Photographie/Manifestations publiques/Expositions

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 24/10/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 877 articles
plan du chapitre en cours

Manifestations publiques


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Sections

Présentation[modifier | modifier le wikicode]

Cette page expose la démarche pour reproduire l'exposition "Connaissance Libre 2017", organisée à Paris du 17 au 19 mars 2017 par le collectif "Pour la connaissance libre". Elle met à disposition l'ensemble des sources qui ont permis d'organiser cet événement, afin qu'il puisse être reconduit par ceux qui le souhaiteront.

Cette exposition s'inscrit dans une démarche de désobéissance civile. Elle a pour but de dénoncer des restrictions actuellement imposées à la réutilisation des œuvres culturelles et du patrimoine.

Quatre aspects sont particulièrement ciblés :

  • Les restrictions imposées par des musées et institutions, comme la Réunion des Musées Nationaux (RMN), à la réutilisation des reproductions fidèles d’œuvres du domaine public (copyfraud ou "fraude de droit d'auteur) ;
  • Les restrictions liées à l'absence d'une véritable liberté de panorama en France, qui empêchent de partager librement les photographies de bâtiments ou d’œuvres protégées par le droit d'auteur, y compris lorsqu'ils sont implantés dans l'espace public ;
  • Les restrictions liées à la création récente d'un nouveau droit à l'image portant sur les immeubles des domaines nationaux (Château de Chambord, Palais du Louvre, Château de Versailles, Domaine de Fontainebleau ou de Saint-Cloud, etc. ) ;
  • Les restrictions imposées à la réutilisation des Scans 3D d’œuvres tridimensionnelles (statues, bas-reliefs, objets archéologiques, etc.), qui devraient rester librement réutilisables.

Cette exposition vise à dénoncer cette situation et à affirmer par l'action la primauté des droits d'usage sur les restrictions illégitimes et la confiscation du patrimoine commun.

Un des aspects importants consiste à revendiquer une liberté d'usage complète, incluant la possibilité d'un usage commercial (indispensable notamment pour couvrir les échanges sur les réseaux sociaux ou la publication d'images dans Wikipédia). Sans cette possibilité d’un usage commercial, le domaine public comme la liberté de panorama ne sont pas réellement effectifs.

Pour mettre en avant cette revendication,

  • l'entrée de la première exposition "Connaissance Libre 2017" n'était pas gratuite, mais à prix libre ;
  • des goodies ont été réalisés et vendus dans une boutique annexe de l'exposition, eux aussi à prix libre ;
  • une vente aux enchères a eu lieu concernant une œuvre phare ;
  • les œuvres exposées ont été proposées à la vente.

Source d'inspiration : le projet DAYOR (Display At Your Own Risk)[modifier | modifier le wikicode]

L’inspiration pour cette exposition « Pirate » provient d’un autre projet, intitulé ''Display At Your Own Risk'' (DAYOR)] lancé le 26 avril 2016 (lors de la journée mondiale de la propriété intellectuelle). Il s’agit d’un « kit Open Source » pour la réalisation d’une exposition d’une centaine de reproductions d’œuvres, téléchargées depuis les sites de grands musées partout dans le monde. La majeure partie de ces images font l’objet de restrictions à la réutilisation, qui rendent cette exposition illégale (ou du moins risquée…). Le concept a vu une mise en application le 8 juin 2016, avec une exposition organisée dans un phare à Glasgow.

Action exposition photographique[modifier | modifier le wikicode]

Sélection des œuvres exposées[modifier | modifier le wikicode]

Les œuvres exposées ont été choisies pour illustrer un des problèmes affectant la réutilisation du patrimoine et correspondent à une section de l'exposition.

Section Copyfraud/Domaine public[modifier | modifier le wikicode]

Les images ont été sélectionnées à partir de Wikimedia Commons, en cherchant des œuvres également présentes sur le site "Images d'art" de la RMN, où elles font l'objet de restrictions d'usage. Cette recherche est relativement complexe à effectuer : le plus simple est de partir du site de la RMN et de vérifier ensuite si l'image est également sur Wikimedia Commons, mais il faut répéter l'opération œuvre par œuvre.

Pour la première exposition "Connaissance Libre 2017", une sélection thématique a été effectuée, avec des tableaux illustrant directement ou indirectement le thème de la connaissance et des arts.

Section "Liberté de panorama"[modifier | modifier le wikicode]

Il s'agit de sélectionner des photographies de bâtiments récents, encore protégés par le droit d'auteur, figurant sur Wikimedia Commons. Pensez à vérifier que l'architecte est bien décédé depuis moins de 70 ans pour être certain que l’œuvre est encore protégée. Il est préférable également de choisir des images dont le bâtiment constitue l'objet principal, et non un simple élément de décor en arrière-plan, car la reproduction incidente est autorisée.

Section Domaines nationaux[modifier | modifier le wikicode]

Le processus est le même que pour la section précédente : sélectionner sur Wikimedia Commons des photographies d'immeubles correspondant à des domaines nationaux. La liste définitive des domaines nationaux n'est pas encore définitivement arrêtée, faute de la publication d'un décret. Consultez l'article "Domaine national" sur [[w:fr:Domaine_national|Wikipedia]] pour en identifier ou cette liste établie en 2007 par le Ministère de la Culture http://www.culture.gouv.fr/culture/organisation/dapa/pdf/liste-domaines2007.pdf.

