Photographie/Personnalités/F/Tomaso Filippi

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 23/08/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 877 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Tomaso Filippi était un photographe italien, né le 26 mars 1852 à Venise et mort dans cette même ville le 21 janvier 1948.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Tomaso Filippi, fils de Antonio Filippi et Angela Marangoni, était issu d'une famille originaire du val de Zoldo dans la Province de Belluno et qui s'est installée à Venise à partir de la moitié du XVIIIe siècle.

Jeune, Tomaso a travaillé dans l'atelier de typographie que son père avait hérité de son grand-père et qui était spécialisé dans l'impression de textes sacrés grecs (Tipografia San Giorgio). Son intérêt pour les arts figuratifs le conduisit à s'inscrire dès 1867 à l'Académie des beaux-arts de Venise.

En 1870, il entra à l'atelier photographique de Carlo Naja, un des plus célèbres d'Europe, et en 1871, il termina ses études à l'Académie.

La photographie est alors considérée comme la sœur mineure de la peinture et le passage est pour lui des plus naturels. Tomaso apprit rapidement le métier d'opérateur technique, il devint directeur de l'Établissement et le resta jusqu'en 1895.

En 1878, il se maria avec Angela Vorano.

En 1882 lorsque Carlo Naja mourut, Filippi prononça l'oraison funèbre lors de ses obsèques. Il resta en relation avec les héritiers du photographe et poursuivit sa collaboration avec Ida Lessiak, la femme de Naja.

C'est à cette période qu'il réalisa ses œuvres les plus importantes. Parmi celles-ci, un album pour l'Exposition internationale de l'art de 1887 (l'ancêtre de la Biennale de Venise) et un ouvrage Calli, Canali ed Isole della Laguna publié par l'éditeur Ongania.

En 1893 Ida Lessiak mourut à son tour et les désaccords avec son mari Antonio de Zotto le conduisit à abandonner définitivement l'atelier. Il ouvrit alors son propre commerce d'abord place Saint-Marc, puis Piazzetta dei Leoncini en 1907, tandis que son studio était dans le Palazzo Berlendis.

En 1925 il cessa de s'occuper de l'atelier, déléguant la direction de celui-ci à sa fille Ida qui l'administra jusque dans les années 1940.

Tomaso Filippi mourut à Venise le 21 janvier 1948.

Les travaux et les sujets[modifier | modifier le wikicode]

En plus du traditionnel « védutisme » destiné à l'important public touristique, aux commerces et aux éditeurs de cartes postales, Filippi a mené une intense activité de reproduction des œuvres d'art des musées et des galeries, le Museo Correr, la Galerie de l'Académie de Venise, les églises et palais, ce qui le rendit célèbre pour son habileté technique et son style, au point que certains artistes et chercheurs comme Gustavo Ludwig, Pompeo Molmenti, Adolfo Venturi, Bernard Berenson... s'adressèrent à lui.

Entre 1895 et 1905, son travail s'orienta vers la scène de genre populaire. Muni d'équipements portables, il se rendit principalement dans les villes de la lagune de Venise, entre autres Chioggia et Pellestrina.

Parallèlement, il réalisa des travaux photographiques sur commande ; parmi ses clients, les usines, les hôtels, les bains, les institutions, les écoles, les paroisses.

Vers 1917, il fut amené à photographier les émigrants vénitiens à Gênes, dans les hôpitaux militaires et sur les lieux de travail.

Peu à peu, l'activité de l'atelier évolua pour laisser la place à la vente de photographies et de cartes postales. Dans une photographie datant des années 1930, l'atelier apparaît comme un magasin où l'on vend un assortiment de marchandises, de tissus et des dentelles.

Le fonds Tomaso Filippi[modifier | modifier le wikicode]

En 1981, en guise de reconnaissance et afin que soit garanti la tutelle du patrimoine, la dernière fille de Tomaso confie l'intégralité des archives de son père à l'IRE (Istituto di Ricovero e di Educazione di Venezia) où l'artiste a fini sa vie.

Depuis, le fonds a été étudié et publié au travers d'expositions, de catalogues et il a donné lieu à un important travail de classement dont une partie est disponible sur internet.

Le fonds est divisé par thèmes :

  • les vues,
  • les lieux et monuments de Venise et des îles,
  • la vie quotidienne de l'époque,
  • le photo-journalisme,
  • la guerre,
  • les personnages,
  • les activités,
  • les personnages,
  • les activités industrielles et commerciales,
  • la reproductions des œuvres d'art.

Collections[modifier | modifier le wikicode]

Galerie[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • RITTER, Dorothea .- Venise, photographies anciennes 1841 - 1920 .- Paris, Éditions Inter-Livres, 1994. (ISBN 978-2-87830-050-5)

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]


Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer