Photographie/Personnalités/F/Francis Frith

Un livre de Wikilivres.
< Photographie‎ | Personnalités‎ | F(Redirigé depuis Francis Frith)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 19/10/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 877 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Francis Frith, également appelé Frances Frith, était un photographe britannique (Chesterfield, Angleterre, 31 octobre,1822 – Cannes, France, 25 février 1898).

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

À l'issue de ses études, Frith se lança dans la coutellerie, activité qu'il cessa en 1850 pour créer un studio de photographie connu sous le nom de Frith & Hayward. D'abord vendeur, puis tireur, avant de prendre vraiment goût lui-même à la photographie et de devenir un spécialiste de la photo de paysage par la technique du collodion humide. Il fit partie des membres fondateurs de la Liverpool Photographic Society en 1853.

Frith vendit son affaire en 1855 pour se consacrer entièrement à la photographie. Il partit ensuite au Moyen-Orient à trois reprises, d'abord en Égypte et en Nubie, muni de chambres de grand format, 16" x 20", c'est-à-dire environ 40 x 50 cm. Il utilisait le procédé du collodion humide, ce qui relevait de l'exploit dans un milieu à la fois poussiéreux et très chaud. Pendant ses voyages, il nota que les touristes étaient les principaux acheteurs des vues d'Italie, mais les voyageurs achetaient aussi des scènes provenant d'autres parties du monde. Il fit ensuite deux autres voyages en Palestine et en Syrie. Outre la photographie, il a également laissé dans un journal un compte rendu de ses difficultés, la chaleur étouffante sous la tente et le collodion qui faisait des bulles sur le verre des plaques. D'autres passages relatent aussi la difficulté à trouver un point de vue satisfaisant.

Francis Frith est également l'auteur de nombreuses vues stéréoscopiques.

Après ses voyages dans le Moyen-Orient, il a créé en 1859 la société Francis Frith and Co. à Reigate, dans le Surrey, devenant le premier spécialiste au monde de l'édition photographique. En 1860, épousa Mary Ann Rosling, la sœur d'Alfred Rosling, le premier trésorier de la Société Photographique le Liverpool. Il s'est alors lancé dans un projet colossal, photographier chaque ville et village du Royaume-Uni et particulièrement les monuments historiques et les lieux remarquables. Initialement il prenait les photographies lui-même mais, le succès venant, il a dû embaucher du personnel pour l'aider ; sa société d'édition de cartes postales est ainsi devenue un des plus importantes du monde. Quelques années plus tard, plus de deux mille magasins vendaient ses cartes un peu partout dans le Royaume-Uni.

La foi religieuse[modifier | modifier le wikicode]

À partir de 1871, Frith a quitté le monde de la photographie pour s'adonner à un travail d'écriture et à des activités philosophiques et religieuses. Il a été nommé ministre Quaker en 1872. À cette époque, il y avait un peu plus de 250 ministres enregistrés en Angleterre et au Pays de Galles. Il a pris sa part de tâches administratives, siégeant à de nombreux comités, et fréquemment pris position en faveur de pacifisme et l'abstinence. Il a été un collaborateur occasionnel écrivant des articles philosophiques et religieuses, ainsi que des poèmes pour la revue Quaker.

Lorsqu'il atteignit la soixantaine, Frith s'est placé à l'extrême droite libérale de la société. En 1884, il a publié avec William Pollard et William Turner) A reasonable Faith, une brochure très controversée qui remettait en cause l'orthodoxie évangélique en s'interrogeant sur la factualité de la Bible. Bien que les opinions libérales exprimées dans une foi raisonnable aient été rapidement et vigoureusement attaquées par les plus grands Quakers évangéliques, la théologie libérale gagna rapidement et devint dans les dix ans le point de vue majoritaire. Ainsi, ce sont Francis Frith et ses co-auteurs qui ont commencé la libéralisation du mouvement Quaker et ouvert la voie à des réformes philanthropiques et éducatives pour lesquels le mouvement est bien connu aujourd'hui.

Suite de l'entreprise[modifier | modifier le wikicode]

La famille de Frith a pris la suite de son affaire, qui fut finalement vendue en 1968. Suite à la fermeture de la société, Bill Jay, un des premiers historiens britanniques de la photographie, a identifié ses archives comme étant d'importance nationale, et en danger. Il a persuadé les dirigeants de la marque de tabac Rothmans de les acheter pour qu'elles soient conservées en sûreté.

La renommée de Frith a été relancée en 1976 grâce à The Francis Frith Collection créée par John Buck, un des directeurs de Rothmans, qui eut l'intention de rendre les photographies de Frith accessibles au plus grand nombre. En 1977, John Buck racheta les archives à Rothmans pour les exploiter sous le nom de The Francis Frith Collection. Le site internet de la société permet aux visiteurs d'afficher gratuitement environ 125 000 photographies de Frith, décrivant quelques 7 000 villes et villages ; il encourage les visiteurs à joindre des informations - il y en a déjà plus de 30 000. On y trouve aussi des textes extraits de quelques uns des 1 100 livres d'histoire locale publiés par la société de Frith.

Le premier album britannique de photographies[modifier | modifier le wikicode]

La série en dix parties Britain's First Photo Album, présentée par le journaliste John Sergeant, fut montrée pour la première fois par la BBC en mars 2012 et donne un aperçu de l'histoire de Francis Frith en tant que pionnier de ce travail photographique. Un livre de 320 pages intitulé Britain's First Photo Album a été publié, avec une préface de John Sargeant et de nombreuses notes relatives aux lieux visités.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • MAUGIN, Armelle .- FRITH Francis. In : Dictionnaire mondial de la photographie .- Paris, Larousse, 1994, pp. 242-243. (ISBN 2-03-511315-6)

Galerie de photographies[modifier | modifier le wikicode]

Seuls quelques exemples du travail de Francis Frith sont présentés ci-dessus. Les centaines de photographies chargées sur Wikimedia Commons ne sont pas toutes catégorisées, mais...

Crystal 128 forward.png pour en savoir plus : voir d'autres photographies de Francis Frith sur Wikimedia Commons