Photographie/Personnalités/W/Sabine Weiss

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 24/07/2017, le Wikilivre de photographie comporte 6 281 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Sabine Weiss (1er juillet)
  2. Frédéric Boissonnas (10 février)
  3. Ariel Varges (8 février)
  4. Andreas Gursky (9 janvier)
  5. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  6. Cosina CS-3 (7 janvier)
  7. Cosina CS-2 (7 janvier)
  8. Cosina CS-1 (7 janvier)
  9. Cosina CT-1 (7 janvier)
  10. Vivitar XV-3 (7 janvier)



Sabine Weiss photographiée en juin 2016 au château de Tours par Jacques Maugars


Sabine Weiss, née Sabine Weber, est une photographe suisse naturalisée française, née le 23 juillet 1924 à Saint-Gingolph, sans le Valais suisse.

Elle est, avec Robert Doisneau, Willy Ronis, Édouard Boubat et Izis, l'une des principales représentantes du courant de la photographie humaniste française.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Son père était ingénieur chimiste et fabriquait des perles artificielles à partir d'écailles de poissons. La famille demeurait à côté du poste frontière et quitta Saint-Gingolph, alors qu'elle était encore enfant. Attirée très jeune par la photographie, elle dit elle-même : « J'ai pris conscience très jeune que la photographie serait mon moyen d'expression. J'étais plus visuelle qu'intellectuelle... Je n'étais pas très douée pour les études. J'ai quitté le lycée, je suis partie un jour d'été à bicyclette »

Sabine Weiss commença à photographier en 1932 avec un appareil acheté au moyen de son argent de poche. Son père l'a soutenue dans son choix, et elle apprit plus tard la technique photographique, de 1942 à 1946, auprès de Frédéric Boissonnas, photographe de studio à Genève. Elle a obtenu son diplôme en 1945.

Paris[modifier | modifier le wikicode]

Elle vint à Paris en 1946 et devint l'assistante de Willy Maywald : « Quand je suis venue à Paris, j'ai pu travailler chez Maywald à qui un ami m'avait recommandée. J'y ai travaillé dans des conditions inimaginables aujourd'hui, mais avec lui j'ai compris l'importance de la lumière naturelle. La lumière naturelle comme source d'émotion ». Willy Maywald travaillait à cette époque au premier étage d'une remise située au 22 rue Jacob et qui appartenait à un antiquaire ; il n'y avait ni eau ni téléphone. Elle assista à l'ouverture de la maison Dior et à la présentation de la première collection au 37 avenue Montaigne. En 1949, elle voyagea en Italie et rencontra le peintre américain Hugh Weiss, qu'elle épousa le 23 septembre 1950. Le couple adopta une fille, Marion. Elle ouvrit alors son propre studio.

Sabinbe Weiss a travaille dans des secteurs variés : passionnée de musique, elle fixa les visages de grands noms de la musique (Igor Stravinsky, Benjamin Britten, Pablo Casals, Stan Getz...) mais aussi de la littérature et de l’art (Fernand Léger, F. Scott Fitzgerald, Jean Pougny, Alberto Giacometti et Annette Giacometti, Robert Rauschenberg, Jan Voss, Jean Dubuffet, Françoise Sagan...), du cinéma (Jeanne Moreau), de la mode (Coco Chanel). Elle collabora également à plusieurs revues et journaux connus en Amérique et en Europe pour des commandes publicitaires et de presse (Vogue, Paris Match, Life, Time Magazine, Town and Country, Holiday, Newsweek, etc.). Enfin, elle parcourut le monde en tant que photojournaliste et en rapporta de nombreux clichés.

L'agence Rapho[modifier | modifier le wikicode]

À partir de 1950, elle fut représentée par l’Agence Rapho, première agence de presse française gérant entre autres le travail de Robert Doisneau. Celui-ci lui proposa d'entrer dans l’agence après une rencontre dans le bureau du directeur de Vogue. Elle se lia d’amitié avec des personnalités du milieu artistique comme Jean Cocteau, Maurice Utrillo, Georges Rouault et Jacques-Henri Lartigue. Elle partagea avec ce dernier l’amour de l’humanité et le goût pour les visions intimes de la vie.