Section Scan3D[modifier | modifier le wikicode]

Pour l'exposition "Connaissance libre 2017", nous avons choisi de réaliser des impressions 3D du Buste de Nefertiti, dont l'original est conservé au Neues Museum à Berlin (voir plus bas pour les détails).

Plusieurs musées diffusent des fichiers d'impression 3D réalisés à partir d’œuvres du domaine public, en appliquant des restrictions à la réutilisation, mais cela reste encore rare.

Consultez par exemple sur un site comme [https://sketchfab.com/museums SketchFab], la section consacrée aux musées (et veillez à identifier les licences de réutilisation des fichiers).

Point juridique[modifier | modifier le wikicode]

Les images reproduites et représentées dans le cadre de l'exposition "Connaissance Libre 2017" - et mises à disposition dans le présent wikilivre - proviennent des sites internet des musées nationaux français et de Wikimedia Commons. Elles ont été téléchargées et n'ont fait l'objet d'une mise en forme qu'à des fins de reproduction. Il est explicitement important de noter que les images choisies - lors de la première édition de l'exposition "Connaissance Libre 2017" - étaient dans le domaine public ou sous licences libres et de comprendre que l'exposition "Connaissance Libre 2017" était un acte militant.

L'/le(s) utilisatrice(s) /utilisateur(s) du wikilivre - kit pour une exposition "Connaissance Libre 2017" - à des fins d'exposition est/sont informé(e)(s) que l'organisation de l'exposition "Connaissance Libre 2017" constitue un risque juridique. En effet, l'/le(s) utilisatrice(s) /utilisateur(s) du wikilivre peuvent voir leur responsabilité(s) civile(s) et/ou pénale(s) enclenchées par d'éventuels "ayant-droits" sur le fondement de la contrefaçon constituée par la communication au public d'une/des œuvre(s).

Pleinement informé(e)(s) de ce risque(s) juridique(s), l'/le(s) utilisatrice(s) /utilisateur(s) du wikilivre ne tiendra/tiendront pas le collectif "Pour la connaissance libre" directement ou indirectement responsable de toute poursuite judiciaire prise sur quelque fondement que ce soit du fait de l'utilisation du wikilivre. L'/le(s) utilisatrice(s) /utilisateur(s) du wikilivre ne pourra/pourront exiger d'un membre du collectif "Pour la connaissance libre" d'intervenir en tant que partie à toute action entreprise à son/leur égard.

Le wikilivre est publié en l'état, le Collectif "Pour la connaissance libre" ne garantit aucunement le format des divers contenus mis à disposition ou/et éventuels prix affichés, l'/le(s) utilisatrice(s) /utilisateur(s) du wikilivre ne tiendra/iendront pas le collectif "Pour la Connaissance libre" responsable pour tout dommage direct ou indirect du fait de l'utilisation du wikilivre, ni ne pourra/pourront tenir le Collectif "Pour la Connaissance libre" pour tout dépassement éventuel du budget proposé. L'/le(s) utilisatrice(s)/utilisateur(s) du wikilivre - kit pour une exposition "Connaissance Libre 2017"- à des fins d'exposition est/sont tenu(e)(s) de prendre leurs propres dispositions et d'effectuer des vérifications adéquates en amont sur la compatibilité des formats mis à disposition dans le wikilivre et ceux utilisés par d'éventuel(s) prestataire(s) pour la réalisation des contenus.

Choix d'un lieu[modifier | modifier le wikicode]

Plusieurs critères ont semblé importants pour le collectif "Pour la connaissance libre" pour la réussite de l'évènement, en particulier pour la soirée de vernissage, avec un lieu :

  • accessible pour les personnes en situation de handicap ;
  • disposant d'un pas de porte, facile d'accès, qui puisse constituer une vitrine et encourager la visite ;
  • capable d'accueillir en simultané au moins 80 personnes (N.B : nous avons accueilli pour la soirée de lancement ~ 130 personnes sur l'ensemble de la soirée).

Une des difficultés réside, si vous souhaitez louer un espace à titre personnel, dans l'exigence quasi-systématique des bailleurs d'une signature d'une structure, personne morale, même pour l'établissement d'un bail commercial précaire.

Pensez à contacter votre assureur avant l'opération pour la couverture des risques inhérents à l'évènement.

Cartels[modifier | modifier le wikicode]

Cartel d'introduction (expliquant le propos général de l'expo) :[modifier | modifier le wikicode]

Bienvenue dans une exposition "interdite" !

En 2017, il est théoriquement interdit en France de présenter publiquement l'intégralité des pièces que vous allez voir dans cette galerie. Nous ne pouvons vous les montrer qu'en nous inscrivant dans la désobéissance civile.

Jamais les capacités de diffusion de la culture n'ont été aussi importantes, notamment grâce à Internet et aux technologies numériques. Mais les entraves légales à la réutilisation des œuvres se sont dans le même temps accumulées.

Il n'est pourtant ici question que de montrer des œuvres anciennes, entrées depuis longtemps dans le domaine public, ou des images de monuments situés dans des espaces publics que nous arpentons tous les jours.

Ces créations devraient être considérées comme des biens communs, nous offrant la possibilité d'exercer paisiblement nos droits collectifs sur la culture. Celui qui viole le droit d'auteur viole les droits d'un seul. Mais celui qui viole le domaine public viole les droits de tous. Cette exposition raconte la manière dont nos droits culturels sont progressivement confisqués, pour des motifs que nous jugeons illégitimes. Nous nous réapproprions, aujourd'hui, ce qui n'aurait jamais dû nous être enlevé.

