Photographie/Personnalités/V/Alberto G. Valdeavellano

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 22/08/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 875 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Alberto G. Valdeavellano en 1896

Alberto G. Valdeavellano, de son nom de naissance Rafael Alberto García Cordero, était un photographe guatémaltèque né et mort à Ciudad de Guatemala (5 août 1861 - 16 juillet 1928). Il fut le premier photographe de paysage et de sport du Guatemala.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

On sait peu de chose de sa famille et de sa vie personnelle. Ses parents Narciso García Valdeavellano, espagnol, et Catalina Cordero, guatémaltèque, se sont mariés le 25 octobre 1851 et ils eurent sept fils, dont le quatrième était Alberto G. Valdeavellano.Il a grandi et a été éduqué à une époque libérale postérieure à 1871, pendant laquelle il acquit une attitude anticléricale et une position agnostique alors fréquente au sein de la jeunesse.

Il poursuivit ses études secondaires à l'Instituto Nacional Central para Varones jusqu'en 1879, en compagnie de Rafael Spínola qui fut plus tard directeur de La Ilustración Guatemalteca et de La Idea Liberal, et qui le décrivit comme un artiste qui se consacrait à dessiner ses camarades de classe pendant les cours.

Outre son habileté artistique comme dessinateur et peintre, il essaya de concilier ces qualités avec la technique photographique, il s'agit là d'une caractéristique qui se répéta passablement dans l'histoire de la photographie au Guatemala, particulièrement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Valdeavellano apprit son métier avec Emilio Herbruger, doyen vers 1880 de la Fotografía Imperial, où il fut le compagnon d'apprentissage de Juan J. de Jesús Yas et de Luis de la Riva Ruiz. Il travailla ensuite avec Eduardo J. Kildare au Palacio de Artes, quand ce photographe nord-américain cessa de travailler avec Herbruger.

Jusqu'à la dernière décennie du XIXe siècle, il travailla comme photographe sous la signature Fernández y Valdeavellano avec le nom « El Siglo XX ». Il s'était alors installé dans une villa de style mauresque de la Ciudad de Guatemala, où la haute société guatémaltèque venait se faire tirer le portrait, et une partie de son travail fut publié dans La Ilustración Guatemalteca.

Lors d'un voyage en Europe, il fut conquis par l'Art nouveau, au début du XXe siècle. Plus tard, au cours des dernières années de sa vie active de photographe, il créa une nouvelle société appelée Valdeavellano y Bolaños, qui exista jusqu'à sa mort en 1928.

Valdeavellano fut un photographe professionnel éclectique qui acquit une grande popularité comme portraitiste dans les couches moyennes et élevées de la société de la ville de Guatemala, ce qui le conduisit au sommet de sa réputation à l'époque de sa pleine activité professionnelle. Il fut aussi le premier photographe de sport du Guatemala en retraçant avec assiduité les débuts du cyclisme dans ce pays dans La Ilustración Guatemalteca entre 1896 et 1897. Pour le premier numéro de cette publication, il prit la première photo instantanée du général José María Reyna Barrios, alors Président de la République, observant du haut de son cheval des manœuvres militaires montrant l'artillerie en action.

Valdeavellano voyagea infatigablement dans tout le Guatemala en enregistrant les paysages de la campagne, en suivant les routes aussi bien que les voiez ferrées. Il photographia les monuments de l'époque coloniale et ceux de la période préhispanique, notamment l'important site Maya de Quiriguá. Il assura une large diffusion à ses images du Guatemala, au niveau national comme au niveau international, grâce aux reproductions imprimées, aux cartes postales et aux photographies panoramiques des principales villes du pays, de sorte que les photographies de Ciudad de Guatemala, Quetzaltenango, Antigua Guatemala et Amatitlán furent bien connues des guatémaltèques de son époque.

Il faut aussi mentionner les photographies des classes populaires urbaines, où apparaissent des jeunes et des adolescents surpris dans une pose caractéristique et des mendiants comme la mosquita (la fauvette), bien connue en ville, et qui inspirera le Prix Nobel de littérature de 1967, Miguel Ángel Asturias, pour son roman El Señor Presidente.

La qualité de son travail fut reconnue par la prestigieuse revue états-unienne National Geographic Magazine qui reproduisit une de ses photographies du Cerrito del Carmen détruit par les tremblements de terre de 1917-1918.

La mort[modifier | modifier le wikicode]

Valdeavellano succomba, le 16 juillet 1928, dans sa ville natale, suite à une maladie hépatique. Il s'éteignit dans sa propre maison, juste en face de l'égllise Sainte-Thérèse. Il est mort célibataire et sans enfants mais il avait reporté son affection sur ses frères et ses neveux.

Publications[modifier | modifier le wikicode]

  • Fotografías de la Ilustración Guatemalteca. In : La Ilustración Guatemalteca, vol. I, n° 13.

Quelques photographies[modifier | modifier le wikicode]

Consultez également ces pages dans d’autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • LUJAN MUNOZ, Luis .- Los indígenas de Guatemala vistos por el fotógrafo Alberto G. Valdeavellano .- Guatemala, CIRMA/INGUAT.
  • SPINDEN, Herbert J. .- Shattered capitals of Central America. In : National Geographic Magazine, vol. XXXV, n° 3, septembre 1919.
  • SPINOLA, Rafael .- En el álbum de A.G. Valdeavellano. In : La Ilustración Guatemalteca, vol. I, n° 11.


Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer