Histoire de France/Les armes de la France dans l'Histoire

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sommaire
Ce livre est actuellement en travaux. Tant que cet avis n'aura pas disparu, veuillez en considérer le plan et le contenu encore incomplets, temporaires et sujets à caution.
Un livre de Wikibooks

Avant-proposLes périodes de l'HistoireLocalisation géographiqueLes armes de la France dans l'HistoireAvant l'arrivée des CeltesLes Gaulois – les RomainsLes MérovingiensLes CarolingiensLes Capétiens directsGuerre de Cent ansTriomphe de la royauté — guerres d'ItalieLutte contre l'AutricheGuerres de religionAffermissement du pouvoir royalLa monarchie absolueAffaiblissement de la monarchieLa RévolutionLe Consulat et l'EmpireLa Restauration et la Monarchie de JuilletLa République et l'EmpireDe 1875 à la première guerre mondialeLa première guerre mondialeL'entre-deux guerresLa seconde guerre mondialeL'après-guerreLa guerre froideL'Europe et l'union européenneLa France contemporaineTableau chronologiqueLexiqueVoir aussi
Outils : Cette page en PDF Télécharger cette page au format PDFProjet Entrer en contact avec le projetCommander un exemplaire imprimé Commander un exemplaire imprimée de ce livreCe livre en PDF Télécharger ce livre au format PDFListe alphabétique des pages Liste alphabétique des pagesLivre d'or Livre d'or
Les armes de la France dans l'Histoire

Les armes sont une emblème utilisée par un tiers pour être représenté. Les armoiries historiques de la France sont les fleurs de lis d'or sur champ d'azur, utilisées sans interruption pendant près de six siècles (1211-1792). Bien que la légende les fasse naître lors du baptême de Clovis, qui aurait alors remplacé les trois crapauds qui ornaient son écu par trois lis mariaux, elles ne sont attestées que depuis le début du XIIIe siècle. D'abord représentées sous forme de semé, c'est à dire sans nombre défini et disposées en quinconce, elles sont réduites à trois en 1376. Par cette décision, le roi Charles V entendait placer le royaume sous la double invocation de la Vierge (le lis est un symbole marial), et de la Trinité, par le nombre.

La Révolution française les chasse comme un symbole de l'Ancien Régime et leur préfère des symboles inspirés de l'Antiquité. C'est à cette période qu'apparaît notamment le faisceau de licteur, comme symbole de la république. Cette vogue de l'Antiquité se prolonge avec le Premier Empire qui choisit de figurer ses armes à l'aigle d'or sur champ d'azur sous la forme d'une aigle romaine, plutôt que d'une aigle héraldique plus classique.

Le XIXe siècle traduit son instabilité politique par une instabilité symbolique : l'aigle et le lis se concurrencent jusqu'au dernier quart du siècle, au gré des changements de régime. L'intermède de la monarchie de Juillet marque une sorte de pause, en instaurant, en 1831, une sorte d'ovni héraldique : des armes d'azur à la charte d'or. Les deux régimes républicains, quant à eux, conservèrent la tradition révolutionnaire en refusant de se doter d'armoiries.

Tableau[modifier | modifier le wikicode]

Armoiries de la France Description Période
Blason pays fr FranceAncien.svg France ancien, les armoiries royales : d'azur semé de fleurs de lis d'or avant 1305
Blason France-ancien--Navarre-ancien.svg Mi-parti de France ancien et de Navarre ancien, les armoiries royales de Louis X, fils de la reine Jeanne Ire de Navarre, à Charles IV, dernier capétien direct: mi-parti; d'azur semé de fleurs de lys d'or et de gueules au rais d'escarboucle accolé et pommeté d'or[1] 13051328
Blason pays fr FranceAncien.svg France ancien, les armoiries royales : d'azur semé de fleurs de lis d'or 1328-1376
Blason France moderne.svg France moderne, les armoiries royales : d'azur à trois fleurs de lis d'or. A partir de cette époque, on voit se fixer les ornements extérieurs de l'écu : cerfs-ailés ou anges en supports de l'écu, heaume cimé de la double fleur de lis ou couronne fleuronnée en timbre. À partir de Louis XI, on ajoute le collier de l'ordre de Saint-Michel. 1376-1515
Coat of Arms of Kingdom of France.svg France moderne, les armoiries royales : d'azur à trois fleurs de lis d'or, timbrées de la couronne royale fermée (on trouve encore occasionnellement le heaume à la double fleur de lis) et entourées de l'ordre de Saint-Michel puis aussi de celui du Saint-Esprit. 15151589
Grand Royal Coat of Arms of France & Navarre.svg France et Navarre, sous les Bourbons : parti de France moderne et de Navarre. On les trouve assez souvent aussi (comme ici) « accolés », qui était une forme équivalente du "parti". Cette adjonction des armes de Navarre vient de ce qu'Henri IV, fondateur de la dynastie, était roi de Navarre avant son accession au trône de France. 15891792
Grandes Armes Impériales (1804-1815)2.svg Les armoiries du Premier Empire sous Napoléon Ier, affichant une aigle : d'azur à une aigle essorante, la tête contournée d'or. Le manteau, en ornement extérieur, est semé d'abeilles. Le blasonnement officiel ne mentionne pas que la tête de l'aigle est contournée. 18041814
Grand Royal Coat of Arms of France.svg Après la Restauration, la Maison de Bourbon régna à nouveau avec Louis XVIII et Charles X. Ces armoiries, avec leur écu de France moderne, sont encore utilisées concurremment par le « duc d'Anjou » et le « comte de Paris », prétendants rivaux au trône de France. 18141830
Coat of Arms of the July Monarchy (1830-31).svg Au début de la Monarchie de Juillet, par l'ordonnance du 13 août 1830, Louis-Philippe fixa les armes représentées sur le sceau de France : « À l'avenir le sceau de l'État représentera les armes d'Orléans surmontées de la couronne fermée, avec le sceptre et la main de justice en sautoir, et des drapeaux tricolores derrière l'écusson. » 18301831
Coat of Arms of the July Monarchy (1831-48).svg À partir du 16 février 1831, les armes d'Orléans sont supprimées du contre-sceau pour être remplacées par un écu d'azur aux tables d'or portant l'inscription « Charte constitutionnelle 1830 » pour préciser que la monarchie était désormais sous un régime constitutionnel : « À l'avenir le sceau de l'État représentera un livre ouvert portant à l'intérieur ces mots : Charte de 1830. » 18311848
Coat of Arms Second French Empire (1852–1870)-2.svg Les armoiries du Second Empire sous Napoléon III, affichent aussi une aigle, toujours à tête contournée en désaccord avec le blasonnement. Seuls les ornements extérieurs présentent des différences. 18521870

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Au XIVe siècle, les armes de Navarre ne sont pas encore représentées par des chaînes mais par des liens reliant les pommes.