Photographie/Personnalités/R/George Rodger

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 20/09/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 877 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Biographie[modifier | modifier le wikicode]

George William A. Rodger était un photo reporter britannique, né le 19 mars 1908 à Hale, dans le Cheschire et mort le 24 juillet 1995 à Ashford, dans le Kent. Il est connu pour avoir pris les premières photographies du camp de la mort de Bergen-Belsen, à la fin de la 2e Guerre mondiale.

Inscrit à l'École St.Bedes, dans le Cumberland, et n'aimant pas les études, il s'engagea dans la marine marchande britannique en 1924. Voguant un peu partout à travers le monde, il écrivit des comptes rendus de ses voyages et les illustra avec ses propres photos, mais sans pouvoir les faire publier. Après un court séjour aux États-Unis, où il exerça divers métiers dans des conditions difficiles, à cause de la crise économique, il retourna en Angleterre en 1936. À Londres il eut la chance de trouver un travail de photographe pour la BBC, puis de travailler un moment pour l'Agence Black Star, en tant que photographe indépendant. Ses travaux ont été publiés à cette période dans des magazines illustrés comme Illustrated London News ou encore Picture Post.

Pendant la seconde Guerre mondiale, ses photographies du blitz à Londres lui ont valu d'être engagé comme correspondant de guerre aupr-s des Forces françaises libres en Afrique noire, pour le compte de Life, et il accompagna les Alliés lors de la libération de la France, de la Belgique et de la Hollande. Il tenait à écrire lui-même les textes accompagnant ses photographies. Il parcourut alors un grand nombre de pays et de régions, le Sahara, la Birmanie, la Syrie, l'Inde, l'Égypte, la Sicile, la Normandie, la Belgique, les Pays-Bas, etc. Il fut probablement le seul photographe autorisé à couvrir la retraite des forces britanniques en Birmanie et à réaliser un reportage sur la Route de Birmanie, avec la permission spéciale de l'État-Major chinois. Les photographies de guerre de George Rodger témoignent de son attachement à montrer les aspects humains, plutôt que les scènes d'horreur et les aspects « sensationnels » du conflit.

Après avoir découvert l'horreur du camp de concentration de Bergen-Belsen, les survivants faméliques et les entassements de cadavres, il fit connaître au monde entier la réalité des camps de la mort, grâce à ses reportages dans Life et Time. Réalisant qu'il avait en fait passer des heures dans le camp à rechercher les meilleurs compositions pour montrer les cadavres parmi les arbres et les bâtiments, Rodger pensa même, après cette expérience traumatisante, arrêter complètement le métier de photographe. Néanmoins, après avoir quitté Life, il continua de voyager en Afrique et au Moyen-Orient, partant à la rencontre d’un monde qui n'aurait pas encore été corrompu par la « civilisation » occidentale. Pendant 3 ans, vyageant sans itinéraire précis, il s'intéressa aux rituels et aux mœurs des populations qui vivaient encore dans un rapport étroit avec la nature, les Baris vers l'Ouganda, les Dinkas, les Noubas du Soudan, etc. La plupart de ses reportages ont été publiés par le National Geographic et d'autres magazines.

En 1947, George Rodger fonda l'Agence Magnum, avec Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, David Seymour et William Vandivert.

À partir de 1960, sans renoncer à ses activités de globe-trotter, il se retira dans le Kent et en profita pour organiser ses archives. En 1978, son reportage sur la cérémonie de la circoncision chez les Masaïs, dont il avais su conquérir la confiance, fut un modèle du genre par le sentiment de respect et de densité qui s'en dégage.

Publications[modifier | modifier le wikicode]

  • Red Moon Rising .- Londres, The Cresset Press, 1943
La Lune rouge se lève (édition française) .- Paris, La Colombe, 1946.
  • Desert Journey .- Londres, The Cresset Press, 1944
Voyage au désert (édition française) .- Paris, Éditions du Vieux Colombier, 1946.
nouvelle édition, 18 février 2000. (ISBN 0714839019), (ISBN 978-0714839011)

Expositions[modifier | modifier le wikicode]

  • 2005 : George Rodger, photographies - Paris, Fnac Ternes, du 5 avril au 11 juin 2005.
  • 2010 : George Rodger, sur la route (1940-1949) - Bordeaux, Base sous-marine, du 19 février au 28 mars 2010.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • MONDENARD, Anne de .- George Rodger. In : Dictionnaire mondial de la photographie, Paris, Larousse, 1994, (ISBN 2-03-511315-6), p. 555.