Cartel pour la section "Copyfraud / RMN" :[modifier | modifier le wikicode]

Avec un focus sur le Vermeer en particulier, car il y a eu un gros "buzz" sur l'interdiction de photographier à l'exposition du Louvre.

"Le copyfraud, c'est l'inverse du piratage et personne n'en parle" (PC. Langlais)

Les musées et autres établissements culturels sont propriétaires des supports des œuvres qu'ils conservent. Cette propriété publique est une protection pour le patrimoine absolument légitime.

Mais les musées ne sont pas propriétaires des œuvres immatérielles fixées sur ces supports. En ce sens, la Joconde ou la Victoire de Samothrace n'appartiennent pas au Louvre.

Elles appartiennent au domaine public, et devraient rester des choses communes "qui n'appartiennent à personne et dont l'usage est commun à tous".

Pourtant, de nombreuses institutions culturelles refusent de partager les reproductions qu'elles diffusent sur leur site. Ce protectionnisme s'est même vu confirmé par la récente loi Valter (2015) qui acte une "exception culturelle" dans le paysage de l'open-data français.

Certains musées ont un contrat avec la Réunion des Musées Nationaux (RMN - Grand Palais) qui réalise les prises de vue et gère ensuite les droits en considérant que ses photographes disposent d'un copyright sur les reproductions photographiques. Or, le photographe qui réalise une reproduction fidèle d'un tableau ne fait pas preuve d'originalité et "n'exprime pas sa personnalité", comme l'exigent les tribunaux pour pouvoir bénéficier d'un droit d'auteur. Cette interprétation relève donc du copyfraud (fraude de droit d'auteur ou revendication abusive de droits, visant à neutraliser le domaine public).

Le copyfraud s'étend aussi à la prise de vue dans les salles d'exposition par les visiteurs. Comme l'a reconnu le Ministère de la Culture avec la Charte "Tous photographes" en 2014, les établissements ne devraient pas interdire cette pratique. Tout au plus peuvent-ils interdire l'usage du flash pour des raisons de conservation.

Pourtant, nombreux sont les musées qui continuent à le faire, comme le Louvre actuellement dans les expositions Vermeer et Valentin de Boulogne.

Cartel pour la section "Liberté de panorama" :[modifier | modifier le wikicode]

Explique le problème de la distinction commercial/non-commercial notamment

A qui appartient le paysage ?

Canaletto, Monet, Hubert Rubert… de nombreux peintres ont représenté les villes et les monuments qu'on y voit.

Mais cette pratique est devenue de plus en plus difficile, en raison de la "privatisation" croissante de l'espace public.

En France, le droit d'auteur s'applique pendant 70 ans après la mort de l'auteur (pour les cas les plus simples). Or les bâtiments d'architectes, lorsqu'ils sont originaux, peuvent constituer des œuvres protégées par ce droit, tout comme les sculptures installées dans les espaces publics. Il est alors interdit de partager (dans une exposition, une conférence, une publication, un article en ligne…) la photo de ces créations.

Ces restrictions s'appliquent alors même que ces œuvres se trouvent dans l'espace public et ont, pour la plupart, été financées avec des fonds publics. Pour utiliser leur image, il faut l'autorisation de l'auteur (architecte, sculpteur ou ayants droit) qui peut refuser ou exiger que soient versés des droits.

La majorité des pays de l'Union européenne se sont affranchis de ces restrictions, en adoptant une exception au droit d'auteur appelée"liberté de panorama". Celle-ci permet d'utiliser l'image des œuvres fixées de manière permanente dans l'espace public.

En 2016, la loi pour une République Numérique a introduit cette liberté de panorama dans le droit français, mais en la restreignant aux seuls usages non-commerciaux. Cela revient à exclure la quasi-totalité des partages sur Internet, notamment sur les réseaux sociaux, puisque des modèles de monétisation indirecte y sont associés.

Cela empêche aussi de partager sous licence libre des photos d'œuvres ou de bâtiments protégés sur un site comme Wikipédia.

Ironie : en 2015, la secrétaire d’État Axelle Lemaire, en charge de la loi République numérique, a partagé sur Twitter une photo de la Tour Eiffel illuminée de nuit. Or l'éclairage de la Tour Eiffel est considéré par la société qui gère le monument comme une nouvelle œuvre protégée par le droit d'auteur. Comme nous, Axelle Lemaire s'est donc mise dans l'illégalité simplement pour avoir partagé une photo d'un monument iconique.

Cartel pour la section "Monuments des domaines nationaux" :[modifier | modifier le wikicode]

L'amendement Chambord et la confiscation des domaines nationaux

En 2012, le domaine de Chambord a perdu un procès qui l'opposait au brasseur Kronenbourg, qui avait utilisé une photographie du château dans une de ses publicités vantant "le goût à la française" de ses bières.

Le tribunal saisi de l'affaire a rappelé qu'il n'existe pas de "droit à l'image des biens" qui permettrait au propriétaire d'une bâtisse, même publique, de s'opposer à sa réutilisation.

Par ailleurs, le domaine de Chambord n'est pas, et n'a même jamais été, protégé par la propriété intellectuelle.

