Le mouvement Wikimédia/L'apparition du mouvement

Un livre de Wikilivres.

Avant de parler de la conceptualisation du mouvement Wikimédia, on est en droit de se questionner sur l’origine d’un nom aussi étrange. On peut ensuite se demander si tous les sites dont les noms contiennent l’expression Wiki sont en relation avec le mouvement. Alors qu’en réalité, 95 % des 20 000 sites web fonctionnant sur une technologie wiki n’ont aucun lien avec celui-ci, à l’exception peut-être qu’ils utilisent le logiciel MediaWiki développé par la Fondation Wikimédia[1].

WikiLeaks par exemple, créé par Julian Assange dans le but de publier des documents classifiés provenant de sources anonymes, n’est à ce titre ni un projet Wikimédia, ni un site collaboratif ouvert à tous. À l’inverse, le recueil universel et multilingue de guides illustrés WikiHow, fonctionne quant à lui de manière collaborative et avec le logiciel MediaWiki développé par la Fondation Wikimédia[2]. Néanmoins, son ergonomie radicalement différente de celle des projets Wikimédia, permet de comprendre au premier coup d’œil que ce site web ne fait pas partie du mouvement.

Le projet Wikimini, qui est une encyclopédie libre pour enfants, a en revanche une apparence très proche de celle des projets Wikimédia. Mais contrairement au souhait de Laurent Jauquier qui en fut le créateur, ce projet n’aura jamais été accepté par la Fondation Wikimédia, très frileuse à l’idée de gérer du contenu pour jeune public. Suite à quoi, les projets WikiTribune et Fandom (anciennement intitulé Wikia), jettent encore un peu plus le trouble concernant une éventuelle appartenance au mouvement. Ces deux projets furent en effet fondés par Jimmy Wales, tout comme Wikipédia et la Fondation Wikimédia[3], alors qu’il n’a jamais été question de les intégrer au sein du mouvement, vu qu’ils sont tous deux à finalité lucrative.

Concernant l’étymologie du mot « Wikimédia », retenons que celui-ci est un mot-valise composé du suffixe média et du préfixe « wiki » que l’on doit à cette expression hawaïenne « wiki wiki », qui peut se traduire par « vite, vite[4] » en français. Récupéré une première fois par Ward Cunningham, le créateur du premier moteur Wiki, la formule fut ensuite utilisée dans la composition d’autres noms de logiciels wiki. Ce fut le cas du programme UseModWiki, utilisé par la firme Bomis pour commencer à héberger son projet d’encyclopédie collaborative. Le terme wiki fut ensuite gardé pour créer le mot Wikipédia, en association avec le suffixe « pedia » qui fait référence au mot anglais encyclopedia. Un principe de création de nom qui par la suite, fut répété à chaque apparition d’un nouveau projet au sein du mouvement.

Figure 19. Florence Devouard en 2017.

Quant au mot Wikimédia, il n’est apparu que le seize mars 2003, lors d’une discussion concernant la déclinaison possible de l’encyclopédie en d’autres types de projets éditoriaux participatifs. Durant celle-ci, l’écrivain américain Sheldon Rampton eu l’idée d’associer au terme wiki celui de « média » afin de mettre en évidence la variété des médias produits et partagés par Wikipédia et ses projets frères[5].

Quelques mois plus tard, le terme fut adopté lors de la création de la Fondation Wikimédia, après que Jimmy Wales décide d’y transférer les avoirs de sa firme Bomis que sont les noms de marques, noms de domaines et copyrights[6]. Il fallut ensuite attendre le mois de juin 2008, soit cinq années supplémentaires, pour que finalement Florence Devouard, présidente de la Fondation à cette époque, utilise le mot Wikimédia pour désigner le mouvement social qu’elle voyait apparaître à travers le développement d’une multitude de projets.

