Histoire de France/Les Capétiens directs

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sommaire
Ce livre est actuellement en travaux. Tant que cet avis n'aura pas disparu, veuillez en considérer le plan et le contenu encore incomplets, temporaires et sujets à caution.
Un livre de Wikibooks

Avant-proposLes périodes de l'HistoireLocalisation géographiqueLes armes de la France dans l'HistoireAvant l'arrivée des CeltesLes Gaulois – les RomainsLes MérovingiensLes CarolingiensLes Capétiens directsGuerre de Cent ansTriomphe de la royauté — guerres d'ItalieLutte contre l'AutricheGuerres de religionAffermissement du pouvoir royalLa monarchie absolueAffaiblissement de la monarchieLa RévolutionLe Consulat et l'EmpireLa Restauration et la Monarchie de JuilletLa République et l'EmpireDe 1875 à la première guerre mondialeLa première guerre mondialeL'entre-deux guerresLa seconde guerre mondialeL'après-guerreLa guerre froideL'Europe et l'union européenneLa France contemporaineTableau chronologiqueLexiqueVoir aussi
Outils : Cette page en PDF Télécharger cette page au format PDFProjet Entrer en contact avec le projetCommander un exemplaire imprimé Commander un exemplaire imprimée de ce livreCe livre en PDF Télécharger ce livre au format PDFListe alphabétique des pages Liste alphabétique des pagesLivre d'or Livre d'or
Chapitre IV
Les Capétiens directs
Carte du chapitre manquante

Les capétiens directs occupent le trône 341 ans, de 987 à 1328 et donnent à la France quatorze rois.

Arbre généalogique[modifier | modifier le wikicode]

Armes des Capétiens[modifier | modifier le wikicode]

Voici les armes, c'est-à-dire les blasons, des cadets des Capétiens directs[1].

Figure Nom du prince et blasonnement
Blason pays fr Vexin.svg Louis le Gros (1081 † 1137)

D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel d'hermine.

Note : Il est plus que probable que ces armes furent réalisée bien après Louis VI, car :

  1. les premiers armoiries apparaissent vers 1130, et Louis VI est roi dès 1108 ;
  2. l'arrière petit-fils de Louis VI, Philippe Hurepel, est, semble-t-il, le premier à briser l'écu aux fleurs de lys.


Armoiries Alphonse Poitiers.svg Alphonse (1220 † 1271)

Parti d'azur semé de fleurs de lys d'or et de gueules semés de châteaux d'or.

Note : Comme pour ses frères (Robert d'Artois et Charles d'Anjou), les châteaux utilisés pour la brisure de ses armes vient des armoiries de sa mère, Blanche de Castille.

Armoiries Charles Anjou av 1246.svg Blason comte fr Anjou.svg Charles Ier (1226 † 1285)
  • Avant 1246 : d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules, chargé de onze châteaux d'or.
Note : Comme pour ses frères (Robert d'Artois et Alphonse de Poitiers), les châteaux utilisés pour la brisure de ses armes vient des armoiries de sa mère, Blanche de Castille.
  • Après 1246 : d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules
Note : En recevant l'Anjou et le Maine en apanage, Charles d'Anjou reprend également les armoiries de son frère Jean de France (1219-1232).
Blason comte fr Clermont (Bourbon).svg Robert (1256 † 1317)

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules.

Blason comte fr Valois.svg Jean Tristan (1250 † 1270)

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules.

Note : Ces armes sont portées également par :

Blason comte fr Alencon.svg Pierre Ier (1252 † 1283)
  • Avant 1270 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de besants d'argent.
  • Après 1270 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules.
Blason ville fr Mortain (Manche).svg Louis (1276 † 1319)

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules.

Armoiries Philippe d'Orléans-Valois.svg Philippe (1291 † 1322)

D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel componé de gueules et d'argent, alias de France au lambel componé de gueules et d'argent.

Blasons rois de France (1289-1316).svg Rois de France et de Navarre : Louis X le Hutin, Philippe V le long, Charles IV le Bel

Reine de Navarre : Jeanne II

Mi-parti en 1 d'azur semé de fleurs de lys d'or et en 2 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel.

Les premiers Capétiens[modifier | modifier le wikicode]

Hugues Capet
Médaillon présentant Hugues Capet de profil, 1630-1640, Bibliothèque nationale de France

L'élévation de Hugues Capet au trône de France (987) ne porta point ombrage aux autres seigneurs, car il ne possédait comme eux que quelques provinces[2] ; mais cette faiblesse apparente fut sa force, car ses pairs ne songèrent point à limiter sa puissance.

Hugues s'efforça d'augmenter son autorité en recherchant l'appui de l'Église. Il se fit sacrer par l'archevêque de Reims ; il fit rendre au clergé et aux monastères un grand nombre de bénéfices ecclésiastiques, et lui-même renonça aux abbayes de Saint-Denis et de Saint-Germain qu'il possédait. Dans le but d'assurer la couronne à ses descendants, il fit sacrer son fils Robert et l'associa à son pouvoir. Cette précaution fut prise de même par tous ses successeurs jusqu'à Philippe-Auguste qui se sentit assez maître du trône pour la négliger sans danger.

Revendication de Charles de Lorraine

Charles de Lorraine essaya de ressaisir la couronne qui lui avait échappé à la mort de son neveu Louis V. Il obtint d'abord quelques avantages, mais il fut ensuite vaincu et enfermé dans la tour d'Orléans où il ne vécut pas longtemps. Hugues Capet mourut à Paris[3] en 996, après avoir exercé le pouvoir pendant trente et un ans comme duc de France et pendant neuf ans comme roi.

Robert le Pieux

Robert fut un prince pieux et charitable[4] ; il fut cependant excommunié par le pape pour avoir, contre les lois de l'Église, épousé Berthe, sa parente. Cette peine spirituelle, ainsi que l'approche de l'an mille, inspira une telle terreur que tous ses sujets s'éloignèrent de lui. Il se soumit enfin, se sépara de Berthe et épousa Constance d'Arles, princesse ambitieuse et hautaine qui fit le tourment de son époux.

Guerre de Bourgogne

Robert soutint une longue et sanglante guerre contre Otto-Guillaume pour la possession du duché de Bourgogne, dont il acquit enfin la plus grande partie. Il mourut en 1031, après avoir désigné Henri Ier pour son successeur, et l'avoir fait sacrer malgré l'opposition de la reine Constance.

Henri Ier
Portrait de Henri Ier, XIVe siècle (anonyme)

En montant sur le trône, Henri Ier eut à combattre Constance, sa mère et ses deux frères qui cherchaient à lui ravir sa couronne. Pour avoir la paix, il céda la Bourgogne à son frère Robert, qui devint ainsi la tige de la première maison de Bourgogne. À cette guerre civile se joignit une famine qui désola les trois premières années de son règne. La misère fut si affreuse que l'on mangea l'herbe des prairies, l'écorce des arbres ; on en vint à se nourrir de chair humaine ; la peste se joignit à la famine, et la désolation fut à son comble. Les famines avaient plusieurs causes : les voies de communication, les bonnes routes, les canaux, les chemins de fer faisaient défaut ; les droits de péages paralysaient le commerce ; d'autre part, l'agriculture était peu développée, et la pomme de terre, précieux pain du pauvre, manquait.

La Trêve de Dieu

Au milieu de ces calamités, le brigandage s'exerçait impunément ; les seigneurs s'attribuant le droit d'user des armes selon leur bon plaisir, se faisaient des guerres continuelles. L'Église s'efforça d'arrêter ces violences ; elle établit la Trêve de Dieu qui interdisait sous peine d'excommunication le droit de guerre privée, depuis le mercredi soir jusqu'au lundi matin, ainsi que les jours de fête et de jeûne.

Philippe Ier
Philippe Ier d'après une gravure du XIVe siècle (anonyme)

Philippe Ier n'avait que sept ans à la mort de son père arrivée en 1060 ; la tutelle fut exercée par son oncle Baudouin, comte de Flandre, qui s'acquitta loyalement de sa mission. Sous ce règne s'accomplirent de grands événements, auxquels le roi ne prit aucune part : la conquête du royaume d'Angleterre par les Normands, la première croisade et diverses expéditions des seigneurs.

