Affaire Priore

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Affaire Priore

L'histoire d'un rendez-vous scientifique manqué

un ouvrage collectif


Préface[modifier | modifier le wikicode]

Aujourd'hui il y a une préoccupation majeure sur les effets nocifs des champs électromagnétiques. En particulier, on se fixe sur la pollution électromagnétique et un danger potentiel pour la santé provoqué par :

- les champs magnétiques et électriques engendrés par des lignes à haute tension ;
- les micro-ondes utilisées par les téléphones cellulaires, la Wi-Fi, les objets connectés ;
- les champs magnétiques produits par des appareils domestiques.

Il ne fait aucun doute que les champs électromagnétiques interagissent avec le vivant mais dans la majorité des cas, le système vivant semble s'adapter à l'environnement électromagnétique et l'effet résultant est nul. Il est extrêmement difficile de démontrer expérimentalement des effets durables (nocifs ou bénéfiques) de champs électromagnétiques de faible intensité.

Depuis l'époque de Mesmer, l'étude des effets bénéfiques pour la santé des champs électromagnétiques fut longtemps le domaine des charlatans qui utilisaient « les ondes » principalement pour soutirer de l'argent des malades qu'ils prétendaient soigner. Parmi cette faune exotique il y a un cas à part, celui d'Antoine Priore.

Comme d'autres, Antoine Priore « guérissait le cancer » avec un appareil secret de sa conception qui engendrait des champs électromagnétiques particuliers. Cependant, le cas d'Antoine Priore est très différent.

Au cours de la période 1960-1977, plusieurs dizaines de chercheurs universitaires ont eu l’occasion d'observer les effets des ondes électromagnétiques émises par ses appareils sur plusieurs milliers d'animaux porteurs d'affections expérimentales. Tous les chercheurs ont constaté des guérisons et des effets biologiques inattendus provoqués par ce rayonnement électromagnétique.

Mais Antoine Priore refuse que des spécialistes examinent en détail son appareil, ce qui provoque des soupçons de supercherie, sentiment qui s'installe parmi certains notables du milieu médical.

La question qui demeure : Antoine Priore, a-t-il fait une découverte biophysique importante, ou est-il un escroc qui a berné des chercheurs naïfs ?

Wikipedia-logo-v2.svg

Wikipédia propose un article sur : « Affaire Priore ».

Ce rapport est une analyse critique de l'« Affaire Priore ». Après une enquête quasi policière dont les conclusions sont :

  1. Antoine Priore a construit, entre 1955 et 1975, plusieurs générateurs de champs électromagnétiques particuliers.
  2. Ces champs non-ionisants avaient des effets biologiques remarquables sur certaines mammifères (souris, rats, lapins) : la stimulation des systèmes de reconnaissance cellulaires et de défenses immunitaires.
  3. Hormis l'intérêt fondamental de l'interaction des champs électromagnétiques avec le vivant, il y a la possibilité très réelle d'applications thérapeutiques pour certaines maladies graves.
  4. Pour des raisons passionnelles et stupides, de la part d'Antoine Priore lui-même et aussi de la part d'un certain nombre de scientifiques chargés d'évaluer la portée de sa découverte, l'étude du « Rayonnement Priore » n'a pas trouvé sa juste place dans la recherche scientifique internationale.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Les livres ci-dessous, publiés après le décès d'Antoine Priore en 1983, donnent un aperçu de l'Affaire Priore.

  • Pierre Rossion, « L'histoire la plus troublante de la science moderne : La machine de Prioré », dans Science & Vie, no 643, avril 1971, p. 53-59 [texte intégral] 
  • Jean-Pierre Bader, Le cas Priore : Prix Nobel ou imposture ? : Prix Nobel ou imposture ?, J.C. Lattès, , 223 p.
  • Jean-Michel Graille, Dossier Priore : Une nouvelle affaire Pasteur ? : une nouvelle affaire Pasteur ?, Paris, Denoël, , 307 p. (ISBN 978-2-207-23002-2)
  • Jean-Pierre Lentin, Ces ondes qui soignent, ces ondes qui tuent, Paris, Albin Michel, coll. « Espaces libres », , 340 p. (ISBN 978-2-226-12696-2)
  • Pierre Lance, Savants maudits, chercheurs exclus, Paris, Guy Tredaniel, (ISBN 978-2-84445-457-7)

Le livre de J-M. Graille, écrit par un journaliste d'investigation, analyse les documents liés à l'Affaire et cite un grand nombre de sources. Ces sources sont tous consultables à partir de ce rapport.

Le livre de J-P. Bader, dont seulement 111 pages des 222 concernent l'Affaire Priore, est écrit par un professeur de médecine. Il cite souvent que l'on lui a rapporté que..., mais cite rarement les documents précis qu'il a consulté.. Le ton de son livre est plutôt une « réponse normande » à la question posée par le titre de son livre.

Objet du rapport[modifier | modifier le wikicode]

Ce document est à la fois :

  • Un chapitre dans l'histoire des sciences médicales et biophysiques ;
  • Une tentative pédagogique d'expliquer pourquoi une découverte scientifique, potentiellement très importante, a été un échec ;
  • La mise à disposition des documents techniques de la composition et de l'utilisation des appareils d'Antoine Priore dans l'espoir qu'ils seront utiles pour des chercheurs.

L'enquête qui était nécessaire pour produire ce rapport a amené à la constitution d'une base de données d'environ 3 000 documents.

L'ensemble de ces documents est consultable (et téléchargeable) sur Archives de l'Affaire Priore.

Sommaire du livre[modifier | modifier le wikicode]

L'Affaire Priore
Affaire Priore
CHAPITRES
ANNEXES
Notes de synthèse
Le rapport Bernard-Latarjet Les souris anglaises La commission de 1960 La commission de 1969
L'Académie des sciences Leroy-Somer S.O.V.I.R.E.L. Les finances de l'Affaire Priore
La D.R.M.E. et la D.G.R.S.T. I.N.S.E.R.M. La thèse universitaire d'Antoine Priore Le Comité de soutien d'Antoine Priore
Diverses rumeurs La Mairie de Bordeaux La Presse, Radio et T.V. Le laboratoire P.I.O.M.


icône image Images externes
Antoine Priore (1972)
Appareil Priore circa 1964, utilisé pour les observations de cancer expérimental et le traitement de malades

Note : La majorité de photos ayant pour sujet l'« Affaire Priore » sont l’œuvre de photographes anonymes et datent de moins de 70 ans. En conséquence, elles ne sont pas admissibles dans Wikipédia. Dans le texte, l'emplacement d'une illustration utile, mais pas admissible dans Wikipédia, est indiqué par une cadre « Image externe », qui contient un lien vers un fichier sur un site externe à Wikipédia.


Les chapitres de cet ouvrage sont suivis régulièrement.
N'hésitez pas à utiliser les pages de discussion pour inscrire vos remarques et poser vos questions.