Le mouvement Wikimédia/L'encyclopédie libre et universelle

Un livre de Wikilivres.


C'est une série d’innovations techniques et culturelles qui permit à Wikipédia devoir le jour, avant de devenir la plus grande encyclopédie libre et universelle au monde. Son objectif est de synthétiser la totalité du savoir humain. Ce qui n'est autre finalement, qu'un vieux rêve de notre humanité. Car trois cents ans avant Jésus-Christ et durant la création de la bibliothèque d’Alexandrie, ce désir était aussi celui de Ptolémée Iᵉʳ. Puis, deux siècles plus tard, celui de Denis Diderot, qui mourut en 1784 après avoir coproduit l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Et de manière plus récente, celui de Paul Otlet, qui s’était mis en tête de répertorier l’ensemble du savoir humain tout au long de la première moitié du vingtième siècle.

Peu connu à ce jour, ce Belge fut pourtant en 1905, le cocréateur d’une classification décimale universelle toujours en usage dans des bibliothèques du monde entier. Mais son rêve était avant tout de cataloguer le monde en rassemblant au sein d’un Mundaneum, toutes les connaissances humaines sous la forme d’un gigantesque répertoire bibliographique universel[1]. En 1934, dans le Traité de documentation écrit par cet homme qui voulait « classer le monde[2] », apparait un songe particulièrement visionnaire. Dans celui-ci, Otlet décrit en effet d’une étonnante manière pour son époque, comment le savoir et l’information pourrait être un jour partagés[3] :

Ici, la Table de Travail n’est plus chargée d’aucun livre. À leur place se dresse un écran et à portée un téléphone. Là-bas, au loin, dans un édifice immense, sont tous les livres et tous les renseignements, avec tout l’espace que requiert leur enregistrement et leur manutention…

De là, on fait apparaître sur l’écran la page à lire pour connaître la question posée par téléphone avec ou sans fil. Un écran serait double, quadruple ou décuple s’il s’agissait de multiplier les textes et les documents à confronter simultanément ; il y aurait un haut-parleur si la vue devrait être aidée par une audition. Une telle hypothèse, un Wells certes l’aimerait. Utopie aujourd’hui parce qu’elle n’existe encore nulle part, mais elle pourrait devenir la réalité de demain pourvu que se perfectionnent encore nos méthodes et notre instrumentation.

Figure 13. Photographie de l’intérieur du Répertoire Bibliographique Universel prise aux alentours de 1900.

Il est ainsi incroyable qu’une utopie décrite en 1934 par Otlet se réalise exactement, ou à peu de chose près, au cours des années 2000. Car pour la plupart des usagers du réseau Internet, trouver une information se résume à accomplir ce qui est décrit dans ce songe visionnaire. Premièrement allumer un écran d’ordinateur, ensuite poser une question dans un moteur de recherche, puis, se voir rediriger dans près de 88.7 % des cas, vers la célèbre encyclopédie libre[4].

Comme autre fait surprenant concernant l’histoire des encyclopédies, il y eut aussi ce qui fut réalisé cinq ans avant la naissance de Wikipédia par Aaron Swartz. À l’âge de douze ans seulement, cet activiste de la culture libre qui s’est donné la mort avant son procès pour fraude électronique, avait effectivement lancé une sorte de site encyclopédique, qui déjà se voulait être produite et gérée par ses usagers[5]. Intitulé The Info Network, ce projet lui aura même valu la remise du prix d’ArsDigita Prize, offert aux jeunes créateurs d’un projet « utiles, éducatifs collaboratifs et non commerciaux[6] ».

Parmi les choses importantes à signaler, il y a aussi le fait que l’idée de créer une « encyclopédie libre et universelle » fut formulée pour la première fois par Richard Stallman en 1998, soit un an avant la naissance de Wikipédia, dans un essai intitulé The Free Universal Encyclopedia and Learning Resource[7]. Repris ci-dessous, un extrait de ce texte, qui selon l’auteur fut rédigé deux ans avant sa publication sur la liste de diffusion du projet GNU en décembre 2000[8], suffit à démontrer que le projet Wikipédia ne fut pas entièrement conceptualisé par ses fondateurs.

Le World Wide Web a le potentiel de devenir une encyclopédie universelle couvrant tous les domaines de la connaissance et une bibliothèque complète de cours d’enseignement. Ce résultat pourrait être atteint sans effort particulier, si personne n’intervient. Mais les entreprises se mobilisent aujourd’hui pour orienter l’avenir vers une voie différente, dans laquelle elles contrôlent et limitent l’accès au matériel pédagogique, afin de soutirer de l’argent aux personnes qui veulent apprendre.

Nous ne pouvons pas empêcher les entreprises de restreindre l’information qu’elles mettent à disposition ; ce que nous pouvons faire, c’est proposer une alternative. Nous devons lancer un mouvement pour développer une encyclopédie libre universelle, tout comme le mouvement des logiciels libres nous a donné le système d’exploitation libre GNU/Linux. L’encyclopédie libre fournira une alternative aux encyclopédies restreintes que les entreprises de médias rédigeront[9].