L'affaire n'en est cependant pas restée là, car à l'occasion du vote en 2016 de la Loi sur la Création, l'architecture et le patrimoine, les parlementaires ont introduit un amendement permettant aux domaines nationaux de s'arroger un droit à l'image sur les bâtiments qu'ils gèrent, s'ils estiment qu'elle revêt un caractère commercial.

Parmi ces domaines nationaux, figurent des monuments comme le château de Versailles, le Louvre, Chambord, Saint-Germain-en-Laye, le Palais Royal ou le Palais de l'Élysée.

Depuis des siècles, ces monuments historiques appartenaient au patrimoine de la nation et au domaine public. Cette mesure est une régression conséquente touchant au partage de ce patrimoine.

Elle fait notamment obstacle à de nombreuses utilisations commerciales légitimes, comme celles d'éditeurs ou de vidéastes. Elle bloque aussi toute possibilité de diffuser des photographies de ces monuments sous licence libre, par exemple pour illustrer des notices de Wikipédia.

Cet amendement Chambord menace directement l'existence même d'un domaine public. Il suffirait en effet au législateur de suivre cette logique pour créer un droit à l'image sur toutes les collections patrimoniales (tableaux, dessins, sculptures, etc.) pour supprimer purement et simplement le domaine public.

Cartel pour le buste de Néfertiti :[modifier | modifier le wikicode]

Troisième dimension...

Le buste de Nefertiti est l'une des sculptures les plus célèbres de l'histoire de l'art, que l'on suppose avoir été réalisée par l'artiste Thoumôsis au XIVème siècle av. J. -C.

Découvert en Égypte en 1912 par une expédition archéologique allemande, l'original est conservé aujourd'hui au Neues Museum de Berlin.

Cette pièce a fait l'objet de plusieurs demandes de restitution par les autorités égyptiennes, estimant que la sculpture a été sortie illégalement du pays. L'Allemagne a pour l'instant toujours refusé de faire droit à ces revendications.

En 2015, deux artistes — Jan Nikolai Nelles et Nora Al-Badri — publient en ligne un modèle en trois dimensions du buste dont ils affirment avoir réalisé la capture dans les salles du Neues Museum (qui interdit cette pratique, ainsi que toute photographie des œuvres par les visiteurs).

Les deux artistes présentent leur projet comme un "hack muséal" et l'ont intitulé Nefertiti for everyone pour dénoncer les pratiques confiscatoires des musées. Ils ont mis en ligne et placés sous licence Creative Commons permettant leur libre réutilisation les fichiers sources nécessaires à la réalisation d'impressions 3D.

Le Neues Museum a critiqué cette diffusion du modèle, mais n'a pas souhaité porter plainte, affirmant que le scan 3D était de "mauvaise qualité" et qu'il n'y avait "pas lieu de réagir".

Les experts estiment pourtant au contraire que le modèle 3D est d'une très grande précision, à tel point qu'il est impossible qu'il ait été réalisé par les deux artistes directement dans les salles du musée.

La manière dont ce scan de la tête de Nefertiti a été "exfiltré" du Neues Museum reste donc aujourd'hui un mystère...

En 2015, une impression 3D du buste, baptisée The Other Nefertiti, a été réalisée à l'Université américaine du Caire, pensée par les deux artistes comme une forme de restitution symbolique de l’œuvre à l'Égypte.

Cette affaire soulève aussi des questions nouvelles concernant les droits portant sur les reproductions en trois dimensions. Plus encore que les photographies, les scans 3D constituent des reproductions fidèles ne pouvant être elles-mêmes considérées comme œuvres originales ouvrant au droit d'auteur . Ils devraient donc appartenir pleinement au domaine public.

Or aucune institution patrimoniale française ne diffuse actuellement de scan 3D librement réutilisable.

Cartel pour la boutique :[modifier | modifier le wikicode]

L'usage commercial, nerf de la guerre et guerre des nerfs...

Cette exposition comporte une boutique, dans laquelle nous proposons à prix libre des produits dérivés réalisés à partir des œuvres exposées.

Ceci afin de souligner l'importance de la question des usages commerciaux.

Nombreux sont les établissements culturels qui pensent en effet avoir trouvé un statu quo satisfaisant en autorisant la reproduction d'œuvres issues de leur collection à l'exception des usages commerciaux, pour lesquels ils demandent l'acquittement d'une redevance.

Or, lorsqu'une œuvre appartient au domaine public, les droits patrimoniaux sont éteints et il devrait être autorisé d'en faire tout usage, y compris commercial. Ce type d'usage ne constituent pas une forme de "parasitisme du patrimoine", comme on l'entend souvent, car c'est par la réutilisation des œuvres par des éditeurs, des vidéastes, des plasticiens, qu'elles s'incorporent à la culture vivante. Ce travail de médiation participe à la transmission du patrimoine.

En interdisant les usages commerciaux, les institutions culturelles interdisent aussi aux chercheurs d'illustrer les travaux scientifiques publiés dans des revues diffusées commercialement, et freinent la l'utilisation des images dans les manuels scolaires.

Pour une liberté de panorama réellement effective, il faut également inclure la possibilité d'une réutilisation commerciale des images de bâtiments situés dans l'espace public, en raison notamment de la difficulté à distinguer les usages commerciaux et non commerciaux sur Internet, en particulier sur les réseaux sociaux où les individus partagent leurs photos. C'est aussi indispensable pour que les images soient diffusées sur Wikipédia, où les contenus sont placés sous licence libre.