Guerres de Philippe Ier

Philippe voulut enlever la Flandre au fils aîné de Baudouin, mais il se fit battre à Cassel. Il soutint ensuite la révolte de Robert Courte-Heuse, fils de Guillaume, roi d'Angleterre ; ce dernier, pour se venger, saccagea la ville de Mantes, et il allait marcher sur Paris lorsqu'il mourut d'une chute de cheval. Philippe, qui passait sa vie dans les plaisirs et la débauche, fut excommunié par le pape ; mais il se repentit de ses désordres et mourut en 1108. Heureusement pour la tranquillité du royaume, il s'était associé son fils Louis, surnommé l'Éveillé, qui administra sagement l'État pendant que son père était frappé d'excommunication.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Les quatre premiers Capétiens étaient-ils bien puissants ? Quelle est la date de leur avènement ? Que fit Hugues Capet pour fortifier son autorité ?
  2. Quel prince lui disputa la couronne ?
  3. Quelle guerre soutint Robert le Pieux ?
  4. Contre qui Henri Ier eut-il à défendre sa couronne ? Quel fléau désola les premières années de son règne ? Quelles en étaient les causes ?
  5. Qui gouverna la France pendant la minorité de Philippe Ier ?
  6. Quelles guerres Philippe Ier eut-il à soutenir ? Qui gouverna la France pendant les dernières années de son règne ?

La chevalerie, expédition des chevaliers[modifier | modifier le wikicode]

La chevalerie

La chevalerie était une association, à la fois religieuse et militaire, dont les membres s'engageaient d'une manière solennelle à protéger les voyageurs, les veuves, les orphelins et les clercs. Les nobles seuls, et seulement après de longues épreuves, pouvaient y être admis.

Réception du chevalier
Adoubement de Lancelot, enluminure du XVe siècle

Dès l'âge de sept ans, le futur chevalier quittait le château paternel pour entrer au service du seigneur suzerain. Il s'exerçait à manier la lance et l'épée, devenait successivement page, valet et écuyer ; enfin, à vingt et un ans, on l'admettait parmi les chevaliers.

Le jeune homme qui devait être reçu chevalier jeûnait tout un jour et passait toute une nuit en prières : c'était la veillée d'armes. Au jour marqué, il s'avançait vers l'autel, l'épée suspendue au cou, la faisait bénir par le prêtre ; puis il allait s'agenouiller devant son seigneur, s'engageait à protéger les pauvres, les opprimés, à combattre loyalement et à se garder de toute injustice. Alors ses parrains lui mettaient la cotte de mailles[5], les brassards, les gantelets, et lui chaussaient les éperons dorés, signe de la dignité du chevalier. Le seigneur lui attachait le glaive et lui donnait l'accolade[6]. Puis il le frappait trois fois sur l'épaule du plat de son épée en disant : « Je te fais chevalier au nom du père, du fils, et du saint-esprit, de saint Michel et de saint Georges ; sois preux, hardi et loyal » : c'est l'adoubement. Un écuyer amenait le cheval de bataille[7] sur lequel le nouveau chevalier caracolait sur la place publique en brandissant son épée. Le plus ordinairement un tournoi terminait la cérémonie.

Les tournois
Tournoi à l’épée, 1320

Les tournois étaient des joutes militaires dans lesquelles les plus valeureux chevaliers, armés de toutes pièces[8], rivalisaient de force et d'adresse, se préparant par là aux luttes du champ de bataille. C'étaient les exercices militaires de l'époque.

Ces fêtes militaires étaient fort brillantes au moyen-âge : autour de la lice[9], s'élevaient, pour les invités, des estrades ornées de tapis et de bannières ; les tentes et pavillons des chevaliers et de leur suite couvraient la campagne voisine. On ne luttait qu'avec des armes émoussées[10]. Sitôt que les juges du tournoi avaient donné le signal, les combattants s'élançaient l'un contre l'autre, et le plus fort désarçonnait[11] son adversaire. Celui qui demeurait seul debout ou à qui personne n'osait plus disputer l'honneur de la journée était proclamé vainqueur. Des hérauts d'armes[12] le conduisaient à la reine du tournoi[13], de qui il recevait le prix. Le soir, un même festin réunissait les vainqueurs et les vaincus.

Entreprises des chevaliers

Pendant que Henri Ier et Philippe Ier passaient obscurément leur vie sur le trône, les seigneurs français, contenus par la Trêve de Dieu, portaient leur ardeur guerrière hors du royaume et se distinguaient partout par de brillants exploits. Leurs principales expéditions furent celles de Portugal, de Sicile, d'Angleterre et de Terre-Sainte.

Fondation du royaume de Portugal

Henri de Bourgogne, après avoir rendu de grands services au roi de Castille, Alphonse VI, devint son gendre et reçut de lui le territoire situé entre le Minho et le Mondégo (1094). Son fils Alphonse agrandit ses domaines en faisant la guerre aux musulmans, alors appelés les « infidèles », puis il prit le titre de roi et fut le véritable fondateur du royaume de Portugal (1139).

Les Normands en Sicile

L'Italie méridionale était le théâtre d'une guerre presque continuelle entre les Grecs et les Sarrasins. Quelques pèlerins normands se mêlèrent à ces querelles et remportèrent des succès (1016). Peu après, les fils de Tancrède de Hauteville passent en Italie. Robert Guiscard, l'un d'eux, s'empare du compté de Pouille ; son frère Roger descend en Sicile et en chasse les Sarrasins (1074) ; Roger II réunit toutes les conquêtes de Normands en Italie, et fonde le royaume des Deux-Siciles (1128). Le chevalier normand Tancrède avait douze fils qui furent autant de héros. Un jour, avec 700 cavaliers et 500 fantassins, ils se virent en face de 6 000 Grecs. Le héraut d'armes de l'ennemi vint leur proposer de se rendre ; mais un Normand étendit à terre, tué d'un coup de poing, le cheval du messager. Les 60 000 Grecs furent taillés en pièces.

Conquête de l'Angleterre

Le duc de Normandie, Guillaume, qui croyait avoir des droits à la couronne d'Angleterre, se mit à la tête d'une nombreuse armée d'aventuriers, traversa la Manche, vainquit et tua Harold, le roi national, à la célèbre bataille d'Hastings, se fit couronner à Londres par l'archevêque de Cantorbéry, distribua aux chefs de son armée 700 grands fiefs, aux soldats 60 000 petits fiefs, et s'empara de tout le pays (1066). Cette conquête est une des causes de la longue rivalité de la France et de l'Angleterre.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Qu'est-ce que la chevalerie ? Quelle influence exerça-t-elle sur la société féodale ?
  2. Quels engagements prenait le chevalier ?
  3. Comment était reçu le nouveau chevalier ?
  4. Qu'étaient-ce que les tournois ?
  5. Quels honneurs rendait-on au vainqueur ?
  6. Quelles furent les principales expéditions des seigneurs français ?
  7. Quel fut le premier roi de Portugal ?
  8. Par qui la Sicile fut-elle conquise au XIe siècle ?
  9. Quel en fut le premier roi ?
  10. Quel prince français a fait la conquête de l'Angleterre ? À quelle bataille ? Comment traita-t-il le pays conquis ?

Les croisades[modifier | modifier le wikicode]

Un croisé, enluminure de 1188
But des croisades

On désigne sous le nom de croisades des expéditions, à la fois religieuses et guerrières, entreprises par les chrétiens d'Occident pour délivrer la Palestine des musulmans. On en compte généralement huit.

À cette époque, de nombreux pèlerins allaient visiter le saint sépulcre[14]. Ce furent Pierre l'Ermite, prêtre d'Amiens, et le pape Urbain II originaire de Reims qui décidèrent la première croisade.

Pierre l'Ermite

Dans un voyage en Palestine, où il n'avait échappé à la mort que de peu, Pierre l'Ermite avait pris la résolution de délivrer le tombeau du Christ. À son retour, il débarque en Italie, va trouver le pape et lui expose la situation. Le pontife lui ordonne de prêcher la guerre sainte.

Monté sur une mule, Pierre parcourt la France et l'Italie. Lorsque les esprits sont favorablement disposés, le pape convoque un concile à Clermont-Ferrand (1095).

Concile de Clermont-Ferrand

Urbain II vint lui-même à Clermont-Ferrand prêcher la croisade devant un grand nombre d'évêques, de seigneurs et une multitude immense de peuple. La grande entreprise est décidée.

Première croisade

Une première armée, formée de bandes indisciplinées, partit d'abord sous la conduite de Pierre l'Ermite, et périt en route de fatigue et de misère. Celle des seigneurs, mieux organisée, partit ensuite sous les ordres de Godefroy de Bouillon, de Hugues de Vermandois et de Raymond de Toulouse[15]. Les croisés traversèrent l'Europe en suivant la vallée du Danube ; parvenus en Asie Mineure, ils s'emparèrent de Nicée, gagnèrent la bataille de Dorylée, prirent Antioche après un long siège et parurent enfin devant Jérusalem. La ville fut prise d'assaut après un siège de quarante jours.

