Grec ancien/Locutions

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher
L'alphabet
Les déclinaisons
La conjugaison
L'adjectif
Théâtre
Annexes
α | ϐ | γ | δ | ε | ζ | η | θ | ι | ϰ | λ | μ | ν | ξ | o | π | ρ | σ | τ | υ | φ | χ | ψ | ω
écriture toutes lettres
Première déclinaison | Deuxième déclinaison | Troisième déclinaison
Présent - Exercices | Parfait - Exercices | Aoriste - Exercices | Futur - Exercices | Imparfait - Exercices
Aphrodite | Apollon | Arès | Artémis | Athéna | Déméter | Dionysos | Hadès | Héphaïstos | Héra | Hermès | Hestia | Poséidon | Zeus
Antigone | Médée

Une locution est, en linguistique, une unité fonctionnelle du langage, composée de plusieurs mots graphiques, appartenant à la langue et devant être apprise en tant que forme globale non divisible. Les expressions et les proverbes sont des locutions.

Exemple

Je mange une assiette anglaise.
Une assiette anglaise n'est pas un élément de vaisselle mais un plat.

Un loup dans mon jardin ? Ça par exemple !
On ne donne pas un exemple, c'est une expression.


Α[modifier | modifier le wikicode]

Άγαθῇ τύχῃ
(Agathễi týkhêi)
Bonne chance !/Bon courage !
Ἀγνώστῳ Θεῷ
(Agnốstỗi Theỗi)
Ἀεὶ Λιϐύη φέρει τι κακόν.
(Aeì Libýê phérei ti kakón.)
La Libye porte toujours le mal.
Aἰγαῖον Πέλαγος
(Aigaîon Pélagos)
mer Égée (en latin : Aegaeum mare)
Aἱ γυναῖκες ἐν ταῖς ἐκκλησίαις σιγάτωσαν.
(Hai gynaîkes en taîs ekklêsíais sigátôsan.)
Que les femmes se taisent dans les églises. (en latin : Mulier taceat in ecclesia.)
Aἰὲν ἀριστεύειν
Aἰὲν ἀριστεύειν
(Aièn aristeúein)
Exceller à jamais. C’est la devise de l'université de Saint-André au Royaume-Uni ; cette phrase est tirée de l’Illiade d’Homère dans un dialogue entre Glaucos et Diomède (en anglais : Ever to excel).
Αἰτεῖτε, καὶ δοθήσεται ὑμῖν
ζητεῖτε, καὶ εὑρήσετε: κρούετε, καὶ ἀνοιγήσεται ὑμῖν.
(Aiteîte, kaì dothếsetai hymîn: zêteîte, kaì heurếsete: kroúete, kaì anoigếsetai hymîn.)
Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. (en latin : Petite, et dabitur vobis; quaerite, et invenietis; pulsate, et aperietur vobis.)
C’est une phrase du septième verset du chapitre 7 de l’évangile selon Matthieu.
Ἀκροποδητί
(Akropodêtí)
Sur la pointe des pieds
Ἁλιεὺς πληγεὶς νοῦν φύσει.
(Halieùs plêgeìs noûn phýsei.)
Les blessures poussent l’esprit du pêcheur.
Ἀλλ’ ὅστις σε ῥαπίζει εἰς τὴν δεξιὰν σιαγόνα [σου], στρέψον αὐτῷ καὶ τὴν ἄλλην.
All’ hóstis se rhapízei eis tền dexiàn siagóna [sou], strépson autỗi tền állên.
Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre. (en latin : Sed si quis te percusserit in dextera maxilla tua praebe illi et alteram.)
C’est une phrase du trente-neuvième verset du chapitre 5 de l’évangile selon Matthieu.
Ἄλφα καὶ ὦ
(Álpha kaì ỗ)
Alpha et oméga
Ce sont les noms de la première et de la dernière lettre de l'alphabet grec.
Ἀμήν σοι λέγω, σήμερον μετ’ ἐμοῦ ἔσῃ ἐν τῷ παραδείσῳ.
(Amến soi légô, sếmeron met’ emoû ésêi en tỗi paradeísôi.)
En vérité, je te le dis, aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis.
Ce sont les paroles que Jésus prononce sur la croix dans le quarante-troisième verset du vingt-troisième chapitre de l’évangile selon Luc.
Ἀναπαύσου ἐν εἰρήνῃ
(Anapaúsou en eirếnêi)
Repose en paix (en latin : Requiescat in pace)
Ἀνερρίφθω κύβος.
(Anerríphthô kýbos.)
Le sort en est jeté. (en latin : Alea iacta est.)
Jules César cita dans la langue originale le proverbe grec bien connu Ἀνεῤῥίφθω κύϐος que Suétone rendit par Iacta alea est. En effet, le sens de l’expression grecque n’est pas « le dé est jeté », mais bien « le dé soit jeté ». Dès lors, il faudrait peut-être adopter la correction qui remonte à Érasme : jacta alea esto.
Ἄνδρα μοι ἔννεπε, Μοῦσα, πολύτροπον, ὃς μάλα πολλὰ
πλάγχθη, ἐπεὶ Τροΐης ἱερὸν πτολίεθρον ἔπερσε·
πολλῶν δ’ ἀνθρώπων ἴδεν ἄστεα καὶ νόον ἔγνω,
πολλὰ δ’ ὅ γ’ ἐν πόντῳ πάθεν ἄλγεα ὃν κατὰ θυμόν,
ἀρνύμενος ἥν τε ψυχὴν καὶ νόστον ἑταίρων.
(Ándra moi énnepe, Moûsa, polýtropon, hòs mála pollà
plánkhthê, epeì Troḯês hieròn ptolíethron éperse ·
pollỗn d’ anthrốpôn íden ástea kaì nóon égnô,
pollà d’ hó g’ en póntôi páthen álgea hòn katà thymón,
arnýmenos hến te psykhền kaì nóston hetaírôn.)
Ô Muse, conte-moi l’aventure de l'Inventif :
celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra,
voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages,
souffrant beaucoup d’angoisses dans son âme sur la mer
pour défendre sa vie et le retour de ses marins.
Ce sont les premiers vers du chant I de l’Odyssée d’Homère.
Ἀνδρῶν ἐπιφανῶν πᾶσα γῆ τάφος.
(Andrỗn epiphanỗn pâsa gễ táphos.)
Les hommes éminents ont la terre entière pour tombeau.
C’est une citation de Thucydide.
Ἄνθρωπον ζητῶ.
(Ánthrôpon zêtỗ.)
L’homme, je le cherche.
C’est une phrase du Cynique de Diogène.
Ἄνθρωπὸς ἐστὶ πάντων χρημάτων μέτρον.
(Anthrôpòs estì pántôn khrêmátôn métron.)
L’homme est la mesure de toutes choses.
C’est une citation de Protagoras.
Ἅπαξ λεγόμενον.
(Hápax legómenon.)
Ayant été dit une fois.
Ce terme désigne les mots (ou expressions) dont il n’existait qu’une seule occurrence dans la littérature.
Ἄπιστος Θωμᾶς.
(Ápistos Thômâs.)
Thomas l’incrédule.
.
Ἀπόδοτε τὰ Καίσαρος Καίσαρι καὶ τὰ τοῦ Θεοῦ τῷ Θεῷ.
(Apódote tà Kaísaros Kaísari kaì tà toû Theoû tỗi Theỗi.)
Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. (en latin : Redde Caesari quae sunt Caesaris, et quae sunt Dei Deo.)
Ἀπὸ καρδίας.
(Apò kardías.)
De tout cœur.
Ἀπὸ μηχανῆς θεός
(Apò mêkhanễs theós.)
Dieu issu de la machine (en latin : Deus ex machina)
Cette expression existait déjà dans le théâtre grec, pour désigner un mécanisme servant à faire entrer en scène une ou des divinités pour résoudre une situation désespérée.
Ἀπὸ χειλῶν.
(Apò kheilỗn.)
Du bout des lèvres.
Ἀρκετὸν τῇ ἡμέρᾳ ἡ κακία αὐτῆς.
(Arketòn tễi hêmérai hê kakía autễs.)
À chaque jour suffit sa peine. (en latin : Sufficit cuique diei malitia sua.)
C’est une phrase du trente-quatrième verset du sixième verset de l’évangile selon Matthieu.
Ἀποπομπαῖος τράγος
Ἀποπομπαῖος τράγος
(Apopompaîos trágos)
Bouc émissaire (en latin : Caper emissarius)
Cette locution est la traduction grecque de l’hébreu « שעיר לעזאזל » (se'ïr lèAzazel) signifiant « bouc à Azazel ». Lors d’un rite expiatoire accompli à la période de Yom Kippour, deux boucs était tirés au sort par les Juifs. L’un était sacrifié à Dieu, l’autre était envoyé dans le désert vers Azazel après avoir été symboliquement chargé de toutes les fautes devant être expiées.
ᾎσμα ᾈσμάτων
(Âisma Aismátôn)
Cantique des Cantiques (en latin : Canticum Canticorum)
Cette locution est la traduction grecque de l’hébreu « שיר השירים » (Šīr hašŠīrīm).
Αὐτὸς ἔφα.
(Autòs épha.)
C’est lui qui l’a dit. (en latin : Ipse dixit.)

