Photographie/Personnalités/G/Léon Gaumont

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 17/07/2018, le Wikilivre de photographie comporte 6 545 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Oliver Wendell Holmes Sr. (6 juin)
  2. Paul Rudolph (26 mai)

  1. Giorgio Sommer (27 juillet)
  2. Sabine Weiss (1er juillet)
  3. Frédéric Boissonnas (10 février)
  4. Ariel Varges (8 février)
  5. Andreas Gursky (9 janvier)
  6. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  7. Cosina CS-3 (7 janvier)
  8. Cosina CS-2 (7 janvier)




Léon Gaumont était un inventeur et industriel français, pionnier de l'industrie du cinéma, né le 10 mai 1864 à Paris et décédé le 9 août 1946 à Sainte-Maxime, Var.

Parcours[modifier | modifier le wikicode]

Léon Gaumont fut à l'origine de la société française de production Gaumont, créée en juillet 1895 sous le nom de L. Gaumont et compagnie, en reprenant la société de matériel optique et photographique, le Comptoir général de photographie, où il était employé. Il fabriqua alors des appareils de projection, puis des caméras, dont une caméra réversible, et commercialisa le chronophotographe de Georges Demenÿ. Ces appareils étaient vendus accompagnés de bandes de démonstration que réalisait la secrétaire de Gaumont, Alice Guy, la première femme réalisatrice.

Dès 1900, Gaumont développa production de films, réseau de salles et de distribution. Parallèlement, il s'intéressa au cinéma sonore et en couleurs. En 1911, le Gaumont Palace de Paris devint la plus grande salle de cinéma du monde, accueillant 3 400 puis après aménagements jusqu'à 6 000 spectateurs.

En 1930, Léon Gaumont abandonna les rênes de sa société, mise en liquidation en 1934 et reprise en 1938 sous le nom de Société nouvelle des établissements Gaumont.

Léon Gaumont résidait souvent à Sainte-Maxime où il possédait un château, Les Tourelles, construit vers 1883. Cette résidence lui a servi de lieu de réception et de décor pour quelques films dont Judex, réalisé en 1916 par Louis Feuillade en partie à Sainte-Maxime.

Partisan de l'espéranto, il a produit un petit film montrant une leçon de la langue internationale, projeté en 1911 lors du congrès espérantiste d'Anvers.

Mort à Sainte-Maxime en 1946, Léon Gaumont est enterré au cimetière de Belleville à Paris. Une avenue Léon-Gaumont existe dans le 20e arrondissement de Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • BINANT, Philippe .- Au cœur de la projection numérique .- Actions, 29, 12-13, Kodak, Paris, 2007.
  • CORCY, Marie-Sophie, MALTHÊTE, Jacques, MANNONI, Laurent et MEUSY, Jean-Jacques .- Les premières années de la société L. Gaumont et Cie .- Afrhc, Bibliothèque du Film, Gaumont, Paris, 1999, Présentation
  • GARÇON, François .- Gaumont, un siècle de cinéma .- Paris, Gallimard, 1992.
  • HUGUES, Philippe d' et MULLER, Dominique .- Gaumont, 90 ans de cinéma .- Paris, Éditions Ramsay, Cinémathèque Française, 1986.
  • SEYDOUX, Nicolas .- Cent ans de réflexions .- Cent ans de cinéma, 6-15, Gaumont, Neuilly-sur-Seine, 1995.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]


Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer