Photographie/Techniques particulières/Peinture avec la lumière

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 23/01/2018, le Wikilivre de photographie comporte 6 361 articles
plan du chapitre en cours

Techniques particulières


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Giorgio Sommer (27 juillet)
  2. Sabine Weiss (1er juillet)
  3. Frédéric Boissonnas (10 février)
  4. Ariel Varges (8 février)
  5. Andreas Gursky (9 janvier)
  6. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  7. Cosina CS-3 (7 janvier)
  8. Cosina CS-2 (7 janvier)
  9. Cosina CS-1 (7 janvier)
  10. Cosina CT-1 (7 janvier)




Généralités[modifier | modifier le wikicode]

La peinture avec la lumière, en anglais light painting, est une technique artistique de prise de vue photographique que l'on pourrait appeler également « luminographie », selon l'usage en vigueur dans divers pays étrangers. Pendant une pose longue réalisée dans un environnement sombre, on déplace une ou plusieurs sources de lumière pour enregistrer directement leurs traces ou pour éclairer sélectivement certaines parties de la scène photographiée. On peut également imprimer des mouvements à l'appareil photo pendant la pose et, à l'occasion superposer une image « conventionnelle » aux tracés plus ou moins abstraits engendrés par les mouvements des sources lumineuses. Tout l'intérêt de la photo réside dans la qualité du jeu de lumière ainsi produit.

Le lecteur pourra aussi se reporter aux pages consacrées aux poses longues et à la photographie de nuit.

La méthode la plus simple met en jeu une ou plusieurs sources lumineuses, lampes de poche ou lampes frontales, pointeurs laser, écrans de téléphones portables, feux d'artifice, guirlandes lumineuses, flashes, bougies, allumettes, briquets, tisons enflammés, bâtons lumineux type Cyalume, etc., tenues à la main et déplacées pour obtenir le résultat final souhaité, ce qui laisse toutefois une grande part d'imprévu. Le faisceau émis par chaque source lumineuse peut être orienté directement vers l'appareil ou vers les éléments de la scène que l'on veut mettre en évidence, en lumière pourrait-on dire. Il est bien sûr possible de combiner les images dues aux divers mouvements avec celles qui correspondent à la lumière ambiante, non modifiable par l'opérateur. L'utilisation de filtres colorés permet de varier les teintes.

Il existe même des sources lumineuses créées spécifiquement pour cet usage, comme certaines applications disponibles sur les smartphones ou le Hosemaster qui utilise une fibre optique pour créer un point lumineux précis.

Pour peindre avec la lumière il faut utiliser un appareil photographique disposant d'un temps de pose d'au moins une seconde mais pouvant atteindre plusieurs minutes pour des scènes évoluées. Ces techniques ne sont pas nouvelles, elles ont été largement mises en pratique en utilisant des appareils argentiques mais depuis quelques années le l'apparition de la photographie numérique a permis de les banaliser, entre autres grâce à la possibilité de contrôler immédiatement le résultat des prises de vues et d'effacer tout ce qui n'est pas satisfaisant.

Méthodes utilisées[modifier | modifier le wikicode]

Pose longue avec un sujet comportant des sources lumineuses mobiles[modifier | modifier le wikicode]

Éclairage sélectif des diverses zones du décor[modifier | modifier le wikicode]

Mouvement de l'appareil pendant la pose[modifier | modifier le wikicode]

Techniques combinées[modifier | modifier le wikicode]

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Le photographe américain Man Ray a réalisé plusieurs œuvres utilisant cette technique : A Man With Moving Light et Space-Writing, en 1937. Il avait créé à cette occasion le terme de « rayographie ». Pablo Picasso et le photographe Gjon Mili ont réalisé en 1949 une série de photographies en faisant un rapide crayonné dans l'air.

Le peintre Georges Mathieu fit une photographie pour une couverture de magazine japonais dans les années 1950. Le photographe Jacques Pugin a fait plusieurs séries d'images avec cette technique en 1979.

Technique et équipement[modifier | modifier le wikicode]

Rappelons tout d'abord que pour peindre avec la lumière, il est nécessaire de disposer d'un appareil permettant d'effectuer des poses longues de durée imposée.

Dans la plupart des cas, l'usage d'un bon trépied ou de tout autre support suffisamment stable s'impose, afin d'immobiliser le boîtier durant toute la durée de la pose. Un déclencheur à distance est utile pour éviter les vibrations et mouvements parasites engendrés par l'appui sur le déclencheur du boîtier. Selon les cas, il pourra s'agit d'un déclencheur souple mécanique ou électrique ou de systèmes plus élaborés utilisant une transmission au boîtier par infrarouge ou par radio.