Β[modifier | modifier le wikicode]

Βαλλ᾿ ἐς κόρακας
(Ball’ es kórakas)
Va chez les corbeaux
Bασιλεία τῶν οὐρανῶν
(Basileía tỗn ouranỗn)
Royaume des cieux
Βασιλεία τῶν Ρωμαίων
(Basileía tỗn Rômaíôn)
Empire byzantin (en latin : Imperium Romanorum)
Ὁ λέων ἐστὶ ὁ βασιλεὺς τῶν ζῴων.
Ἡ λέαινα ἐστὶ ἡ βασίλισσα τῶν ζῴων.
Bασιλεὺς τῶν ζῴων
(Basileùs tỗn zốiôn)
Roi des animaux (en latin : Rex animalium)
C’est le nom poétique du lion. « βασιλεύς » est également à l’origine du prénom masculin « Basile ». En grec moderne, la même phrase se dit « βασιλιάς των ζώων ».
Βατραχομυομαχία
(Batrakhomyomakhía)
Bataille des grenouilles et des rats.
C’est une parodie comique de l’Iliade que Plutarque attribue à un dénommé Pigrès d’Halicarnasse.
Βρῶμα θεῶν
(Brỗma theỗn)
Froment des dieux

Γ[modifier | modifier le wikicode]

Γενηθήτω φῶς.
(Genêthếtô phỗs.)
Que la lumière soit. (en latin : Fiat lux.)
C’est une phrase de l’Ancien Testament.
Γένοιο οἷος ἔσσι.
(Génoio hoîos éssi.)
Γέρων ἀλώπηξ οὐχ ἁλίσκεται πάγη.
(Gérôn alốpêx oukh halísketai págê.)
Le vieux renard ne se laisse pas prendre au piège.
C’est l’ancêtre de l’expression française « Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces. »
Γίγνωσκε καιρόν.
(Gígnôske kairόn.)
Connais le temps. (en latin : Nosce tempus.)
C’est la devise de Pittacos de Mytilène.
Γλαῦκ᾿ Ἀθήναζε ἡγείσθαι
(Glaûk’ Athếnaze hêgeísthai)
Γλαῦκ᾿ εἰς Ἀθήνας
(Glaûk’ eis Athếnas)
Γλαῦξ ἐν πόλει
(Glaûx en pólei)
Gravure de « Γνῶθι σεαυτόν » à Ludwigshafen en Allemagne.
Γνῶθι σεαυτόν.
(Gnỗthi seautόn.)
Connais-toi toi-même. (en latin : Nosce te ipsum) (devise inscrite sur le fronton du Temple de Delphes et reprise par Socrate.)
Γύναι, ἴδε ὁ υἱός σου.
(Gýnai, íde ho huios sou.)
Femme, voici ton fils.
Ce sont les paroles que Jésus prononce sur la croix dans le vingt-sixième verset du dix-neuvième chapitre de l’évangile selon Jean.
Γυναῖκα γὰρ δὴ συμπονεῖν γυναικὶ χρή.
(Gynaîka gàr dề symponeîn gynaikì khrế.)
Il faut bien qu’une femme partage la peine d’une autre femme.
C’est une phrase du vers n° 328 d’Hélène d’Euripide.

Δ[modifier | modifier le wikicode]

Δεσπότα τοίνυν πανάγαθε ! διὰ τὶ σύ μοι οὐκ ἀρτοδοτεῖς; Ὁρᾷς γὰρ λιμῷ
ἀναλισκόμενον ἐμὲ ἀθλίως. Καὶ ἐν τῷ μεταξὺ ἐμὲ οὐκ ἐλεεῖς οὐδαμῶς,
ζητεῖς δὲ παρ’ ἐμοῦ ἃ οὐ χρή - καὶ ὅμως φιλόλογοι πάντες ὁμολογοῦσι
τότε λόγους τε καὶ ῥήματα περιττὰ ὑπάρχειν, ὁπότε πρᾶγμα αὐτὸ πᾶσι
δῆλον ἐστὶ - Ἔνθα γὰρ ἀναγκαῖοι μόνον λόγοι εἰσίν, ἵνα πράγματα (ὧν πέρι
ἀμφισϐητοῦμεν) μὴ προσφόρως ἐπιφαίνεται.
(Despóta toínyn panágathe ! dià tì sý moi ouk artodoteîs; Horâis gàr limỗi
analiskómenon emè athlíôs. Kaì en tỗi metaxỳ emè ouk eleîs oudamỗs,
zêteîs dè par’ emoû hà ou khrế - kaì homôs philólogoi pántes homologoûsi
tóte lógous te kaì rhếmata perittà hypárkhein, hopóte prâgma autò pâsi
dễlon estì - Éntha gàr anagkaîoi mónon lógoi eisín, hína prágmata (hỗn péri
amphisbêtoûmen) mề prosphórôs epiphaínetai.)
Excellent maître, pourquoi ne me donnes-tu pas de pain ?
Tu me vois périr misérablement de faim, et cependant tu n’as nullement pitié de moi.
Tu me poses des questions importunes. Cependant tous les amis des
lettres sont d’accord que les discours et les paroles sont superflus quand les faits sont évidents pour tous. Les discours ne sont nécessaires que là
où les faits sur lesquels nous sommes en contestation ne se montrent pas clairement.
C’est une retranscription par Fleury de Lécluse du discours en grec de Panurge au chapitre IX de Pantagruel.
Διαίρει καὶ βασίλευε.
(Diaírei kaì basíleue.)
Diviser pour régner. (en latin : Divide et impera.)
Διψῶ.
(Dipsỗ.)
J’ai soif.
Ce sont les paroles que Jésus prononce sur la croix dans le dix-neuvième verset du trentième chapitre de l’évangile selon Jean.
Δοκεῖ δέ μοι καὶ Καρχηδόνα μὴ εἶναι.
(Dokeî dé moi kaì Karkhêdóna mề eînai.)
En outre, je suis d'avis qu'il faut détruire Carthage. (en latin : Ceterum censeo Carthaginem esse delendam. ; cf. le fameux « Carthago delenda est. » de Caton l’Ancien.)
Δόξα Πατρὶ καὶ Υἱῷ καὶ Ἁγίῳ Πνεύματι,
καὶ νῦν καὶ ἀεὶ καὶ εἰς τοὺς αἰῶνας τῶν αἰώνων. Ἀμήν.
(Dóxa Patrì kaì Huiỗi kaì Hagiỗi Pneúmati,
kaì nŷn kaì aeì kaì eis toùs aiỗnas tỗn aiốnôn. Amến)
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Amen. (en latin : Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto,
Sicut erat in principio, et nunc, et semper, et in saecula saeculorum. Amen.
)
Δόξα τῷ Θεῷ.
(Dóxa tỗi Theỗi.)
Grâce à Dieu. (en latin : Deo gratias.)
Δούρειος Ἵππος
(Doúreios Híppos)
Cheval de Troie
Cette grande construction est plus connue en grec sous le nom de « Cheval de bois ».
Δῶρον τοῦ ποταμοῦ
(Dỗron toû potamoû)
Don du fleuve (C’est une périphrase désignant l’Égypte.)
Δῶς μοι πᾶ στῶ καὶ τὰν γᾶν κινάσω.
(Dỗs moi pâ stỗ kaì tàn gân kinásô.)

