Grec ancien/Pièces/Médée

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'alphabet
Les déclinaisons
La conjugaison
L'adjectif
Théâtre
Annexes
α β γ δ ε ζ η θ ι κ λ μ ν ξ o π ρ σ τ υ φ χ ψ ω
écriture toutes lettres
Première déclinaison | Deuxième déclinaison | Troisième déclinaison
Présent - Exercices | Parfait - Exercices | Aoriste - Exercices | Futur - Exercices | Imparfait - Exercices
Antigone | Médée


Μήδεια
Médée


Tragédie Grecque par Euripide


Traduction Française par Henri Beruin
Version adaptée par Wikibooks

Extrait 1[modifier | modifier le wikicode]

Médée rencontre Egée.

Grec Français

ΑΙΓΕΥΣ

Μήδεια͵ χαῖρε· τοῦδε γὰρ προοίμιον κάλλιον οὐδεὶς οἶδε προσφωνεῖν φίλους.

ΜΗΔΕΙΑ

ὦ χαῖρε καὶ σύ͵ παῖ σοφοῦ Πανδίονος͵ Αἰγεῦ. πόθεν γῆς τῆσδ΄ ἐπιστρωφᾷ πέδον;

ΑΙΓΕΥΣ

Φοίβου παλαιὸν ἐκλιπὼν χρηστήριον.

ΜΗΔΕΙΑ

τί δ΄ ὀμφαλὸν γῆς θεσπιῳδὸν ἐστάλης;

ΑΙΓΕΥΣ

παίδων ἐρευνῶν σπέρμ΄ ὅπως γένοιτό μοι.

ΜΗΔΕΙΑ

δάμαρτος οὔσης͵ ἢ λέχους ἄπειρος ὤν;

ΑΙΓΕΥΣ

οὐκ ἐσμὲν εὐνῆς ἄζυγες γαμηλίου.

ΜΗΔΕΙΑ

τί δῆτα Φοῖβος εἶπέ σοι παίδων πέρι;

ΑΙΓΕΥΣ

σοφώτερ΄ ἢ κατ΄ ἄνδρα συμβαλεῖν ἔπη.

ΜΗΔΕΙΑ

θέμις μὲν ἡμᾶς χρησμὸν εἰδέναι θεοῦ;

ΑΙΓΕΥΣ

μάλιστ΄͵ ἐπεί τοι καὶ σοφῆς δεῖται φρενός.

ΜΗΔΕΙΑ

τί δῆτ΄ ἔχρησε; λέξον͵ εἰ θέμις κλύειν.

ΑΙΓΕΥΣ

ἀσκοῦ με τὸν προύχοντα μὴ λῦσαι πόδα—

ΜΗΔΕΙΑ

πρὶν ἂν τί δράσῃς ἢ τίν΄ ἐξίκῃ χθόνα;

ΑΙΓΕΥΣ

πρὶν ἂν πατρῴαν αὖθις ἑστίαν μόλω.

ΜΗΔΕΙΑ

σὺ δ΄ ὡς τί χρῄζων τήνδε ναυστολεῖς χθόνα;

ΑΙΓΕΥΣ

Πιτθεύς τις ἔστι͵ γῆς ἄναξ Τροζηνίας. . . .

ΜΗΔΕΙΑ

παῖς͵ ὡς λέγουσι͵ Πέλοπος͵ εὐσεβέστατος.

ΑΙΓΕΥΣ

τούτῳ θεοῦ μάντευμα κοινῶσαι θέλω.

ΜΗΔΕΙΑ

σοφὸς γὰρ ἁνὴρ καὶ τρίβων τὰ τοιάδε.

ΑΙΓΕΥΣ

κἀμοί γε πάντων φίλτατος δορυξένων.

ΜΗΔΕΙΑ

ἀλλ΄ εὐτυχοίης καὶ τύχοις ὅσων ἐρᾷς.

ÉGÉE

Médée, salut. Nul ne sait de plus beau préambule pour adresser la parole à des amis.

MÉDÉE

Salut à toi aussi, fils du sage Pandion, Égée. D'où viens-tu visiter le sol de ce pays ?

ÉGÉE

J'ai quitté l'antique sanctuaire de Phoibos.

MÉDÉE

Pourquoi étais-tu allé au nombril fatidique du monde ?

ÉGÉE

Pour demander comment je pourrais avoir des enfants.

MÉDÉE

Au nom des dieux, quoi ! Tu as vécu sans enfants jusqu'à ce jour ?

ÉGÉE

Oui, sans enfants, par l'arrêt de quelque divinité.

MÉDÉE

As-tu une épouse ? Ou n'as-tu pas connu le mariage ?

ÉGÉE

Je ne suis pas libre du joug conjugal.

MÉDÉE

Eh bien ! Que t'a dit Phoibos à ce sujet ?

ÉGÉE

Ses paroles sont trop subtiles pour une intelligence humaine.

MÉDÉE

M'est-il permis de connaître l'oracle du dieu ?

ÉGÉE

Oui, d'autant plus qu'il exige un esprit pénétrant.

MÉDÉE

Quel est-il ? Parle, pour que je puisse l'entendre.

ÉGÉE

De ne pas délier le pied qui sort de l'outre.

MÉDÉE

Avant d'avoir fait quoi ? D'être arrivé en quel pays ?

ÉGÉE

... avant d'être revenu au foyer de mes pères.

MÉDÉE

Mais dans quelle intention es-tu venu en cette terre ?

ÉGÉE

Il y a un certain Pitthée, roi du pays de Trézène.

MÉDÉE

Fils, dit-on, de Pélops; il est très pieux.

ÉGÉE

Je veux lui communiquer l'oracle du dieu.

MÉDÉE

Oui, c'est un homme savant et versé en ces matières.

ÉGÉE

Et pour moi le plus cher de tous mes alliés.

MÉDÉE

Eh bien ! Bonne chance ! Puisses-tu obtenir ce que tu désires !

Étude du texte[modifier | modifier le wikicode]

  1. Dans la première réplique d'Égée, relevez le mot salut.