Climat et écocitoyens/Association pour la forêt en Flandre

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher
Climat et écocitoyens
Plan
  1. Les circuits courts alimentaires
  2. Concours de familles à énergie positive
  3. La FEVE et l'objectif zéro-déchet
  4. La ressourcerie, tremplin vers une seconde vie pour nos déchets
  1. L’association Empreinte
  2. Eco quartier de Strasbourg
  3. Le développement de l'habitat participatif
  4. Villes en transition, villes lentes
  1. Le covoiturage
  2. L’autostop participatif
  3. Le pédibus
  4. Le vélobus
  5. La Cyclofficine de Paris
  1. Énergie Partagée : implication citoyenne pour la transition énergétique
  2. Les éoliennes citoyennes en vue de la maîtrise locale et citoyenne de l'énergie
  3. Solar Generation : mobilisation estudiantine contre les changements climatiques
  1. Pocheco Canopée Reforestation
  2. Forest&Life
  3. Plantons le décor
  4. Association pour la forêt en Flandre
Modifier ce modèle


Les initiatives écocitoyennes de lutte contre le réchauffement climatique tant initiées par des associations ou des acteurs publics se font dans le quatre coins du globe et en particulier dans les pays proches de l'Equateur. L'association pour la forêt en Flandre s'inscrit dans ce cadre.

PRÉSENTATION[modifier | modifier le wikicode]

L'association Pour la Forêt en Flandre est une association à but non lucratif qui milite sans relâche pour la préservation de la forêt dans la région de Flandre. Elle se dévoue depuis plus de 30 ans à la conservation, l’extension et aussi à l’usage multifonctionnel des forêts.

  • Activités:
- Projets des bois en villes;
- Implantation des forêts CO2;
- Coordonner la manifestation « Week van het Bos », le plus grand événement forestier en Flandre;
- Projet d’écotourisme au Costa Rica www.vbv.be

Selon la cartographie des bois et forêts, seulement 10,8 % du territoire flamand, soit environ 146 000 ha, est constitué de forêts, ce qui équivaut à 0,024 ha de forêt par habitant[1]. Ce chiffre fait de la Flandre l'une des régions les moins boisées d'Europe. Au sein de l'Union européenne, seuls l'Irlande (8,6 %), les Pays-Bas (10,0 %) et le Royaume-Uni (10,3 %) ont un indice de boisement inférieur à celui de la Flandre.

OBJECTIFS[modifier | modifier le wikicode]

L'action de l'association pour la forêt en Flandre s'inscrit dans le cadre de la campagne « un million d’arbres » lancée en 2008 et qui doit aboutir en 2012. La campagne des Nations Unies dont elle est inspirée vise à la plantation de 7 milliards de nouveaux arbres dans le monde.

Les chiffres émanant de l'association affirment que 709.580 nouveaux arbres ont déjà été plantés en Flandre depuis le lancement, en 2008, de la campagne « un million d’arbres ». Toutefois, le bilan reste mitigé d'une part une crainte de l'augmentation de déficit de la balance (boisement et déboisement) et de l'autre côté satisfaction de l'augmentation des zones réservées aux plaines de jeux dans les bois et forêts. En 2008, ces zones ont augmenté de 190 hectares, ce qui porte la surface totale à 2 279 hectares en Flandre.

CONTRAINTES[modifier | modifier le wikicode]

Les obstacles au boisement de la région de Flandre sont nombreux, mais deux attirent notre attention.

  • Obstacle d'ordre administratif ;
  • Balance déficitaire entre les surfaces déboisées et les surfaces boisées


En Flandre les grandes propriétés de surface sont privées donc la difficulté serait de trouver des propriétaires qui acceptent que de nouveaux arbres soient plantés sur leurs terrains.
L'un des obstacles spécifiques à l'expansion forestière réside dans le fait que la commune doit délivrer une autorisation pour le boisement des zones agricoles. La réglementation actuelle donne lieu à des situations véritablement kafkaïennes. La Flandre est disposée à reboiser (et ceci semble être encouragé par le Sénat[2]), mais les pouvoirs publics ne peuvent pas procéder à des plantations forestières sur leurs propres terrains situés en zone agricole parce que l'administration communale locale ne délivre pas l'autorisation requise. Il en va de même pour les propriétaires fonciers particuliers et pour les associations agréées de protection de la nature, qui se heurtent également aux obstacles d'ordre administratif. La demande d'autorisation prévue à l'article 35bis, § 5, du Code rural est une disposition obsolète, qui date de l'époque à laquelle l'aménagement du territoire et l'agriculture était encore des compétences fédérales. La procédure est antérieure à celle des plans structurels d'aménagement du territoire, et même antérieure à l'élaboration des plans de secteur. La législation relative à l'aménagement du territoire l'a reprise dans le plan communal en vue des reboisements en zone agricole. Toutefois, un éventuel changement d'utilisation n'entraîne aucune modification d'affectation : les zones en question restent des zones agricoles. Aussi les autorisations de boisement n'impliquent-elles aucun changement formel d'affectation. La suppression de l'obligation de demander une autorisation de boisement au collège des bourgmestres et échevins constitue une simplification administrative considérable. Cette mesure vise à permettre aux propriétaires concernés (particuliers, agriculteurs ou pouvoirs publics) de passer aisément à la sylviculture s'ils le souhaitent. Ainsi par exemple, grâce à une initiative d'un groupe d'étudiants anversois, qui ont eu l'idée du slogan "yes, we can !" ont su implanter illégalement quelques 3 000 arbres au bord de l'Escaut « parce que le gouvernement ne le fait pas ».Actions pour dénoncés l'attitude du gouvernement flamand - « qui promet, depuis quinze ans, d'augmenter la surface boisée de 10 000 hectares or, en réalité, cette surface diminue tous les ans » explique le directeur de la VBV.


L'autre obstacle relève plutôt du déséquilibre entre les surfaces boisées et les surfaces déboisées avec autorisation et sans autorisation. Par exemple en 2008, 156 hectares de forêts ont été coupés en 2008 avec permis, tandis que seulement 152 hectares de nouveau terrain boisé voyaient le jour. sans tenir compte du nombre des surfaces déboisées illégalement chaque année.


NOTES ET REFERENCES[modifier | modifier le wikicode]

  1. Gudrun Van Langenhove, La fonction récréative des forêts en Région flamande, Afdeling bos en Groen ; Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap – Departement LIN, Graaf de Ferrarisgebouw, PDF, 4 pages, consulté 2013-01-14
  2. Proposition de loi modifiant l'article 35bis, § 5, du Code rural (Déposée par MM. [http://www.senate.be/www/?MIval=/publications/viewPub&COLL=S&LEG=4&NR=1273&PUID=67110835&LANG=fr Bart Martens et Patrik Vankrunkelsven)], Sénat de Belgique, Session 2008-2009 / 2009-05-02

VOIR AUSSI[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]