Jardin au naturel/Comment entretenir un jardin au naturel ?/Faire vivre le sol du jardin

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jardin au naturel
Plan
  1. Pourquoi créer un jardin au naturel ?
    1. Pour mieux accueillir la faune, la flore et la fonge
    2. Pour son intérêt paysager
    3. Pour protéger sa maison des aléas climatiques
    4. Pour améliorer les récoltes (potager, verger, jardin d'ornement)
    5. Pour diminuer son empreinte écologique
    6. Pour contribuer à la trame verte et bleue
  2. Comment aménager un jardin au naturel ?
    1. Avant de commencer
      1. Établir un état initial
      2. Tenir compte de la réglementation
      3. Dresser le plan général
      4. Choisir ses végétaux
    2. Créer les aménagements structurants
      1. Planter une haie, un bosquet, des arbres fruitiers ou têtards
      2. Creuser une mare
      3. Semer une micro-prairie
      4. Aider les messicoles
      5. Installer des cavités et des cachettes
      6. Réaliser des allées
      7. Végétaliser un mur
      8. Planter des couvre-sol
      9. Laisser du bois mort
      10. Fleurir joli et utile
    3. Comment favoriser certains animaux ?
      1. Les oiseaux
        1. Les haies favorables aux oiseaux
        2. Quelques plantes herbacées utiles aux oiseaux
        3. Les nichoirs
        4. Nourrir les oiseaux en hiver
      2. Les mammifères
        1. Le gîte à hérisson
        2. Aider les chauves-souris
      3. Les amphibiens
      4. Les insectes
        1. Les haies favorables aux insectes
        2. La spirale à aromatiques
        3. Favoriser les perce-oreilles
        4. Aider les hyménoptères
  3. Comment entretenir un jardin au naturel ?
    1. Faire vivre le sol du jardin
    2. Tailler une haie et produire son BRF
    3. Entretenir la mare, le ruisseau, les zones plus humides
    4. Faucher la prairie en gardant des zones refuges
    5. Gérer les petits aménagements
    6. Être vigilant quant aux invasives et pathogènes
    7. Suivre les principes de la lutte biologique
Modifier ce modèle

Si des légumes poussent désormais en tout temps dans des serres sans contact avec le sol, chacun fait la différence entre une tomate cultivée de telle manière et une autre issue d’un jardin. Le sol est donc essentiel.

Comment se forme le sol ?[modifier | modifier le wikicode]

Le sol est le résultat de la décomposition de la roche en dessous et de la matière organique qu’il reçoit (les feuilles, brindilles, déjections, cadavres… dans une forêt). La vie cachée dans la terre joue un rôle clé dans ce processus.

Certains animaux (les vers de terre, les fourmis…) retournent le sol, créent des habitats pour les autres organismes et favorisent l’apport de la matière organique, de l’eau et de l’air en profondeur. Les bactéries et les champignons microscopiques décomposent la matière organique en nourriture pour les plantes (azote, phosphore…). D’autres animaux (colemboles, acariens, nématodes…) contrôlent leur activité et évitent la prolifération de l’un sur l’autre. La qualité et l’abondance de la production de votre jardin dépendent de cette vie cachée dans le sol.

Favorisez les vers de terre[modifier | modifier le wikicode]

Par leurs nombreuses galeries, les lombrics aèrent le sol, favorisent l’infiltration de l’eau, la multiplication des bactéries et champignons décomposeurs et le développement des racines. Les vers de terre décomposent les débris végétaux morts et produisent entre 40 et 100 tonnes de déjections par hectare et par année, qui contiennent en moyenne 5 fois plus d’azote, 7 fois plus de phosphore et 11 fois plus de potassium que la terre environnante.

Le jardinier a donc grand intérêt à favoriser la multiplication des vers de terre.

Pour cela, il convient d’éviter de travailler le sol, particulièrement aux périodes principales d’activité des lombrics (mars-avril et septembre-octobre) ou lorsqu’il est détrempé. Mieux vaut l’aérer que de le retourner à la bêche.

Les engrais verts, particulièrement les légumineuses (trèfle, luzerne) sont favorables aux vers de terre.

Comment aider la vie dans le sol pour avoir de bons et beaux légumes, fruits ?[modifier | modifier le wikicode]

Évitez les pesticides[modifier | modifier le wikicode]

Les molécules des désherbants, insecticides… nuisent également à la vie dans le sol. Pour les éviter, favorisez au contraire les animaux auxiliaires grâce à des haies, une mare, des gîtes… Associez les cultures : certaines repoussent les insectes nuisibles d’autres. Changez l’emplacement des légumes d’une année sur l’autre.