Prise de Jérusalem

Le 14 juillet 1099, les tours roulantes, armées de leurs ponts-levis, sont approchées des murailles, et aussitôt une lutte terrible s'engage. Les flèches, les javelots et le feu grégeois[16] repoussent partout les assaillants. Le lendemain, le combat recommence et le résultat en paraît encore incertain jusqu'à trois heures de l'après-midi. À ce moment, le pont-levis de la tour de Godefroy s'abaisse sur les remparts ; le chevalier et ses compagnons pénètrent dans la ville, s'emparent d'une des portes, et l'ouvre au reste de l'armée. Jérusalem était prise.

Fondation du royaume de Jérusalem

Les vainqueurs organisèrent leur conquête selon le système féodal. Godefroy fut proclamé roi de Jérusalem ; mais il refusa ce titre pour prendre celui de baron du saint sépulcre. Les grands fiefs, Antioche, Edesse, Tibériade, Tripoli, furent donnés aux principaux chefs de l'expédition ; au-dessous d'eux une foule de vassaux se partagèrent le territoire. La hiérarchie des fiefs et l'exercice de la justice furent consignés dans un recueil de loi nommé Assises de Jérusalem.

Pour défendre le nouveau royaume et protéger les pèlerins, on établit des ordres de chevaliers religieux et militaires : les Hospitaliers[17].

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Qu'appelle-t-on croisades ? Quelles furent leurs principales causes ?
  2. Qui a prêché la première ?
  3. Où la première croisade fut-elle décidée ?
  4. Quels furent les chefs de la première croisade ?
  5. Quel royaume fut fondé après la prise de Jérusalem ?
  6. Qu'appelle-t-on assises de Jérusalem ?

Louis VI — Progrès du pouvoir royal[modifier | modifier le wikicode]

Couronnement de Louis VI, Grandes Chroniques de France, XIVe siècle
La royauté à l'avènement de Louis VI

Le règne de Louis le Gros marque le commencement des progrès de la royauté. À son avènement (1108), le domaine royal ne comprenait que l'Île-de-France, l'Anjou, la Touraine, l'Orléanais avec la vicomté de Bourges, et il était comme entouré des châteaux de Montmorency, du Puiset, de Coucy, de Corbeil, de Mantes, dont les seigneurs bravaient son autorité, rançonnaient les voyageurs et ravageaient les campagnes environnantes.

Le roi protecteur des faibles

Mais Louis qu'on appelait l'Éveillé, le Batailleur, prit au sérieux sa dignité de roi : il se déclara le soutien des faibles, le protecteur des paysans et des prêtres maltraités. Afin de diminuer la puissance féodale, Louis VI et ses successeurs favorisèrent l'établissement des communes.

Établissement des communes

On appelait commune, au Moyen Âge, l'association formée entre les habitants d'une même ville pour se défendre contre les exactions du seigneur féodal. Celui-ci s'attribuait souvent une autorité absolue : il établissait des impôts, des corvées, des amendes selon son bon plaisir. Quand les bourgeois trouvaient ces exigences excessives, ils s'unissaient pour s'en affranchir ; ils se constituaient une société ou commune, et faisaient serment de se soutenir les uns les autres. Ils obtenaient par ce moyen, quelque fois de gré, plus souvent de force ou à prix d'argent[18], le droit pour leur cité, de s'administrer elle-même, de choisir ses magistrats, d'armer une milice[19] et de ne payer au châtelain que des redevances déterminées. Ces conventions écrites étaient appelées chartes.

Guerre contre l'Angleterre

Le roi d'Angleterre, Henri Ier, avait dépossédé son frère, Robert Courte-Heuse, du duché de Normandie. Le roi de France ne craignit pas d'attaquer ce redoutable voisin pour soutenir les droits de Robert, puis de son fils Guillaume Cliton ; mais il fut battu à Brenne-ville en 1119. On raconte qu'à ce combat, un soldat anglais se précipita sur le roi, saisit la bride de son cheval, en s'écriant : « Le roi est pris ». Louis l'abattit d'un coup de sa hache en disant : « Ne sais-tu pas qu'on ne prend pas le roi, même aux échecs ? ».

Vaines menaces contre l'empereur d'Allemagne

Quelques temps après, le roi d'Angleterre détermina Henri V, empereur d'Allemagne, à envahir la France. Dans ce danger pressant, Louis alla prendre l'oriflamme[20] de Saint-Denis, et aussitôt une multitude de barons et les milices communales se réunirent sous ses ordres. « On eût dit, raconte un témoin oculaire, une nuée de sauterelles couvraient la face du pays tout entier ». Henri V, effrayé, se retira sans combattre.

Agrandissement du domaine royal

Le roi doubla l'étendue des domaines de la couronne par le mariage de son fils avec Éléonore de Guyenne. Cette princesse apporta en dot le duché d'Aquitaine, le Périgord, le Limousin, l'Angoumois et la Saintonge.

Louis fut conseillé et secondé dans l'administration du royaume par Suget, abbé de Saint-Denis, qui fut son ami et son ministre après avoir été son condisciple à l'abbaye de Saint-Denis. Le roi lui confia aussi l'éducation de son fils.

Mort de Louis VI

Louis, sentant ses forces s'épuiser, appela autour de lui des évêques et des prêtres. Puis il s'éteint en 1137.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quelles provinces formaient le domaine royal à l'avènement de Louis VI ?
  2. Qu'appelait-on commune au moyen âge ?
  3. Quelle guerre soutint Louis le Gros ?
  4. De quelle grande guerre Louis VI fut-il menacé ? Comment agrandit-il le royaume ?
  5. Quel fut son ministre ?

Louis le Jeune — Deuxième croisade[modifier | modifier le wikicode]

Carte des croisades
Caractère de ce prince

Louis VII, d'un caractère faible, indécis, et d'une intelligence médiocre, était néanmoins brave sur le champ de bataille. Suget, abbé de Saint-Denis, fut son conseiller et son ami, après avoir été son précepteur.

Incendie de Vitry

En 1142, Louis le Jeune[21], guerroyant contre un vassal rebelle, Thibaut IV, compte de Champagne, fit mettre le feu au château de Vitry. Malheureusement, l'incendie gagna l'église où plus de treize cents personnes, qui s'y étaient réfugiées, périrent dans les flammes. Le roi se réconcilia avec le comte de Champagne et résolut d'aller expier sa faute en terre sainte.

Deuxième croisade (1147)

Les successeurs de Godefroy de Bouillon n'avaient point hérité de ses vaillantes qualités. Les Turcs profitèrent de la faiblesse des princes chrétiens pour se relever de leurs défaites. Le sultan Noureddin, qui s'était emparé de la ville d'Édesse, avait fait un massacre des chrétiens. Saint Bernard, abbé de Clairvaux, prêcha une seconde croisade, et, dans une assemblée tenue à Vézelay, le roi prit la croix ainsi qu'une foule de chevaliers. Conrad, empereur d'Allemagne, qui s'était également croisé, partit le premier et perdit son armée en Asie Mineure. Louis VII ne réussit guère mieux : il assiégea vainement Damas ; après un an d'inutiles efforts, il revint dans ses États avec trois cents chevaliers seulement.

Suger

Pendant l'absence du roi, Suget gouverna le royaume. Il sut par sa fermeté maintenir l'ordre et la paix. Le roi, à son retour, lui décerna le titre de Père de la patrie.

Divorce de Louis VII

Mécontent de la reine Éléonore, son épouse, dont la conduite avait été répréhensible lors de la croisade, Louis VII profita, pour s'en séparer, d'un lieu de parenté qu'il avait avec elle et dont il n'avait point obtenu dispense (1152). La princesse reprit sa riche dot et épousa Henri Plantagenet, comte d'Anjou et duc de Normandie, qui devint bientôt roi d'Angleterre sous le nom de Henri II[22], et se trouva ainsi posséder en France un territoire plus étendu que le domaine royal. Mais Louis VII sauva sa couronne en s'alliant aux ennemis de son puissant rival. Il donna d'abord asile à Thomas Becket[23], archevêque de Contorbéry, chassé de son siège d'Angleterre ; puis il prit fait et cause pour les enfants de son rival en révolte contre leur père, ce qui amena Henri à signer la paix de Montlouis, près de Tours, en 1174. Louis VII, qui avait épousé Alix de Champagne après la répudiation d'Éléonore, mourut en 1180, après quarante-trois ans de règne.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Comment arriva l'incendie de Vitry ?
  2. Où fut prêchée la deuxième croisade ?
  3. Quels en furent les chefs ? Quel en fut le résultat ?
  4. Qui gouverna la France pendant l'absence du roi ?
  5. Quelle faute commit Louis VII à son retour de la croisade ? Quelle fut la conséquence de son divorse ? Quelles provinces formaient la dot d'Éléonore ?