Lors des débats à l'assemblée nationale en 2016, rappelons que l'argument opposés par certains députés à la liberté de panorama était qu'il fallait protéger la commercialisation de cartes postales et de magnets... On n'est pas à un paradoxe près…

Cartel de conclusion et liens vers plateforme "Pour la Connaissance libre 2017"[modifier | modifier le wikicode]

Et maintenant ?

Les dérives que nous dénonçons dans cette exposition ne constituent pas des fatalités. La loi peut encore être changée et les établissements culturels peuvent faire évoluer leurs politiques dans le sens de l'ouverture.

Pour faire évoluer les choses, un ensemble d'acteurs œuvrant pour la libre diffusion de la connaissance ont lancé l'initiative "Pour la connaissance libre 2017".

Ce collectif est soutenu par les organisations suivantes : Wikimédia France, OpenStreetMap France, Creative Commons France, Framasoft, la Paillasse, Paléo-Energétique, Vecam, Mozilla et SavoirsCom1.

Leur action consiste à interpeller les candidats à l'élection présidentielle par le biais d'une plateforme où leur sont adressées 12 questions, afin de leur faire préciser leur programme sur des sujets comme la reconnaissance et la protection du domaine public et des biens communs, la priorité au logiciel libre, le développement de l’Open Access et de l’Open Data, la liberté de panorama, l'ouverture et la transparence de l’action publique. Leurs réponses seront mises en ligne sur le site au fur et à mesure afin que les citoyens puissent en prendre connaissance.

Si cette exposition vous a convaincu qu'il était nécessaire d'agir pour préserver et promouvoir les Communs de la connaissance, n'hésitez pas à soutenir cette campagne sur les réseaux sociaux, en employant le hashtag #ConnaissanceLibre2017 et en suivant le compte Twitter @PCL2017.

Impression des reproduction d'oeuvres[modifier | modifier le wikicode]

Budget : attention, l'impression des oeuvres a un coût, 700,80€ pour les 16 reproductions sur carton mousse. Impression réalisée chez PrintOclock, prestataire parmi les moins chers qui permettait une livraison dans les temps. Liste des œuvres choisies pour l'exposition parisienne de mars :

Liberté de panorama :[modifier | modifier le wikicode]

Seules les photos disponibles sur Commons apparaissent dans la galerie d'image, les autres ne sont disponibles que sur les article des monuments correspondants des encyclopédies Wikipédia en anglais et en français.

Le Viaduc de Millau

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:ViaducdeMillau.jpg

Mike Lehmann, Mike Switzerland CC-BY-SA-2.5

Impression réalisée en 40 sur 26cm

La tour Eiffel de nuit

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Eiffel_nuit_2_jms.jpg

Par ThePromenader CC BY-SA 3.0

Impression réalisée en 30 sur 49cm

Grande Arche de La Défense

https://en.wikipedia.org/wiki/File:Grande_Arche_de_La_D%C3%A9fense_et_fontaine.jpg

Atoma CC-BY-SA 2.5

Impression réalisée en 50 sur 33cm

Le centre Georges-Pompidou

https://en.wikipedia.org/wiki/File:Pompidou_center.jpg

Leland CC-BY-SA 3.0

Impression réalisée en 32 sur 24cm (très petit à cause de la résolution de l'image)

La Pyramide du Louvre

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Louvre_Museum_Wikimedia_Commons.jpg

Benh LIEU SONG CC-BY-SA 3.0

Impression réalisée en 50 sur 27cm

Monuments des domaines nationaux :[modifier | modifier le wikicode]

Château de Chambord

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ch%C3%A2teau_de_Chambord_-_19-08-2015_-_Arnaud_Scherer.jpg

Arnaud Scherer CC-BY-SA 4.0

Impression réalisée en 40 sur 27cm

Palais de l'Élysée

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Paris_-_palais_de_l%27%C3%89lys%C3%A9e_-_cour_05.JPG

Remi Mathis CC-BY-SA 3.0

Impression réalisée en 40 sur 30cm

Palais royal

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Conseil_d%27Etat_Paris_WA.jpg

Marie-Lan Nguyen domaine public

Impression réalisée en 58 sur 20cm

Vue du Château de Fontainebleau

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pierre-Denis_Martin_-_View_of_the_Ch%C3%A2teau_de_Fontainebleau_-_Google_Art_Project.jpg

Pierre-Denis Martin, 1718/1723, huile sur toile de 242cm sur 292 cm

Musée national du Château de Fontainebleau‎, Google Art Project

Impression réalisée en 50 sur 41cm

Oeuvres du domaine public copyfraudées (à la RMN) :[modifier | modifier le wikicode]

L'astronome

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Johannes_Vermeer_-_The_Astronomer_-_WGA24685.jpg

Johannes Vermeers vers 1668, huile sur toile de 50cm de hauteur sur 45 cm de largeur

Musée du Louvre

Impression réalisée en 45 sur 51cm

Adam et Eve

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lucas_Cranach_d.%C3%84._-_Adam_und_Eva_(Gem%C3%A4ldepaar),_Mus%C3%A9e_des_Beaux-Arts_de_Besan%C3%A7on.jpg