En 1955, Edward Steichen choisit trois de ses photographies pour l'exposition « The Family of Man » au Museum of Modern Art de New York.

En 1957, elle réalisa une série de photographies du peintre Kees van Dongen qu'elle découvrit avec son mari et d'un coup de cœur acheta un petit cabanon avec vue sur les ruines du château de Grimaud (Var). Ils agrandirent la maison en 1969 et y vinrent régulièrement en famille jusqu'à la mort de son mari en 2007. En 1983, elle obtint une bourse du Ministère français des Affaires Culturelle et réalisa une Étude sur les Coptes d’Égypte. Le même Ministère lui délivra en 1992 une autre bourse lui permettant de réaliser une Étude sur la Réunion.

Malgré ses succès et la publication d’une quarantaine d’ouvrages dont 100 photos de Sabine Weiss pour la liberté de la presse par Reporters sans frontières en 2007, Sabine Weiss resta une personnalité discrète et peu connue du grand public. Elle fut photographiée par Gilles Dacquin en 2007. Exposée en 2009 aux Rencontres d'Arles en 2009, cette photo humoristique fut vendue aux enchères.

Ses photographies sont diffusées par l'agence Gamma-Rapho.

Analyse de son œuvre[modifier | modifier le wikicode]

Son travail personnel est attaché à la vie quotidienne, aux émotions et aux gens. Il mêle habilement poésie et observation sociale, c’est pour cette raison que l’on rattache son œuvre au courant de la photographie humaniste.

Sabine Weiss, comme le photographe Bernard Plossu, récuse le statut d'artiste. Son but est de témoigner plutôt que de créer : « Je témoignais, je pensais qu'une photo forte devait nous raconter une particularité de la condition humaine. J'ai toujours senti le besoin de dénoncer avec mes photos, les injustices que l'on rencontre... Je n'aime pas les choses très éclatantes mais plutôt la sobriété... il ne s'agit pas d'aimer bien, il faut être ému. L'amour des gens, c'est beau. C'est grave, il y a une profondeur terrible. Il faut dépasser l'anecdote, dégager le calice, le recueillement. Je photographie pour conserver l'éphémère, fixer le hasard, garder en image ce qui va disparaître : gestes, attitudes, objets qui sont des témoignages de notre passage. L'appareil les ramasse, les fige au moment même où ils disparaissent ».

La photographe utilise essentiellement le noir et blanc en axant sa recherche sur un cadrage précis, une certaine qualité de lumière, des ambiances. Elle fait de la photographie un art de vivre, en arpentant les rues de Paris, souvent la nuit, pour trouver des sujets variés mais toujours proches de l’homme dans ses moments universels : scènes de rue, solitudes, enfants, croyances, figures humaines dans le brouillard, fugacité d’une émotion. On retrouve dans sa production beaucoup d’enfants, de vieillards, de sourires de stars, tous reliés par une caractéristique commune de spontanéité et simplicité : « J'aime beaucoup ce dialogue constant entre moi, mon appareil et mon sujet, ce qui me différencie de certains autres photographes qui ne cherchent pas ce dialogue et qui préfèrent se distancier de leur sujet ».

Robert Doisneau dit à propos des photographies de Sabine Weiss : « Les scènes, en apparence inoffensives, ont été inscrites avec une volontaire malice juste à ce moment précis de déséquilibre où ce qui est communément admis se trouve remis en question ».

Publications[modifier | modifier le wikicode]

Années 1960

  • VALOGNE, Catherine .- J'aime le théâtre [illustré d'une photographie noir et blanc de Sabine Weiss].- Lausanne, Suisse, Éditions Rencontre, 1962, cartonné In-12, 301 p., .
  • A week in Daniel's world [Une semaine de la vie de Daniel] .- New York, Macmillan, 1969.

Années 1970

Années 1980

  • Place Laganne, Toulouse, Mai 1985 .- 1985.
  • Sabine Weiss, Photographies .- Dunkerque, Musée d'Art Contemporain, 1988. Catalogue de l'exposition du 22 janvier au 7 mars 1988.