Ε[modifier | modifier le wikicode]

Ἔγειραι καὶ περιπάτει.
(Égeirai kaì peripátei.)
Lève-toi, et marche. (en latin : Surge et ambula.)
C’est une phrase du cinquième verset du chapitre 9 de l’évangile selon Matthieu.
Ἐγγύα, πάρα δ᾽ ἄτα.
(Engýa, pára d’ áta.)
Ne te porte jamais caution.
C’est la devise de Thalès de Milet.
Eγένετο δὲ ἐν ταῖς ἡμέραις ἐκείναις
(Egéneto dè en taîs hêmérais ekeínais)
Ἐγὼ δ' ἐσθίω, ἵνα ζῶ.

(Egồ d' esthíô, hína zỗ.)

(en latin : Ede ut vivas, ne vivas ut edas.)
Cette phrase de Socrate fut reprise par Molière dans L’Avare sous la forme « Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger. »
Εἰ μὲ φιλοῦντα φιλεῖς, διπλὴ χάρις· εἰ δὲ μὲ μισεῖς τόσσον μισοίης, ὁσσον ἐγὼ σὲ φιλῶ.
(Ei mè philoûnta phileîs, diplề kháris· ei dè mè miseîs tósson misoíês, hosson egồ sè philỗ.)
Si tu m'aimes comme je t'aime, c'est double plaisir ; mais si tu me hais, hais-moi du moins autant que je t'aime.
Ce distique est extrait de l'Anthologie grecque publiée aux éditions Didot. (t. III, p. 149)
Εἰ μὴ Ἀλέξανδρος ἤμην, Διογένης ἂν ἤμην.
(Ei mề Aléxandros ếmên, Diogénês àn ếmên.)
Εἰ στρατεύσεις ἐπὶ τοὺς Πέρσας, μεγάλην ἀρχὴν καταλύσεις.
(Ei strateúseis epì toùs Pérsas, megálên arkhền katalýseis.)
Εἷς μοι μύριοι, ἐὰν ἄριστος ἦν.
(Heîs moi mýrioi eàn áristos ễn.)
Εἰς μυλῶνα καταβάλλω.
(Eis mylỗna katabállô.)
Se précipiter chez le meunier. (en latin : Detrudere in pistrinum.)
Eἰς τὸ ὄνομα τοῦ Πατρὸς καὶ τοῦ Υἱοῦ καὶ τοῦ Ἁγίου Πνεύματος
(Eis tò ónoma toû Patròs kaì toû Huioû kaì toû Hagíou Pneúmatos)
Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit (en latin : in nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti)
Εἰς τοὺς αἰῶνας τῶν αἰώνων.
(Eis toùs aiỗnas tỗn aiốnôn.)
Pour les siècles des siècles. (en latin : In saecula saeculorum.)
Εἰς ὕδωρ γράφεις.
(Eis hýdôr grapheîs.)
Tu écris sur l’eau. (en latin : Scribis aqua.)
Il est vain de se donner inutilement de la peine.
Ἐκ βαθέων ἐκέκραξά σοι, Κύριε·
(Ek bathéôn ekékraxá soi, Kýrie ·)
Des profondeurs, je criai vers Toi, Seigneur ; (En latin : De profundis clamavi ad te, Domine ;)
Ce sont les premiers mots du psaume 129 de David.
Ἐκ βάθους καρδίας.
(Ek báthous kardías.)
Du fond du cœur. (en latin : Ex imo corde.)
Ἐκ ὁλοκλήρου.
(Ek holoklếrou)
Dans toute sa longueur (en latin : In extenso)
Ἐκ πρώτης ὄψεως.
(Ek prốtês ópseôs.)
À première vue (En latin : ')
Ἐλευθερία ἢ Θάνατος
(Eleuthería ề Thánatos)
La liberté ou la mort
C’est la devise nationale de la Grèce.
Ἐλέφαντα ἐκ μυίας ποιεῖς
(Eléphanta ek myías poieîs)
Tu fais de la mouche un éléphant. (en latin : Elephantum ex musca facis.)
Ἐν ᾍδου
Ἐν ᾍδου
(En Háidou)
Chez Hadès
C’est une périphrase signifiant « aux Enfers ».
Ἐν μύρτος κλάδι τὸ ξίφος φορήσω
ὥσπερ Ἁρμόδιος καὶ Ἀριστογείτων,
ὁτὲ τὸν τύραννον κτανέτην
ἰσονόμους τ’ Ἀθήνας ἐποιησάτην.
(En mýrtos kládi tò xíphos phorsô
hốsper Harmódios kaì Aristogeítôn,
hotè tòn týrannon ktanétên
isonómous t’ Athếnas epoiêsátên)
Je porterai le glaive dans un rameau de myrte,
comme Harmodios et Aristogiton,
lorsqu'ils ont tué ensemble le tyran
et donné ensemble la liberté à Athènes.
C’est une chanson de table présente dans le livre XI (p. 695) du Banquet des sophistes d’Athénée. Elle commémore l’assassinat du tyran Hipparque en 514 av. J.-C. .
Ἐν ῥυθμῷ
(En rhythmỗi)
En rythme
Ἐνθάδαι κείται
(Enthádai keítai)
Ci-gît
Ἐν οἴνῳ αλήθεια.
(En oínôi alếtheia.)
La vérité est dans le vin. (en latin : In vino veritas.)
Ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα.
(Hén oîda hóti oudèn oîda.)
Je sais que je ne sais rien. (en latin : Scio me nihil scire.)
Cette maxime est attribuée à Socrate.
Ἐν ὀφθαλμοῖς ὁρᾶν.
(En ophthalmoîs horân.)
Voir de ses propres yeux.
Ἑνὸς ἀτόπου δοθέντος, τἆλλα συμβαίνει.
(Henòs atópou dothéntos, tâlla symbaínei.)
Une absurdité ayant été accordée, les autres arrivent. (en latin : Ex falso, sequitur quodlibet.)


Ἐν ῥυθμῷ
(En rhythmỗi)
En rythme.
Ἐν ὑγιεῖ σώματι ὑγιὴς ψυχή.
(En hygieî sốmati hygiềs psykhế.)
Une âme saine dans un corps sain. (en latin : Anima sana in corpore sano.)
Ἐν τούτῷ νίκα.
(En toútỗi níka.)
Avec ce signe tu peux vaincre. (en latin : In hoc signo vinces.)
Il s’agit d’une vision de Constantin le Grand peu avant la bataille du Pont Milvius.
Ἐξ ἁμάξης.
(Ex hamáxês.)
Ἐπὶ ξυροῦ ἀκμῆς.
(Epì xyroû akmễs.)
Sur le fil du rasoir.
C’est une expression présente dans le cent-soixante-treizième chapitre de l’Iliade d’Homère.
Ἐπὶ ποδὸς πολέμου.
(Epì podòs polémou.)
Sur le pied de guerre. (en latin : Sur pedis belli.)
Ἑρμῆς ἐπεισελήλυθε.
(Hermễs epeiselếlythe.)
Hermès passe.
C’est l’ancêtre de l’expression française « Un ange passe. »
Ἔρως ἀνίκατε μάχαν.

(Érôs aníkate mákhan.)

Amour invincible en bataille. (en latin : Omnia vincit amor.)
Cela vient de la tragédie Antigone de Sophocle.


Ἔσο ἕτοιμος.
(Éso hétoimos.)
Sois prêt. (en latin : Estote parati.)
C’est aujourd’hui la devise des scouts grecs.
Εὕρηκα.
(Heúrêka.)
J’ai trouvé.
Archimède lança ce cri en comprenant le principe de la poussée qui porte son nom.

Ζ[modifier | modifier le wikicode]

Ζωῆς πονηρᾶς θάνατος αἱρετώτερος.
(Zôễs ponêrâs thánatos hairetốteros.)
Zῷον, λόγον ἔχον
(Zỗion, lógon ékhon.)
Zῷον πολιτικὸν
(Zỗion politikòn)
Animal politique (définition de l'homme selon Aristote).