Lucas Cranach l'Ancien vers 1508-1510, huile et empera sur tilleul de 139cm de hauteur sur 53,9cm de largeur

Musée des Beaux-Arts de Besançon

Impression réalisée en 40 sur 52cm

La Tour de Babel

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Tour_de_babel.jpeg

Lucas van Valkenborch, 1594, huile sur toile de 41 x 56cm

Musée du Louvre

Impression réalisée en 56 sur 41cm

La lecture

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pierre-Auguste_Renoir_-_La_Lecture.jpg

Auguste Renoir 1892, huile sur toile de 55 x 65.5cm

Musée du Louvre

Impression réalisée en 66 sur 56cm

Portrait d’Émile Zola

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Edouard_Manet_049.jpg

Édouard Manet, 1868 huile sur toile de 146.3 x 114 cm

Musée d'Orsay

Impression réalisée en 46 sur 61cm

Vanité

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Franciscus_Gysbrechts_Vanitas.jpg

Franciscus Gysbrechts, mi XVII, huile sur toile de 85,7 x 59cm

Musée des beaux-arts de Rennes

Impression réalisée en 40 sur 59cm

Le concert au bas-relief

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Valentin-de-boulogne-concert-louvre.jpg

Le concert au bas-relief, entre 1622 et 1625, huile sur toile de 173 x 214cm

Musée du Louvre

Impression réalisée en 70 sur 56cm

Impression en 3D du buste de Nefertiti[modifier | modifier le wikicode]

Le fichier source utilisé pour l'impression est issu du site anglais nefertitihack

Les goodies / objet dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Pour la boutique nous avons essayé de jouer autant que possible avec les œuvres exposées et leurs déclinaisons possibles en goodies.

Pour la partie Liberté de panorama

  • Le Viaduc de Millau : Magnet
  • La Tour Eiffel éclairée de nuit : carte postale
  • La Grande Arche de la Défense : carte postale
  • Le Centre George Pompidou : magnet
  • La Pyramide du Louvre : carnet de notes

Pour la partie Monuments des domaines nationaux

  • Château de Chambord : sous-bocks (cf l'affaire Kronenbourg)
  • Palais de l'Elysée : apparait dans le calendrier de l'exposition
  • Palais royal : apparait dans le calendrier de l'exposition
  • Pierre-Denis Martin, Vue du Château de Fontainebleau : apparait dans le calendrier de l'exposition

Pour la partie Oeuvres du domaine public copyfraudées (à la RMN) :

  • L'astronome de Vermeers (Louvre) : stickers
  • Adam et Eve par Cranach l'ancien : carnet
  • La Tour de Babel par Lucas van Valkenborch : tapis de souris
  • La lecture, Renoir : tasse
  • Portrait d’Émile Zola par Manet : marque page
  • Vanitas de Franciscus Gijsbrechts : miroir
  • Valentin de Boulogne : apparait dans le calendrier de l'exposition

Budget : attention, l'impression des goodies a un coût. Pour les goodies, le prix des diverses impressions est monté à 606,56€ (prestataires : KitKlub, VistaPrint, PrintOclock)

Scénographie[modifier | modifier le wikicode]

Penser à se munir de "gants photo" (gants en tissu blanc très doux) afin d'éviter de marquer les reproductions photographiques en les manipulant.

Avant tout accrochage, préparer sa scénographie en disposant les images le long des murs dans l'ordre envisagé. Cela permet de tester l'effet à plusieurs distances et d'essayer plusieurs dispositions. Ne pas hésiter à créer du rythme, en isolant certaines pièces et en en regroupant d'autres. Penser à ne pas placer les reproductions trop près des angles de la pièce et dégager un espace suffisant devant les textes affichés pour assurer un bon confort de lecture.

Si les reproductions sont contrecollées sur du carton plume, leur poids réduit permet de les coller directement sur les murs, soit avec de la pâte à fixe, soit avec de l'adhésif double face ou, à défaut, un simple morceau de scotch plié en trois (n'oubliez pas ciseaux et cutter !). Placer un adhésif au centre et un à chaque coin au dos des reproductions. Attention : pour ce genre de fixation, les murs doivent être parfaitement plats. Préférer un accrochage par suspension dans le cas contraire (des anneaux autocollants sont disponibles dans le commerce).

Les images ayant toutes des formats différents, les reproductions ne peuvent être littéralement alignées. Il faut donc choisir un alignement tantôt par le bas, tantôt par le haut, tantôt par le centre des images, en fonction de l'espace dont vous disposez et de l'effet souhaité. La règle est de caler le haut des images à peu près au niveau des yeux d'une personne de taille normale. Penser à disposer d'un niveau et d'un mètre ruban, pour mesurer les écarts entre les pièces et les placer d'aplomb.

Pour plus de lisibilité, nous conseillons de regrouper les reproductions par "famille" d'œuvres et d'enclosures correspondantes : peintures et copyfraud, bâtiments et liberté de panorama, châteaux et amendement domaines nationaux, etc. On pourra ainsi placer un texte explicatif à proximité des reproductions pour chacune des sections.

Si l'espace le permet, tâcher de ménager des effets scénographiques pour éviter toute monotonie, en mettant par exemple en valeur une ou deux pièces par un éclairage particulier, une mise en vitrine visible de l'extérieur, un placement "stratégique" face à l'entrée, etc.

