Photographie/Thèmes/L'hiver

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 23/08/2017, le Wikilivre de photographie comporte 6 359 articles
plan du chapitre en cours

Thèmes photographiques


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Giorgio Sommer (27 juillet)
  2. Sabine Weiss (1er juillet)
  3. Frédéric Boissonnas (10 février)
  4. Ariel Varges (8 février)
  5. Andreas Gursky (9 janvier)
  6. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  7. Cosina CS-3 (7 janvier)
  8. Cosina CS-2 (7 janvier)
  9. Cosina CS-1 (7 janvier)
  10. Cosina CT-1 (7 janvier)




Généralités[modifier | modifier le wikicode]

L'hiver semble être une saison peu propice aux prises de vues mais pour ceux qui ont assez de courage pour quitter leur nid douillet (vous, par exemple), il réserve beaucoup de surprises. Naturellement, comme nous le verrons, quelques précautions sont indispensables pour déjouer les pièges provoqués par le froid, la condensation, les glissades, etc.

Les sujets et les ambiances offerts aux photographes en hiver sont pourtant relativement nombreux et parfois insolites :

  • Les paysages enneigés sont souvent séduisants et très changeants en fonction du degré d'enneigement, de la lumière, etc.
  • La nature en général change complètement d'aspect par rapport aux autres saisons. Si les fleurs et les insectes se font rares, en revanche les multiples formes de la glace et de la neige sont souvent très attrayantes. Par ailleurs, certains animaux comme les chamois, les bouquetins, etc. viennent se nourrir à des altitudes bien plus basses qu'à l'ordinaire, se laissant parfois approcher à des distances relativement faibles, ou s'approchant eux-mêmes des zones habitées. Dans un jardin, les mangeoires deviennent des lieux très fréquentés par les oiseaux qui constituent d'excellents modèles.
  • Les effets de brumes et de brouillard transforment souvent des paysages a priori quelconques en leur conférant une dose de poésie, de mystère, qu'il faut savoir capter et restituer au mieux.
  • Les sports d'hiver constituent bien entendu un des sujets privilégiés de ceux qui peuvent passer leurs vacances à la montagne, mais certains d'entre eux comme le patinage se déroulent également en salle, ce qui donne de tout autres conditions de prise de vues. Il est toutefois difficile de se livrer soi-même à un sport et d'assurer en même temps des prises de vues de qualité. En général, sauf pour des activités telles que la randonnée, il faut choisir entre les deux options, le sport ou le reportage.

Précautions matérielles à prendre[modifier | modifier le wikicode]

Le froid est un ennemi du matériel photographique et la photographie en hiver, ou dans des conditions hivernales comme celles que l'on peut rencontrer en haute altitude nécessite quelques précautions.

Crystal 128 forward.png pour en savoir plus : photographie par temps froid

Les indications du posemètre[modifier | modifier le wikicode]

Les appareils sont réglés pour des sujets réfléchissant en moyenne 18 % de la lumière, de sorte qu'une charte de gris à 18 % est rendue sur une photographie par un gris moyen. Les sujets comportant de vastes étendues claires, comme le sable ou la neige, sont eux aussi rendus par un gris moyen, car le posemètre recevant une lumière très abondante aura tout naturellement tendance à diminuer la lumination de la surface sensible en fermant le diaphragme et/ou en diminuant le temps de pose. De ce fait, la neige paraît grise, ce qui n'est évidemment pas très naturel, mais il y a plus grave : les sujets de petite surface apparente qui peuvent figurer dans le cadre, tels que des arbres, des bâtiments, des personnages un peu éloignés, etc., seront massivement sous-exposés.

D'une manière générale, il faudra donc augmenter le temps de pose, par exemple en ouvrant le diaphragme d'une à deux divisions selon les circonstances. Diverses méthodes sont possibles pour opérer avec un peu plus de précision, comme la règle du diaphragme 16, la mesure en lumière incidente, la mesure sur la paume de la main, etc. Ces méthodes sont décrites dans cette page.

L'examen de l'histogramme est toujours d'un grand secours. Les vastes étendues neigeuses y font apparaître une barre toujours très marquée à droite, du côté des hautes lumières. Cette barre ne doit en aucun cas être amputée sur sa partie droite, car cela signifierait que les images des zones de neige seraient surexposées : la photo comporterait alors des zones blanches vides de tout détail, particulièrement plates et pour tout dire franchement désagréables. S'il faut bien se garder de sous-exposer les zones où figure la neige, il est encore plus impératif de ne pas les sur-exposer !

Les appareils qui comportent un mode plage ou neige permettent de limiter automatiquement les dégâts en augmentant la lumination mais sans que leur propriétaire puisse maîtriser véritablement les corrections apportées.

L'exposition des photographies de neige étant de toute façon très délicate, en particulier à cause des contrastes souvent très forts, il vaut toujours mieux enregistrer les images en mode RAW de façon à récupérer, le cas échéant, certains détails probablement très ténus mais indispensables pour donner un minimum de modelé aux images.

La balance des couleurs[modifier | modifier le wikicode]

La présence de vastes étendues de neige peut également tromper non pas votre appareil, mais bien plutôt votre mémoire des couleurs. En effet, par très beau temps le ciel au-dessus des champs de neige peut être d'un bleu intense, et ce bleu baigne littéralement l'ensemble du paysage, particulièrement bien sûr les zones qui se trouvent à l'ombre. Sur le terrain, l'œil corrige sans difficulté cette dominante bleue mais il n'en va pas de même pour les surfaces sensibles. La dominante bleue que l'on enregistre sur les diapositives se retrouve également dans les clichés numériques et même si elle peut être considérée comme photométriquement exacte, elle n'en est pas moins désagréable lorsque l'on examine les photos. Le mode neige établit là aussi une compensation, que l'on ne peut toujours pas maîtriser exactement.

La balance des couleurs automatique n'est pas toujours une panacée, et lorsque l'appareil se trouve en présence de vastes étendues blanches, ou supposées telles, elle peut donner des résultats plus ou moins imprévisibles. Une bonne solution est d'emporter avec soi un carton de référence, blanc ou gris neutre, qui permettre de faire une mesure in situ, si toutefois on possède un appareil permettant la mesure manuelle.

Le mieux est donc, là encore, d'enregistrer les images en mode RAW et de les rendre agréables à regarder par un retraitement approprié.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • COGNÉ, Guy-Michel .- Merveilleuses images d'hiver. In : Chasseur d'Images, n° 3, décembre 1976-janvier 1977, pp. 38-46.

Images en réserve[modifier | modifier le wikicode]


Thèmes photographiques