Photographie/Personnalités/M/Robert Turnbull Macpherson

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 24/08/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 877 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Robert Turnbull Macpherson

Robert Turnbull Macpherson était un artiste et photographe écossais, né à Dalkeith, Écosse, 27 février 1814 (date incertaine) et mort à Rome le 17 novembre 1872). Il travailla à Rome.

La jeunesse[modifier | modifier le wikicode]

La filiation de Macpherson est incertaine et l'on ne sait rien de son enfance jusqu'à ce qu'il fasse des études de médecine (inachevées) à l'Université d’Édimbourg de 1831 à 1835. On le retrouve étudiant l'art à la Royal Scottish Academy d’Édimbourg, où il exposa des portraits entre 1835 et 1839. Il ne subsiste de cette période qu'une seule peinture à l'huile datée de 1836. En 1840 il quitta l’Écosse pour s'installer à Rome.

Les débuts à Rome[modifier | modifier le wikicode]

Macpherson continua tout d'abord la peinture, on a la trace de différentes œuvres mais une seule survivante est actuellement connue. Parallèlement à son activité de peintre, il devint marchand d'art. En 1847, il tomba amoureux d'une jeune fille de 17 ans, Louisa Gerardine ("Geddie") Bate qui arrivait de Londres en compagnie de sa tante, l'historienne d'art Anna Jameson. En dépit des oppositions familiales, le mariage eut lieu en septembre 1849 à Ealing.

La photographie[modifier | modifier le wikicode]

En 1851, ayant renoncé à faire une carrière de peintre, Macpherson se tourna vers l'art naissant de la photographie, utilisant la technique du collodion humide sur des plaques négatives. En 1856 il adopta le collodion albuminé qui permettait de réaliser des plaques sèches. Des clichés de grand format et des poses longues lui permettaient d'obtenir une exceptionnelle richesse de détails sur ses photographies d'architecture, de monuments, de ruines, de paysages et de sculptures. Il vantait les aspects artistiques de la photographie, affirmant : « Je reste aujourd'hui un photographe, sans le moindre sentiment d'avoir ainsi abandonné l'art ou d'avoir galvaudé ma revendication du titre d'artiste ».

Au début des années 1860, la carrière photographique de Macpherson était au zénith, avec des expositions à Édimbourg et Londres. Son travail fut encensé, « les sujets choisis avec un goût très sûr et les photographies exécutées avec habileté et délicatesse ». Il fut le premier photographe autorisé à opérer à l'intérieur du Vatican et il publia en 1863 Vatican Sculptures, Selected and Arranged in the Order in which they are Found in the Galleries. Bien qu'il résidât à Rome, il restait aussi un membre actif de la Photographic Society of Scotland.

Le déclin[modifier | modifier le wikicode]

À la fin des années 1860, la situation de Macpherson se détériora. Il contracta la malaria et par ailleurs l'instabilité politique à Rome réduisit l'afflux des touristes anglais qui constituaient le gros de sa clientèle. En même temps, les progrès de la photographie étaient tels que cet art n'était plus réservé à un petit cercle d'initiés mais mis à la portée d'un large public.

Robert Macpherson mourut le 17 novembre 1872. Ses funérailles ont eu lieu dans l'église des artistes Santa Maria del Popolo à Rome.

Collections[modifier | modifier le wikicode]

Au cours de sa carrière, Macpherson a répertorié 1 019 photographies. Un nombre significatif d'entre elles se trouve à la George Eastman House, au J. Paul Getty Museum, au Courtauld Institute of Art et à la British School at Rome.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • BECCETTI, Pietro et PIETRANGELI, Carlo .- Robert Macpherson : Un inglese fotografo a Roma .- Rome, Quasar Editions, 1987.
  • CRAWFORD, Alistair .- Robert Macpherson 1814-1872 : The Final Proof. In : Jubilee - 30 Years ESHPh .- Vienne, Congress of Photography in Vienna, 2008.
  • MCKENZIE, Ray .- Scottish Photographers in Nineteenth-century Italy. Robert Macpherson and his Contemporaries. In : History of Photography, Vol. 20, printemps 1996, pp. 33–40.
  • MUNSTERBURG, Marjorie .- A Biographical Sketch of Robert Macpherson. In : The Art Bulletin, Vol. 68, n°. 1, mars 1986, pp. 142–153. Version numérisée disponible sur l'internet : http://www.jstor.org/pss/3050869
  • WOOTERS, David .- The Quiet Art of Robert Macpherson : An Explication. In : History of Photography, Vol. 20, printemps 1996, pp. 2–3.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Galerie de photographies[modifier | modifier le wikicode]