Grec ancien/Modes

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'alphabet
Les déclinaisons
La conjugaison
L'adjectif
Théâtre
Annexes
α | ϐ | γ | δ | ε | ζ | η | θ | ι | ϰ | λ | μ | ν | ξ | o | π | ρ | σ | τ | υ | φ | χ | ψ | ω
écriture toutes lettres
Première déclinaison | Deuxième déclinaison | Troisième déclinaison
Présent - Exercices | Parfait - Exercices | Aoriste - Exercices | Futur - Exercices | Imparfait - Exercices
Antigone | Médée

Les modes sont — comme en français — des traits grammaticaux qui dénotent la façon dont le verbe exprime l'action. Par exemple, « Mange ta soupe ! » est au mode impératif ; c'est un ordre.

Attention

Il ne faut pas confondre les temps avec les modes.

Il existe six modes en grec ancien (contre sept en français) :

  • Quatre dits indicatifs :
    • indicatif
    • impératif
    • subjonctif
    • optatif
  • Deux dits impersonnels :
    • infinitif
    • participe

L'indicatif[modifier | modifier le wikicode]

L'indicatif est le mode qui exprime une certitude, une chose vraie.

Par exemple : Je lis un livre.

L'impératif[modifier | modifier le wikicode]

L'impératif exprime un ordre ou une obligation.

Par exemple : Lis ton livre !

En grec ancien, l'ordre général (avec idée de durée ou de répétition) s'exprime à l'aide de l'impératif présent et l'ordre ponctuel (sans idée de durée ou de répétition) à l'aide de l'impératif aoriste.

Ἄκουε τοῦ διδασκάλου! (ordre général)
Νῦν δὲ ἄκουσον μου! (ordre ponctuel)

Le subjonctif[modifier | modifier le wikicode]

Le subjonctif exprime des faits éventuels.

Par exemple : Il est possible que je lise un livre demain.

L'optatif[modifier | modifier le wikicode]

C'est un mode propre au grec ancien, au vieux persan, au sanskrit, à l'albanais, au japonais et au finnois que l'on ne retrouve pas en français. Il exprime le souhait et ressemble au subjonctif et au conditionnel français.

Par exemple : Oh ! Qu'il puisse arriver avant la fin du spectacle !

L'infinitif[modifier | modifier le wikicode]

C'est la forme non conjuguée d'un verbe.

Par exemple : Manger.

En grec ancien, la terminaison de l'infinitif est « -ειν » pour la forme thématique active, « -μεν », « -ναι », ou « -μεναι » pour l'athématique actif, « -θαι » (« -σθαι » si précédé d'une voyelle) pour le médio-passif.

L'infinitif a une connotation de l'optatif ou du subjonctif car il est utilisé pour exprimer une volonté (ou action à prendre), une opinion personnelle ou apparence observable, en complément du verbe ou en complément circonstanciel, qui en français seraient rendus par « pour + infinitif », « à + infinitif » ou la subordination en subjonctif.

Le participe[modifier | modifier le wikicode]

Le participe (et, en français, sa célèbre règle d'accord) est un mode qui donne à un verbe les caractéristiques d'un adjectif.

Par exemple : Le Parthénon est éloigné de chez nous.