Philippe-Auguste[modifier | modifier le wikicode]

Couronnement de Philippe Auguste (Jean Fouquet, XVe siècle)
Avènement de Philippe-Auguste

Philippe II, surnommé plus tard Auguste à cause des grands résultats de son règne, était fils de Louis VII et d'Alix de Champagne. Il n'avait que quinze ans à la mort de son père (1180), mais il était prudent, adroit, doué d'un esprit sérieux. Quoique jeune, il sut faire respecter son autorité : il contraignit à la soumission les seigneurs révoltés et força le vieux roi d'Angleterre, Henri II, à signer le traité d'Azay-sur-Cher par lequel il se reconnaissait le vassal du roi de France.

Il épousa Isabelle de Hainaut, dernier rejeton des Carlovingiens ; et réunit par ce mariage les droits des deux dynasties. La princesse, comme dot, lui apporta le Vermandois, l'Artois et le Valois.

Troisième croisade

Le sultan Saladin venait de s'emparer de Jérusalem et Guy de Lusignan, le dernier roi de cette ville, avait été fait prisonnier à la bataille de Tibériade. Le bois de la vraie croix était tombé entre les mains des infidèles, et l'église du Saint-Sépulcre avait été changée en mosquée. À cette nouvelle, l'archevêque de Tyr, Guillaume, vint en Europe et prêcha une croisade.

Toutes les familles qui avaient eu jadis part à la conquête de la Palestine, s'imposèrent une contribution appelée dîme saladine, et trois grands princes prirent la croix. L'empereur d'Allemagne, Frédéric Barberousse, partit le premier et périt dans les eaux glacées du Sélef ; son fils, le duc de Souabe, amena devant Saint-Jean-d'Acre les débris de son armée. Philippe-Auguste et Richard Cœur-de-Lion, roi d'Angleterre, s'embarquèrent, l'un à Gênes, l'autre à Marseille, passèrent l'hiver en Sicile, où ils se brouillèrent ; puis ils se rendirent l'un après l'autre en Palestine. La croisade n'aboutit qu'à la prise de Saint-Jean-d'Acre[24], dont le siège dura deux ans. Peu après, Philippe, blessé de la hauteur de Richard Cœur de Lion, laissa 10 000 hommes sous les ordres du duc de Bourgogne et revint en France avec le reste de ses troupes.

Captivité de Richard

Le roi d'Angleterre continua de lutter vaillamment contre les infidèles, puis il traita avec Saladin. La ville sainte demeura au pouvoir des musulmans, mais les chrétiens eurent le droit d'y entrer librement. Richard, en quittant la terre sainte, fut jeté, par une tempête, sur les côtes de la Dalmatie ; le prince Léopold d'Autriche, son ennemi personnel, le fit arrêter traîtreusement et le céda à l'empereur d'Allemagne, qui le retint dans une longue et indigne captivité.

Rivalité de Philippe et de Richard
Richard Cœur de Lion prisonnier (à gauche) et mortellement blessé (Effigies Regum Angliae, XIVe siècle)

Le roi de France profita de l'absence de Richard pour attaquer les provinces anglaises du continent. Richard, délivré de sa captivité et furieux « comme un diable déchaîné », fit à Philippe une guerre à outrance. Après cinq ans de lutte, il fut tué au siège du château de Chalus en Limousin (1199).

Philippe et Jean sans Terre

L'héritage de Richard revenait de droit à son neveu, Arthur de Bretagne ; mais le perfide et cruel Jean sans Terre, frère de Richard, pour s'assurer la couronne, poignarda le jeune prince. Philippe-Auguste, en qualité de suzerain, se déclara le vengeur du prince assassiné : il fit citer Jean devant la chambre des pairs[25]. Sur son refus de comparaître, Philippe se mit en campagne et s'empara de la Normandie, de l'Anjou, de la Touraine, du Maine et du Poitou (1201).

Quatrième croisade

Pendant que Philippe-Auguste luttait contre l'Angleterre, les seigneurs de Flandres et de Champagne, entraînés par les prédications de Foulques, curé de Neuilly-sur-Marne, prirent la croix sous la conduite de Boniface, marquis de Montferrat. Les Vénitiens se joignirent à eux et leur prêtèrent des vaisseaux. Les croisés, sous la conduite de Dandolo, doge de Venise, se dirigèrent d'abord sur Constantinople, tombée au pouvoir de factieux. Isaac, le vieil empereur, fut rétabli sur son trône. Mais ce prince ayant été assassiné peu de temps après, les croisés revinrent sur leurs pas, s'emparèrent de la ville, mirent sur le trône Baudouin, comte de Flandre, et l'empire grec fut remplacé par un empire latin qui dura cinquante-sept ans.

La quatrième croisade fut détournée de son but, la délivrance de Jérusalem, par l'ambition des Vénitiens qui jalousaient Constantinople avec son port, et aussi par les instances d'Alexis Comnène, fils d'Isaac, qui voulait rétablir son père sur le trône. L'histoire de la quatrième croisade a été écrite par Villehardouin, sénéchal[26] de Champagne, qui y avait pris part.

Guerre contre les Albigeois

Les Albigeois étaient des hérétiques du midi de la France, qui se livraient à tous les excès Les missionnaires envoyés pour les convertir furent maltraités : le légat du pape, Pierre de Castelnau, fut assassiné par ordre du comte de Toulouse, Raymond VI, qui donnait à ses sectaires l'appui de ses armes. Le pape Innocent III fit prêcher contre eux une croisade ; Simon de Montfort se mit à la tête des croisés, s'empara de Béziers et de Carcassonne, et gagna, en 1213, la bataille de Muret où Pierre d'Aragon fut battu et tué. Cette guerre ne se termina qu'en 1229, au traité de Meaux.

Cinquième et sixième croisades

Deux autres croisades furent encore entreprises avant celles de saint Louis ; la cinquième (1219 à 1221) par Jean de Brienne, chevalier français, homme de grand courage ; la sixième (1228 à 1229), par l'empereur d'Allemagne Frédéric II.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quelle fut la cause de la troisième croisade ? Quels en furent les chefs ? Quel en fut le résultat ?
  2. Qu'arriva-t-il à Richard à son retour ?
  3. Où mourut Richard Cœur-de-Lion ?
  4. Que savez-vous de Jean sans Terre ? Quelles provinces furent enlevées par Philippe-Auguste ?
  5. Quels étaient les chefs de la quatrième croisade ? Quel fut son résultat ?
  6. Qu'étaient-ce que les Albigeois ? Quel fut le résultat de la bataille de Muret ?
  7. Quels furent les chefs de la cinquième et de la sixième croisade ?

Philippe-Auguste — Son administration[modifier | modifier le wikicode]

Coalition contre la France

Jean sans Terre qui brûlait de se venger de Philippe, suscita contre la France une coalition formidable dans laquelle entrèrent l'empereur d'Allemagne, les comtes de Flandre et de Boulogne. Dans un danger si pressant, Philippe fit appel aux milices des communes ; elles accoururent à Bouvines[27], et la victoire fut complète (1214).

Bataille de Bouvines
Bataille de Bouvines : Philippe face à Otton (Grandes Chroniques de France, XIVe siècle)

Avant la bataille, Philippe entra dans une église, fit une courte prière, puis sortit revêtu de son armure, et le visage animé comme si on l'eût appelé à une fête ; il sauta sur son cheval et dit à ses barons : « Si vous croyez que la couronne soit mieux tenue par l'un de vous que par mois, je la cède volontiers ». Ils répondirent : « Vive Philippe ! ». « Aux Armes ! Aux hommes de guerre, aux armes ! », dit alors le roi, et le chapelain entonna un psaume. La lutte commença par des charges terribles de cavalerie ; le roi fut renversé et enveloppé ; mais Guillaume des Barres s'ouvrit avec son épée, un chemin par où l'on eût pu « mener un char à quatre roues ». Philippe fut sauvé. Othon, lui-même, sur le point d'être saisi par Guillaume des Barres, ne dut son salut qu'à la vitesse de son cheval. Les Français triomphèrent ; parmi les prisonniers étaient cinq comtes, vingt-cinq bannerets[28] et une foule de seigneurs. L'étendard impérial, porté sur un char et défendu par les plus braves guerriers, avait été mis en pièces. Au retour du roi, les populations accoururent en foule sur son passage, se livrait à des transports de joie inexprimables, et criant au comte de Flandre qu'on emmenait prisonnier : « Ferrand, te voilà enferré ».

Expédition en Angleterre

La veille de cette mémorable bataille, Louis, fils de Philippe-Auguste, avait mis en déroute l'armée de Jean sans Terre à la Roche-aux-Moines, près d'Angers. Quelques temps après, les barons anglais révoltés contre la tyrannie de leur roi, offrirent au jeune prince français la couronne d'Angleterre, Louis passa aussitôt le détroit ; mais la mort de Jean sans Terre rallia les Anglais autour de l'héritier naturel, Henri III, et le fils de Philippe-Auguste, battu à Lincol, fut forcé de revenir en France.