Pour obtenir un temps de pose suffisamment long, on choisit généralement une pellicule de faible sensibilité ou on règle son appareil numérique sur la sensibilité nominale du capteur (typiquement de 80 à 200 ISO), ce qui permet aussi de réduire au maximum le grain ou le bruit. Dans le cas où la lumière ambiante est relativement forte, il faut à tout prix éviter la surexposition de l'environnement, sous peine d'obtenir une image délavée. On place alors un filtre gris neutre plus ou moins dense devant l'objectif.

L'environnement généralement très sombre et sans élément contrasté rend inopérants la plupart des systèmes de mise au point automatique. De plus, les « graphismes » dont on souhaite obtenir une image nette n'existent pas encore. Il faut donc presque toujours recourir à la mise au point manuelle, en s'aidant éventuellement d'une source lumineuse placée à la distance voulue. La profondeur de champ est encore plus difficile à évaluer, il est généralement conseillé de fermer à fond le diaphragme mais les valeurs extrêmes ne sont pas forcément recommandables à cause de la diffraction qui dégrade les images fournies par tous les objectifs. Une bonne valeur peut être f/11 dans la plupart des cas. Le fait que le diaphragme soit fermé est à la fois un avantage et un inconvénient : en fermant on peut obtenir plus facilement une pose longue mais en même temps, on rend plus difficile la mise au point.

Il est assez difficile de déterminer l'exposition correcte puisque les automatismes de l'appareil ne peuvent évidemment pas mesurer des informations lumineuses qui n'existent pas encore. En numérique seules les photos réussies coûtent cher et compte tenu de l'immense diversité des situations de prise de vues on ne peut qu'encourager les candidats à la peinture avec le lumière à faire des essais multiples jusqu’à ce qu'ils obtiennent un résultat satisfaisant. Le réglage entièrement manuel de tous les paramètres de la prise de vue est presque toujours hautement recommandable !

Applications en vidéo et film d'animation[modifier | modifier le wikicode]

Image par image[modifier | modifier le wikicode]

Plusieurs collectifs et entreprises organisatrices d'événements se sont emparés de la technique pour réaliser des d'animations en entreprise ou en soirées : les StreetDesigners, le collectif allemand Lichtfaktor, le collectif pika pika, le collectif lightgraff. Un light painter français Frédéric Leroux a utilisé aussi cette technique dans une campagne de publicité pour un datacenter français

Une campagne de publicité de Numéricable propose une animation avec ce principe.

En vidéo lors du montage[modifier | modifier le wikicode]

La conservation des traits de lumières dessinés dans l'espace peut être réalisée grâce au logiciel Adobe After Effects avec un effet d'écho appliqué au film original.

On retrouve l’utilisation de cette technique dans une publicité pour le iPod nano et dans la publicité d'Yves Saint Laurent pour le parfum Elle.|parfum Elle.

Le clip vidéo Fortune Faded des Red Hot Chili Peppers, réalisé par le français Laurent Briet, est également une application du light painting en vidéo.

En vidéo en temps réel[modifier | modifier le wikicode]

Musique dans le noir est une installation sonore de peinture interactive avec la lumière de Jean-Robert Sedano et Solveig de Ory utilisant la vidéo en temps réel.

Grâce aux travaux de Cyrille Brissot et au développement de son logiciel Light-Flux, le collectif Urbn-buzz composé de Sangeeta, danseuse et chorégraphe indienne de Bharatanatyam, Cyrille Brissot, musicien-chercheur à l’Ircam spécialiste de la captation de geste, et Marko-93, a monté un spectacle nommé Mayakkam - Oxymore.

L'artiste Gildas Malassinet a développé Peinture de lumière, une installation interactive, en vidéo et en temps réel, qu'il utilise également dans Danse avec les signes, un spectacle avec la chorégraphe et danseuse Claudine Trémeaux.

Œuvres réalisées avec cette technique[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • BOURQUIN, Nicholas, THOMA, Sascha et WITTNER, Ben .- Arabesque: Graphic Design from the Arab World and Persia .- Berlin, Die Gestalten Verlag,‎ 2008. (ISBN 978-3-89955-206-5)
  • HIBBERT, Christopher (photographies et tutoriel), et GARIDEL, Gilles (textes) .- Light painter, histoires lumineuses .- Le Rheu, La Maison d'éditions (LME),‎ 2009. (ISBN 978-2-36026-001-0)
  • PLISSON, G.J. (textes et photographies), RÉZINE (calligraffiti), MASSOUDY, Hassan (calligraphe), BRETON/KAALAM, Julien, MARKO93, DETER .- Lightgraff .- Gentilly, , Graff it productions,‎ 2007, 150 p. (ISBN 978-2-914714-04-4)
  • RÉZINE (photographies et lumières) [livre électronique] .- Light painting Freehandz 2000-2012 .- Los Angeles, KS Editions, 2012, 144 p. (ISBN 978-2-9541225-0-2)

Liens[modifier | modifier le wikicode]


Techniques particulières