Photographie/Personnalités/V/Raymond Voinquel

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 15/12/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 905 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Raymond Voinquel était un photographe français né à Fraize, dans les Vosges, le 11 janvier 1912 et mort à Paris le 15 juillet 1994. Il était le descendant d'un dessinateur d'images d'Épinal et il est surtout connu comme photographe de plateau, métier qu'il exerça à partir de 1930 et jusqu'en 1977. Son nom figure au générique d'environ 150 films et il côtoya beaucoup de cinéastes et d'artistes comme Abel Gance, Marcel L'Herbier, Robert Siodmak, Marc Allégret, Sacha Guitry, Henri Decoin, Max Ophuls, Jean Grémillon, Marcel Carné, Julien Duvivier, Jean Cocteau, Billy Wilder, Roger Vadim, Joseph Mankiewicz, Max Linder, Marcel Bluwal, Gene Kelly, Sidney Lumet, Jean-Pierre Melville, Luis Bunuel, Walerian Borowczyk, etc. Raymond Voinquel a également réalisé en 1952 un court métrage sur la Finlande (Le Bout du Monde) et une série de petits films sur l'œuvre de Gustave Doré.

Jean-Luc Monterosso, Directeur de l'Espace Photographique de Paris, l'a qualifié de « Prince de la lumière » et a dit de lui : « Il aime Le Caravage, Vermeer de Delft et Gustave Doré. Il aime aussi la qualité de la peau, la lumière qui est le principe même de la photographie et les arbres dont il dit que ce sont les plus beaux personnages de la nature ».

Patrick Roegiers l'appelle pour sa part « Le Magicien de l'Ombre ». Ses portraits féminins d'innombrables vedettes de l'écran sont extrêmement préparés et donnent aux modèles des allures de grande noblesse et de plénitude. Il opérait avec une chambre de studio 20 x 30, format permettant un modelé inimitable mais aussi donnant de grandes facilités pour la retouche. Les photos de plateau, destinées avant tout à la publicité des films, semblaient ne l'intéresser véritablement que s'il pouvait y ajouter sa touche personnelle ; c'est pourquoi il utilisait ou non les décors des films, en fonction de son inspiration du moment.

Raymond Voinquel était aussi un précurseur dans le domaine du nu masculin, qu'il traita dans un style très particulier. En 1941, il a photographié des sportifs au stade de Bordeaux. En 1940, il eut le projet d'illustrer Narcisse, un poème de Paul Valéry. Louis Jourdan et Jean Marais ont posé nus pour lui. Il a rendu hommage à Michel Ange à travers d'autres photographies de nu masculin. Dans toutes ses œuvres, c'est le pouvoir de suggestion des ombres qui semble très important.

Après la 2e guerre mondiale, il travailla un temps au Studio Harcourt, mais sans vraiment adhérer au style « maison ». Persuadé de la nécessité de bien connaître ses modèles avant de les faire poser, il alla jusqu'à faire installer un bar dans une pièce vide du studio, afin de pouvoir faire connaissance avec eux devant un verre. Une brève expérience dans le domaine de la photographie de mode se soldera par un abandon « pour une question d'atmosphère », selon ses dires.

Raymond Voinquel, à côté de son travail, exécuta aussi de très belles photographies de paysages et de natures mortes.

Il fut récompensé au Festival de Cannes en 1989, pour l'ensemble de son travail au service du cinéma.

Filmographie[modifier | modifier le wikicode]

Photographe de plateau
  • 1936 : Le Nouveau Testament
  • 1936 : Anne-Marie
  • 1938 : Êtes-vous jalouse ?
  • 1938 : Remontons les Champs-Élysées
  • 1939 : Le jour se lève
  • 1940 : Battement de cœur
  • 1940 : Sans lendemain
  • 1943 : L'escalier sans fin
  • 1943 : Donne-moi tes yeux
  • 1946 : Étoile sans lumière
  • 1946 : L'affaire du collier de la reine
  • 1946 : Les Portes de la nuit
  • 1947 : Panique
  • 1948 : Ruy Blas
  • 1948 : L'Aigle à deux têtes
  • 1948 : La Révoltée
  • 1949 : Occupe-toi d'Amélie
  • 1949 : Portrait d'un assassin
  • 1950 : La Marie du port
  • 1951 : Juliette ou la Clé des songes
  • 1951 : Les miracles n'ont lieu qu'une fois
  • 1951 : Le Désir et l'Amour
  • 1952 : Un jour avec vous
  • 1952 : Nez de cuir
  • 1952 : Les Sept Péchés capitaux
  • 1954 : Destinées
  • 1954 : Tabor
  • 1954 : Le Grand Jeu
  • 1954 : Les Impures
  • 1955 : Nana
  • 1955 : Lola Montès
  • 1956 : Mannequins de Paris
  • 1956 : Notre-Dame de Paris
  • 1959 : Les noces vénitiennes
  • 1962 : Le Doulos
  • 1963 : L'aîné des Ferchaux
  • 1965 : Les Tribulations d'un Chinois en Chine
  • 1967 : Belle de jour
  • 1969 : L'armée des ombres
  • 1972 : Le Rempart des Béguines
  • 1976 : La Marge

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • ROEGIERS, Patrick .- Raymond Voinquel .- Paris, Espace Photo Paris, 1993. (ISBN 2-904 732 57-8)