Mort du roi

Philippe mourut en 1223, après un règne de 43 ans. Il laissait la couronne à son fils, Louis le Lion. La royauté était si bien affermie dans la famille capétienne, que Philippe ne crut pas nécessaire de faire sacrer son fils de son vivant et, dès lors, les rois de France cessèrent de prendre cette précaution.

Accroissement du domaine royal

Philippe-Auguste ajouta au domaine de la couronne le Vermandois, l'Artois, la Picardie, le Berry, la Normandie, le Maine, l'Anjou, la Touraine, le Poitou et l'Auvergne.

Gouvernement du roi

Il affermit l'autorité royale en déclarant que le roi ne devait rendre hommage à personne. Pour maintenir cette autorité, Philippe divisa la France en bailliages[29] et les bailliages en prévôtés. À la tête de chacune de ces divisions, il plaça des magistrats chargés de représenter le roi et d'exercer tout à la fois les fonctions civiles, judiciaires et militaires.

Embellissement de Paris

Philippe fit paver les rues de Paris et entoura la ville d'une enceinte de murailles. L'église Notre-Dame, commencée par Maurice de Sully, fut achevée ; on construisit le château du Louvre, les Halles et l'Hôtel-Dieu.

Mouvement intellectuel au XIIe siècle

Le XIIe siècle avait vu s'épanouir les croisades, les communes, la royauté, la nation, la réforme de l'Église ; il fut aussi témoin d'un remarquable mouvement intellectuel. Dans les couvents et au pied des cathédrales s'élevèrent des écoles célèbres. Celle de Paris, appelée Université, attira bientôt des étudiants de l'Europe entière ; on en compta jusqu'à vingt mille, grâce aux privilèges royaux et à la réputation des maîtres.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quels princes se liguèrent contre Philippe-Auguste en 1214 ?
  2. Où est situé Bouvines ?
  3. Quelle bataille gagna le fils de Philippe II ?
  4. En quelle année est mort Philippe-Auguste ?
  5. Quelles provinces a-t-il ajoutées au domaine royal ?
  6. Quelle administration a-t-il établie ?
  7. Quels monuments de la ville de Paris doit-on à Philippe II ?
  8. Qu'était-ce que l'Université ?
  9. Qui Louis VIII avait-il épousé ?

Louis VII, Louis IX[modifier | modifier le wikicode]

Louis VIII

Louis VIII, que son courage a fait surnommer le Lion, avait épousé Blanche, fille d'Alphonse de Castille. Il fit la guerre aux Anglais et leur enleva l'Aunis, la Saintonge, le Limousin et le Périgord (1224).

Expédition dans le Midi

Louis entreprit ensuite une expédition contre les Albigeois soutenus par Raymond VII, comte de Toulouse ; il avait pour but de faire valoir des droits que lui avait cédés Amaury, fils de Simon de Montfort. À la tête d'une belle armée, Louis prit Avignon, s'empara de la Provence, d'une partie du Languedoc, et il allait se diriger sur Toulouse, lorsqu'une maladie contagieuse sévit sur son armée. Lui-même en fut atteint et mourut à Montpensier, en 1226, après trois ans de règne.

Apanages

Louis VIII, avant de mourir créa une féodalité princière en donnant des apanages[30] à ses fils puînés : Robert eut l'Artois ; Alphonse, le Poitou et l'Auvergne ; Charles, l'Anjou et le Maine. Cette mesure eut des résultats funestes pour l'autorité royale et pour la paix du royaume.

Louis IX

Louix IX avait à peine douze ans à la mort de son père ; mais Blanche de Castille, sa mère, qui avait « un courage d'homme dans un cœur de femme », exerça la régence[31] et fit sacrer le jeune roi à Reims.

Coalition féodale

Les grands seigneurs, jaloux de recouvrer leur indépendance, levèrent l'étendard de la révolte. Blanche, par son adresse, détacha de la ligue Thibaud de Champagne et Raymond de Toulouse, et réduisit par les armes le reste de la coalition.

En 1229, le traité de Meaux mit fin à la guerre des Albigeois ; il attribuait le comté de Toulouse à Jeanne, fille de Raymond VII, laquelle épousait Alphonse de Poitiers, frère du roi.

Victoires de Taillebourg et de Saintes

Louis IX, ayant atteint sa majorité, exigea que ses vassaux lui rendissent hommage ; le comte de la Marche refusa et s'allia avec Raymond et Henri III d'Angleterre. Louis marcha contre le rebelle et ses alliés, les battit à Taillebourg et à Saintes (1242), força le comte de la Marche à implorer son pardon, et Henri III à signer la trêve de Bordeaux.

Septième croisade

Deux ans après, le roi étant tombé gravement malade, fit vœu de prendre la croix s'il guérissait. Revenu à la santé, il confia la régence à sa mère, s'embarqua à Aigues-Mortes (1248), fit voile pour l'Égypte, s'empara de Damiette et marcha sur le Caire[32]. En remontant le Nil, il rencontra l'ennemi à Mansourah où son armée fut taillée en pièces malgré des prodiges de valeur. Ce désastre coûta la vie à Robert d'Artois, frère du roi, et à un grand nombre de chevaliers.

Bientôt après une épidémie se déclare dans l'armée et le roi, lui-même atteint, tombe au pouvoir des ennemis. Ayant racheté sa liberté, il passe d'Égypte en Palestine où il reste trois ans à racheter les chrétiens[33]. Enfin, la mort de sa mère le ramène dans ses États, en 1254, après six ans d'absence.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Qui Louis VIII avait-il épousé ?
  2. Parlez de son expédition dans le Midi. Où mourut-il ?
  3. Quels étaient les fils de Louis VIII ? Qu'appelle-t-on apanage ?
  4. Quelles étaient les qualités de la reine Blanche ?
  5. Quelles victoires remporta Louis IX à sa majorité ?
  6. Dans quelle circonstance, Louis IX promit-il de faire une croisade ? Qui gouverna la France pendant son absence ?

Louis IX, fin des croisades[modifier | modifier le wikicode]

Traité d'Abbeville

Par délicatesse de conscience et pour prévenir les guerres à l'avenir, Louis IX rendit le Limousin, le Périgord, le Quercy, l'Agénois et une partie de la Saintonge au roi d'Angleterre ; en retour, celui-ci renonça à toute prétention sur la Normandie, le Maine, la Touraine, le Poitou, et rendit hommage pour le duché d'Aquitaine (1259).

Charles d'Anjou roi de Naples

Quelques années après, le pape voulant mettre fin aux troubles qui désolaient l'Italie méridionale, offrit la couronne de Naples à saint Louis. Celui-ci la refusa, mais son frère, Charles d'Anou, l'accepta et alla en prendre possession.

Huitième croisade

Saint Louis n'avait pas quitté la croix. La prise d'Antioche par les musulmans le détermina à faire une nouvelle croisade. Il s'embarqua à Aigues-Mortes et fit voile pour Tunis[34]. Pendant que les croisés mettaient le siège devant cette ville, la peste se déclara dans l'armée. Le roi, atteint du fléau, mourut le 25 août 1270.

Mort de saint Louis

Le roi, sentant que sa fin était proche, fit à son fils Philippe, dans un langage touchant, ses dernières recommandations.

Cher fils, s'il advient que tu deviennes roi, prend soin d'avoir des qualités qui appartiennent aux rois, c'est à dire que, quoi qu'il arrive, tu ne t'écarte pas de la justice. Et si il advient qu'il y ait une querelle entre un pauvre et un riche, soutiens de préférence le pauvre contre le riche jusqu'à ce que tu sache la vérité, et, quant tu la connaîtras, fait justice. Et s'il advient que tu aies querelle contre quelqu'un d'autre, soutiens la querelle de l'adversaire devant ton conseil, et ne donne pas l'impression de trop aimer ta querelle jusqu'à ce que tu connaisses la vérité, car les membres de ton conseil pourraient craindre de parler contre toi, ce que tu ne dois pas vouloir.

La maladie, faisant des progrès, Louis demanda l'extrême-onction, puis il se fit coucher sur un lit de cendres, où il demeura étendu. Il expira vers les trois heures de l'après-midi.

Résultat des croisades

La croisade de Tunis fut la dernière de ces expéditions lointaines qui ne réalisèrent pas leur but, la délivrance du saint Sépulcre, mais qui eurent pour l'Occident des résultats immenses. Elles arrêtèrent les invasions musulmanes ; elles unirent la chrétienté, favorisèrent les progrès des communes et de la bourgeoisie ; elles accrurent la puissance royale.

Les armoiries
Une bataille de chevaliers en tenue armoriée

Les chevaliers couverts de leurs armures pouvaient difficilement être reconnus de leurs hommes d'armes ; pour remédier à cet inconvénient, ils adoptèrent certains signes, certaines figures symboliques qu'ils firent peindre sur leurs étendards, sur leurs écus et leurs cuirasses. Ce fut l'origine des armoiries ou blasons qui se conservèrent précieusement dans les familles nobles comme un titre de gloire.

