Photographie/Techniques scientifiques/Autoradiographie

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 23/09/2018, le Wikilivre de photographie comporte 6 783 articles
plan du chapitre en cours

Techniques scientifiques


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. ADOX (24 août)
  2. Hippolyte Bayard (22 août)
  3. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  4. Ronald Kroon (8 août)
  5. Frank Jay Haynes (22 juillet)
  6. Oliver Wendell Holmes Sr. (6 juin)
  7. Paul Rudolph (26 mai)

  1. Giorgio Sommer (27 juillet)
  2. Sabine Weiss (1er juillet)
  3. Frédéric Boissonnas (10 février)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



L'autoradiographie est une technique qui vise à enregistrer l'image de molécules marquées par des isotopes radioactifs, pour les localiser avec précision dans des tissus ou des cellules ou lors de réactions chimiques.

Le matériel radioactif est fixé sur un substrat solide, une feuille de nitrocellulose par exemple, que l'on met en contact avec un film photographique spécial (généralement une émulsion sensible aux rayons X). Les particules β ou les rayons γ impressionnent l'émulsion là où se situent les traceurs radioactifs. On peut aussi étudier directement des coupes de tissus animaux ou végétaux, voire autoradiographier des coupes d'animaux entiers.

Au niveau microscopique, les films et les plaques sont moins facilement utilisables et on préfère alors déposer directement l'émulsion sur les coupes histologiques.

Lorsque le rayonnement est dû à un produit de faible activité comme le tritium (isotope de l'hydrogène), le carbone 14 ou le soufre 35, il faut en général utiliser des émulsions spéciales que l'on soumet à une préexposition : un éclair de flash très bref, insuffisant pour fournir à lui seul une image développable, amorce la formation d'une image latente. Celle-ci se formera vraiment sous l'action des rayonnements de l'isotope, ce qui augmente la sensibilité apparente du système mais présente l'inconvénient d'engendrer du bruit de fond.


Techniques scientifiques