Figure 14. Jimmy Wales en 2016.

Lorsque Stallman fait référence à un « mouvement pour développer une encyclopédie libre universelle », il anticipe de la sorte et bien avant l’heure, la venue du mouvement Wikimédia qui ne fut finalement conceptualisé que plusieurs années après la création du projet Wikipédia. Et dans la soixantaine de paragraphes qui décrivent son projet, on retrouve d’ailleurs à peu de choses près les 5 principes fondateurs[10] qui furent édités lors de la création de Wikipédia.

Le premier de ces principes consistait bien sûr à créer une encyclopédie. Le deuxième fit appel à une recherche de neutralité de point de vue[11], alors même que Stallman stipulait déjà qu’« en cas de controverse, plusieurs points de vue seront représentés ». Le troisième principe, marquait l’usage et le respect des droits d’auteur et l’adoption d’une licence libre, qui rappelons-nous fut produite à l’époque par Richard Stallman. Le quatrième, inscrivait le projet dans une démarche collaborative, alors que Stallman spécifiait que « tout le monde est le bienvenu pour écrire des articles ». Et le cinquième finalement, stipulait qu’il n’y a pas d’autres règles fixes, chose commune dans la philosophie des hackers.

Figure 15. Larry Sanger en 2010.

Le projet Wikipédia ne fut donc pas une idée originale en soi, mais plutôt une opportunité saisie par la société Bomis, pour enrichir son encyclopédie commerciale en ligne intitulée Nupedia. Celle-ci avait été créée en avril de l’année 2000, soit environ dix mois avant Wikipédia et sa rédaction était assurée par des experts engagés au sein d’un processus éditorial formel[12]. Malheureusement pour la firme, le nombre d’articles progressait très lentement. Ceci jusqu’à ce que Larry Sanger, docteur en philosophie et rédacteur en chef de Nupedia, fasse installer un logiciel wiki sur les serveurs de l’entreprise, malgré le manque d’enthousiasme de son employeur Jimmy Wales[13].

Ainsi donc commença l’histoire de Wikipédia[14]. C’était le quinze janvier 2001 et précisément le même mois où Richard Stallman avait ouvert son propre projet d’encyclopédie libre et universelle intitulé GNUPedia, avant d’être rebaptisée « GNE » compte tenu du fait que les noms de domaines gnupedia .com .net et .org avaient déjà été achetés par Jimmy Wales[15]. Un fait quelque peu surprenant quand on sait que Wales affirma un jour[16] : « n’avoir eu aucune connaissance directe de l’essai de Stallman lorsqu’il s’est lancé dans son projet d’encyclopédie[17] ».

Ce qui ne fait aucun doute par contre, c’est que le site GNE ne se présentait pas comme une encyclopédie, mais plutôt comme un blog collectif[18]. Certains ont même qualifié le projet de base de connaissance[19], alors que sa page d’accueil stipulait clairement qu’il s’agissait plutôt d’une bibliothèque d’opinions[20]. Ensuite et même si le projet engagea une personne pour assumer sa modération, celle-ci s’avéra plus compliquée que prévu. Tandis que du côté de Wikipédia et en raison sans doute des spécificités de l’environnement Wiki, une certaine organisation fut spontanément mise en place par la communauté active au sein du projet.

Figure 16. Évolution graphique du nombre d’articles sur Wikipédia.
Figure 17. Évolution graphique du nombre d’articles sur Citizendium.

Par la suite et probablement en raison de la concurrence crée par le développement du projet GNE, Jimmy Wales abandonna le copyright que Bomis détenait sur son encyclopédie, pour le remplacer par une licence Nupedia Open Content[21], juste avant d’adopter finalement la licence de documentation libre GNU précédemment créé par Stallman. Ce fut là une action stratégique payante, vu que l’initiateur du logiciel libre décida finalement de suspendre le projet GNE, avant de transférer son contenu au sein de Nupedia, tout en encouragea les gens à contribuer sur Wikipédia[22].

Comme autre action de Jimmy Wales favorable à la réussite du projet Wikipédia, il y eut ensuite celle d’ouvrir le projet aux « gens ordinaires[23] ». C’était un choix qui s’opposait aux idéaux de Larry Sanger, qui de loin préférait le modèle de Nupedia avec sa relecture par un comité d’experts. Mais il avait pour avantage aux yeux de l’homme d’affaires, de garantir une croissance plus rapide du contenu de son encyclopédie[16].

Par la suite, l’éclatement de la bulle spéculative Internet et des restrictions budgétaires qui suivirent le Krach boursier de 2001-2002, placèrent la société Bomis en incapacité de payer le salaire de Sanger. En mars 2002 et suite à un mois d’activité bénévole, l’ex-employé de la firme décida de quitter ses fonctions au sein du projet Nupedia et Wikipédia[24]. Ce qui n’empêcha pas le projet Wikipédia par la suite, de poursuivre son développement avec le concourt d’une communauté bénévole soutenue par Jimmy Wales. Et il en alla ainsi jusqu’en septembre 2003, où, faute de productivité, ce fut finalement le projet Nupedia qui vit ses articles transférés vers Wikipédia.