Noms de famille

Vers la même époque s'établissaient les noms de famille. Dans les siècles précédents, on se contentait du nom de baptême auquel on ajoutait souvent une épithète : Robert le Fort. Sous les Capétiens, les nobles prirent le nom de leur terre principale : Olivier de Clisson, Godefroy de Bouillon. Ce fut l'origine des titres de noblesse. Les roturiers prirent aussi des noms particuliers, tirés des professions, de la demeure, des qualités, des défauts, etc... Boulanger, Dupont, Vaillant, Lebègue...

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Où fut dirigée la huitième croisade ?
  2. Comment mourut saint Louis ?
  3. Quels furent les principaux résultats des croisades ?
  4. Qu'est-ce que les armoiries ? Comment se sont-elles établies ?

Administration de Saint Louis[modifier | modifier le wikicode]

Sages institutions

De retour dans ses États après la septième croisade, saint Louis s'appliqua à bien gouverner son peuple et à réprimer les abus. Pour empêcher les guerres privées, il renouvela la quarantaine-le-roi, établie par Philippe Auguste, et il compléta cette institution par l'asseurement. La quarante-le-roi imposait aux seigneurs en querelle une trêve de quarante jours, avant d'en venir aux mains. L'asseurement ou sécurité donnait, à chacun des adversaires, pendant cet intervalle, le droit de recourir aux juges royaux. La guerre était ainsi changée en procès.

Les légistes

Saint Louis s'appuya sur la bourgeoisie contre la féodalité. C'est dans ce but qu'il introduisit dans les cours de justice des légistes, c'est-à-dire des hommes appliqués à l'étude des lois. La cour du roi, composée de légistes, de seigneurs et de prélats, devint sous le nom de Parlement, la cour suprême[35]. Ce fut l'origine du Parlement de Paris. Il interdit aussi le duel judiciaire qui mettait souvent l'innocent à la discrétion du plus fort.

Les seigneurs qui composaient la cour de justice du suzerain, étaient en général fort ignorants de la science des lois ; c'est pourquoi on leur adjoignit des clercs versés dans la connaissance du droit romain, afin de les éclairer et de leur indiquer la sentence à rendre. Comme les barons ne voulaient pas « changer leurs épées en écritoires », ils désertèrent peu à peu ces plaidoiries auxquelles ils ne comprenaient rien, et laissèrent les hommes de loi rendre la sentence eux-mêmes. C'est ainsi que se constitua la magistrature.

Justice de saint Louis

Ce bon roi s'efforça de procurer à tous ses sujets une exacte justice ; dans ce but il fit publier un recueil de lois connu sous le nom d'Établissements de saint Louis. Sa réputation était si bien établie sous ce rapport qu'il fut pris plusieurs fois pour arbitre dans des affaires très délicates, notamment dans la révolte des barons anglais contre leur roi et dans les démêlés contre entre le pape et l'empereur d'Allemagne.

Le chêne de Vincennes

Le roi aimait à rendre la justice lui-même. Souvent, dit Joinville, il allait s'asseoir au bois de Vincennes, sous un chêne, et là, tous avaient accès auprès de lui : « Y a-t-il une partie prête à plaider ? » demandait le roi. Et ceux qui voulaient plaider se levaient ; ils les accordait tous.

Bonne administration

Louis IX encouragea le commerce et l'industrie ; la monnaie royale eut cours dans tout le royaume. Il favorisa surtout sa ville de Paris : il lui donna pour prévôt[36] Étienne Boileau, qui ramena l'ordre et rédigea le code des corporations, connu depuis sous le nom de Livre des métiers.

Corporations

Une corporation était une association de tous les artisans d'un même métier, groupés en corps pour se soutenir et s'assister au besoin. Elle avait ses statuts ou règlements fixant les rapports des ouvriers et des patrons, ainsi que les maîtres ou jurés ; de là, les noms de jurandes ou de maîtrises par lesquels on désigne quelquefois ces sociétés. Pour être maître il fallait avoir pratiqué le métier pendant longtemps, et confectionner un chef-d'œuvre devant un jury d'examen. Chaque corporation formait une confrérie ayant sa bannière, son saint patron et ses fêtes religieuses.

Appréciation

Louis IX se montra vaillant capitaine, sage législateur aussi fut-il respecté au dedans et recherché au dehors comme arbitre. Son souvenir resta profondément gravé dans la mémoire des peuples.

L'historien de Louis IX

Le sire de Joinville, sénéchal de Champagne, fut l'ami, le conseiller et l'historien de Louis IX ; il fut aussi son compagnon d'armes pendant la septième croisade. Joinville naquit en 1224 au château de Joinville en Champagne. Lorsqu'il prit la croix, il fut obligé de mettre en gage une grande partie de ses terres pour se procurer l'argent nécessaire au voyage.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Que fit Louis IX pour empêcher les guerres privées ?
  2. Qu'était-ce que la quarantaine-le-roi ?
  3. Qu'étaient-ce que les légistes ? Le parlement ?
  4. Comment appelle-t-on les lois publiées par saint Louis ? Qui le prit pour arbitre ?
  5. Comment Louis IX rendait-il la justice au peuple ?
  6. Que fit saint Louis en faveur de Paris ? Des artisans ?
  7. Qu'appelle-t-on corporation ?
  8. Qui a été l'historien de saint Louis ?

Philippe le Hardi, Philippe le Bel[modifier | modifier le wikicode]

Philippe III

Le fils de Louis IX fut proclamé roi en Afrique, près du lit de mort de son père (1270). Il conclut aussitôt une trêve de 10 ans avec le sultan de Tunis et ramena en France cinq cercueils royaux : celui de son père, de son jeune frère, comte de Nevers, de sa sœur Isabelle, de Thibaut II, roi de Navarre, mari de cette princesse, et enfin de sa propre femme, Isabelle d'Aragon. L'année suivante, il perdit son oncle Alphonse IX, comte de Poitiers et de Toulouse.

Héritage de la couronne
Carte du Comtat Venaissin de la fin du XVIe siècle, par Stephano Ghebellino

La mort de tous ces princes ajoutait à la couronne les comtés de Valois, de Poitiers, d'Auvergne, de Toulouse. Philippe céda le Comtat Venaissin au pape Grégoire X et maria son fils aîné, Philippe avec Jeanne, fille et héritière du comte de Champagne, roi de Navarre.

Vêpres siciliennes

Charles d'Anjou, frère de Louis IX, avait conquis Naples et la Sicile ; mais les Siciliens, accablés d'impôts, se révoltèrent. Le lundi de Pâques 1282, à l'heure de vêpres, tous les Français qui se trouvaient à Palerme furent massacrés. On appela ce massacre les Vêpres Siciliennes.

Expédition en Espagne

À la suite de ce carnage, la Sicile se donna à Pierre III, roi d'Aragon. Philippe III, pour venger les Français, passa en Espagne, prit Elna, mais échoua devant Gérone. La maladie s'étant mise dans son armée, Philippe fut obligé de repasser les Pyrénées, et expira à Perpignan (1285), laissant trois fils : Philippe IX, roi de Navarre, son successeur, Charles comte de Valois et Louis, comte d'Évreux.

Avènement de Philippe le Bel

Philippe IV n'avait que dix-sept ans à la mort de son père. C'était un prince d'une beauté remarquable, habile, entreprenant, rusé et souvent cruel. En montant sur le trône, il réunit au domaine royal la Champagne et la Navarre, qui étaient le dot de sa femme.

Paix avec l'Aragon

Peu de temps après, Philippe termina la guerre d'Aragon et signa les traités de Tarascon (1291) et d'Anagni (1295), qui assurèrent la Sicile aux Aragonais, et Naples à la maison d'Anjou.

Guerre de Guyenne

Philippe enleva la Guyenne au roi d'Angleterre (1299) ; mais, quelques années plus tard, il fut obligé de restituer sa conquête par le traité de Montreuil (Pas-de-Calais).

Guerre de Flandre

Les Flamands s'étaient alliés à Édouard Ier d'Angleterre ; Philippe les attaqua, battit leur comte et garda le comté ; mais les exactions du nouveau gouvernement provoquèrent une révolte, et l'armée française fut battue à Courtray (1302). Deux ans après Philippe répara cet échec par la victoire de Mons-en-Puelle (1304). Malgré ce succès, les Flamands luttaient toujours. « Il pleut donc des Flamands ? » dit un jour Philippe, et fut obligé de reconnaître leur indépendance. Il conserva cependant les trois places de Lille, Douai et Béthune.