Années 1990

  • SERRI, Jérôme et WEISS, Sabine [photographies] .- Vu à Pontoise .- Pontoise, Éditions municipales, 1992. ISBN 978-2-905199-31-7
  • Sabine Weiss à l'île de la Réunion .- Saint Pierre, Éditions de la galerie Vincent & Résidence Mengin-Lecreulx, 1995.
  • BOUCHET, André du et WEISS, Sabine .- Poussière sculptée .- Saint-Clément-de-Rivière, Hérault, Éditions Fata Morgana, 1997, 24 p.

Années 2000

  • GRACQ, Julien .- Plénièrement [avec 5 photographies d'André Breton par Sabine Weiss] .- Saint-Clément-de-Rivière, Éditions Fata Morgana, 27 juillet 2000. ISBN 2851946722
[Édition originale, tirage limité à 30 exemplaires numérotés sur vélin d'Arches avec cinq photographies originales de Sabine Weiss représentant André Breton dans son atelier rue Fontaine à Paris. Un des 12 exemplaires hors commerce, signé au crayon au colophon par l'auteur et l'artiste avec les cinq photographies originales.]
  • WEISS, Sabine et VLEUGELS, Marcel .- See and Feel .- Heerlen, Pays-Bas, Éditions ABP Public Affairs, 2007, 432 p. (ISBN 9066010207 et 9789066010208)

Années 2010

  • Masques et Rites, Burkina Faso .- In : Revue d'art Trou (Suisse), n° 20, 2010.

Expositions[modifier | modifier le wikicode]

Liste non exhaustive établie à partir de celles publiées sur le site de l'artiste et de diverses galeries.

Années 1950

  • 1953, New York USA au Museum of Modern Art, « Post War European Photography », exposition collective
  • 1954, Institut d'art de Chicago
  • 1954, Bard College, Walker Art Center de Minneapolis
  • 1954, Limelight Gallery de New York
  • 1954, Nebraska Art Center de Lincoln, Nebraska
  • 1954, « Subjective Fotografie  1 & 2 » d’Otto Steinert, exposition collective, Allemagne
  • 1955, Edward Steichen choisit trois de ses photographies pour l'exposition collective « The Family of Man » au Museum of Modern Art, New York

Années 1960

  • 1963, exposition collective « Femmes Photographes », Studio 28, Paris
  • 1967, exposition collective « Regards sur la Terre des Hommes », Montréal
  • 1978, Centre Culturel Noroit, Arras
  • 1978, Centre Culturel de Châtillon
  • 1978, exposition itinérante organisée par L'ACMAE

Années 1980

  • 1980, Galerie Viviane Esders, Paris
  • 1980, Galerie Municipale de Lannion
  • 1981, musée de la Photographie, Oslo
  • 1981, Musée Nicéphore-Niépce, Chalon-sur-Saône
  • 1982, Catskill Center, New York
  • 1984, Galerie Contretype, Bruxelles
  • 1984, festival d'Avoriaz
  • 1984, Galerie Municipale de Vitry-sur-Seine
  • 1984, expositions internationales
  • 1985, Galeries de la Fnac, « Les Enfants », France et Belgique (1985-1993)
  • 1985, Nouveau Théâtre de Belfort
  • 1985, Galerie du Château d'Eau, Toulouse
  • 1985, Festival de Montpellier
  • 1985, exposition à Amsterdam
  • 1986, exposition collective « Alberto Giacometti », Kunsthaus de Zurich
  • 1986, « Les habitants du Val de Marne », commande du FDAC, Créteil
  • 1987, musée Municipal de Grignan
  • 1987, musée de l'Élysée , Lausanne
  • 1987, musée d'art contemporain de Dunkerque
  • 1988, Fondation Kant, Mérignac
  • 1988, FARE, Flayosc
  • 1988, CRAC de Jarny
  • 1988, CRAC de Vandœuvres, Nancy
  • 1988, exposition collective « Le Baiser », Comptoir de la Photographie, Paris
  • 1989, CAC d'Annecy
  • 1989, Fondation nationale de la photographie, Lyon
  • 1989, Vision Gallery, San Francisco

