Grec ancien/Texte : L'Iliade, chant VI

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'alphabet
Les déclinaisons
La conjugaison
L'adjectif
Théâtre
Annexes
α β γ δ ε ζ η θ ι κ λ μ ν ξ o π ρ σ τ υ φ χ ψ ω
écriture toutes lettres
Première déclinaison | Deuxième déclinaison | Troisième déclinaison
Présent - Exercices | Parfait - Exercices | Aoriste - Exercices | Futur - Exercices | Imparfait - Exercices
Antigone | Médée
Ἰλιάς Σ Iliade, chant 6
1

Magnanime Diomède, pourquoi me demandes-tu quelle est mon origine ? La naissance des hommes est comme celle des feuilles. Le vent répand les feuilles sur la terre ; mais la forêt féconde en produit de nouvelles, et la saison du printemps revient chaque année : ainsi naissent et s'éteignent les races humaines. Cependant si tu veux savoir mon origine et celle de mes pères que tant de mortels connaissent, écoute-moi donc. - A l'extrémité du pays d'Argos fertile en coursiers est la ville d'Éphyre : c'est là que vivait le fils d'Éole, Sisyphe, le plus fécond en stratagèmes de tous les humains, Sisyphe qui enfanta Glaucus, le père de l'irréprochable Bellérophon. Les dieux accordèrent à Bellérophon la vaillance et la beauté, tant enviées des hommes ; mais Prétus trama contre lui de sinistres desseins et le chassa d'Argos, parce qu'il était le plus puissant de tous, et que Jupiter avait soumis les Argiens à son pouvoir. Sa femme, la noble Antée, éprise d'un violent amour pour Bellérophon, voulut s'unir secrètement à ce héros ; mais n'ayant pu fléchir son cœur, elle employa l'imposture et dit à son époux :

1

«Τυδεΐδη μεγάθυμε τί ἢ γενεὴν ἐρεείνεις; Οἵη περ φύλλων γενεὴ τοίη δὲ καὶ ἀνδρῶν. Φύλλα τὰ μέν τ᾽ ἄνεμος χαμάδις χέει, ἄλλα δέ θ᾽ ὕλη τηλεθόωσα φύει, ἔαρος δ᾽ ἐπιγίγνεται ὥρη· ὣς ἀνδρῶν γενεὴ ἣ μὲν φύει ἣ δ᾽ ἀπολήγει. Εἰ δ᾽ ἐθέλεις καὶ ταῦτα δαήμεναι ὄφρ᾽ ἐῢ εἰδῇς ἡμετέρην γενεήν, πολλοὶ δέ μιν ἄνδρες ἴσασιν· ἔστι πόλις Ἐφύρη μυχῷ Ἄργεος ἱπποβότοιο, ἔνθα δὲ Σίσυφος ἔσκεν, ὃ κέρδιστος γένετ᾽ ἀνδρῶν, Σίσυφος Αἰολίδης· ὃ δ᾽ ἄρα Γλαῦκον τέκεθ᾽ υἱόν, αὐτὰρ Γλαῦκος τίκτεν ἀμύμονα Βελλεροφόντην· τῷ δὲ θεοὶ κάλλός τε καὶ ἠνορέην ἐρατεινὴν ὤπασαν· αὐτάρ οἱ Προῖτος κακὰ μήσατο θυμῷ, ὅς ῥ᾽ ἐκ δήμου ἔλασσεν, ἐπεὶ πολὺ φέρτερος ἦεν, Ἀργείων· Ζεὺς γάρ οἱ ὑπὸ σκήπτρῳ ἐδάμασσε. Τῷ δὲ γυνὴ Προίτου ἐπεμήνατο δῖ᾽ Ἄντεια κρυπταδίῃ φιλότητι μιγήμεναι· ἀλλὰ τὸν οὔ τι πεῖθ᾽ ἀγαθὰ φρονέοντα δαΐφρονα Βελλεροφόντην. Ἣ δὲ ψευσαμένη Προῖτον βασιλῆα προσηύδα·