Apportez régulièrement de la matière organique[modifier | modifier le wikicode]

Un sol nu se dessèche et est érodé par le vent et l’eau. Il se tasse, ce qui nuit à l’apport d’eau et d’air en-dessous. Entre les rangs de légumes ou dès qu’une parcelle se libère, épandez des feuilles mortes, des tontes de pelouses en fines épaisseurs régulièrement renouvelées, du compost ou du fumier bien décomposés… ou cultivez des engrais verts. Ces apports de matière organique améliorent la structure du sol, augmentent la capacité de rétention de l’eau et des nutriments, protègent le sol contre l’érosion et le tassement et soutiennent le développement des organismes du sol. Ils rendent inutile l’apport d’engrais chimiques, qui au contraire perturbent l’équilibre entre les micro-organismes du sol.

Cultivez les engrais verts[modifier | modifier le wikicode]

Les engrais verts sont des plantes à croissance rapide cultivées dans les emplacements libérés au jardin, après la récolte des légumes. Ils protègent le sol, l’améliorent et l’enrichissent. Beaucoup sont intéressants pour les précieux pollinisateurs. Ils sont pourtant encore trop peu présents dans les jardins.

Un trésor pour la terre[modifier | modifier le wikicode]

Un sol nu se dessèche et est érodé par le vent et l’eau. Il se tasse, ce qui nuit à l’apport d’eau et d’air en-dessous. Entre les rangs de légumes ou dès qu’une parcelle se libère, cultivez des engrais verts.

Ils poussent rapidement et couvrent le sol, évitant ainsi son érosion ou son tassement, mais également l’apparition des « mauvaises herbes ». Ils absorbent et mettent en réserve les sels minéraux dont la terre du jardin regorge en fin d’été, évitant ainsi leur lessivage pollueur vers les rivières ou les nappes. Une fois broyés, ils lui apportent de l’azote, voire de l’humus, améliorant ainsi sa structure, donc sa capacité de rétention de l’eau et des nutriments. Ils favorisent également le développement des organismes du sol. Par exemple, les vers de terre qui se nourrissent des débris végétaux prolifèrent. Ce faisant, leurs galeries aèrent le sol, améliorant ainsi sa capacité à respirer ou à se ressuyer. Les engrais verts rendent donc inutile l’apport d’engrais chimiques, qui au contraire perturbent l’équilibre entre les bactéries et les champignons présents dans la terre.

Parmi les engrais verts, les légumineuses ont en outre la particularité de vivre en association avec des bactéries aérobies du sol appelées Rhizobium. Elles présentent la capacité de transformer l’azote de l’air en ammonium, un engrais directement assimilable par les plantes hôtes, en l'occurrence des engrais verts. Certaines variétés peuvent fixer jusqu'à 600 kg d'azote/hectare. Comme les engrais verts restent au potager, le sol profite pleinement de cette symbiose.

Les racines développées de certains (graminées, luzerne) puisent des éléments en profondeur et les remontent ainsi à la surface, les rendant disponibles pour les cultures suivantes, même si elles ont des enracinement superficiel.

Des plantes intéressantes pour les insectes[modifier | modifier le wikicode]

La phacélie présente l’avantage de fleurir un mois et demi après le semis. Sa floraison dure deux semaines et profite à de nombreux insectes : cétoines, papillons, mouches, guêpes, abeilles, bourdons… C’est l’une des plantes préférées des abeilles avec le mélilot blanc.

Les fleurs du sarrasin, qui n’apparaissent qu’une fois en été, parfois en arrière saison, sont très nectarifères. La plante donne un miel brun et épais, typé, aux arômes boisés.

Les légumineuses (féverole, trèfle blanc, trèfle incarnat, mélilot blanc, vesce) sont également très appréciées des pollinisateurs.

La moutarde est également butinée par les abeilles.

Comment les cultiver ?[modifier | modifier le wikicode]

Rien de plus simple. Entre début septembre et mi-octobre, semez les engrais verts. Anticipez la rotation des cultures : n’en mettez pas de la même famille que la culture qui le suivra (ex : moutarde si culture de choux ensuite).

  • Crucifères (Brassicacées) : colza, moutarde blanche.
  • Céréales : avoine, seigle.
  • Légumineuses (Fabacées) : voir ci-dessus.
  • Autre : phacélie, sarrasin, épinard.

Au printemps suivant, si le gel a détruit l’engrais vert, griffez légèrement la terre pour nettoyer la parcelle et incorporez-y superficiellement les restes. Dans le cas contraire, sarclez l’engrais vert avant la formation des graines ou quatre à six semaines avant la culture suivante.

Laissez l’engrais vert en place. Deux à trois semaines avant les semis de légumes, griffez la terre. Le moment venu, écartez le cas échéant les restes pour cultiver la parcelle et paillez-la ensuite avec l’engra