Photographie/Émulsions argentiques/La gélatine

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 5/12/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 891 articles
plan du chapitre en cours

Émulsions argentiques


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



La gélatine est une protéine d'origine animale fabriquée à partir des peaux et des os de porc, de mouton, etc.. Elle est utilisée pour la préparation des couches sensibles dans le procédé dit au gélatino-bromure d'argent. Nous allons voir que l'ensemble des propriétés de ce produit complexe lui confère un rôle beaucoup plus important que celui de simple liant des cristaux d'halogénures.

Propriétés physicochimiques[modifier | modifier le wikicode]

Comme toutes les protéines, la gélatine est un corps amphotère capable de donner des sels de protéines avec les acides et des protéinates avec les bases. Son comportement est par conséquent fonction du pH du milieu dans lequel elle se trouve.

La gélatine est habituellement dissoute dans l'eau tiède ; on obtient alors une solution colloïdale où les molécules ne sont pas dispersées comme dans le cas des corps habituels (cristalloïdes), mais agglutinées en agrégats ou micelles dont les dimensions sont énormes à l'échelle atomique.

Le refroidissement de la solution colloïdale produit une gélification, séparation en deux phases dont l'une, solide, est un réseau de micelles soudées gonflé par l'autre phase, liquide, sous l'effet de la pression osmotique. Le liquide est constitué par de l'eau dans laquelle on trouve toute une série de corps de masses molaires très inférieure à celles des molécules de protéines, dont un certain nombre de produits de dégradation de ces dernières.

Le gel ainsi constitué est insoluble mais il permet la diffusion des petites molécules. Bien qu'à l'état dit « sec » il contienne encore une quantité d'eau appréciable, il peut encore énormément gonfler par immersion, surtout si sa concentration en molécules diffusibles est nettement plus élevée que celle du liquide dans lequel il se trouve plongé.

Le point de fusion du gel s'élève par tannage, sous l'effet de substances telles que l'alun de chrome qui provoquent, au moyen de liaisons de coordinence, la formation d'ions complexes hydratés et peu solubles à température modérée.

Classement des gélatines[modifier | modifier le wikicode]

Les gélatines de différentes provenances contiennent de très nombreux produits étrangers, dans des proportions extrêmement diverses et variables. Il est donc nécessaire, avant d'employer une gélatine à la fabrication de surfaces sensibles, d'en faire l'analyse complète. Un certain nombre d'impuretés présentes dans les différents lots peuvent en effet avoir des effets utiles ou nuisibles sur les cristaux de bromure et donc sur les caractéristiques des couches. On distingue parmi tous ces produits :

  • les retardateurs de maturation qui empêchent le grossissement par cuisson des grains d'halogénures, et les accélérateurs de maturation dont l'effet est inverse.
  • les sensibilisateurs sulfurés qui forment à la surface des cristaux des germes de sulfure d'argent sensibles à la lumière.
  • des désensibilisateurs - modificateurs de contraste qui augmentent ce dernier au détriment de la rapidité,
  • des agents voilants, le plus souvent des aldéhydes ou d'autres réducteurs capables de provoquer le noircissement des grains non exposés,
  • etc.


Il existe des gélatines actives et des gélatines inertes qui ont subi une désactivation par élimination ou destruction des différentes substances dont nous venons de parler. En fait il n'y a pas de gélatine totalement inerte : une gélatine peut n'avoir aucun effet sur une émulsion à grains fins et agir sur une autre à gros grains.


Émulsions argentiques