2

« Meurs, Prétus, ou fait mourir Bellérophon, qui a voulu, malgré moi partager ma couche! »

« A ces mots, le roi fut saisi dune grande colère ; mais il immola point le fils de Glaucus, car il craignit de commettre son beau-père pour que Bellérophon perdît la vie. Le fils de Glaucus partit sous la protection des dieux. Arrivé dans la Lycie, sur les rivages du Xanthe, il fut accueilli avec honneur par le roi, qui lui donna l'hospitalité, et qui, durant neuf jours, lui sacrifia neuf taureaux. Mais quand la divine Aurore eut ramené le dixième, jour, le roi de la Lycie interrogea son hôte et lui demanda les tablettes que lui avait données Prétus ; puis il lui ordonna d'immoler l'invincible Chimère, qui est issue des dieux et non des mortels : elle avait la tête d'un lion, la queue d'un dragon, le corps d'une chèvre sauvage, et elle vomissait avec bruit des flammes dévorantes. Bellérophon, obéissant aux signes envoyés par la déesse, extermina cet épouvantable monstre ; puis il attaqua les courageux Solimes (depuis il avoua que jamais il n'avait soutenu un si furieux combat) ; ensuite il marcha contre les Amazones au mâle courage, et remporta sur elles une éclatante victoire.

2

« Τεθναίης ὦ Προῖτ᾽, ἢ κάκτανε Βελλεροφόντην, ὅς μ᾽ ἔθελεν φιλότητι μιγήμεναι οὐκ ἐθελούσῃ. »

Ὣς φάτο, τὸν δὲ ἄνακτα χόλος λάβεν οἷον ἄκουσε· κτεῖναι μέν ῥ᾽ ἀλέεινε, σεβάσσατο γὰρ τό γε θυμῷ, πέμπε δέ μιν Λυκίην δέ, πόρεν δ᾽ ὅ γε σήματα λυγρὰ γράψας ἐν πίνακι πτυκτῷ θυμοφθόρα πολλά, δεῖξαι δ᾽ ἠνώγειν ᾧ πενθερῷ ὄφρ᾽ ἀπόλοιτο. Αὐτὰρ ὁ βῆ Λυκίην δὲ θεῶν ὑπ᾽ ἀμύμονι πομπῇ. Ἀλλ᾽ ὅτε δὴ Λυκίην ἷξε Ξάνθόν τε ῥέοντα, προφρονέως μιν τῖεν ἄναξ Λυκίης εὐρείης· ἐννῆμαρ ξείνισσε καὶ ἐννέα βοῦς ἱέρευσεν. Ἀλλ᾽ ὅτε δὴ δεκάτη ἐφάνη ῥοδοδάκτυλος Ἠὼς καὶ τότε μιν ἐρέεινε καὶ ᾔτεε σῆμα ἰδέσθαι ὅττί ῥά οἱ γαμβροῖο πάρα Προίτοιο φέροιτο. Αὐτὰρ ἐπεὶ δὴ σῆμα κακὸν παρεδέξατο γαμβροῦ, πρῶτον μέν ῥα Χίμαιραν ἀμαιμακέτην ἐκέλευσε πεφνέμεν· ἣ δ᾽ ἄρ᾽ ἔην θεῖον γένος οὐδ᾽ ἀνθρώπων, πρόσθε λέων, ὄπιθεν δὲ δράκων, μέσση δὲ χίμαιρα, δεινὸν ἀποπνείουσα πυρὸς μένος αἰθομένοιο, καὶ τὴν μὲν κατέπεφνε θεῶν τεράεσσι πιθήσας. Δεύτερον αὖ Σολύμοισι μαχέσσατο κυδαλίμοισι· καρτίστην δὴ τήν γε μάχην φάτο δύμεναι ἀνδρῶν. Τὸ τρίτον αὖ κατέπεφνεν Ἀμαζόνας ἀντιανείρας.

Étude du texte[modifier | modifier le wikicode]

Pour faire ces exercices
Ne modifiez pas cette page ! Vous pouvez l'imprimer afin de pouvoir travailler par écrit.