Photographie/Photométrie/Étalons photométriques

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 28/06/2017, le Wikilivre de photographie comporte 6 272 articles
plan du chapitre en cours

Photométrie


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Frédéric Boissonnas (10 février)
  2. Ariel Varges (8 février)
  3. Andreas Gursky (9 janvier)
  4. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  5. Cosina CS-3 (7 janvier)
  6. Cosina CS-2 (7 janvier)
  7. Cosina CS-1 (7 janvier)
  8. Cosina CT-1 (7 janvier)
  9. Vivitar XV-3 (7 janvier)
  10. Vivitar XV-2 (7 janvier)
navigation rapide


FabricantsPersonnalitésThèmes

Éditeurs de cartes postalesFormulaires

BibliographieGlossaireModèles pour le livre




Ébauche

Cette page est considérée comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en éditant dès à présent cette page (en cliquant sur le lien « modifier »).

Ressources suggérées : Aucune (vous pouvez indiquer les ressources que vous suggérez qui pourraient aider d'autres personnes à compléter cette page dans le paramètre « ressources » du modèle? engendrant ce cadre)


Extrait d'un article de M. Pierre Fleury, Directeur honoraire de l'Institut d'Optique de Paris. In: Revue Française de l'Electricité, n° 248, 1er trimestre 1975.

L'unité d'intensité lumineuse s'est longtemps appelée bougie, du nom des sources qui la définissaient grossièrement. En 1879, Violle proposa, pour assurer une meilleure précision, l'emploi d'un bain de platine pur fondu, en train de se solidifier. Par décision internationale (1889), on lui attribua comme luminance, en direction normale, 20 bougies (dites décimales) par centimètre carré. Mais les expériences de réalisation révélèrent un manque de reproductibilité intolérable (plus de 10 %), parce que la platine réfléchissait plus ou moins la lumière du four dans lequel il était chauffé, et sur­tout parce que le métal se chargeait progressive­ment d'impuretés, notamment de silicium provenant de la réduction par une flamme hydrogénée de la silice qui l'entourait.
Aussi, bien que la définition précédente soit restée inscrite pendant cinquante ans dans la loi française, la bougie fut-elle « représentée pratiquement » par d'autres étalons. On utilisa tout d'abord, dans notre pays, la lampe Carcel à mouvement d'horlogerie, de construction spéci­fiée, consommant de l'huile de colza épurée, et ré­glée de façon à en brûler 42 grammes par heure : on lui attribuait une intensité de 9,6 bougies. D'au­tres étalons à flamme furent également en service, notamment, en Angleterre, la lampe Vernon-Harcourt au pentane, et, en Allemagne, une petite lampe à acétate d'amyle, avec une hauteur de flamme déterminée. Cette dernière définissait une bougie Hefner, valant 0,9 bougie internationale, qui fut abandonnée par la suite.
Le réglage de ces diverses sources était délicat et leur intensité très influencée par les variations des facteurs atmosphériques: pression, température, état hygrométrique ; des formules de correction furent établies pour en tenir compte, mais leur emploi laissait encore place à de grosses incertitudes.

Une étude approfondie des réalisations successives, des bougies au corps noir, se trouve dans Etalons photométriques par P. FLEURY. Revue d'Optique, éd. 1932.

Images en réserve[modifier | modifier le wikicode]


Photométrie