Boîte à jeux/Le huit américain

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jeu
Boîte à jeux
Boîte à jeux
Jeux oraux
Jeux de plateaux
Jeux de cartes
Jeux de dés
Liens
Ressources imprimables
Modifier ce modèle

Le huit américain est aussi appelé pousse-couillon. Le jeu Uno s'en est inspiré. Cependant, le fait de pouvoir modifier les règles le rend agréablement souple.

  • Nombre de joueurs : à partir de 2. Mais plus il y a de joueurs, mieux c'est.
  • Durée : très variable selon le nombre de joueurs et le nombre de cartes distribuées (de 5 à 30 minutes en moyenne).

But du jeu[modifier | modifier le wikicode]

Ne plus avoir aucune carte en main.

Matériel[modifier | modifier le wikicode]

2 jeux de 54 cartes sans les jokers.

NB : il est possible de jouer avec un seul jeu mais certaines règles deviennent impossibles à appliquer.

Règles[modifier | modifier le wikicode]

Distribution[modifier | modifier le wikicode]

  • Battre les cartes ;
  • Le joueur à gauche du batteur coupe les cartes ;
  • Le joueur à gauche du coupeur distribue les cartes :
    • La distribution à lieu dans le sens des aiguilles d'une montre, les cartes sont données une par une ;
    • Le donneur choisit de donner à chacun de 3 à 13 cartes.

Une fois les cartes distribuées, les cartes restantes sont placées face retournée en sabot au centre de la table.

Les joueurs peuvent alors regarder leurs cartes qu'ils gardent pour eux.

Le jeu[modifier | modifier le wikicode]

Le jeu commence en retournant la première carte du sabot et en la plaçant à côté de lui. Cette carte est considérée comme étant une carte du donneur. C'est alors à la personne à sa gauche qui commence à jouer. Chaque joueur joue quand c'est son tour.

Chaque joueur doit poser une carte sur le tas en suivant les règles de base :

  • On ne peut poser une carte que si celle-ci :
    • a la même valeur ;
    • ou a la même couleur que la carte placée sur le tas.
  • Lorsqu'on ne peut pas poser de carte, on prend alors une carte sur le talon et on ne joue pas.

Il existe un certain nombre de cartes spéciales qui, lorsqu'elles sont posées, produisent divers effets :

  • le 8 : C'est de cette carte que vient le nom du jeu. C'est en effet la carte la plus puissante du jeu : on peut la poser sur n'importe quelle couleur ou valeur (y compris les As mais pas le 2). Le joueur décide de la couleur avec laquelle le jeu se poursuivra : pique, cœur, trèfle, carreau.
  • L'As : Lorsque quelqu'un pose un as, la personne suivante a l'obligation de poser un as par dessus et ainsi de suite jusqu'à que l'un des joueurs ne puisse plus en ajouter : ce dernier doit alors prendre 2 fois le nombre d'as posés en cartes. Toutefois poser un 8 sur un As est possible et annule donc le cumul des As (cette règle peut être annulée après accord entre les joueurs).
  • le 2 : Lorsqu'un deux est posé, le joueur suivant n'a pas le droit de jouer et doit obligatoirement prendre 2 cartes.
  • le Valet : Il inverse le sens du jeu.
  • le 7 : Il fait sauter le tour au joueur suivant.
  • le 9 : Lorsque celui-ci est posé, alors le joueur suivant a l'obligation de poser un neuf lui aussi sous peine de piocher une carte sauf si tous les neufs sont déjà posés, alors celui ci peut tout simplement continuer à jouer normalement.
  • le 10 : permet de rejouer, si cette carte est posée en dernier, on a obligation de rejouer (et comme on a plus de cartes, on pioche). Donc il ne vaut mieux pas la poser en dernier !

Le jeu continue ainsi jusqu'à ce qu'un joueur ait posé sa dernière carte : le jeu est alors terminé, ce joueur a gagné la partie.