Démêlés avec Boniface VIII

Les guerres de Flandre, jointes aux folles dépenses du roi, avaient ruiné le trésor public. Pour combler le déficit, Philippe IV altéra les monnaies et imposa les biens de l'Église. Le pape Boniface VIII haussa la voix, mais il ne fut pas écouté, ce qui amena bien des troubles et scandales. Il envoya un légat en France pour régler l'affaire, Philippe le fit mettre en prison. Alors Boniface VIII lança contre le roi une bulle[37] d'excommunication. Le roi pour s'assurer l'appui de la nation tout entière dans cette affaire convoqua les états généraux, qui s'assemblèrent pour la première fois à Notre-Dame de Paris, le 10 avril 1302. Le pape de son côté, réunit un concile ; mais Philippe s'empara des biens des évêques qui s'y rendirent. Puis il envoya le légiste Guillaume de Nogaret en Italie, avec ordre de se saisir du pape et de le retenir prisonnier.

La papauté à Avignon

Quelques jours après, Boniface VIII mourut ; il fut remplacé par Benoit XI, puis par Clément V, Bertrand de Goth, archevêque de Bordeaux. Ce nouveau pape, dévoué au roi, établit le Saint-Siège à Avignon (1305), où il resta 70 ans.

Les Templiers
Mise à mort des Templiers, par Giovanni Boccaccio (1480)

L'ordre des Templiers, à la fois religieux et militaire, avait rendu de nombreux services aux chrétiens d'Orients ; mais l'inaction et la richesse avaient produit le relâchement des mœurs. Leurs grandes richesses excitaient l'avidité du roi de France toujours à court d'argent. En 1307, les Templiers furent emprisonnés et cinquante d'entre eux, ayant à leur tête Jacques Molay, grand maître de l'ordre, furent brûlés vifs. Tout l'ordre fut aboli au concile de Vienne (1312).

Mort du roi

Philippe IV mourut en 1314, laissant trois fils qui régnèrent successivement sans laisser d'héritiers.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Qu'appelle-t-on Vêpres siciliennes ?
  2. Quelles expéditions entreprit Philippe le Hardi ? Quels étaient ses trois fils ?
  3. Quels traités passa Philippe le Bel d'abord ?
  4. Quelles villes enleva-t-il aux Flamands ?
  5. Quelles fut la cause des difficultés du roi avec le pape ?
  6. Dans quelles circonstances le pape vint-il résider à Avignon ?
  7. Quels procès célèbre eut lieu sous ce règne ? Comment finit l'ordre des Templiers ?
  8. En quelle année mourut Philippe le Bel ?

Gouvernement de Philippe le Bel, ses fils[modifier | modifier le wikicode]

Intérieur de la cathédrale d'Amiens.
La mort de Philippe le Bel, XVe siècle, anonyme.

Philippe avait eu pour conseillers Guillaume de Nogaret, Pierre Flotte, Enguerrand de Marigny, hommes sortis de la bourgeoisie. Sous l'inspiration de ces légistes, le roi publia de nombreuses ordonnances, pour rendre l'administration du royaume plus régulière. Cette administration prenait chaque jour plus d'importance et demandait plus d'argent ; c'est pourquoi Philippe leva de nouveaux impôts, établit la gabelle[38], altéra les monnaies[39], ce qui le fit surnommer « faux monnayeur ». Il continua la réforme judiciaire commencée par Saint Louis en donnant une constitution régulière au parlement, qu'il partagea en trois conseils. En premier lieu siégeait le parlement proprement dit, qui devint une cour suprême de justice ; puis le grand conseil, qui préparait les lois, et enfin la chambre des comptes, qui vérifiait les comptes des baillis et des sénéchaux.

En outre, avant Philippe le Bel, les assemblées nationales n'étaient composées que des nobles et d'évêques ; mais depuis l'établissement des communes, la bourgeoisie avait acquis une si grande importance que le roi décida d'admettre ses représentants aux tenues d'états. Ces assemblées s'appelèrent dès lors états généraux parce qu'aux députés des deux premiers ordres ou états on avait adjoint ceux du troisième état ou tiers état. C'étaient ces trois classes de personnes qu'on appelait les trois ordres de la nation. Les états de 1302 donnèrent raison au roi dans sa querelle avec le pape, en partie sans doute grâce au chancelier Pierre Flotte et les légistes qui produisirent une fausse bulle qui était injurieuse pour le roi, afin de jeter l'odieux sur le pontife[40]. Philippe le Bel s'opposait en effet à Boniface VIII sur le question du caractère supérieur de l'autorité pontificale sur celle des rois.

Les lettres et les arts ne restèrent pas dans l'oubli pendant le XIIIe siècle. Les poètes français qui employèrent dans leurs chants la langue romane furent appelés trouvères ou troubadours. Geoffroi de Villehardouin et Jean de Joinville furent les premiers écrivains en prose du moyen âge. Robert de Sorbon, confesseur de saint Louis, établit le collège de la Sorbonne, qui devint une célèbre école de théologie fermée avec l'ensemble des autres collèges de l'université de Paris en 1793. Un grand nombre de cathédrales furent édifiées, telles que celles de Paris, de Reims, d'Amiens, de Rouen, de Strasbourg et de Chartres.

Le 4 novembre 1314, Philippe le Bel fait lors d'une partie de chasse en forêt de Pont-Sainte-Maxence (forêt d'Halatte) une chute de cheval, et « éprouve un saisissement subit, avec impossibilité de prononcer une parole ». Transporté à Poissy, chevauchant jusqu'à Essone, puis porté en litière à Fontainebleau, il meurt quelques semaines plus tard, le 29 novembre 1314. Les Grandes chroniques de France signalent que Pierre de Latilly, évêque de Chalons, fut emprisonné un moment en 1315, soupçonné d'avoir empoisonné le roi défunt.

Louis X, fils aîné de Philippe le Bel, hérita du pouvoir. Il inaugura son règne en livrant Enguerrand de Marigny, intendant des finances sous son père, à la fureur du peuple, qui le fit pendre au gibet de Montfaucon[41] ; ce ministre était faussement accusé d'avoir dilapidé le trésor royal. Un acte de ce règne mérite d'être mentionné, c'est l'autorisation qui fut donnée aux serfs du domaine royal d'acheter leur liberté (1316).

Philippe V, frère du dernier, s'empara de la couronne (1316), au détriment de sa nièce Jeanne, fille de Louis X, à laquelle les états généraux appliquèrent la loi salique qui déclarait les femmes incapables de posséder la terre salique. Il dédommagea Jeanne en lui donnant la Navarre. Ce prince rendit de sages ordonnances sur l'administration, les finances et la justice. Il établit une mesure unique pour le grain et le vin, accorda des lettres de noblesse à des roturiers et punit sévèrement les juifs, injustement accusés d'infractions aux ordonnances concernant la maladie de la lèpre.

Philippe V étant mort sans enfants (1322), Charles IV monta sur le trône en vertu de la loi salique. Quelques années plus tard, malade, il est alité à partir du 25 décembre 1327. Selon le chroniqueur Jean Lebel, le roi mourant aurait souhaité que le comte Philippe de Valois devînt régent si la reine Jeanne, alors enceinte, donnait naissance à un fils. Si une fille venait à naître, alors Philippe de Valois pourrait monter directement sur le trône. Mais la volonté du roi ne semble pas avoir été suivie immédiatement d'effet, puisque la question de sa succession n'est tranchée qu'après sa mort. En lui s'éteignirent les Capétiens directs, c'est-à-dire ceux de cette famille qui se sont succédé de père en fils.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quels furent les principaux conseillers de Philippe le Bel ? Que fit le roi pour se procurer de l'argent ?
  2. Quels sont les trois conseils qui furent établis au parlement ?
  3. Qu'étaient-ce que les états généraux ?
  4. Qu'appelait-on tiers état ?
  5. Quels furent les premiers historiens français ? Quelles cathédrales furent construites au XIIIe siècle ?
  6. Qu'était-ce qu'Enguerrand de Marigny ?
  7. Qu'appelle-t-on la loi salique ? Quelle a été la première application qui en a été faite à la succession au trône ? Quel dédommagement obtin Jeanne ?
  8. Quel est le dernier Capétien direct ?

