Photographie/Institutions/Musées et galeries/Galerie nationale du Jeu de Paume

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 21/11/2017, le Wikilivre de photographie comporte 6 360 articles
plan du chapitre en cours

Institutions


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Giorgio Sommer (27 juillet)
  2. Sabine Weiss (1er juillet)
  3. Frédéric Boissonnas (10 février)
  4. Ariel Varges (8 février)
  5. Andreas Gursky (9 janvier)
  6. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  7. Cosina CS-3 (7 janvier)
  8. Cosina CS-2 (7 janvier)
  9. Cosina CS-1 (7 janvier)
  10. Cosina CT-1 (7 janvier)




Galerie nationale du Jeu de Paume

Le Jeu de Paume est un lieu d'exposition d'art contemporain et de photographie, d'une superficie de 1200 m² situé dans le Jardin des Tuileries, à l’extrémité occidentale de la terrasse des Feuillants, place de la Concorde, à Paris. Le bâtiment de 80 m de longueur et 13 m de largeur comporte neuf salles sur trois niveaux et 420 m de cimaises.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Le bâtiment est construit à l'angle nord-ouest du jardin en 1861 sous le règne de Napoléon III, afin d'abriter des courts de jeu de paume (ancêtre du tennis), tout en reprenant le plan de l'orangerie (situé à l'angle sud-ouest), devenant ainsi son pendant.

À partir de 1909, le bâtiment est consacré à l'art, en relation avec le Musée de l'Orangerie et le Musée du Louvre. À la fin du XIXe siècle, le Musée du Luxembourg s'ouvre aux écoles étrangères et la section étrangère devient finalement assez importante pour constituer un musée indépendant au Jeu de Paume en 1922.

Le Musée du Jeu de Paume présentait avant guerre les collections des écoles étrangères contemporaines qui furent mises à l'abri au château de Chambord le 1er septembre 1939.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le bâtiment évacué fut réquisitionné ; les œuvres confisquées d'artistes juifs et d'autres œuvres volées par les nazis y furent stockées ou y transitèrent avant de partir pour l'Allemagne. Hermann Goering s'y rendait fréquemment pour « faire son marché » et l'ensemble des équipes de l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg y travailla jusqu'à la libération de Paris, en 1944. Le travail phénoménal d'inventaire de Rose Valland, simple attachée de conservation, sera transmis au directeur des Musées nationaux Jacques Jaujard (1895-1967) et permettra dès la libération de lancer une gigantesque recherche des œuvres d'art spoliées par les nazis à travers le monde.

De 1947 jusqu'en 1986, date de l'ouverture du Musée d'Orsay, la galerie du Jeu de Paume a présenté les toiles des impressionnistes. Après son réaménagement par Antoine Stinco qui l'a agrémentée d'un escalier suspendu, la galerie rouvrit en 1991 à l'initiative de Jack Lang, devenant la Galerie nationale du Jeu de Paume. Le nouveau lieu est alors dédié à l'art moderne et contemporain sous toutes ses formes, avant de devenir, en 2004, un lieu exclusivement dédié à la photographie contemporaine, à l'art vidéo, au cinéma expérimental et au documentaire d'essai : les travaux de Jonas Mekas (1992-93), de Marcel Hanoun (1994), les films-essais de Jean-Luc Godard (1997) ou le documentaire sicilien autour de Vittorio De Seta (2010), notamment, y furent présentés.

Association gestionnaire[modifier | modifier le wikicode]

Toujours en 2004, trois associations consacrées à la photographie et à l'art contemporain (la galerie nationale du Jeu de Paume, le Centre national de la photographie et le Patrimoine photographique) ont fusionné pour donner naissance au « Jeu de Paume », nouvelle association subventionnée par le Ministère de la Culture, présidée par Alain-Dominique Perrin et dirigée, depuis 1er octobre 2006, par Marta Gili qui a succédé au critique d'art Régis Durand.

Jusqu'en 2009, l'association disposait d'un autre site pour organiser ses expositions, l'Hôtel de Sully, 62 rue Saint-Antoine à Paris. En échange, le Ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a annoncé lors des Rencontres d'Arles en 2011 que le Jeu de Paume disposerait d'un espace de 650 m² dans l'hôtel de Nevers, rue de Richelieu, pour y programmer des expositions historiques. Ce projet a été abandonné en 2012 pour des raisons budgétaires par la Ministre de la Culture Aurélie Filipetti. Depuis 2010, le Jeu de Paume expose hors-les-murs au Château de Tours.

Liste des expositions[modifier | modifier le wikicode]

Expositions individuelles[modifier | modifier le wikicode]

File d'attente pour l'exposition Planète Parr, Jeu de Paume, Paris, été 2009
  • 2004 :
    • Nuremberg : Les coulisses du pouvoir, photographies d’Arno Gisinger (28 octobre - 3 décembre 2004)
    • Rineke Dijkstra (14 décembre 2004 - 20 février 2005)

Expositions collectives et thématiques[modifier | modifier le wikicode]

  • 2007 :
    • L'Événement, les images comme acteurs de l'histoire (16 janvier - Modèle:1er avril 2007)
  • 2009 :
    • Fellini, La Grande Parade (20 octobre - 17 janvier 2010)
  • 2010 :
    • Faux Amis/Une vidéothèque éphémère (28 septembre 2010 - 6 février 2011)
  • 2011 :
    • Société réaliste : Empire, State, Building (Modèle:1er mars - 8 mai 2011)

Programmation Satellite[modifier | modifier le wikicode]

  • 2007 :
    • UltralabTM : L'île de ParadisTM (version 1.15) Un voyage au milieu du temps (9 octobre - 30 décembre 2007)

L'Atelier du Jeu de Paume[modifier | modifier le wikicode]

Hôtel de Sully[modifier | modifier le wikicode]

Film tourné au Jeu de Paume[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]


Institutions