Η[modifier | modifier le wikicode]

Ἡ ἅμαξα τὸν βοῦν ἕλκει.
(Hê hámaxa tòn boûn hélkei.)
Mettre la charrue avant les bœufs.
Ἢ τὰν ἢ ἐπὶ τᾶς.
(Ề tàn ề epì tâs.)
Ἡ φύσις οὐδὲν ποιεῖ ἅλματα.
(Hê phýsis oudèn poieî hálmata.)
La nature ne travaille jamais par sauts rapides. (en latin : Natura non facit saltus.)
Ἠλύσια πεδία
(Êlýsia pedía)
champs Élysées (en latin : Elysii campi)
Avant d'être le nom d'une célèbre avenue parisienne, « les Champs Élysées » désigne le lieu des Enfers où les héros et les gens vertueux goûtent le repos après leur mort.
Ἦθος, ἀνθρώπῳ δαίμων.
(Ễthos, antrốpôi daímôn.)
Ἦλθον, εἶδον, ἐνίκησα.
(Ễlthon, eîdon, eníkêsa.)
Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu. (en latin : Veni, vidi, vici.)
Ἥμαρτον.
(Hếmarton.)
J’ai péché. (en latin : Mea culpa.)

Θ[modifier | modifier le wikicode]

Θάλασσα καὶ πῦρ καὶ γυνὴ, κακὰ τρία.
(Thálassa kaì pŷr kaì gynề, kakà tría.)
La mer, le feu, la femme : les trois sont des maux. (en latin : Mare, ignis, mulier: tria sunt mala.)
Θάλασσα! Θάλασσα!
(Thálassa! Thálassa!)
La mer ! La mer !
Cri de joie des Grecs conduits par Xénophon, quand, accablés de fatigue après une retraite de plusieurs mois, ils aperçurent le rivage de Pont-Euxin. Thálassa dérive de l’indo-européen commun *dʰéwbus qui signifie profond. On retrouve cette racine indo-européenne dans l’allemand Tal et dans l’anglais dale (« vallée »), ainsi que dans l’allemand tief, le néerlandais diep et l’anglais deep (« profond »). Tout comme nous disons parfois en français la grande bleue pour désigner la mer, il n’est pas rare que les anglophones disent the deep dans le même sens, ce qui nous ramène à thálassa. Thalassa est également le nom d’une émission de télévision présentée par Georges Pernoud depuis le 27 septembre 1975.
Θνητὰ φρονεῖ.
(Thnêtà phroneî.)
Souviens-toi que tu vas mourir. (en latin : Memento mori).
Θοῦ, Κύριε.
(Thoû, Kýrie.)

Ι[modifier | modifier le wikicode]

Ἰδοῦ Ῥόδος, καὶ ἀποπήδησον.
(Idoû Rhódos, kaì apopếdêson.)
Voici Rhodes, saute. (en latin : Hic Rhodus, hic salta.)
Ἰδοὺ ὁ ἄνθρωπος.
Ἰδοὺ ὁ ἄνθρωπος.
(Idoù ho ánthrôpos.)
Voici l'homme. (en latin : Ecce homo.)
C’est l'expression utilisée par Ponce Pilate dans la traduction de la Vulgate de l’évangile de Jean (19:5) lorsqu’il présente Jésus à la foule, battu et couronné d’épines.
Ἱερὸς γάμος
(Hieròs gámos)
Mariage sacré
Ἰησοῦς ὁ Ναζωραῖος ὁ Bασιλεύς τῶν Ἰουδαίων
(Iêsoûs ho Nazôraîos ho Basileús tỗn Ioudaíôn)
Jésus le Nazaréen, Roi des Juifs (en latin : Iesus Nazarenus Rex Iudeorum)
Titulus qui a été inscrit par les Romains sur la croix de crucifixion de Jésus de Nazareth condamné à mort par le procurateur romain de Judée de l’époque, Ponce Pilate.
Acrostiche de « Ἰησοῦς Χριστὸς Θεοῦ Υἱὸς Σωτήρ » en Éphèse.
Ἰησοῦς Χριστὸς Θεοῦ Υἱὸς Σωτήρ
(Iêsoûs Khristòs Theoû Huiòs Sôtếr)
Jésus-Christ fils de Dieu, sauveur (en latin : Iesus-Christus, Dei Filius, Salvator)
Les premiers chrétiens employèrent le poisson comme symbole car l’acrostiche « ἸΧΘΥΣ » est proche du mot grec ancien « ἰχθύς » signifiant « poisson ».
Ἱστὸς τῆς Πηνελόπης
(Històs tễs Pênelόpês)
Tissu de Pénélope
Se dit d’un ouvrage jamais mené à terme.
Ἰχθὺν νηχέσθαι διδάσκεις.
(Ikhthỳn nêkhésthai didáskeis.)
Tu apprends au poisson à nager (en latin : Delphinum natare doces).

Κ[modifier | modifier le wikicode]

Κάθε σῶμα βυθισμένο σε ῥευστὸ δέχεται ἄνωσιν ἴση με τὸ βάρος τοῦ ῥευστοῦ ποῦ ἐκτοπίζει.
(Káthe sỗma bythisméno se rheustò dékhetai ánôsis ísê me tò báros toû rheustoû poû ektopízei.)
Tout corps plongé dans un fluide au repos, entièrement mouillé par celui-ci ou traversant sa surface libre, subit une force verticale, dirigée de bas en haut et opposée au poids du volume de fluide déplacé.
C’est le principe de la poussée d’Archimède.
Καὶ σὺ τέκνον.
Καὶ σὺ τέκνον.
(Kaì sỳ téknon.)
Toi aussi, mon fils ! (en latin : Tu quoque mi fili.)
Après Suétone, le fait est rapporté par Dion Cassius (155-229 apr. J.-C.) également à titre de variante dans la tradition : « Ταῦτα μὲν τἁληθέστατα · ἢδη δέ τινες καὶ ἐκεῖνο εἶπον, ὃτι πρὸς τὸν Βροῦτον ἰσχυρῶς πατάξαντα ἔφη · καὶ σὺ τέκνον; » (« Voilà la version la plus véridique. Certains, cependant, ajoutent à cet endroit le trait suivant. Alors que Brutus lui portait un coup violent, il lui aurait dit : “Toi aussi, mon fils ?” »)
Κακοῦ κόρακος κακὸν ᾠόν.
(Kakoû kόrakos kakὸn ôiόn.)
Un mauvais œuf sort d’un mauvais corbeau
Κακὸς ἀνήρ μακρόϐιος.
(Kakòs anếr makrόbios.)
Kαλὸν κακὸν
(Kalòn kakòn)
Un beau mal (en latin : ')
C'est une définition de Pandore.
Καλὸς καὶ ἀγαθός
(Kalòs kaì agathós)
Beau et bon.
Cette expression qualifie un citoyen athénien honorable.

Β[modifier | modifier le wikicode]

Κατ᾿ ἀναλογίαν.
(Kat’ analogían.)
Par analogie.
Κάτθανε, Διαγόρα, οὐ καὶ ἐς Ὂλυμπον ἀναϐήσῃ.
(Kátthane, Diagόra, ou kaì es Òlympon anabếsêi.)
Κοινὴ αἴσθησις
(Koinề aísthêsis)
Sens commun (en latin : Sensus communis)
Kοινὴ εἰρήνη
(Koinề eirếnê)
Paix commune
Kοπίδων ἀρχηγός
(Kopídôn arkhêgόs)


Κρεῖττον γὰρ ἐστὶν ἀποθανεῖν ἢ ὕβρεως ἐν τῇ πατρίδι πειραθῆναι.
(Kreîtton gàr estìn apothaneîn ề hýbreôs en tễi patrídi peirathễnai.)
Il est préférable de mourir que de connaître l’outrage dans sa propre patrie.
C'est un pensée de Diodore de Sicile.
Κτῆμα ἐς ἀεί
(Ktễma es aeí)
Un bien pour toujours, une richesse impérissable. (C’est ainsi que Thucydide qualifie le travail de l’historien.)
Kύκνειον ᾆσμα
(Kýkneion âisma)
Chant du cygne
Κύριε ἐλέησον
Κύριε ἐλέησον
(Kýrie eléêson)
Seigneur, prends pitié (en latin : Domine, miserere)
Cette imploration que l’on retrouve dans l’Ancien et dans le Nouveau Testament et qui est psalmodiée dans les églises chrétiennes est également à l’origine des mots français « kyrie » et « kyrielle ».
Κύριε, ποῦ ὑπάγεις;
Κύριε, ποῦ ὑπάγεις;
(Kýrie, poû hypágeis;)
Seigneur, où vas-tu ? (en latin : Domine, quo vadis?)
Alors qu’il fuyait Rome, Pierre aurait rencontré Jésus portant sa croix, et lui aurait posé cette question.