Les cartels seront quant à eux placés sur le côté des reproductions, alignés sur le bas. En cas de regroupement trop serré des images, aligner les cartels sur le côté du groupe, avec éventuellement des numéros.

Au cas où des reproductions seraient vendues, prévoir des gommettes rouges et les placer sur le cartel correspondant dès qu'un achat est confirmé.

Un espace plus ludique peut être aménagé dans un coin de l'expo, avec des photos prises avec les tee-shirt connaissancelibre punaisées "en vrac", ou des montages utilisés en amont pour la communication sur les réseaux.

Les espaces laissés libres ou peu propices à l'accrochage des œuvres peuvent recevoir des affiches de l'exposition. Ne pas hésiter à les juxtaposer.

Communication (affiches, bandeaux, twitter, Facebook, communiqué de presse, invitations officielles)[modifier | modifier le wikicode]

Les réseaux sociaux[modifier | modifier le wikicode]

Affichez votre soutien

Les personnes sont invitées à afficher leur soutien à l'opération au moyen de bannières ou images de profil pour les réseaux sociaux. Ne pas hésiter à inciter ses cercles de connaissances à faire de même.

→ Vous pouvez :

  • Suivre le compte twitter @PLCL2017
  • Nourrir le fil Twitter avec l’utilisation du hashtag #ConnaissanceLibre2017
  • Mettre en place le visuel de la campagne sur vos différents réseaux (photos de profil et de couverture disponible pour Facebook et Twitter).

Retrouvez tous les visuels sur la catégorie PLCL de Wikimédia Commons

Et n'hésitez pas à retweeter les différentes publications du compte @PLCL2017

Horaires à privilégier pour poster ou partager des informations[modifier | modifier le wikicode]

Facebook[modifier | modifier le wikicode]
  • Lundi et mardi à éviter
  • Mercredi aux alentours de 15/16h
  • Jeudi et vendredi entre 13h et 16h
  • Week-end à éviter si possible
Twitter[modifier | modifier le wikicode]
  • Du lundi au vendredi de 12h à 15h
  • Mercredi pic entre 17h et 18h
  • Hashtag : #ConnaissanceLibre2017

Idées de messages sur les réseaux sociaux :[modifier | modifier le wikicode]

  • Je suis pour la #ConnaissanceLibre2017 ! + photo de soi avec le t-shirt devant un panorama architectural ou un domaine national
  • Oups... une photo potentiellement illégale ! Vous aussi ça vous choque ? #ConnaissanceLibre2017 + photo de soi avec le t-shirt devant un panorama architectural ou un domaine national
  • Un joli cadre pour des photos de mariage… Dépêchez-vous avant que ça ne soit taxé ! #ConnaissanceLibre2017 + photo de soi avec le t-shirt devant un panorama architectural ou un domaine national
  • Une photo devant un bâtiment protégé par le droit d'auteur, avec le message "C'est notre liberté, c'est notre panorama, c'est notre commun !"
  • Une photo devant un bâtiment protégé par le droit d'auteur, avec le message "Un selfie pour la bonne cause !"

Visuels pour les réseaux sociaux[modifier | modifier le wikicode]

Censurez vos photos[modifier | modifier le wikicode]

Vous pouvez prendre en photo les bâtiments concernés par la liberté de panorama ou les domaines nationaux et les censurer avant partage sur vos articles, réseaux sociaux, ... pour mettre en exergue les limitations occasionnées par les lois françaises.

  • Choisissez et prenez en photo un monument ou une sculpture, pas encore tombé dans le domaine public (''dont l’auteur n’est pas mort ou est mort depuis moins de 70 ans'') et en permanence dans un extérieur public, près de chez vous.
  • Censurez votre image (par exemple en noir) sur n’importe quel logiciel de retouche photo. Une méthode peut consister, dans un premier temps, à une sélection à l’aide des outils de sélection carrée, arrondie, au lasso, ou à la « baguette magique ». Puis au remplissage de la forme en noir avec l’outil « pot de peinture ».

Pour des exemples de censures liées à la liberté de panorama, vous pouvez consulter la catégorie #LibertéDePanorama de Wikimedia Commons.

Modèle de communiqué de presse[modifier | modifier le wikicode]

Exemple de mise en page du communiqué de presse

Une campagne de sensibilisation aux lois qui menacent la diffusion du savoir commencera début mois et connaîtra son point d'orgue dates avec l’exposition “Connaissance libre année”. Le vernissage aura lieu le date prochain au adresse, à partir de heure.

Une campagne de sensibilisation

L'opération #ConnaissanceLibreannée a pour but, durant tout le mois de mois, de sensibiliser le grand public, les décideurs politiques ainsi que les médias aux menaces qui pèsent sur le libre accès du public à la connaissance. Une campagne de communication va être déployée sur les réseaux sociaux, ainsi que par le biais d'affiches et de distribution de t-shirts. Chacun pourra ainsi s'emparer de cette thématique importante.

Une exposition inédite

Événement phare de la campagne, une galerie ouverte au public du date au date présentera des reproductions d'œuvres dont certains veulent interdire l’exposition; que ce soit à cause de l'absence d’une réelle liberté de panorama ou de la reconnaissance du domaine public. Cette galerie sera assortie d’un espace de vente de produits dérivés (magnets, cartes postales…) proposés sur le principe du prix libre. Clou de la soirée de lancement le date et heure, une vente aux enchères sera animée autour d’une impression 3D du buste de Néfertiti.