Affirmer que ce moment précis coïncide avec la naissance du mouvement serait quelque peu arbitraire. Car si l’on peut déterminer plus ou moins facilement l’apparition d’une expression dans les archives numériques, tout le monde sait qu’un mouvement social ne se forme pas en un jour. Dans le contexte du mouvement Wikimédia, sa naissance est aussi liée à celle du projet Wikipédia, ainsi qu’à tout ce qui permit la création de cette encyclopédie libre. Alors que dans une autre perspective, la naissance du mouvement pourrait tout aussi bien être associée à celle de la Fondation Wikimédia, créée le 20 juin 2003[7], ou encore à la mise en ligne de la plate-forme Méta-Wiki, déjà présentée précédemment.

Quoi qu’il en soit, l’expression « Wikimedia movement », apparut bel et bien sous la plume de Florence Devouard, dans un message datant de juin 2008, peu de temps avant qu’elle ne quitte son poste de présidente de la Fondation Wikimédia[8]. Sur la liste de diffusion de celle-ci[9], elle partagea en effet l’idée d’utiliser le nom de domaine Wikimedia.org pour y placer un site vitrine de présentation du mouvement Wikimédia selon cette description :

Le mouvement Wikimédia, comme je l’entends est

– une collection de valeurs partagées par les individus (liberté d’expression, connaissance pour tous, partage communautaire, etc.)

– un ensemble d’activités (conférences, ateliers, wikiacadémies, etc.)

– un ensemble d’organisations (Wikimedia Foundation, Wikimedia Allemagne, Wikimedia Taïwan, etc.), ainsi que quelques électrons libres (individus sans chapitres) et des organisations aux vues similaires[10]

Avant cette date clef, les personnes actives dans les projets éditoriaux en ligne ou dans les organismes affiliés, faisaient donc partie de ce que Ralf Dahrendorf appellerait un « quasi-groupe[11] ». Ou autrement dit, un ensemble d’individus qui ont un mode de vie semblable, une culture commune, mais dont les points communs ne gravitent pas autour d’une prise de conscience de leur position commune dans la relation d’autorité[12].

Constituer un mouvement à partir d’un ensemble de communautés d’éditeurs distribués sur des projets en ligne et hors ligne, eux-mêmes déclinés dans une multitude de langues, aura donc pris plus d’une dizaine d’années. Sans compter qu’aujourd’hui, de nombreuses personnes actives dans les projets Wikimédia, contrairement aux personnes qui participent aux rencontres physiques organisées au sein du mouvement, ne réalisent tout simplement pas qu’elles prennent part aux activités d’un mouvement social. Et c’est là une raison de croire que les activités organisées par la Fondation et ses différents organismes affiliés, ont joué un rôle crucial dans la création d’un sentiment d’appartenance à une cause commune.

  1. WikiIndex, « the index of all wiki ».
  2. WikiHow, « wikiHow:Powered and Inspired by MediaWiki ».
  3. Terry Collins, « Wikipedia co-founder launches project to fight fake news », sur CNET, .
  4. Wiktionnaire, « wiki ».
  5. Sheldon Rampton, « WikiEN-l Re:Current events », sur Wikimedia-l, .
  6. Jimmy Wales, « Announcing Wikimedia Foundation », sur Foundation-l, .
  7. Division of Corporations - State of Florida, « Wikimedia Foundation, INC. ».
  8. Florence Devouard, « Candidacy to the board of WMF », sur Foundation-l, .
  9. Méta-Wiki, « Talk:Www.wikimedia.org template/2008 ».
  10. Texte original avant sa traduction par deepl.com/translator : « The Wikimedia Movement, as I understand it, is a collection of values shared by individuals (freedom of speech, knowledge for everyone, community sharing, etc.) a collection of activities (conferences, workshops, wikiacademies, etc.) a collection of organizations (Wikimedia Foundation, Wikimedia Germany, Wikimedia Taiwan, etc.), as well as some free electrons (individuals without chapters) and similar-minded organizations. »
  11. Ralf Dahrendorf, Classes et conflits de classes dans la société industrielle., Mouton, (OCLC 299690912).
  12. Pierre Desmarez, Sociologie générale (syllabus), Bruxelles, Presses universitaires de Bruxelles, , 10e éd., 194 p., p. 34.