Λ[modifier | modifier le wikicode]

Λάθε βιώσας.
(Láthe biốsas.)
Λέγουσιν ἅ θέλουσιν.
Λεγέτωσαν· οὐ μέλει μοι.
Σὺ φιλεῖ με· συμφέρει σοι.
(Légousin há thélousin.
Legétôsan· ou mélei moi.
Sỳ phileî me· symphérei soi.)
Ils disent ce qu’ils veulent.
Qu’ils le disent ; cela ne m’importe point.
Toi, aime-moi ; c’est pour ton bien.
Ce texte est tiré de Wochenschrift für klassiche Philologie (1887).
Λέγειν τὰ λεγόμενα
(Légein tà legoména)
en latin (Relata refero.)
Λέκτρα δ’ ἀνδρῶν πόθῳ πίµπλαται δακρύµασιν.
(Lektra d’ andrỗn póthôi pímplatai dakrýmasin.)
Λόγῳ μέν...ἔργῳ δέ
(Lógôi mén...érgôi dé)
En paroles… mais en actes/En principe… mais en réalité.
Cette expression courante oppose l’apparence à la réalité, les intentions aux actions concrètes.
Λιμὴν πέφυκε πᾶσι παιδεία βροτοῖς.
(Limền péphyke pâsi paideía brotoîs.)
Λοπαδοτεμαχοσελαχογαλεοκρανιολειψανοδριμυποτριμματοσιλφιοκαραβομελιτοκατακεχυμενοκιχλεπικοσσυφοφαττοπεριστεραλεκτρυονοπτεκεφαλλιοκιγκλοπελειολαγῳ-οσιραιοβαφητραγανοπτερυγών
(Lopadotemakhoselakhogaleokraioleipsanodrimypotrimmatosilphiokarabomelitokatakekhymenokikhlepikossyphophattoperisteralaektryonoptekephalliokinklopeleioleilagôi-osiraiobaphêtraganopterygốn)
Bigornocabillofricandortolangoustabricobouillabopoulaupococovin
C’est un plat formé de dix-sept ingrédients différents décrit par Aristophane dans L’Assemblée des femmes.
Λυποῦντα λύπει, καὶ φιλοῦνθ’ ὑπερφίλει.
(Lypoûnta lýpei, kaì philoûnth’ hyperphílei.)

Μ[modifier | modifier le wikicode]

Mαιευτικὴ τέχνη
(Maieutikề tékhnê)
Mακάρων νῆσοι
(Makárôn nễsoi)
Μακάριοι οἱ πτωχοὶ τῷ πνεύματι.
(Makárioi hoi ptôkhoì tỗi pneúmati.)
Bienheureux les pauvres d’esprit. (en latin : ')
Μᾶτερ ὦ χρυσοστεφάνων ἀέθλων, Οὐλυμπία
(Mâter ỗ khrysostephanôn aéthlôn, Oulympía)
Μὰ/Nὴ τὸν Δία
Μὰ/Nὴ τὸν Δία
(Mà/Nề tòn Día)
Par Zeus ! (en latin : Per Iovem)
Les Grecs juraient souvent par le nom de Zeus. L'équivalent latin existe toujours en anglais sous la forme By Jove!.
Μέγα βιβλίον, μέγα κακόν.
(Méga biblíon, méga kakón.)
Μεγάλη Θάλασσα
(Megálê Thálassa)
Μελέτη τὸ πᾶν.
(Melétê tò pân.)
Mερὶς τοῦ λέοντος
(Merìs toû léontos)
Part du lion
Dans l’une des fables d’Ésope, le lion intervient pour arbitrer un conflit de partage des proies entre le loup, le chacal et le renard, et décide de garder pour lui la part la plus importante.
Μεταβολὴ πάντων γλυκύ.
(Metabolề pántôn glyký.)
(en latin : Variatio delectat.)


Μεταξὺ Σκύλλης καὶ Χαρύϐδεως
Μεταξὺ Σκύλλης καὶ Χαρύβδεως
(Metaxỳ Skýllês kaì Kharýbdeôs)
Entre Charybde et Scylla (en latin : ')
Charybde et Scylla personnifient le détroit de Messine, entre l’Italie et la Sicile, notamment deux dangers inhérents à ce détroit : un tourbillon du côté sicilien, et un récif du côté italien. Quand on est arrivé à échapper à l’un on se retrouve pris dans l’autre.
Μέτρον ἄριστον.
(Métron áriston.)
La modération est le plus grand bien. (C’est la devise de Cléobule de Lindos.)
Μῆλον τῆς Ἔριδος
(Mễlon tễs Éridos)
Pomme de discorde
Il s’agit d’une pomme d’or portant l’inscription « τῇ καλλίστῃ ».
Μὴ μου ἅπτου.
Μὴ μου ἅπτου.
(Mề mou háptou.)
Ne me touche pas. (en latin : Noli me tangere.)
Ce sont les paroles prononcées par Jésus ressuscité le dimanche de Pâques à l’adresse de Marie-Madeleine.
Μὴ μου τοὺς κύκλους τάραττε.
(Mề mou toùs kýklous táratte.)
(en latin : Noli turbare circulos meos.)
Μηδὲν ἄγαν.
(Mêdèn ágan.)
Rien de trop. (en latin : Ne quid nimis.) (C’est la devise de Solon d’Athènes.)
Cette maxime inscrite sur le temple de Delphes incite les hommes à garder la juste mesure en toutes choses.
Μῆνιν ἄειδε, θεὰ, Πηληιάδεω Ἀχιλῆος
οὐλομένην, ἣ μυρί’ Ἀχαιοῖς ἄλγε’ ἔθηκε,
πολλὰς δ’ ἰφθίμους ψυχὰς Ἄϊδι προῒαψεν
ἡρώων, αὐτοὺς δὲ ἑλώρια τεῦχε κύνεσσιν
οἰωνοῖσί τε πᾶσι· Διὸς δ’ ἐτελείετο βουλή·
(Mễnin áeide, theà, Pêlêiádeô Akhilễos
ouloménên, hề myrí’ Akhaioîs álgeʼ éthêké,
pollàs dʼ iphthímous psykhàs Áïdi proï̀apsen
hêrốôn, autoùs dè hélốria teûkhe kýnessin
oiônoîsí te pâsi· Diòs d’ eteleíto boulế·)
Chante, ô déesse, le courroux du Péléide Achille,
Courroux fatal qui causa mille maux aux Achéens
Et fit descendre chez Hadès tant d’âmes valeureuses
De héros, dont les corps servirent de pâture aux chiens
Et aux oiseaux sans nombre : ainsi Zeus l’avait-il voulu. :
Ce sont les premiers vers du chant I de l’Iliade d’Homère.
Μῆτιν ἀλώπηξ.
(Mễtin alốpêx.) (en latin : Cum astutia vulpis.)
Avec la ruse du renard.
Μία κλίνη κενὴ φέρεται ἐστρωμένη τῶν ἀφανῶν.
(Mía klínê kenề phéretai estrôménê tỗn aphanỗn.)
Un cercueil est rapporté vide pour les morts dont les corps n’ont pas été trouvés.
C’est une citation de Thucydide.
Μία χελιδὼν ἔαρ οὐ ποιεῖ.
(Mía khélidồn éar ou poieî.)
Une hirondelle ne fait pas le printemps. (en latin : Una hirundo non facit ver.)
Μικρὸν ἀπὸ τοῦ ἡλίου μετάστηθι.
(Mikròn apò toû hêliou metátêthi.)
Μολὼν λαϐέ.
(Molồn labé.)
Μόνος κατὰ μόνον.
(Mónos katà mónon.)
Un par un. (en latin Unus per unum.)