Trois ans plus tard cependant, Larry Sanger n’avait pas dit son dernier mot. Il décida de lancer en septembre 2006 et sur fonds propres, un projet analogue à Nupedia intitulée Citizendium. Il s’agissait d’une encyclopédie écrite en anglais, qui reposait sur un système d’expertise dans lequel les contributrices et contributeurs doivent s’enregistrer sous leur identité réelle. En 2010 cependant, Citizendium ne dépassait pas les 30 000 articles, alors que le projet Wikipédia rédigé en anglais dépassait, pour sa part et à cette même période, les 3 millions d’articles.

En poursuivant le projet Wikipédia, Jimmy Wales a donc contribué à la construction d’une encyclopédie dont la taille et la visibilité n’avait jamais été égalée auparavant. Une encyclopédie qui rapidement, à l’image de sa version francophone apparue un peu moins de quatre mois après le projet en anglais[25], fut déclinée en de nombreuses versions linguistiques, et ce, jusqu’à constituer les premières bases d’une organisation mondiale.

Pendant ce temps, un autre fait remarquable allait contribuer à la création du mouvement Wikimédia. Ce fut l’apparition de plus d’une dizaine d’autres projets pédagogiques et collaboratifs en ligne. Appelés en français « projets frères de Wikipédia », ceux-ci se multiplièrent à leur tour, en de nombreuses versions linguistiques parallèles à celles de Wikipédia, tout au long du processus de création du mouvement Wikimédia.

  1. Alex Wright, Cataloging the world : Paul Otlet and the birth of the information age, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-993141-5, OCLC 861478071).
  2. Françoise Levie, L' homme qui voulait classer le monde: Paul Otlet et le Mundaneum, Impressions Nouvelles, (ISBN 978-2-87449-022-4, OCLC 699650184).
  3. Paul Otlet, Traité de documentation : Le Livre sur le livre, théorie et pratique, Bruxelles, Editions Mundaneum, , 431 p., p. 428.
  4. Alexa, « Wikipedia.org Competitive Analysis, Marketing Mix and Traffic ».
  5. Brian Knappenberger, « The Internet's own boy: The Story of Aaron Swartz|The Internet's own boy: The Story of Aaron Swartz », Participant Medi, , p. 6:29 - 7:31 min.
  6. David Amsden, « The Brilliant Life and Tragic Death of Aaron Swarz », sur Penske Media Corporation, .
  7. Richard Stallman, « The Free Universal Encyclopedia and Learning Resource (1998 draft) », sur GNU, .
  8. Richard Stallman, « The Free Universal Encyclopedia and Learning Resource », sur GNU, .
  9. Texte original avant sa traduction par www.deepl.com/translator : The World Wide Web has the potential to develop into a universal encyclopedia covering all areas of knowledge, and a complete library of instructional courses. This outcome could happen without any special effort, if no one interferes. But corporations are mobilizing now to direct the future down a different track--one in which they control and restrict access to learning materials, so as to extract money from people who want to learn. […] We cannot stop business from restricting the information it makes available ; what we can do is provide an alternative. We need to launch a movement to develop a universal free encyclopedia, much as the Free Software movement gave us the free software operating system GNU/Linux. The free encyclopedia will provide an alternative to the restricted ones that media corporations will write.
  10. Wikipédia, « Principes fondateurs ».
  11. Wikipedia, « Information for "Wikipedia: Neutral point of view" ».
  12. Ned Kock, Yusun Jung et Thant Syn, Wikipedia and e-Collaboration Research: Opportunities and Challenges, vol. 12, IGI Global, , 1–8 p. (ISSN 1548-3681, DOI 10.4018/IJeC.2016040101, lire en ligne).
  13. Larry Sanger, « Let's make a wiki », sur Nupedia-l, .
  14. Geere Duncan, « Timeline:Wikipedia's history and milestones », sur Wired UK, .
  15. Jimmy Wales, « Re: [Bug-gnupedia] gnupedia.org resolves to nupedia », sur GNU Mailing Lists, .
  16. 16,0 et 16,1 Marshall Poe, « The Hive », sur The Atlantic, .
  17. Texte original avant sa traduction par www.deepl.com/translator : « had no direct knowledge of Stallman’s essay when he embarked on his encyclopedia project »
  18. Jonathan Zittrain, The Future of the Internet--And How to Stop It, Yale University Press, , 140 p. (ISBN 9780300145342, lire en ligne).
  19. Joseph Michael Reagle, Good Faith Collaboration: The Culture of Wikipedia, MIT Press, , 54 p. (ISBN 9780262014472, lire en ligne).
  20. GNE, « Home ».
  21. Andrew Lih, The Wikipedia revolution: how a bunch of nobodies created the world's greatest encyclopedia, Aurum, (ISBN 978-1-84513-516-4, OCLC 717360697), p. 35.
  22. GNU, « Le projet d'encyclopédie libre ».
  23. Timothy, « The Early History of Nupedia and Wikipedia : A Memoir », sur Slashdot, .
  24. Meta-Wiki, « My resignation ».
  25. Jason Richey, « new language wikis », sur Wikipedia-l, .