(Merci de confirmer votre présence au vernissage du date sur contact@connaissancelibredate.fr*)

Insertion des logos et contacts

*Compte-tenu de l'aspect contestable de l'action, il faut penser à créer une adresse "anonyme"

Modèle d'invitation classique[modifier | modifier le wikicode]

Cher(e) ...

Une campagne de sensibilisation aux lois qui menacent la diffusion du savoir sera initiée début mars et connaîtra son point d'orgue du date avec l’exposition “Connaissance libre année”.

Nous sommes heureux de vous inviter au vernissage qui aura lieu le date prochain au adresse, à partir de heure.

(Nous vous invitons à confirmer votre présence sur la page d’inscription de l’événement.)

Une campagne de sensibilisation

L’opération “Connaissance libre date” se déroulera tout au long du mois de mois et aura pour but de sensibiliser la société aux restrictions de réutilisation des œuvres du domaine public, à l'absence d'une réelle liberté de panorama et à la menace d'une privatisation de l'image des domaines nationaux. La campagne de communication va être déployée via plusieurs supports grâce auxquels chacun(e) pourra s'emparer de cette thématique importante. Tout d’abord sur les réseaux sociaux : nous vous invitons à alimenter le buzz en tweetant et retweetant les messages diffusés à partir du date. Des affiches et t-shirts ont également été imprimés et vont vous être distribués. Vous pourrez participer au mouvement en vous prenant en photo devant les monuments concernés, arborant les t-shirts "Connaissance libre date" .

Une exposition inédite

Événement phare de la campagne, une galerie ouverte au public du date présentera des reproductions d'œuvres dont certains veulent interdire l’exposition; que ce soit à cause de l'absence d’une réelle liberté de panorama ou de la reconnaissance du domaine public. Cette galerie sera assortie d’un espace de vente de produits dérivés (magnets, cartes postales…) proposés sur le principe du prix libre. Clou de la soirée de lancement le date et heure, une vente aux enchères sera animée autour d’une impression 3D du buste de Néfertiti.

N'hésitez pas à convier vos équipes, vos membres et vos proches à cette exposition !


Pour toutes ces actions, vous pourrez trouver ci-joint une fiche explicative destinée à vous guider et vous aider dans votre participation à la campagne et à l'exposition.

En espérant vous y voir nombreux !

Modèle d'invitation pour les sénateurs[modifier | modifier le wikicode]

(En-tête destinataire)

A l’attention de Monsieur (Madame) le Sénateur (la Sénatrice)

SENAT

Palais du Luxembourg 15, rue de Vaugirard 75291 PARIS Cedex 06


(corps du texte)

Objet : Invitation à l’exposition “Connaissance libre année


Monsieur le Député/Sénateur ou Madame la Députée/Sénatrice


Une campagne de sensibilisation aux lois qui menacent la diffusion du savoir sera initiée début mars et connaîtra son point d'orgue du date l’exposition “Connaissance libre année”. Nous sommes heureux de vous inviter au vernissage qui aura lieu date prochain au adresse, à partir de heure. (Nous vous invitons à confirmer votre présence sur : contact@connaissancelibredate.fr)*

Une campagne de sensibilisation L’opération “Connaissance libre date” se déroulera tout au long du mois de date et aura pour but de sensibiliser la société aux restrictions de réutilisation des œuvres du domaine public, à l'absence d'une réelle liberté de panorama et à la menace d'une privatisation de l'image des domaines nationaux.


Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur (Madame) le Sénateur (la Sénatrice), l'expression de ma haute considération.

*Compte-tenu de l'aspect contestable de l'action, il faut penser à créer une adresse "anonyme"

Appel à actions en direction du public[modifier | modifier le wikicode]

Action t-shirts[modifier | modifier le wikicode]

Le but est de se prendre en photo devant un bâtiment encore protégé par le droit d’auteur ou devant un domaine national ([[fr.wp:Domaine_national]]) tout en portant le t-shirt afin de le partager ensuite sur les réseaux sociaux et de faire parler de notre action.

Chacun est donc invité à jouer les touristes mais aussi à contacter des personnes d’influence pour qu’elles jouent le jeu et touche un public plus large.

Exemples de domaines nationaux présumés et d’œuvres architecturales se trouvant dans l’espace public : Château de Chambord, Conciergerie, Palais Royal, Sainte Chapelle, Palais de l'Elysée, Château de Fontainebleau, Domaine de St Germain-en-Laye, Tour Eiffel de nuit, pyramide du Louvre, Villa savoye, Opéra de Lyon, Viaduc de Millau, Palais du Louvre, Château de Versailles, Château de Rambouillet.

Deux visuels de t-shirts étaient disponibles en plusieurs tailles (M, L, XL et XXL).

N.B : Le visuel du t-shirt noir a rencontré beaucoup plus de succès lors de la première édition. Il pourrait être judicieux de décliner ce visuel seul en plusieurs couleurs.

Budget : attention, l'impression des t-shirts a un coût.

  • 50 t-shirt noir avec impression (sérigraphie) une couleur (blanche): 258,30€
  • 50 t-shirts blanc avec impression (sérigraphie) couleurs quadri :337,50€

Impression réalisée chez PrintOclock, prestataire parmi les moins chers qui permettait une livraison dans les temps.

Références[modifier | modifier le wikicode]

Manifestations publiques