Ν[modifier | modifier le wikicode]

Νενικήκαμεν.
(Nenikếkamen.)
Νενίκηκα σε Σολομῶν.
(Neníkêka se Solomỗn.)
de Salomon.
Νεφελοκοκκυγία
(Nephelokokkygía)
Coucouville-les-Nuées (C’est une ville décrite par Aristophane dans Les Oiseaux.)
Νίκη ἢ Θάνατος.
(Níkê ề Thánatos.)
La victoire ou la mort.
Νίψον ἀνομήματα μὴ μόναν ὄψιν.
(Nípson anomếmata mề mόnan ópsin.)
Lave mes pêchés pas seulement mon visage (Palindrome inscrit sur une fontaine près de Sainte-Sophie)
Νόμος ὁ πάντων βασιλεύς.
(Nόmos ho pántôn basileús.)
Νοῦς ὑγιὴς ἐν σώματι ὑγιεῖ.
(Noûs hygiềs en sốmati hygieî.)
Un esprit sain dans un corps sain. (en latin : Mens sana in corpore sano.)
Nῦν ἀπολύεις τὸν δοῦλόν σου, Δέσποτα.
(Nŷn apolýeis tòn doûlon sou, Déspota.)
Maintenant Seigneur, laisse partir ton serviteur. (en latin : Nunc dimittis servum tuum Domine.)

Ξ[modifier | modifier le wikicode]

Ξένος ὢν ἀκολούθει τοῖς ἐπιχωρίοις νόμοις.
(Xénos ồn akoloúthei toîs epikhôríois nómois.)
Ξένους ξένιζε, καὶ σὺ γὰρ ξένος γ’ ἔσῃ μήποτε ξένος γένῃ.
(Xénous xénike, kaì sỳ gàr xénos g’ ésêi mếpote xénos gếnêi.)
Ξίφος τιτρώσκει σῶμα, τὸν δὲ νοῦν λόγος.
(Xíphos titrốkei sỗma, tòn dè noûn lógos.)
Ξύλινο τείχος
(Xýlino teíkhos)
Ξυνὸν γὰρ ἀρχὴ καὶ πέρας ἐπὶ κύκλου περιφερείας.
(Xynòn gàr arkhề péras epì kýklou periphereías.)

Ο[modifier | modifier le wikicode]

Ὁ αἴλουρος ἔδει τὸν μῦν.
(Ho aílouros édei tòn mûn.)
Le chat mange la souris. (en latin : Feles murem edit.)
Ὅ γὰρ ἐὰν σπείρῃ ἄνθρωπος, τοῦτο καὶ θερίσει.
(Hò gàr eàn speírêi ánthrôpos, toûto kaì therísei.)
. (en latin : .)
Qui sème le vent, récolte la tempête.
Ὃ γέγραφα γέγραφα.
(Hò gégrapha gégrapha.)
Ce qui est écrit est écrit. (en latin : Quod scripsi, scripsi.)
Ὁ θεός μου ὁ θεός μου, εἰς τὶ ἐγκατέλιπες με;
(Ho theós mou ho theós mou eis tì enkatélipes me;)
Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Ce sont les paroles que Jésus prononce sur la croix dans le trente-quatrième verset du quinzième chapitre de l’évangile selon Marc et le quarante-sixième verset du vingt-septième chapitre de l’évangile selon Matthieu.
Ὁ μῦς ἔδεται ὑπὸ τοῦ αἰλούρου.
(Ho mûs édetai hupò toû ailoúrou.)
La souris est mangée par le chat. (en latin : Mus a fele editur.)
Οἱ καλοὶ κἀγαθοί
(Hoi kaloì kagathoí)
Les gens de bien.
Οἱ μὲν λοιποὶ ζῶσιν, ἵνα ἐσθίωσιν, ἐγὼ δ' ἐσθίω, ἵνα ζῶ.
(Hoi mèn loipoì zỗsin, hína esthíôsin, egồ d' esthíô, hína zỗ.)
Οἱ πλεῖστοι κακοί.
(Hoi pleîstoi kakoí.)
Les plus nombreux sont les méchants. (C’est la devise de Bias de Priène.)
Ὁ μὲν βίος βραχὺς, ἡ δὲ τέχνη μακρά.
(Ho mèn bíos brakhỳs, hê dè tékhnê makrá.)
L’art est long, la vie est courte. (en latin : Ars longa, vita brevis.)
C’est le premier aphorisme d’Hippocrate.
Οἶδα οὐκ εἰδώς.
(Oîda ouk eidốs.)
Je sais que je ne sais rien.
C’est une des devises de Socrate.
Οἰκία, ἡδεῖα οἰκία.
(Oikía, hêdeîa oikía.)
Foyer, doux foyer. (En latin : Domus, dulcis domus.)
Ὅπερ ἔδει δεῖξαι.
(Hóper édei deîxai.)
Ce qu’il fallait démontrer. (en latin : Quod erat demonstrandum.)
Cette phrase est mise à la fin d’une démonstration.
Ὁ χρόνος διδάσκει τοὺς ἀνθρώπους.
(Ho khrónos didáskei toùs anthrốpous.)
Le temps enseigne aux hommes.
Ὅρα τέλος μακροῦ βίου.
(Hóra télos makroû bíou.)
Ὃς φείδεται τῆς βακτηρίας μισεῖ τὸν υἱὸν αὐτοῦ, ὁ δὲ ἀγαπῶν ἐπιμελῶς παιδεύει.
(Hòs pheídetai tễs baktêrías miseî tòn huiòn autoû, ho dè agapỗn epimelỗs paideúei.)
Celui qui épargne la verge, hait son fils ; mais celui qui l’aime, s’applique à le corriger. (En latin : Qui parcit virgae suae odit filium suum qui autem diligit illum instanter erudit.)
C’est le vingt-quatrième verset du treizième chapitre du livre des Proverbes.


Ὅταν ὁ δαίμων ἀνδρὶ πορσύνῃ κακά, τὸν νοῦν ἔβλαψε πρῶτον.
(Hótan ho daímôn andrì porsýnêi kaká, tòn noûn éblapse prôton.)
Lorsque la divinité cause des maux à un homme, elle égare tout d'abord son esprit. (en latin : ')
C’est une mise en garde contre la démesure.
Οὐδεμία δολοφονία ἄνευ τόπου τῆς δολοφονίας.
(Oudemía dolophonía áneu tópou tễs dolophonías.)
Pas de crime sans lieu du crime. (En latin : Nullum crimen sine criminis loco.)
Οὐαὶ τοῖς ἡττημένοις.
(Ouaì toîs hêttêménois.)
Malheur aux vaincus. (En latin : Vae victis.)
Οὐκ ἔλαβον πόλιν ἀλλὰ γὰρ ἐλπὶς ἔφη κακά.
(Ouk élabon pόlin allà gàr elpìs éphê kaká.)
Ils ne prirent pas la ville, mais en effet, l’espoir les avait mal inspirés.
Cette phrase-calembour artificielle est un grand classique de l’humour potache des jeunes hellénistes.
Οὐ φροντὶς Ἱπποκλείδῃ.
(Ou phrontìs Hippokleídễi.)
Οὔτοι συνέχθειν, ἀλλὰ συμφιλεῖν ἔφυν.
(Oútoi synékhthein, allà symphileîn éphyn.)
Οὖτις ἐμοὶ γ᾿ ὄνομα.
(Oûtis émoì g’ ónoma.)
Personne est mon nom.
Ulysse se présente ainsi au cyclope Polyphème.
Οὖτις με κτείνει.
(Oûtis me kteínei.)
Personne me tue.
C’est la réponse du cyclope Polyphème à ses frères qui lui demandent qui l'agresse, si bien qu'ils partent sans lui porter assistance.
Ὀφθαλμὸν ἀντὶ ὀφθαλμοῦ ὀδόντα ἀντὶ ὀδόντος.
(Ophthalmòn antì ophthalmoû odónta antì odóntos.)
Œil pour œil, dent pour dent. (en latin : Oculum pro oculo dentem pro dente.)
C’est une phrase du vingt-et-unième chapitre du livre de l’Exode, versets 23-25.
Ὄψει δὲ με περὶ Φιλίππους.
(Ópsei dè me perì Philíppous.)

