Photographie/Colorimétrie/Lumières complémentaires

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 18/12/2017, le Wikilivre de photographie comporte 6 361 articles
plan du chapitre en cours

Colorimétrie


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Giorgio Sommer (27 juillet)
  2. Sabine Weiss (1er juillet)
  3. Frédéric Boissonnas (10 février)
  4. Ariel Varges (8 février)
  5. Andreas Gursky (9 janvier)
  6. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  7. Cosina CS-3 (7 janvier)
  8. Cosina CS-2 (7 janvier)
  9. Cosina CS-1 (7 janvier)
  10. Cosina CT-1 (7 janvier)




Définition[modifier | modifier le wikicode]

Deux lumières sont dites complémentaires si, lorsqu'elles agissent simultanément et en proportions convenables sur l’œil, elles donnent une impression de blanc.

En première approximation, un objet opaque absorbe une partie du rayonnement blanc et renvoie la partie complémentaire ; par exemple une tomate bien mûre renvoie le rouge et absorbe pratiquement l'ensemble vert + bleu, complémentaire du rouge. De la même manière, un filtre coloré absorbe une partie du rayonnement et transmet la partie complémentaire.

link={{{link}}}
En travaux

Cette page est en travaux. Tant que cet avis n'aura pas disparu, veuillez en considérer le plan et le contenu encore incomplets, temporaires et sujets à caution. Si vous souhaitez participer, il vous est recommandé de consulter sa page de discussion au préalable, où des informations peuvent être données sur l'avancement des travaux.

Division du spectre visible[modifier | modifier le wikicode]

Avant d'envisager la trichromie, nous pouvons admettre que le spectre visible, en première approximation, peut être divisé en trois grandes zones d'importance sensiblement équivalente :

  • le rouge-orangé, que nous appellerons rouge ;
  • le vert ;
  • le bleu-violet, que nous appellerons bleu.

Ces trois couleurs, rouge, vert, bleu, sont dites couleurs primaires ou fondamentales.

Leurs complémentaires sont habituellement baptisées ainsi :

  • cyan (ou non rouge) formé par la somme bleu + vert ;
  • magenta ou pourpre (non vert) formé par la somme rouge + bleu ;
  • jaune (non bleu) formé par la somme vert + rouge

En projetant simultanément deux primaires sur un écran, on reconstitue une des couleurs complémentaires : par exemple, vert + bleu = cyan. C'est la synthèse additive des complémentaires.

En faisant passer la lumière blanche à travers un filtre complémentaire, on arrête une des primaires puis, à travers un second filtre, une seconde primaire : par exemple un filtre cyan soustrait le rouge, un filtre magenta soustrait le vert, la superposition des filtres cyan + magenta laissera passer finalement le bleu, primaire transmise par les deux filtres. C'est la synthèse soustractive des primaires.

Attention ! L'adjectif "jaune" fait partie du langage courant, tout comme les multiples nuances qu'on peut lui attribuer : jaune d'or, jaune-orangé, jaune-vert, ocre jaune, etc. Il n'est donc a priori pas très précis, contrairement aux termes techniques "cyan" et "magenta" qui ne s'emploient guère dans les conversations quotidiennes.

Remarquons aussi qu'il existe dans le spectre visible des radiations monochromatiques saturées de couleur bleu-vert et jaune mais que les pourpres, pourtant perçus comme des couleurs saturées, n'y figurent pas.

D'une manière générale, on peut définir des couples de lumières complémentaires tels que :

  • violet moyen et vert-jaune
  • bleu moyen et jaune
  • bleu-vert et orange moyen

La définition précise de deux couleurs complémentaires suppose que l'on a préalablement adopté un blanc de référence.



Colorimétrie