Photographie/Personnalités/L/Saul Leiter

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 27/05/2019, le Wikilivre de photographie comporte 6 850 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Lucien Lorelle (10 décembre, MàJ)
  2. Groupe des XV (10 décembre)
  3. MàJ de la liste des APN Sony (10 décembre)
  4. Alfred Stieglitz (17 novembre)
  5. Classement et archivage (12 novembre)
  6. ADOX (24 août)
  7. Hippolyte Bayard (22 août)
  8. Famille Chevalier (opticiens) (22 août)
  9. Ronald Kroon (8 août)
  10. Giorgio Sommer (27 juillet)
cliquez sur les titres ci-dessous pour dérouler les menus



Saul Leiter est un photographe et peintre américain (Pittsburg, 1923), considéré comme un précurseur dans de nombreux domaines de l'art photographique.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Fils d’un rabbin renommé qui le destinait à des études talmudiques, et brillant étudiant en théologie, il se passionne très tôt pour la peinture. Il débute son éducation artistique en se plongeant dans les livres de la bibliothèque publique et fait ses premières photographies grâce à un appareil de marque Detrola offert par sa mère en 1935.

À la fin des années 1940, il se lie d'amitié avec les peintres expressionnistes abstraits Marc Rothko, Barnett Newman, Philip Guston et Richard Poussette-Dart ; à cette époque il commence à photographier dans les rues de New York mais peint aussi des gouaches de petit format. Ses œuvres prennent pour références Édouard Vuillard, Pierre Bonnard, Sotatsu ou Paul Sérusier. Il rencontre également Eugene Smith.

En 1946 il quitte définitivement le Telshe Yeshiva Rabbinical College de Cleveland et part pour New-York.

Après avoir visité l'exposition d'Henri Cartier-Bresson au Museum of Modern Art de New-York (MoMA) en 1947, il décide de se consacrer à la photographie. Une fois installé à New-York, il devient « officiellement » un photographe de mode très connu mais poursuit parallèlement son œuvre artistique. Il utilise principalement un Leica, qu'il s'est procuré en échange de tirages d'Eugene Smith.

Ses premiers clichés sont en noir et blanc mais il commence à travailler en couleurs à partir de 1948 mais pendant toute sa carrière, il alterne les deux supports. Comme il utilise essentiellement les pellicules Ektachrome, il présente beaucoup de ses photos sous forme de projection de diapositives.

En 1953, il ouvre sur Bleeker Street un studio consacré au portrait, à la mode et à la publicité.

Je n'ai pas de philosophie de la photographie. J'aime juste prendre des photos. Il me semble que des choses mystérieuses peuvent prendre place dans des lieux familiers ... Je ne sais pas comment j'ai pris telle photo à tel moment ni pourquoi. J'allais à la fromagerie, à la librairie, au café, il y a des choses qui me plaisaient, je prenais des photos. Je ne sais pas si j'ai réussi à faire ce que je voulais : je n'ai jamais su ce que je voulais faire ! déclare-t-il.

Les photos de New-York[modifier | modifier le wikicode]

Il existe peu d'endroits aussi photographiés que la ville de New-York, mais rares sont les clichés et les visions de cette ville vraiment marqués par la personnalité de leur auteur. Les photographies de Saul Leiter sont marquées par la recherche de scènes fugaces, représentées d'une manière qui tend vers l'abstraction. Les contours sont estompés, les couleurs souvent délavées, le photographe joue d'une manière poétique avec les transparences, les reflets, les superpositions, les ombres, le flou mais aussi parfois avec les contrastes brutaux, les teintes vives et les larges espaces noirs.

Toutes les photos personnelles de New-York sont en noir et blanc. Celles faites en couleurs proviennent également de Paris, de Madrid, etc.

Les œuvres de Saul Leiter, un temps tombées dans l'oubli, ont été redécouvertes dans les années 1990. La redécouverte récente de son travail le surprend, l’amuse, l’indiffère; il regrette néanmoins que les disparus chers à son coeur ne puissent partager ces moments avec lui, tout en poursuivant, goguenard, son chemin vers la librairie où il passe une grande partie de son temps, dit Agnès Sire, commissaire de l'exposition de 2008 à la Fondation Cartier-Bresson. et elle le cite : « J’ai un grand respect pour le désordre, dit-il, le jugement le plus sérieux que je peux avoir sur mon travail, c’est qu’il est inachevé et c’est l’inachevé qui m’attire. »

Publications[modifier | modifier le wikicode]

  • 1951 : série noir et blanc « The Wedding as a Funeral » publiée dans Life.
  • 1957 : publication de ses images de mode dans Esquire puis Harper’s Bazaar, Elle, Life, Nova, Vogue et Queen.
  • 1992 : photographies noir et blanc publiées dans l’ouvrage « The New York School: Photographs 1936 – 1963 », de Jane Livingstone.
  • LEITER, Saul .- Saul Leiter .- Arles, Actes Sud, 28 décembre 2007, coll. Photo Poche n° 113, 144 pages (ISBN 978-2-7427-6969-8).