Π[modifier | modifier le wikicode]

Παίζων ἤ...σπουδάζων
(Paízôn ế…spoudázôn)
En s’amusant ou en étant sérieux. (C’est ainsi que Socrate instruisait ses contemporains, selon Xénophon, qui fut l’un de ses disciples.)
Πάντα ῥεῖ καὶ οὐδὲν μένει.
(Pánta rheî kaì oudèn ménei.)
Tout coule et rien ne demeure. (Héraclite)
Πάντες γὰρ οἱ λαβόντες μάχαιραν ἐν μαχαίρῃ ἀπολοῦνται.
(Pántes gàr hoi labóntes mákhairan en makhaírêi apoloûntai.)
Tous ceux prendront l’épée périront par l’épée. (en latin : Omnes enim qui acceperint gladium gladio peribunt.)
C’est une phrase du cinquante-deuxième verset du chapitre 26 de l’évangile selon Matthieu.
Πάντων χρημάτων μέτρον ἄνθρωπος.
(Pántôn khrêmátôn métron ánthrôpos.)
L’homme est la mesure de toute chose : de celles qui sont, du fait qu’elles sont ; de celles qui ne sont pas, du fait qu’elles ne sont pas.
C’est une pensée de Protagoras.
Πᾶσα γυνὴ χόλος ἐστὶν· ἔχει δ’ ἀγαθὰς δύο ὥρας, τὴν μίαν ἐν θαλάμῳ, τὴν μίαν ἐν θανάτῳ.
(Pâsa gynề khólos estìn ; ékhei d’ agathàs dúo hốras, tền mían en thalámôi, tền mían en thanátôi.)
Toute femme est comme le fiel ; mais elle a deux bonnes heures, une au lit, l’autre à sa mort.
Cette citation de Palladas figure au début du premier chapitre de la nouvelle Carmen publiée par Prosper Mérimée en 1847, et adaptée sous forme d’opéra par Georges Bizet en 1875.
Πάτερ, ἄφες αὐτοῖς, οὐ γὰρ οἴδασιν τί ποιοῦσιν.
(Páter, áphes autoîs, ou gàr oídasin tí poioûsin.)
Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. (en latin Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt.)
Ce sont les paroles que Jésus prononce sur la croix dans le trente-quatrième verset du vingt-troisième chapitre de l’évangile selon Luc.
Πάτερ, εἰς χεῖράς σου παρατίθεμαι τὸ πνεῦμα μου.
(Páter, eis kheîrás sou paratímai tò pneûma mou.)
Père, entre tes mains je remets mon esprit. (Pater in manus tuas commendo spiritum meum.)
Ce sont les paroles que Jésus prononce sur la croix dans le quarante-sixième verset du vingt-troisième chapitre de l’évangile selon Luc.
Πάτερ ἡμῶν ὁ ἐν τοῖς οὐρανοῖς
(Páter hêmỗn ho en toîs ouranoîs)
Notre Père, qui es aux cieux (en latin : Pater noster, qui es in caelis)
C’est la première phrase du Notre Père en grec ancien.
Περὶ δὲ ὑγιείας τοῖς ἰατροῖς μᾶλλον οἱ ἄνθρωποι πείθονται ἢ τοῖς γονεῦσι.
(Perì dè hygeías toîs iatroîs mâllon hoi ánthrôpoi peíthontai ề toîs goneûsi.)
En ce qui concerne la santé les hommes font davantage confiance aux médecins qu’aux parents.
C’est une pensée de Xénophon.
Πίστις, ἐλπίς, ἀγάπη
(Pístis, elpís, agápê)
La foi, l’espoir, l’amour (en latin : Fides, spes, caritas)
Πλεῖν ἀνάγκη, ζῆν οὐκ ἀνάγκη.
(Pleîn anágkê, zễn ouk anágkê.)
Naviguer est nécessaire, vivre n’est pas nécessaire. (en latin : Navigare necesse est, vivere non est necesse.)
Πολλὰ τὰ δεινὰ κοὐδὲν ἀνθρώπου δεινότερον πέλει.
(Pollà tà deinà koudèn anthrốpou dóteron pélei.)
Les choses les plus extraordinaires et terribles sont nombreuses, aucune ne l’est plus que l’homme.
C’est une phrase d’Antigone de Sophocle.
Πολυμήτις Ὀδυσσεύς
(Polymếtis Odysseús)
Ulysse aux mille ruses
C’est un surnom d’Ulysse.
Πώγων οὐ ποιεῖ φιλόσοφον.
(Pốgôn ou poieî philósophon.)
La barbe ne fait pas le philosophe. (en latin : Barba non facit philosophum.)
C’est l’ancêtre du proverbe français « L’habit ne fait pas le moine. »
Πῶς ἔχετε;
(Pỗs ékhete;)
Comment allez-vous ?

Ρ[modifier | modifier le wikicode]

Ῥανὶς ἐνδελεχοῦσα κοιλαίνει πέτραν.
(Rhanìs endelekhoûsa koilaínei pétran.)
Ῥῆμα παράκαιρον τὸν ὅλον ἀνατρέπει βίον.
(Rhễma parákairon tòn hólon anatrépei bíon.)
Ῥήματα ἀντ’ ἀλφίτων
(Rhếmata ant’ alphítôn.)
Ῥοδοδάκτυλος Ἠώς
(Rhododáktylos Êốs)
Surnom attribué à Éos, Titanide étant la déesse de l’Aurore. On trouve aussi son nom affublé des termes « Kροκόπεπλος » (« En robe de safran ») ou « Ῥοδόπηχυς » (« Aux avant-bras de rose »). Homère et Hésiode la présentent également comme « Ἠριγένεια » (« Enfant du matin »).

Σ[modifier | modifier le wikicode]

Σὲ φιλῶ./Σὲ ἀγαπῶ./Ἐγὼ σὲ φιλῶ./Ἐγὼ σὲ ἀγαπῶ.
(Sè philỗ./Sè agapỗ./Egồ sè philỗ./Egồ sè agapỗ.)
Je t’aime. (en latin : Te amo.)
Ces deux phrases ont le même sens, mais les verbes « φιλῶ » et « ἀγαπῶ » correspondent chacun à un degré d'amour différent. Le pronom personnel « ἐγώ » n'est ajouté que pour marquer de l'insistance.
Σκιᾶς ὄναρ ἄνθρωπος.
(Skiâs ónar ánthrôpos.)
L’homme est l’ombre d’un rêve.
Σολομώντειος λύσις
(Solomốnteios lýsis)
Jugement de Salomon (en latin : .)
Σπεῦδε βραδέως.
(Speûde bradéôs.)
Hâte-toi lentement. (en latin : Festina lente.)
C’est un précepte de César Auguste.
Σῶμα - σῆμα.
(Sỗma - sễma.)
Σώος καὶ ἀβλαβής.
(Sốos kaì ablabếs.)
Sain et sauf. (en latin : Sani salvique.)

Τ[modifier | modifier le wikicode]

Τὰ ζῷα τρέχει.
(Tà zỗia trékhei.)
Les animaux courent. (en latin : Animalia currunt.)
Τετέλεσται.
(Tetélestai.)
C’est fini.
Ce sont les paroles que Jésus prononce sur la croix dans le trentième verset du dix-neuvième chapitre de l’évangile selon Jean.
Tὶ ἐστὶν ὃ μίαν ἔχον φωνὴν τετράπουν καὶ δίπουν καὶ τρίπουν γίνεται;
(Tì estìn hò mían ékhon phônền tetrápoun kaì dípoun kaì trípoun gínetai;)
Quel être, pourvu d’une seule voix, a d’abord quatre jambes, puis deux jambes, et trois jambes ensuite ?
C’est l'énigme que le Sphinx pose aux voyageurs, jusqu’à sa rencontre avec Œdipe.
Τὶς πόθεν εἰς ἀνδρῶν;
(Tìs póthen eis andrỗn?)
?
Τὶ τὸ γεγονὸς; αὐτὸ τὸ γενησόμενον· καὶ τὶ τὸ πεποιημένον; αὐτὸ τὸ ποιηθησόμενον· καὶ οὐκ ἔστι πᾶν πρόσφατον ὑπὸ τὸν ἥλιον.
(Tì tò gegonòs; autò tò genêsómenon : kaì tì pepoiêménon; autò tò poiêthêsómenon : kaì ouk ésti pân prósphaton hypò tòn hếlion.)
Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera ; et il n’y a rien de nouveau sous le soleil. (en latin : Quid est quod fuit, ipsum quod futurum est ; quid est, quod factum est ipsum ; quod fiendum est ; nihil sub sole novum.)
Cette citation du livre de L’Ecclésiaste (1-9) signifie que malgré l’évolution du monde, certaines choses ne changeront jamais.
Τιθωνοῦ γῆρας
(Tithônoû gễras)
vieillesse de Tithon
Cette expression désigne une vie qui s’éternise.
Τὸ σῶμα καὶ τὴν ψυχὴν γυμνάζειν.
(Tò sỗma kaì tền psykhền gymnázein.)
Exercer son corps et son âme.
Cette expression utilisée par Socrate évoque l’idéal équilibre des anciens Grecs.
Tὸν ἥττω λόγον κρείττω ποιεῖν
(Tòn hếttô lógon kreíttô poieîn.)
Τὸ τετράγωνον τῆς ὑποτείνουσας ἑνὸς ὀρθογώνιου τριγώνου ἰσούται μὲ τὸ ἄθροισμα τῶν τετραγώνων τῶν δύο κάθετων πλευρῶν.
(Tò tetragônon tễs hypoteínousas henòs orthogốniou trigốnou isoútai mè tò áthroisma tỗn tetragốnôn tỗn dýo kátheton pleurỗn.)
Le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés.
C’est la formule du théorème de Pythagore.
Τρὶς ἓξ βάλλω.
(Trìs hèx bállô.)
.
.

