'avis de vulnérabilité CERT VU#936868 n'a pas donné lieu à l'émission d'une alerte et nous semble toutefois intéressant. D'abord il concerne une faille assez grave, de type buffer overflow, sur un logiciel SGBD très répandu : Oracle. Cet avis est également intéressant car il montre un exemple des limites du fonctionnement par alerte et correctif : la vulnérabilité mentionnée, référencée par Oracle sous le numéro 57, est due au correctif diffusé par ce constructeur suite à une autre vulnérabilité, référencée quelques mois auparavant par Oracle sous le numéro 28.

Les avis de vulnérabilité du CERT ne sont pas les seuls. Des avis constructeurs existent également, et certaines équipes de développement de systèmes d'exploitation gèrent également des avis spécifiques. Par exemple, les avis concernant le système Debian GNU/Linux sont disponibles sur le Web (l'avis DSA-588 est intéressant par exemple).


Alertes et actions des constructeurs[modifier | modifier le wikicode]

Sans fournir le même niveau d'indépendance, un certain nombre de constructeurs ou d'éditeurs maintiennent également des équipes chargées du suivi de la sécurité et de la diffusion d'alertes, sous des formes assez variées, par exemple :

  • le site sécurité de Microsoft concernant ses logiciels ;
  • celui de l'équipe sécurité de Cisco ;
  • le site sécurité de la distribution ouverte Debian GNU/Linux ;
  • la page Web des errata d'OpenBSD ;
  • etc.

L'information brute[modifier | modifier le wikicode]

Les constructeurs ou les CERT présentent une information mise en forme, vérifiée et recoupée. Cette information se rencontre aussi ailleurs sur Internet, parfois de manière encore plus anticipée, mais son exploitation demande alors généralement plus d'efforts, plus de compétences, plus de temps et surtout beaucoup plus de sens critique[1]. On peut notamment citer les sources suivantes :

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Ainsi qu'une certaine dose de résistance. « M$, blah, you deserve to be hacked. »