Jardinage/Les maladies et les nuisibles au jardin

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ébauche

Cette page est considérée comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en éditant dès à présent cette page (en cliquant sur le lien « modifier »).

Ressources suggérées : Jardinage

Le mauvais état de la plante captive le regard du jardinier, mais très souvent il est déjà trop tard. Certaines maladies peuvent être causées par une mauvaise culture ou par le manque de soleil (mauvaise exposition), ce qui a pour conséquence de flétrir la plante ou de la décolorer. Un arrosage trop abondant fragilise la plante donc, nuit à la bonne résistance de celle-ci contre les nuisibles et aux différences de températures entre le jour et la nuit. La composition du sol est également à l'origine de certaines maladies tel que la chlorose (jaunissement des feuilles).

Les maladies[modifier | modifier le wikicode]

Oïdium :[modifier | modifier le wikicode]

Oïdium sur des feuilles de plants de tomate
Oïdium sur un fraisier

L'humidité, l'arrivée des premières chaleurs, et les écarts de température importants entre le jour et la nuit constituent des facteurs favorisant l'apparition de ce champignon en mai. Cette maladie dite du "blanc" commence ses ravages au printemps et menace grand nombre de cultures, aussi bien au jardin d'ornement qu'au verger ou au potager.

Symptôme : Tout commence par l'apparition d'un feutrage blanc d'aspect farineux qui se fixe sur les feuilles, les tiges et parfois les fleurs. Souvent, l’oïdium provoque une déformation des feuilles, qui se gondolent et se boursouflent. !

Objet : Ce champignon appartient à une famille nombreuse, dont les différents membres s'attaquent au bégonia, au pied d'alouette, au rosier, au melon, à la courgette, à la tomate, au pommier, au groseillier à maquereau, à la vigne... c’est à dire à la majeur partie de vos cultures.

Action : Pour une meilleure efficacité, il est souhaitable de mener une action préventive, c’est à dire prendre des mesures méthodiques et draconiennes :

  • Espacer suffisamment les plants , nettoyer régulièrement autour des plantations
  • Supprimer les parties ou sujets atteints afin que la maladie ne se propage pas trop vite,
  • Lorsqu'il fait chaud, veiller à ne pas arroser le feuillage,
  • Traiter préventivement les sujets sensibles par une décoction de prêle.

Traitement : Dès l'apparition des premiers symptômes de la maladie, et au-delà de 15% de surface atteinte, tout traitement s’avérera inefficace... Les seuls traitements agissant à l’éruption de la maladie sont l'utilisation des produits à base de souffre, de chinométhionate (Pesticide) ou de fongicide à base de dinocap, produits chimiques fortement toxiques, non biologiques.