Photographie/Fabricants/Royer/Savoyflex I

Un livre de Wikilivres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 4/08/2021, le Wikilivre de photographie comporte 7 123 articles
plan du chapitre en cours

Fabricants et marques

N'hésitez pas à compléter les fiches des appareils !

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Ca.a CZ Ep Fu Ko.a.f Le Mi Ni.a Ol Pa Pe Ri Sa Si So Ta




Quelques sites de référence :


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Southworth & Hawes (2 mars)
  2. Showa Optical Works (29 février)
  3. Bradley & Rulofson (4 janvier, MàJ)

- - - - - - - - - -

  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Royer Savoyflex I[modifier | modifier le wikicode]



Caractéristiques[modifier | modifier le wikicode]

Général
Type d'appareil reflex 24x36 à obturateur central et objectif non interchangeable
Pays de fabrication France (sauf l'obturateur)
Disponibilité 1959 ► 1961 (production)
Prix en 1960-1961 : 500 FF chez Photo Hall[1] et Grenier Natkin[2], 629,50 FF chez Odéon Photo[3]
Format de film 135
Construction du boîtier métallique
Avance du film par levier
Compteur de vues dégressif, remise à zéro manuelle
Mise en marche -
Particularités
Optique
Objectifs SOM Berthiot 50 mm f/2,8 inamovible, mise au point de l'infini à 80 cm par la lentille frontale
Monture des objectifs monture avant à filetage intérieur, diamètre 32 mm
Présélection du diaphragme oui
Visée et affichage
Viseur dépoli, lentille de Fresnel, lentille collectrice et prisme en toit à 3 réflexions internes
Accessoires de visée
Informations dans le viseur stigmomètre
Écran à cristaux liquides -
Mise au point
Manuelle dépoli + stigmomètre à 45°
Autofocus non
Stabilisation non
Touche de profondeur de champ non
Obturateur
Type central
Fabricant ou marque Prontor Reflex (Gauthier)
Vitesse minimale (s) 1
Vitesse maximale (s) 1/300
Pose B ou T B
Prise de vue en rafales non
Retardement (s) 10
Déclencheur bouton sur le dessus, à main gauche, avec filetage central pour déclencheur souple
Expositions multiples débrayage de l’entraînement du film par enfoncement d’un petit bouton sur le dessus à main droite, entre viseur et levier d’armement (sert au rembobinage)
Exposition
Modes photo (M A S P) -
Modes scènes et autres -
Modes de mesure -
Sensibilité du film (ISO) -
Correction d'exposition -
Mémorisation de la mesure -
Autres données
Flash
Flash intégré non
Synchronisation double : flash magnésique (M) à 1/30 s, électronique (X) à toutes les vitesses
Modes
Nombre-guide et portée
Prise pour flash externe oui
Autres caractéristiques
Écrou de pied filetage au pas Kodak
Alimentation fonctionne sans pile
Contrôle des piles -
Dimensions L x h x p (mm) 130 x 90 x 80
Poids (g) 740
Accessoires fournis
Accessoires en option sac en cuir "tout prêt", parasoleil, filtres et bonnettes
Divers retour automatique du miroir après la prise de vue


Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Du Savoy au Savoyflex. Ce rare reflex français à avoir eu une (courte) carrière commerciale est extrapolé du Savoy II : même corps en alliage léger (moulé sous pression par les fonderies Thecla), même dos ouvrant à charnière, mêmes levier d’armement, compteur de vues, bouton de débrayage et molette de rembobinage, même objectif à 3 lentilles (soigné mais modeste dans la production SOM Berthiot)... d’où des dimensions et des performances similaires. La métamorphose n’en constitue pas moins une prouesse à mettre au crédit de René Royer[4]. Devenu reflex, l’appareil gagne en précision de cadrage et de mise au point ce qu’il perd en douceur et rapidité de déclenchement. Le prix s’en trouve plus que doublé[5], ce qui représente deux mois et demi de SMIG[6] mais reste modéré comparé à la concurrence de l’époque. En l’absence du Contaflex dont il s’inspire, le Savoyflex I apparaît comme le premier reflex amateur abordable sur le marché français. Il sera bientôt rejoint par le Focaflex, du même ordre de prix mais plus perfectionné. Sa production a cessé en 1961 au profit des seuls Savoyflex II et III.

Obturateur. Quoique lui-même fabricant d’obturateurs, Royer a adopté pour son reflex le Prontor Reflex, un mécanisme de grande diffusion mis au point et produit en Allemagne de l’ouest par les établissements Gauthier. On le trouve à l’identique ou presque sur les Contaflex Alpha (1957), Beta (1957) et Prima (1959) et sur l’Agfa Colorflex (1958).

Miroir escamotable. Les Savoyflex ont été parmi les premiers reflex à disposer du retour automatique du miroir après la prise de vue : l’image réapparaît dans le viseur sans qu’il soit besoin de réarmer. L’escamotage du miroir n’est pas pour autant instantané. C’est l’enfoncement du bouton déclencheur qui l’entraîne dans son mouvement. Il en résulte un déclenchement à longue course d’autant plus gênant que pendant ce temps l’image disparaît du viseur. Ce défaut sera corrigé en 1962 sur les Savoyflex IIE et IIIE (E comme « éclair »), reconnaissables par la présence d’un bouton de blocage du miroir à gauche de l’oculaire devenu indispensable pour les poses longues.

Indices de lumination. Les bagues des diaphragmes (22-16-11-8-5,6-4-2,8) et des vitesses (1-1/2-1/4-1/8-1/15-1/30-1/60-1/125-1/300 s) sont conjuguées et solidaires l’une de l’autre. Tournées ensemble, elles compensent leurs effets. Un poussoir porté par la bague des diaphragmes permet de les tourner séparément. Leur position relative est graduée en indices de lumination (de 3 à 17).

Porte-accessoire. Ce modèle ne comporte pas de griffe porte-accessoire. A défaut, le flash se fixe sur l’écrou de pied.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • PONT, Patrice-Hervé. Maxifiche 24x36 Royer. In : Les Fondamentaux du club Niépce-Lumière n° 15, décembre 2005.

Liens[modifier | modifier le wikicode]


Notes et références[modifier | modifier le wikicode]