Photographie/Personnalités/F/Adolfo Farsari

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 26/07/2017, le Wikilivre de photographie comporte 6 281 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Sabine Weiss (1er juillet)
  2. Frédéric Boissonnas (10 février)
  3. Ariel Varges (8 février)
  4. Andreas Gursky (9 janvier)
  5. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  6. Cosina CS-3 (7 janvier)
  7. Cosina CS-2 (7 janvier)
  8. Cosina CS-1 (7 janvier)
  9. Cosina CT-1 (7 janvier)
  10. Vivitar XV-3 (7 janvier)




Biographie[modifier | modifier le wikicode]

3 geishas posant dans un engawa (véranda). Photo colorée d'Adolfo Farsari, c. 1885.

Adolfo Farsari (11 février 1841, Vicence, Vénétie – 7 février 1898, ibid.) était un photographe italien, expatrié à Yokohama, au Japon. En 1841, sa ville natale, Vicence, faisait alors partie du Royaume de Lombardie-Vénétie, donc de l'Empire austro-hongrois.

Il commença une carrière dans l'armée italienne en 1859 avant d'émigrer aux États-Unis en 1863. En fervent abolitionniste, il servit dans l'armée de l'Union comme soldat de cavalerie volontaire de l'État de New York jusqu'à la fin de la guerre de Sécession. Il épousa une Américaine mais son mariage fut un échec et en 1873, il quitta sa femme et ses deux enfants et partit pour le Japon où il devint un entrepreneur à succès et un photographe commercial.

Son travail photographique fut grandement apprécié, en particulier ses portraits et ses paysages coloriés à la main ; il les vendait le plus souvent à des résidents étrangers ou à des personnes visitant le Japon. Les photos de Farsari furent largement diffusées, présentées ou mentionnées dans des livres ou périodiques, et parfois recréés par des artistes sur d'autre supports. Elles contribuèrent à former l'opinion des étrangers sur le Japon et ses habitants et, dans une certaine mesure, influèrent sur la manière dont les Japonais se voyaient eux-mêmes ou voyaient leur pays. Son studio, le dernier studio notable ayant appartenu à un étranger au Japon, a été l'un des plus importants du pays et l'une des entreprises photographiques commercialement les plus prolifiques. En grande partie grâce au respect de normes techniques strictes et à ses capacités d'entrepreneur, Farsari eut une influence certaine sur le développement de la photographie au Japon.

Installé à Yokohama, Farsari s'associa avec E.A. Sargent. Leur entreprise, Sargent, Farsari & Co., vendait des fournitures pour fumeurs, de la papeterie, des cartes de visite, des journaux, des magazines et des romans, des livres de conversation anglais-japonais, des dictionnaires, des guides, des cartes et des vues photographiques du Japon. Le créateur de ces photos resta inconnu mais Farsari a été l'auteur d'au moins quelques unes des cartes, notamment celle de Miyanoshita (dans la région touristique de Hakone) et de Yokohama. Après la fin de son son partenariat avec Sargent, la société, maintenant A. Farsari & Co., a publié les éditions successives du Guide de Keeling du Japon et Farsari lui-même écrivit et publia Mots et phrases japonais à l'usage des étrangers. L'entreprise fut l'un des éditeurs les plus prolifiques de produits destinés à aider les voyageurs, ayant produit son premier guide du Japon en juillet 1880.

Galerie de photographies[modifier | modifier le wikicode]

Photographies coloriées attribuées à Adolfo Farsari[modifier | modifier le wikicode]