Photographie/Thèmes/L'architecture

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 28/06/2017, le Wikilivre de photographie comporte 6 272 articles
plan du chapitre en cours

Thèmes photographiques


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Frédéric Boissonnas (10 février)
  2. Ariel Varges (8 février)
  3. Andreas Gursky (9 janvier)
  4. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  5. Cosina CS-3 (7 janvier)
  6. Cosina CS-2 (7 janvier)
  7. Cosina CS-1 (7 janvier)
  8. Cosina CT-1 (7 janvier)
  9. Vivitar XV-3 (7 janvier)
  10. Vivitar XV-2 (7 janvier)
navigation rapide


FabricantsPersonnalitésThèmes

Éditeurs de cartes postalesFormulaires

BibliographieGlossaireModèles pour le livre




Particularités du thème[modifier | modifier le wikicode]

L'architecture offre de très nombreuses occasions de réaliser des photographies intéressantes mais il s'agit là d'un genre assez exigeant pour le photographe. Il faut avant tout maîtriser la perspective et les distorsions, et savoir choisir le moment où la lumière est favorable.

La photographie d'architecture concerne aussi bien les structures extérieures des bâtiments que leurs espaces intérieurs et dans les deux cas les difficultés rencontrées sont très différentes. L'un des plus gros écueils, presque insurmontable pour l'amateur en photographie argentique, est la présence fréquente d'une foule d'éléments indésirables. Avec l'apparition des images numériques, il devient possible d'enlever rapidement beaucoup de petits détails mais pour l'essentiel, le problème demeure.

Les problèmes de distorsion[modifier | modifier le wikicode]

Dans la plupart des bâtiments on trouve essentiellement des lignes droites verticales et horizontales et ces lignes droites doivent le rester sur les images. La photographie d'architecture nécessite très souvent le recours à des objectifs de type grand-angulaire capables d'embrasser un angle solide assez étendu, surtout pour les prises de vues en intérieur. Malheureusement, la plupart de ces objectifs, et tout spécialement les zooms utilisés à leur plus courte focale, donnent très souvent des images entachées de distorsion, un défaut qui produit une incurvation plus ou moins marquée des lignes droites tangentielles.

Nature de la distorsion selon la position du diaphragme.
Distorsion caricaturale d'un objectif « fish-eye »

Nous l'avons déjà signalé, mais il n'est pas forcément mauvais de le rappeler, il ne faut pas confondre la distorsion avec les déformations en trapèze qui sont dues à des effets de perspective, en particulier lorsque l'on utilise des objectifs grand-angulaires dont l'axe optique a été incliné pour réaliser une prise de vue en plongée ou en contre-plongée.

Évidemment, les objectifs grand-angulaires bien corrigés de la distorsion ne sont pas très nombreux, et surtout ils sont horriblement chers car ce défaut est très difficile à éliminer. Heureusement, certains logiciels comme DxO Optics Pro permettent de corriger les images distordues et de résoudre ainsi l'un des problèmes techniques et financiers qui se posent ici. Les chambres photographiques de moyen format et de grand format restent malgré tout les meilleurs outils pour la photographie d'architecture mais, à moins de disposer pour leur plaisir de gros moyens financiers, ceux qui investissent dans de tels matériels doivent pouvoir les rentabiliser.

Choisir son point de vue[modifier | modifier le wikicode]

Si l'on photographie un bâtiment de grande hauteur, il vaut mieux ne pas rester au pied de celui-ci car l'effet de perspective qui résulterait du choix de ce point de vue serait désastreux en raison des disproportions entre la base, qui paraîtrait énorme, et les étages supérieurs qui sembleraient perdus très loin. Dans une ville ancienne, cela peut poser de gros problèmes car si l'on se recule, on risque fort de se retrouver dans une ruelle étroite d'où on ne pourra plus photographier la cathédrale que l'on souhaitait immortaliser.

S'il s'agit de ramener de simples souvenirs, de type documentaire, une bonne idée sera d'aller faire un tour chez le marchand de cartes postales du coin, on y trouvera des vues des principaux monuments locaux et des idées sur les endroits d'où l'on peut les photographier au mieux. Pour le reste, il vaudra mieux se rendre compte sur place, en prenant tout le temps nécessaire, afin de repérer les meilleurs points de vue.

Attendre la bonne lumière[modifier | modifier le wikicode]

Nous sommes loin ici du studio et il est rare que le photographe soit maître de la lumière reçue par un bâtiment, c'est pourquoi le choix de l'heure des prises est très important. La lumière brutale ou plate de la mi-journée peut très bien donner une image banale tandis qu'à d'autres heures, en soirée ou le matin, on obtient des tons colorés, des ombres plus marquées accentuant le graphisme, un meilleur rendu des matériaux, etc., bref, une bien meilleure ambiance lumineuse. Les éclairages crépusculaires ou même nocturnes sont souvent très favorables. Prévoir un solide trépied !

Les éclairages latéraux accentuent la longueur des ombres et de ce fait sont souvent intéressants, en revanche les contre-jours ne permettent guère d'obtenir que des silhouettes souvent inintéressantes et il vaut mieux les éviter.

Faire le ménage[modifier | modifier le wikicode]

Ce n'est pas toujours facile dans la rue, où le photographe aimerait souvent disposer d'une baguette magique capable d'éliminer les voitures en stationnement, les poubelles, les papiers gras qui traînent un peu partout ou quelques éléments de « mobilier urbain ». beaucoup d'environnements ne donnent pas vraiment envie de les protéger ou de les sauvegarder !

L'élimination des éléments perturbateurs est un peu plus facile dans le cas de photographies d'intérieur et il faut s'appliquer à retirer ou à masquer tous les objets qui pourraient distraire l'attention du spectateur et la détourner du sujet principal.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • EVAERT, Christian .- L'Atomium de Bruxelles. In : Photofan, n° 7, 3 octobre 2005, p. 13.
  • FOUQUET, Alain .- Le Futuroscope [photos en noir et blanc]. In : Photofan, n° 9, 14 février 2006, p. 12-13.

Galerie de photographies[modifier | modifier le wikicode]


Thèmes photographiques