Climat et écocitoyens/La ressourcerie, tremplin vers une seconde vie pour nos déchets

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Climat et écocitoyens
Plan
  1. Les circuits courts alimentaires
  2. Concours de familles à énergie positive
  3. La FEVE et l'objectif zéro-déchet
  4. La ressourcerie, tremplin vers une seconde vie pour nos déchets
  1. L’association Empreinte
  2. Eco quartier de Strasbourg
  3. Le développement de l'habitat participatif
  4. Villes en transition, villes lentes
  1. Le covoiturage
  2. L’autostop participatif
  3. Le pédibus
  4. Le vélobus
  5. La Cyclofficine de Paris
  1. Énergie Partagée : implication citoyenne pour la transition énergétique
  2. Les éoliennes citoyennes en vue de la maîtrise locale et citoyenne de l'énergie
  3. Solar Generation : mobilisation estudiantine contre les changements climatiques
  1. Pocheco Canopée Reforestation
  2. Forest&Life
  3. Plantons le décor
  4. Association pour la forêt en Flandre
Modifier ce modèle


Définition et cadre juridique[modifier | modifier le wikicode]

Les ressourceries sont des établissements qui doivent donner une seconde vie à nos déchets, en favorisant leur réemploi et leur réutilisation au lieu de prévoir leur destruction définitive. Ces ressourceries sont organisés en réseau (Réseau des Recycleries et Ressourceries) qui est une association de loi 1901, pour donner une dimension professionnelle à cette activité. Dans le cadre des collectivités, cela va permettre de réemployer ce qui est collecté dans les déchetteries communales et communautaires.

La directive du 15 juillet 1975, relative au traitement des déchets, et la loi du 13 Juillet 1992 relative à l’élimination des déchets, prévoient que ces derniers soient valorisés dans une nouvelle utilisation. Alors que la législation sur le traitement des déchets se durcit, le recours au réemploiement des déchets – et donc par le biais des ressourceries – peut être une alternative intéressante à l’incinération et à la destruction totale qui pésent sur les budgets des collectivités.

Fonctionnement et impact[modifier | modifier le wikicode]

Les ressourceries s’approvisionnent de deux manières :

-Elles vont auprès de nos déchetteries pour récolter des déchets revalorisables
-Les particuliers apportent leurs déchets (électroménager, appareils électroniques, vétements…) ou sollicitent un retrait à leur domicile.

Par la suite, les ressourceries vont mobiliser un ensemble de moyens pour donner une seconde vie aux déchets ainsi rapportés et trois cas de figures s’offrent à elles :

-L’objet peut-être revendu en l’état.
-Soit il est endommagé et réparable, dans ce cas l’intervention nécessaire est réalisée et va permettre au produit d’être revendu à un prix d’occasion compétitif pour un appareil fraichement réparé, parfois sous garantie, et qui peut éviter à un ménage un nouvel achat.
-Si le dommage n’est pas réparable, les objets sont démontés et ce qui peut être réutilisé sera ainsi vendu.

Les ressourceries ont ainsi deux impacts positifs sur la société. Tout d’abord, elles permettent aux ménages les moins aisés de bénéficier de produits parfois récent en parfait état de marche ou propreté, car par exemple beaucoup d’appareil que nous jugeons hors service nécessite en fait une intervention rapide pour les remettre en service : ce sont des économies importantes. Ensuite, cela permet de créer une quantité non négligeable d’emplois : personnels gérant la ressourcerie, l’accueil, le démontage, le conseil… tout en minimisant les impacts environnementaux.

Malgré l’interdiction pour les ressourceries de faire de la publicité (pour ne pas concurrencer les grandes enseignes et marques), leur nombre à été multiplié par 5 entre 2000 et 2009 et leur tonnage est en constante augmentation, tout comme leur chiffre d'affaire (320 millions d'euros en 2007). Elles sont l'avantage d'être exonérées de la collecte et du paiement de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA).

L'association TRI[modifier | modifier le wikicode]

Histoire et activité[modifier | modifier le wikicode]

L’association TRI (Traitement-Recyclage-Insertion) à vu le jour en 1994 à l’initiative des éco-citoyens du canton de Quingey, dans le Jura. L’objectif est de protéger l’environnement (Traitement et Recyclage) et créer des emplois pour les personnes les plus défavorisées, comme les chômeurs de longue durée et les personnes sans qualification (Insertion) avec des adhérents, militants, bénévoles et salariés qui tendent à promouvoir un objectif de développement durable. Ses trois activités (ressourcerie, blanchisserie et gestion d’espace sensible) regroupent 70 salariés, 70 bénévoles et 130 adhérents.

La ressourcerie de TRI[modifier | modifier le wikicode]

Elle suit trois processus pour valoriser les déchets

La collecte[modifier | modifier le wikicode]

Il y a 4 sources de collecte pour les déchets qui sont réemployables, c'est-à-dire dans un état satisfaisant et/ou susceptible d’être réparés :
-Le porte à porte chez les habitants du canton
-Les collectes d’encombrants sur le canton et les communes alentours (Val-Saint-Vitois, Pays d’Ornans)
-Les collectes sur les déchetteries communales et intercommunales
-Les dépôts et débarras des citoyens qui constituent des apports volontaires, comme les conteneurs.

En 2010, l’association à collecté près de 990 tonnes de déchets sur 75 communes , surtout dans les déchetteries et les collectes d’encombrants.

La valorisation[modifier | modifier le wikicode]

Les déchets qui peuvent connaitre une seconde vie sans transformation particulière sont valorisés par un réemploi immédiat. Ce qui ne peut pas être réemployé ou valorisé est soit recyclé (comme le papier) ou enfouis dans un centre, à Corcelles Ferrière.

La vente[modifier | modifier le wikicode]

Elle revêt trois formes :

-Prestations de services aux collectivités, comme la collecte
-Vente de recyclables aux entreprises à des sociétés de récupération
-Vente au magasin de la ressourcerie, une fois par semaine.


Les ressourceries permettent de donner une seconde vie à nos déchets en les valorisant. Ce processus a forcément un coût qui est cependant moins important et plus écologique qu'une élimination pure et simple.