Notez la dernière grande règle de base : un joueur qui n'a plus qu'une carte doit l'annoncer : en disant « une carte ». S'il l'oublie et qu'un autre joueur le remarque en disant «contre-carte», il prend alors deux cartes de pénalité.

Autres tours[modifier | modifier le wikicode]

On peut continuer des faire des parties en décalant les rôles de distribution vers la gauche.

Règles supplémentaires[modifier | modifier le wikicode]

Beaucoup d'autres règles existent que l'on peut rajouter aux règles de base qui améliorent grandement l'attrait du jeu. Notez que chacune de ces règles peut être ajoutée individuellement.

Pénalités[modifier | modifier le wikicode]

Les pénalités rajoutent une note de rigueur au jeu en obligeant les joueurs à rester concentrés. La pénalité est attribuée aux joueurs qui transgressent les règles ; ils doivent alors prendre deux cartes de pénalité.


Les cas de pénalité sont entre autre données aux joueurs :

  • qui ne jouent pas une carte acceptable : ni bonne couleur ni bonne valeur ;
  • qui jouent alors que ce n'est pas leur tour ;
  • qui jouent alors qu'il leur est interdit de poser une carte (à cause d'un 2 ou d'un as) ;
  • qui oublient de dire qu'il ne leur reste qu'une carte (règle déjà en vigueur).
  • qui pose 2 cartes en même temps

Autres cartes spéciales[modifier | modifier le wikicode]

On peut ajouter individuellement des cartes spéciales :

  • le 3 : similaire au 2, le joueur suivant doit obligatoirement prendre 3 cartes ;
  • la dame : permet de jouer une nouvelle fois. On peut ainsi superposer plusieurs dames. Notez toutefois que si l'on ne peut pas jouer après avoir posé une dame, il faut alors prendre une carte sur le sabot ;
  • le roi : carte puissante : elle permet d'échanger ses cartes avec le joueur de son choix.

Les cartes doubles[modifier | modifier le wikicode]

Cette règle nécessite de jouer avec deux jeux et elle ajoute beaucoup de piment puisqu'elle oblige à jouer assez rapidement et à rester très concentré.

En effet, cette règle autorise à poser une carte quand ce n'est pas notre tour, uniquement si la carte posée est exactement identique à celle sur le tas. Si la carte est posée avant que le joueur dont c'est normalement le tour n'ait joué, le tour reprend à partir du joueur « usurpateur ».

Cela peut poser des problèmes notamment lorsque l'on pose des cartes spéciales comme le 10, pour lequel un instant de réflexion est souvent nécessaire avant de continuer à jouer...

Un joueur peut grâce à cette règle poser deux cartes identiques d'un coup. Cela peut donner lieu à des coups tordu : poser deux cartes 3 l'une après l'autre par exemple en attendant que le joueur suivant ait bien pris ses cartes...

Stratégies[modifier | modifier le wikicode]

Variante du jeux appelé le sept américain ! le principe est le même en ce qui concerne la distribution des cartes . Mais c'est le sept qui fait office de tirer deux cartes quand le joueur de votre droite pose cette carte !La dame fait sauter un joueur qui se trouve à la gauche du poseur de la carte et se retrouve ainsi sans jouer jusqu'au prochain tour ! Le dix fait tourner le sens du jeux à chaque fois qu'un joueur le pose. Le valet, quant à lui, sert de joker et permet au poseur de choisir la couleur qu'il veut, même si elle ne correspond pas à celle du valet posé. Par exemple, le joueur pose un valet de trèfle et il ne lui reste que du pique, il change la couleur en pique et le joueur suivant devra poser du pique sur son valet de trèfle à moins qu'il ne possède lui aussi un valet.

Ébauche

Cette page est considérée comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en éditant dès à présent cette page (en cliquant sur le lien « modifier »).

Ressources suggérées : Aucune (vous pouvez indiquer les ressources que vous suggérez qui pourraient aider d'autres personnes à compléter cette page dans le paramètre « ressources » du modèle? engendrant ce cadre)


Jeux Cette page fait partie du livre Boîte à jeux