Photographie/Personnalités/G/Wilhelm von Gloeden

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 19/01/2017, le Wikilivre de photographie comporte 6 066 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Andreas Gursky (9 janvier)
  2. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  3. Cosina CS-3 (7 janvier)
  4. Cosina CS-2 (7 janvier)
  5. Cosina CS-1 (7 janvier)
  6. Cosina CT-1 (7 janvier)
  7. Vivitar XV-3 (7 janvier)
  8. Vivitar XV-2 (7 janvier)
  9. Fujica AX-3 (7 janvier)
  10. Mamiya ZE (7 janvier)
navigation rapide


FabricantsPersonnalitésThèmes

Éditeurs de cartes postalesFormulaires

BibliographieGlossaireModèles pour le livre



Autoportrait (1891)

Le baron Wilhelm von Gloeden, né à Wismar (Mecklembourg) le 16 septembre 1856 et mort à Taormina le 16 février 1931, était un photographe allemand.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Wilhelm von Gloeden est considéré comme l'un des plus grands photographes de nu masculin et aussi comme l'un des pionniers de la photographie en plein air.

Après avoir étudié l'histoire de l'art à Rostock, il suivit une formation de peintre. En 1878, pour soigner sa tuberculose, il se rendit, sur le conseil de son médecin, à Taormina en Sicile. Le peintre Otto Geleng qui y vivait déjà lui avait parlé de ce lieu paradisiaque. Émerveillé par les paysages siciliens, mais surtout par la beauté sauvage et antique des jeunes paysans et pêcheurs de Taormina, von Gloeden s'initia à la photographie, aidé aussi bien par les photographes locaux que par son cousin Wilhelm von Plüschow qui vivait à Naples et qui était, lui aussi, fasciné par le charme des jeunes Italiens du sud.

Von Gloeden devint rapidement célèbre pour ses clichés d'éphèbes aux poses très inspirées de l'art antique. Ses photographies de nu masculin dégagent une puissance érotique peu égalée. Il reçut vers 1900 la visite d'un autre futur grand photographe du genre, Rudolph Lehnert. Très rapidement il devint très apprécié des esthètes de son temps qui lui commandaient des clichés : les écrivains Anatole France, Gabriele D'Annunzio, Oscar Wilde, Marcel Proust, mais aussi Richard Strauss, le Kaiser Guillaume II d'Allemagne, le Konprinz, Édouard VII, le roi d'Angleterre qui popularisa le nudisme, et même le roi du Siam. Plusieurs de ses photographies furent exposées et publiées dans les plus grands magazines spécialisés, ce qui peut sembler étonnant dans le contexte homophobe de l'époque. Si de nombreuses photographies de von Gloeden exaltent le désir homosexuel, elles ont été tolérées du fait de l'alibi de l'héritage culturel grec et surtout, parce qu'aucun de ses clichés n'est pornographique.

Au début de la guerre en 1914, von Gloeden décida de rentrer en Allemagne. Lorsqu'il revint à Taormina, il avait beaucoup perdu de son inspiration et un peu de son goût pour la photographie. Beaucoup de ses modèles avaient péri à la guerre et les contraintes des normes sociales étaient désormais plus dures. Il mourut en 1931 et fut enterré près de sa sœur dans le cimetière protestant de Taormina. L'un de ses fidèles modèles et ami, Pancrazio Bucini, surnommé Il Moro, hérita du fonds photographique (probablement quelques 7 000 clichés). Ces documents furent saisis par les fascistes en 1933 et 1936, environ soixante pour cent fuent détruits, et Il Moro fut condamné pour détention de photographies pornographiques, avant d'être ultérieurement acquitté. Finalement, l'œuvre du Baron est reconnue comme œuvre d'art et son jeune protégé exonéré. Il parvint à récupérer environ 800 négatifs. À sa mort en 1963, Il Moro les laissa à son fils qui les vendit à un antiquaire. Depuis l'an 2000, le fonds von Gloeden se trouve au Musée Alinari de Florence. Les tirages collectionnés durant le 20e siècle par les amateurs du travail de von Gloeden sont heureusement nombreux, tout comme les cartes postales et les catalogues d'expositions.

Son œuvre rencontre encore de nos jours un vif intérêt, notamment dans la communauté homosexuelle. Roland Barthes a préfacé une monographie de von Gloeden. Si aujourd'hui Taormina continue de s'enorgueillir du séjour de von Gloeden, elle n'est plus vraiment ce qu'elle était au temps du Baron Von Gloeden ni des ses héritiers tel Konrad Helbig.

Publications[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • CANET, Nicole .- Gloedeneries caravagesques : Von Gloeden, Von Pluschow, Vincenzo Galdi, nus masculins .- Paris, Au Bonheur du Jour, 2005. ISBN 2-9523322-1-5
  • FALZONE BARBARO, MIRAGLIA, Marina et MUSSA, Italo [avec une note de Goffredo Parise] .- Le fotografie di Von Gloeden .- Milan, Longansesi, 1980, 157 p. [diverses éditions de 1996 à 2000]
  • PEYREFITTE, Roger .- Wilhelm von Gloeden .- Paris, Éditions Textes Gais, juillet 2008, biographie et cahier de 50 nus masculins. (ISBN 2914679300 et ISBN 978-2914679305)

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]


Crystal 128 forward.png pour en savoir plus : voir d'autres photographies de von Gloeden sur Wikimedia Commons
Crystal 128 forward.png pour en savoir plus : voir le catalogue des œuvres de Wilhelm von Gloeden sur Wikimedia Commons

Galerie de photographies[modifier | modifier le wikicode]

Outre ses nus masculins, von Gloeden a également réalisé des photographies de femmes, des paysages, etc.