Photographie/Personnalités/L/Jacques-Louis Henri Le Secq des Tournelles

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 18/09/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 877 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Jean-Louis-Henri Le Secq des Tournelles était un peintre et photographe français, né 18 août 1818 à Paris où il est mort le 24 décembre 1882.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Le Secq près d'une gargouille de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Photo Charles Nègre, 1853.

Entre 1835 et 1840, Jacques-Louis Henri Le Secq des Tournelles a étudié la sculpture dans l'atelier de James Pradier et la peinture auprès de Paul Delaroche, en compagnie de Gustave Le Gray, Charles Nègre et Roger Fenton.

À partir de 1848, il débuta une activité de photographe. En 1850, ses vues de la cathédrale d'Amiens, préparatoires à la restauration menée par l'architecte Viollet-le-Duc, furent remarquées.

En 1851, membre de la Société Héliographique, il fut retenu par la Commission des monuments historiques pour participer à la Mission Héliographique. Œuvrant sur les édifices religieux en Champagne, en Alsace et en Lorraine, Le Secq utilisa à la prise de vue le procédé du calotype, qu'il traduisit en épreuves sur papier salé.

Henri Le Secq fit partie des photographes mandatés par l'État français pour la Mission héliographique, commande photographique passée en 1851 à 5 photographes : les autres étant Gustave Le Gray, Hippolyte Bayard, Édouard Baldus et Auguste Mestral. Cette commande avait pour but de faire un état des lieux du patrimoine architectural de la France.

À partir de 1852-53, il photographia le vieux Paris promis à la démolition ainsi que la forêt de Montmirail.

Il présenta des photos à l'Exposition universelle de 1855.

Bien que reconnu comme un puriste de la photographie d'architecture, Henri Le Secq s'en détourna peu à peu au profit de natures mortes et d'images plus symbolistes. Il reste, avec ses quatre compagnons de la Mission Héliographique, un « primitif » essentiel de l'histoire de la photographie.

Collections[modifier | modifier le wikicode]

  • Son fonds d'atelier a été donné par son fils à la Bibliothèque des Arts décoratifs à Paris en 1905.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • MONDENARD, Anne de .- La Mission héliographique. Cinq photographes parcourent la France en 1851 : Baldus, Bayard, Le Gray, Le Secq, Mestral .- Paris, Éditions du Patrimoine, 2002, 319 p. (ISBN 2858226903 et 9782858226900)
  • PARRY JANIS, Eugenia et SARTRE, Josiane .- Henri Le Secq, photographe de 1850 à 1860 .- Paris, Musée des Arts décoratifs, 1986 (ISBN 2-08-012056-5)

Galerie de photographies[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]