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • ALLETI, Vince .- Shadows and Fog. In : The Village Voice, 9 février 1993, p. 79.
  • BEST, Isabel .- Saul Man. In : British Journal of Photography, août 2006, pp. 13-15.
  • COLEMAN, A.D .- Letter From: New York, No.41. In : PhotoMetro, avril 1993, p. 28.
  • COLEMAN, A.D .- Focusing on a Lesser-Known Cohort of Avedon and Arbus. In : The New York

Observer, 8 février 1993.

  • COWLEY, Rob .- Saul Leiter’s World. In : Infinity, septembre 1961, pp. 13-15.
  • GOTTLIEB, Jane .- In Living Color, The unassuming Saul Leiter finally and reluctantly, steps into the limelight. In : Photo District News, janvier 2007, pp. 37-39.
  • HARRISON, Martin .- Saul Leiter Rediscovered. In : The Correspondent Magazine, 12 novembre 1989,

pp. 14-20.

  • KOETZLE, Michael .- Saul Leiter: Color has its own Qualities. In : Leica World, janvier 2000.
  • KOZLOFF, Max .- Saul Leiter’s Elegance. In : Matador, volume J, printemps 2007.
  • LOKE, Margarett .- Saul Leiter, Howard Greenberg Gallery. In : Artnews, septembre 1993, p. 174.
  • MAINE, Stephen .- Color Pioneer. In : Art in America, avril 2006, pp. 78-79
  • MEYERS, William .- When the World Stopped Being Black & White. In : The New York Sun, 22 décembre

2005.

  • SMITH, Roberta .- Saul Leiter: Early Color. In : The New York Times, 30 décembre 2005. Weekend Arts.
  • TALLMER, Jerry .- Still Time to Develop. In : The New York Post, 29 janvier 1993
  • WOODWARD, Richard B .- Ten Undervalued Masters of Photography. In : Art & Auction, février 2006.

Collections[modifier | modifier le wikicode]

  • Albertina Museum, Vienne
  • Amon Carter Museum, Fort Worth
  • Art Institute of Chicago
  • Baltimore Museum of Art, Baltimore
  • Milwaukee Museum of Art
  • Museum of Fine Arts, Boston
  • Museum of Fine Arts, Houston
  • Museum of Modern Art, New York
  • National Gallery of Art, Washington
  • Staatliche Museen, Berlin
  • Victoria & Albert Museum, Londres
  • Whitney Museum of American Arts, New York
  • Aforge Finance, Paris

Expositions[modifier | modifier le wikicode]

  • 1944 : expositions de peintures, Ten Thirty Gallery à Cleveland, Outlines Gallery à Pittsburgh, magasin Gump à San Francisco.
  • 1947 : une peinture est montrée dans l’exposition « Abstract and Surrealist Art » à l’Art Institute of Chicago.
  • 1953 : 25 photographies en noir et blanc présentées au MoMA à l'occasion de l'exposition « Always the Young Stranger » d'Edward Steichen, puis de l'exposition « Contemporary Photography » au Musée d’Art Moderne de Tokyo.
  • 1955 : première exposition de photographies couleur à l’Artist’s Club.
  • 1956 : exposition individuelle à la Tanager Gallery, New York.
  • 1957 : Steichen sélectionne une vingtaine de ses images couleur pour une conférence au MoMA, « Experimental Photography in Color ».
  • 1991 : exposition « Appearences : Fashion Photography Since 1945 » au Victoria et Albert Museum, à Londres.
  • 1993 : exposition de photographies noir et blanc à la Howard Greenberg Gallery, à New York.
  • 2005 : exposition « Early Color » à la Howard Greenberg Gallery.
  • 2006 : première exposition individuelle dans un musée : « In Living Color », au Milwaukee Art Museum ; exposition « Early color », Fifty One Fine Art Photography à Anvers.
  • 2008 : première exposition personnelle en France, du 17/01/2008 au 13/04/2008 à la fondation Henri Cartier Bresson (2 impasse Lebouis, 75014 Paris) ; exposition à la galerie Galerie Camera Obscura, du 10/09/2008 au 18/10/2008 (268 bd Raspail, 75014 Paris).
  • 2010 : Galerie Camera Obscura, décembre (268 bd Raspail, 75014 Paris).