Années 1990

  • 1991, Centre Culturel de Chollet
  • 1991, exposition collective « Alberto Giacometti », Centre Culturel Suisse, Paris
  • 1991, exposition collective « Fès, ville des Photographes », Institut du monde arabe, Paris
  • 1991, exposition collective « Portugal », musée de la photographie de Charleroi
  • 1992, médiathèque de Tourcoing
  • 1992, exposition collective « Portrait d'une capitale » , Musée Carnavalet, Paris
  • 1992, exposition à Solignac
  • 1992, « Festival de l'Image », Le Mans
  • 1992, Musée Arthur Batut, La Bruguière
  • 1992, Château des Marmousets, La Queue-en-Brie
  • 1992, Musée Tavet-Delacour, Pontoise
  • 1993, Forum de l'Image, Blagnac
  • 1993, exposition collective « André Breton », Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, Paris
  • 1993, exposition collective « Chroniques comtemporaines », Hôtel des Invalides, Paris
  • 1993, « Alberto Giacometti », Malmö
  • 1993, « Miré », Galerie Eude, Barcelone
  • 1993, exposition collective « Chroniques contemporaines », Saint-Ouen-l'Aumône
  • 1993, prieuré des Bénédictins de Vitré (Ille-et-Vilaine)
  • 1993, Howard Greenberg Gallery, New York
  • 1993, Salle Grenette, Lapalisse
  • 1993, exposition collective « Invitation au Voyage », Naples
  • 1993, « Nous », avec Hugh Weiss, Galerie du Centre, Paris
  • 1993, Galerie FNAC, Cergy-Pontoise
  • 1994, Port Washington, New York
  • 1994, exposition collective « Autour du Monde », Galerie Contrejour, Paris
  • 1994, exposition collective « La Ville, la Nuit », Centre Georges Pompidou, Paris
  • 1994, exposition collective « Autour du banc », Kremlin-Bicêtre
  • 1994, exposition collective « Portrait of my Mother », Londres
  • 1994, Lycée François Villon, Paris
  • 1994, exposition collective « Portraits d'un Portrait », Bâle
  • 1994, exposition collective « Invitation au Voyage », abbaye de Montmajour
  • 1994, exposition collective « Le Baiser », New York, Santa Monica, Tokyo
  • 1995, « Décibels », exposition avec Édouard Boubat, Faculté Dauphine, Paris
  • 1995, « La Réunion », avec Guy Le Querrec et Sebastião Salgado, exposition itinérante en Allemagne
  • 1995, « La Bulgarie », Bibliothèque nationale Cyrille et Méthode, Sofia
  • 1995, « Les Femmes », musée Omar Rayo, Roldanillo
  • 1995, « Visages de la passion religieuse », Visa pour l'Image, Perpignan
  • 1995, « La Bulgarie », Maison des Photographes, Plovdiv
  • 1996, « Île de la Réunion », Nice
  • 1996, « Expression religieuse », Fès
  • 1996, « Regard intime », Montalcino
  • 1996, « Lumière et Tendresse », Espace Photographique de Paris
  • 1997, « Portraits d'artistes », Centre Culturel de Limoges
  • 1997, « En passant », Brive-la-Gaillarde
  • 1997, « Les Droits de l'Homme », Saint-Benoît
  • 1997, exposition collective « De l'autre côté du miroir », Paris
  • 1997, « La Réunion », avec Guy Le Querrec et Sebastião Salgado, exposition itinérante à Londres et Moscou
  • 1997, « Gérard Bignolais, sculpteur », Frênes
  • 1998, expositions à Tokyo et Kizoku
  • 1998, « Île de la Réunion », Cergy
  • 1998, « En passant », Saint-Céré et Cherbourg
  • 1998, exposition collective au Musée du Montparnasse, Paris
  • 1998, exposition collective « À la Bastille », Picto, Paris
  • 1998, exposition collective « La Route océane », Lisbonne
  • 1998, exposition au LAC, Saint-Pierre de la Réunion
  • 1999, exposition collective « Les Amis de Doisneau », château d'Oyez, Aurillac
  • 1999, exposition collective « Rencontres Photographiques », mairie du 18e arrondissement de Paris