Tableau synoptique des croisades[modifier | modifier le wikicode]

Croisades Dates Papes et prédicateurs Chefs Faits principaux
1ère 1096 à 1099 Urbain II et Pierre l'Ermite Godefroy de Bouillon, Eustache de Baudouin, ses frères ; Hubert de Vermandois, Robert de Normandie, Bohémond et Tancrède, Raymond IV. Prise de Nicée, bataille de Dorylée, prise d'Édesse (1097), de Jérusalem (1099), d'Antioche (1098). Un royaume chrétien et des principautés sont fondés.
2e 1147 à 1149 Eugène III et saint Bernard Louis VII, roi de France et Conrad, empereur d'Allemagne. Manuel Comnène, empereur du Constantinople, égare les croisés ; Louis VII bat les Turcs au passage du Méandre ; il est vaincu à Laodicée. Le siège de Damas échoue. Louis VII et Conrad reviennent en Europe.
3e 1189 à 1192 Clément III et Guillaume de Tyr Philippe-Auguste, roi de France. Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre, Frédéric Barberousse, empereur d'Allemagne. Frédéric prend la route de Tyr et meurt en Cilicie. Philippe et Richard abordent en Asie et s'emparent de Ptolémaïs. Philippe, piqué de la hauteur de Richard, revient en France.
4e 1202 à 1204 Innocent III et Foulques de Neuilly Baudouin, comte de Flandre, Villehardouin, sénéchal de Champagne ; Boniface, marquis de Montferrat, et Dandolo, doge de Venise. Les croisés chassent Alexis l'Ange (1203) de Constantinople, et remettent sur le trône le vieil Isaac, qui est assassiné. Un empire latin est fondé ; Baudouin prend le titre d'empereur.
5e 1217 à 1221 Honorius III Jean de Brienne ; André II, roi de Hongrie. André revient sans succès ; Jean de Brienne prend Damiette, qu'il est obligé de rendre.
6e 1228 à 1229 Grégoire IX Frédéric II, empereur d'Allemagne. Le sultan Mélédin lui cède Jérusalem, et conclut une trêve de 10 ans.
7e 1248-1254 Innocent IV Saint Louis, roi de France. Saint Louis débarque en Égypte, s'empare de Damiette ; est battu à Mansourah. La peste se met dans son armée ; il est fait prisonnier avec les siens. Il paye une forte rançon, rend Damiette, passe 4 ans en Palestine.
8e 1270 Clément IV Saint Louis, roi de France, et ses 3 fils ; Charles d'Anjou, son frère. Louis débarque en Afrique, met le siège devant Tunis. Une maladie contagieuse gagne l'armée ; le roi en est atteint, il meurt.

Questions de récapitulation[modifier | modifier le wikicode]

Première partie[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quels furent les premiers rois capétiens ?
  2. Qu'était-ce que la Trêve de Dieu ?
  3. Montrez l'activité des seigneurs au XIe siècle ?
  4. Quels furent les prédicateurs des quatre premières croisades ?
  5. Quel était le caractère de Louis VI ?
  6. Racontez l'histoire de Suger et du seigneur du Puiset.
  7. Donnez les principales dates du règne de Philippe II.
  8. Où ont été décidées les deux premières croisades ?
  9. Faites la description d'un château fort.

Deuxième partie[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quels rois ont été victorieux à Bouvines et à Saintes ?
  2. Comment saint Louis rendait-il la justice ?
  3. Racontez la septième croisade.
  4. Parlez des Vêpres siciliennes.
  5. Qu'étaient-ce que les légistes ?
  6. Qu'appelle-t-on états généraux ?
  7. Que savez-vous des Templiers ?
  8. Quels sont les fils de Philippe le Bel ?
  9. Nommez tous les Capétiens directs ?

Troisième partie[modifier | modifier le wikicode]

  1. Comment était armé un chevalier ?
  2. Quel a été le principal ministre de Louis VII ?
  3. Que savez-vous de Henri Plantagenet ?
  4. Quels ont été les chefs de la troisième croisade ?
  5. Quelles victoires furent remportées en 1214, 1242, 1304 ?
  6. Qu'étaient-ce que les corporations ?
  7. Qu'est-ce que Villehardouin ? Robert de Sorbon ?
  8. Qu'appelle-t-on créneau, pont-levis, heaume, haubert, palefroi ?
  9. Qu'était-ce que l'hospice des Quinze-Vingts ?

Quatrième partie[modifier | modifier le wikicode]

  1. Comment se fit la conquête de l'Angleterre en 1066 ?
  2. Dans quelles circonstances fut incendiée l'église de Vitry ?
  3. Qu'est-ce que les armoiries ?
  4. Qu'est-ce qu'une bulle, la gabelle, un seigneur banneret ?
  5. Quels étaient les trois fils de Philippe le Hardi ?
  6. Qu'était-ce que la quarantaine-le-roi ?
  7. Quels furent les principaux résultats des croisades ?
  8. Qu'est-ce que la Sainte-Chapelle ?
  9. Quelles cathédrales furent bâties au XIIIe siècle ?

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Le curieux trouvera sur l'encyclopédie libre Wikipédia un armorial détaillé, à l'article Armorial des Capétiens
  2. Hugues Capet possédait l'Île-de-France, l'Anjou et la Touraine formant le duché de France, l'Orléanais et une partie de la Picardie et de la Champagne.
  3. Paris devint définitivement la capitale de la France à partir de Hugues Capet.
  4. Robert nourrissait tous les jours plusieurs centaines de pauvres, et le Jeudi saint il leur lavait les pieds.
  5. Cotte de mailles : tunique faite de petits anneaux de fer entrelacés.
  6. Donner l'accolade : embrasser.
  7. Le cheval de bataille était appelé destrier ou palefroi.
  8. Armé de toutes pièces : revêtu d'une armure complète. Les pièces principales de l'armure étaient le heaume, casque ou cimier, la cuirasse ou haubert, la cotte de mailles, le bouclier ou écu.
  9. Lice : place réservée pour le combat.
  10. Armes émoussées : non aiguës ou non tranchantes.
  11. Désarçonner : faire quitter l'arçon ou la selle. Un cavalier est désarçonné quand il tombe de cheval.
  12. Héraut d'armes : officier qui présidait aux exercices du tournoi. On dirait aujourd'hui commissaire.
  13. Reine du tournoi : châtelaine qui présidait la fête.
  14. Saint sépulcre : tombeau de Jésus-Christ.
  15. Les croisés formaient trois corps d'expédition : les chevaliers du Nord étaient commandés par Godefroy ; ceux du Centre, par Hugues, et ceux du Midi, par Raymond.
  16. Feu grégeois : feu inventé par les Grecs et qui brûlait dans l'eau. On s'en servait surtout pour incendier les vaisseaux ennemis.
  17. Les Hospitalierss furent plus tard nommés Chevaliers de Rhodes et ensuite Chevaliers de Malte.
  18. Les seigneurs qui partaient pour la croisade ayant besoin d'argent, ils vendaient facilement aux bourgeois des franchises municipales.
  19. Milice : sorte de garde nationale formée des bourgeois de la commune.
  20. Oriflamme : bannière de l'abbaye de Saint-Denis dont la couleur était rouge de feu. Elle fut longtemps l'étendard national.
  21. Louis VII fut sacré et couronné du vivant de son père Louis VI. Comme il y avait ainsi deux rois du nom de Louis, on désignait le fils en l'appelant « le jeune ».
  22. La mère de Henri II, Mathilde, était fille de Henri Ier d'Angleterre.
  23. Thomas Becket, étant retourné en Angleterre, fut assassiné dans sa cathédrale, en 1170, par quatre courtisans de Henri II.
  24. Saint-Jean-d'Acre : anciennement Ptolémaïs.
  25. Chambre des pairs : assemblée des douze pairs du royaume.
  26. Sénéchal : magistrat qui rendait la justice au nom du roi ou d'un seigneur.
  27. Bouvines : dans la Flandre, près de Lille.
  28. Banneret : seigneur qui, ayant au moins cinquante hommes d'armes, avait le droit de faire porter bannière.
  29. Les bailliages étaient administrés par des baillis et les prévôtés par des prévôts.
  30. Apanage (ad panis, pour le pain) : terre que les rois donnaient à leurs fils puînés, mais qui revenait à la couronne, à défaut d'héritiers mâles.
  31. Régence : pouvoir royal exercé au nom du souverain mineur ou absent.
  32. Le Caire : capitale de l'Égypte ; ville située près des Pyramides.
  33. Le royaume de Jérusalem n'existait plus, mais les princes chrétiens possédaient encore en Palestine des territoires et des villes fortifiées.
  34. Tunis : principal centre de la puissance musulmane en Afrique.
  35. Cour suprême : tribunal supérieur ayant le droit de réformer les sentences de tous les autres tribunaux.
  36. Prévôt de Paris : magistrat remplissant les fonctions de maire.
  37. Bulle : lettre pontificale portant un sceau de plomb, en forme de boule.
  38. Gabelle : impôt sur le sel.
  39. Le roi augmentait la valeur des monnaies lorsqu'il avait à payer, ou la diminuait au contraire quand il devait percevoir.
  40. Edgard Boutaric dans Bibliothèque de l'école des chartes, « Les premiers états généraux (1302-1314) », 1860. Lire en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1860_num_21_1_445698
  41. Gibet de Montfaucon : potence élevée près de Paris.