Υ[modifier | modifier le wikicode]

Ὕβρις φυτεύει τύραννον.
(Hýbris phyteúei týrannon)
La démesure enfante le tyran. (en latin : Húbris phuteúei túrannon).
Ὕες βορβόρῳ ἥδονται μᾶλλον ἢ καθαρῷ ὕδατι.
(Hýes borbόrôi hếdontai mâllon ề katharỗi hýdati.)
Ὕβριν χρὴ σβεννύναι μᾶλλον ἢ πυρκαϊήν.
(Hýbrin khrề sbennýnai mâllon ề pyrakïến.)
'


Yἱὸς μονογενὴς
(Huiὸs monogenềs)
'
Yἱὸς τοῦ ἀνθρώπου
(Huiὸs toû anthrốpou)
Fils de l’homme
Ὕμεῖς ἐστε τὸ ἅλας τῆς γῆς.
(Hýmeîs este tò hálas tễs gễs.)
Vous êtes le sel de la terre.
Ὕπαγε, Σατανᾶ.
(Hýpage, Satanâ.)
Retire-toi, Satan. (en latin : Vade retro, Satanas.)
Ὑπὲρ γυναικὸς καὶ φίλου πονητέον.
(Hypèr gynaikòs kaì phílou ponêtéon.)
Il faut se donner de la peine pour sa femme et son ami.
C’est une citation de Ménandre.
Ὕστερον πρότερον.
(Hýsteron prόteron.)
'

Φ[modifier | modifier le wikicode]

Φησίν σιωπών
(Phêsín siôpốn)
'
Φειδίας μ᾿ ἐποίησε.
(Pheidías m᾿ epoíêse.)
'
Φιλοπονεὶ ὦ παῖ μὴ δαρῇς.
(Philoponeì ỗ paî mề darễis.)
'
Φοβοὺ τοὺς Δαναοὺς καὶ δῶρα φέροντες.
(Phoboù toùs Danaoùs kaì dỗra phérontes.)
Je crains les Grecs, même porteurs de présents. (en latin : Timeo Danaos et dona ferrentes.)
Φύλλον συκῆς
(Phýllon sykễs)
Feuille de figuier
Il s’agit de la feuille employée par Adam et Ève pour cacher leurs sexes.
Φύσει γὰρ ἄνθρωπος, ὃ βούλεται, τοῦτο καὶ οἴεται.
(Phýsei gàr ánthrôpos, hò boúletai, toûto kaì oíetai.)
Φωνὴ βοῶντος ἐν τῇ ἐρήμῳ
(Phônề boỗntos en tễi erếmôi)
La voix de celui qui crie dans le désert. (en latin : Vox clamantis in deserto.)
C'est une référence à Jean-Baptiste.
Φῶς - Ζωή
(Phỗs - Zôế)
'

Χ[modifier | modifier le wikicode]

Χαῖρε, κεχαριτωμένη Μαρία, ὁ κύριος μετὰ σοῦ.
Χαῖρε καὶ ἔρρωσο.
(Khaîre kaì érrôso.) (Devient Χαίρετε καὶ ἔρρωσθε. au pluriel.)
Salut et porte-toi bien. (en latin : Ave atque vale. ; devient Avete atque valete. au pluriel)
Χαῖρε, κεχαριτωμένη Μαρία, ὁ κύριος μετὰ σοῦ.
(Khaîre, kekharitôménê María, ho kýrios metà soû.)
Je vous salue Marie pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous. (en latin : Ave Maria gratia plena, Dominus tecum.)
Χαλκοῦ ἄνθος
(Khalkoû ánthos)
Fleur de cuivre
Χεῖρ χεῖρα νίπτει.
(Kheîr kheîra níptei.)
La main lave la main. (en latin : Manus manum lavat.)
Χλωρὸν δέος.
(Khlôròn déos.)
Peur verte.
En français, nous disons « peur bleue » ; mais l’expression grecque survit dans « vert de peur ».
Χρόνος φεύγει.
(Khrónos pheúgei.)
Le temps passe vite. (En latin : Tempus fugit.)
Χρώμεθα γὰρ πολιτείᾳ […] καὶ ὄνομα μὲν διὰ τὸ μὴ ἐς ὀλίγους ἀλλ’ ἐς πλείονας οἰκεῖν δημοκρατία κέκληται.
(Khrốmetha gàr politeíai […] kaì ónoma mèn dià tò mề es olígous all’ es pleíonas oikeîn dêmokratía kéklêtai.)
Notre régime politique […] a pour nom démocratie parce que le pouvoir est entre les mains non d’une minorité, mais du plus grand nombre. (C’est un discours de Périclès, rapporté par Thucydide.)

Ψ[modifier | modifier le wikicode]

Ψυχὴ πᾶσα ἀθάνατη·
(Psykhề pâsa athánatê)
'
Ψυχὴ θρεπτική
(Psykhề threptikế)
'
Ψυχῆς ἰατρεῖον
(Psykhễs iatreîon)
'
Ψυχῆς μέγας χαλινὸς ἀνθρώποις ὁ νοῦς
(Psykhễs mégas khalinòs anthrốpois ho noûs)
'

Ω[modifier | modifier le wikicode]

Ὤδινεν ὄρος καὶ ἔτεκεν μῦν
(Ốdinen óros kaì éteken mŷn.)
La montagne a accouché d’une souris.
Ὦ ξεῖν᾿, ἀγγέλλειν Λακεδαιμονίοις ὅτι τῇδε κείμεθα τοῖς κείνων ῥήμασι πειθόμενοι.
(Ỗ xeîn᾿, angéllein Lakedaimoníois hóti tễide keímetha toîs keínôn rhếmasi peithómenoi.)
Ô étranger, annonce aux Lacédémoniens qu’ici nous gisons, obéissant aux ordres de ceux-ci. (en latin : Dic, hospes, Spartae nos te hic vidisse iacentes, dum sanctis patriae legibus obsequimur.)
C’est une épitaphe attribuée au poète Simonide.
Ὢ βάθος πλούτου καὶ σοφίας καὶ γνώσεως Θεοῦ! ὡς ἀνεξερεύνητα τὰ κρίματα αὐτοῦ καὶ ἀνεξιχνίαστοι αἱ ὁδοὶ αὐτοῦ!
(Ồ báthos ploútou kaì sophías kaì gnốseôs Theoû! hôs anexereúnêta tà krímata autoû kaì anexikhníastoi hai hodoì autoû.)
(en latin : O altitudo divitiarum sapientiae et scientiae Dei quam inconprehensibilia sunt iudicia eius et investigabiles viae eius!)
C’est le trente-troisième verset du onzième chapitre de l’Épître aux Romains.
Ὡς τυγχάνει
(Hôs tynkhánei)
Comme cela se trouve, au hasard
()
Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau.
Cette citation d’Anaxagore fut reprise par Antoine Lavoisier, à travers « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. ».