Années 2000

  • 2000, exposition collective « 2 000 Œuvres pour l'an 2000 », Galerie Lefor Openo, Paris
  • 2000, exposition collective à la Galerie Laurent Herschritt, Paris
  • 2000, « Les Hommes et leurs croyances » , Maison de Descartes, Amsterdam
  • 2000, « Portraits d'artistes », Galerie Lefor Openo, Paris
  • 2000, « Poussettes, charrettes et roulettes », Musée français de la photographie, Bièvres (Essonne)
  • 2000, exposition collective au Musée du Montparnasse, Paris
  • 2001, « Rétrospective », Villa Aurélienne, Fréjus
  • 2001, « Portraits d'Artistes », Galerie Quintessens, Utrecht
  • 2001, « Les Hommes et leurs croyances », citadelle de Corte
  • 2001, « Vintages », Galerie Herschtritt, Paris
  • 2001, exposition collective « Hommage à Alberto Giacometti », mairie du 14e arrondissement de Paris
  • 2002, « Rétrospective », LARC, Le Creusot
  • 2002, « Les Hommes et leurs croyances », Festival Transphotographique, église Saint-Maurice, Lille
  • 2002, « Portraits d'Artistes », Galerie Solstices, Lille
  • 2002, « Les années 50 », vintages, Klotz-Simon Gallery, New York
  • 2002, « Portraits d'Artistes », Villeneuve-sur-Lot
  • 2002, « Des Enfants », mairie du Blanc-Mesnil
  • 2002, exposition collective « Des hommes dans la ville », musée André Malraux, Le Havre
  • 2002, Exposition commune - « Lyudmilla » - Collection Imaginaire, Galerie Vanessa Quang 31, rue Saint-Roch 75002 Paris du 05 octobre 2002 au 04 novembre 2002 : Bruno Barbey, Arnaud Baumann, Christiane Barrier-Kempf, Jean-François Bauret, Caroline Bigret, Gilles Dacquin, Despatin & Gobeli, Laurence Demaison, Wilfrid Estève, Michel Kempf, Anton Koslov, Gilles Magnin, Andréas Mahl, Patrick Bailly-Maitre-Grand, Caroline Poiron, Stéphane Remael, Guillaume Serve, Ursula Storm, Sabine Weiss.
  • 2002, Congrès du Groupement national de la photographie professionnelle (GNPP) à Biarritz
Conférences animées par Sabine Weiss (France)

Années 2010

  • 2010, « Poussettes, charettes et roulettes », avec Stéphanie Tétu, Espace Culturel du Lavandou
  • 2013, Médiathèque Valais, Martigny
  • 2013, « Instants Fugaces » à la Base Sous-Marine de Bordeaux
  • 2014, exposition de soixante-dix photos des habitants du Val de Marne, château des Marmousets, La Queue-en-Brie
  • 2014, rétrospective « Chère Sabine », Salon de la photo de Paris, Paris Expo, porte de Versailles
  • 2015, Paris, Maison européenne de la Photographie, « Déclics - 9 photographes en hommage à Sabine Weiss »
  • 2015, Bischheim, Cour des Boecklin
  • 2016, Château de Tours, Tours, exposition organisée par le Jeu de Paume.
  • 2016, galerie Les Douches, Paris.

Collections publiques[modifier | modifier le wikicode]

En France 

Émissions télévisées et vidéographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1965, Chambre noire, d'Albert Plécy et Michel Tournier
  • 1994, Mille Bravos, de Christine Bravo sur France 2
  • 1997, Regards croisés, avec Claude Villers sur France 3
  • 2014, Mon métier de photographe, vidéo de Stéphanie Grosjean, présentée par le Salon de la photographie à Paris pour l'exposition rétrospective « Chère Sabine »

Distinctions[modifier | modifier le wikicode]

  • 1987, Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres
  • 1999, Officier des Arts et des Lettres
  • 2010, Chevalier de la Légion d'honneur, décoration remise par le Ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • ARBAIZAR, Philippe .- Sabine Weiss. In : Dictionnaire mondial de la photographie .- Paris, Larousse, 1994 (ISBN 2-03-511315-6)
  • JOSSE, Vincent .- L'Atelier .- Paris, Flammarion, 2013.
  • DUPOUY, Raphaël .- Figure Libre. In : Le petit journal du réseau Lalan, n° 29, avril 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Articles connexes[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]


Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer